(Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Dim 5 Juin - 0:03




"Bonsoir, Beauté et Muse des Arts!"

Comment ne pas être sensible à la beauté lorsqu'elle s'impose à vous de façon absolue et ravageuse ? Comment ne pas oser le tout pour le tout pour la séduire et l'apprivoiser ? J'ai choisi le Red Devil à dessein. ll est le fief de Victoria Hunter, le très sexy Ministre de l'Injustice, mais aussi un lieu de débauche raffiné que j'aime à hanter sous mes différentes apparences. Emiliy Bowman est sans doute, à mes yeux, la figure la plus sympathique de la clique gouvernementale, mais surtout la plus baisable. Les femmes sont souvent  pour moi des œuvres de magnificence prouvant, s'il était besoin, qu'un dessein supérieur à nos pauvres spasmes visait la beauté à l'état pur. Une beauté que nous avons corrompue et détournée à des fins ignominieuses. Il en est quelques unes que la Grâce a frôlées de ses ailes intraitables et faites armes de mort, de destruction à l'encontre des faibles Hommes que nous sommes. Expiation, flagellation, scarification et autres sombres onctions sacrées. Des Madones Noires, des Vierges de l'Ombre. Ou des clefs vers la souffrance et la rage. Le Démon qui faisait face à ma détermination à l'intérieur, n'avait soufflé que quelques noms depuis mon adolescence. Désillusion, désespérance, désaveu, destruction, dévotion, désintégration, désertion, déception. Dans le désordre ces mots enlaçaient ces femmes marquées de mon sceau. Mara, Alianka, Jessica, Scarlett Rose, Amaria, Anya, Leana, Sélène. Et peut-être maintenant cette délicate porcelaine ancienne et redoutable, aussi tranchante que l'éclat d'un cristal brisé. Elle hait les Humains au moins autant que je les aime. Je les aime pour leur imperfection et leur sublime fragilité, leur frémissement plein de vie et de mort. Je les aime parce qu'ils sont ce que j'ai toujours rêvé d'être. Un bref instant d'émotion, une parenthèse magnifique dans le néant, une alternative à l'absurde. Vivre plus ... Ce n'est pas vivre plus longtemps. C'est vivre plus fort. Et ils vivent plus fort que nous, indéniablement. Parce que leur vie ne s'inscrit pas dans un théorème indéfini. Parce que chaque seconde doit compter.

Je suis Humain et je ne suis pas. Dans ce jeu de lumières tamisées dont l'obscurité est trouée par les jeux de lumières de la piste de danse, le laser du DJ, les flashs crépitant des reporters ou des vicelards patentés en train de photographier les filles qui ondulent sur la scène autour de leur rampe de pool dance, je parais tantôt séducteur, tantôt monstrueux Armageddon. Je me lève de la banquette où des filles se sont déjà agglutinées et je m'avance vers cette beauté que j'ai conviée pour un entretien que je souhaite privé. Miss Bowman est peut-être la tentation incarnée pour tout mâle normalement constitué - et Dieu sait que si ma tête est malade, ma queue va bien, merci- (d'ailleurs je croyais que les Anges n'avaient pas de sexe, bordel !) mais elle est aussi une personne très cultivée, chanteuse et musicienne à ses heures et donc alors que je m'avance à sa rencontre, j'ai le sentiment de marcher vers un paire, un adversaire, un juge, un allié, une potentielle amante. Ce pourrait être une énième routine, répétée depuis mon adolescence, initiée par ma propre mère qui me jetait en pâture à ses amies. Mais ce soir, l'enjeu me dépasse. Il s'agit de défendre Mirage et de trouver un appui au sein du Gouvernement. Des financements peut-être, mais surtout des autorisations. Et le Label du Ministère de la Culture et des Arts. Ce qui serait à la fois une reconnaissance et un beau doigt d'honneur au final. J'ai dépassé depuis longtemps le stade fuck the system. Je suis le système qui cherche des validations internes. Des accréditations qui me rendent plus fort. Comme mes virus, mes chevaux troyens, je me renforce des territoires que je soumets ou rallie. Et Mademoiselle Bowman est un territoire éminemment convoitable.


Je prends sa main et y porte mes lèvres tandis que nos regards se croisent pour la première fois.

- Mes hommages Miss Bowman. Je pense que c'est la première fois que j'ai le plaisir de vous rencontrer. Comment est-ce possible ?


Je l'invite à s'asseoir tandis que je fais de même, repoussant les importunes d'un geste las.

- C'est un plaisir de vous recevoir. J'espère que vous ne vous formaliserez pas du lieu. J'aurais pu vous accueillir chez moi au Rubis Étoilé, ou au Diamond  qui appartient à une de mes amies, mais je me suis dis qu'en ce lieu dirigé par votre consœur Miss Hunter,  cette beauté qui incarne la Justice, vous, Déesse des Arts, seriez plus à l'aise.


Une serveuse vêtue en diablesse vient pour prendre une nouvelle commande. Je me tourne vers mon invitée pour l'encourager à répondre au diable.

- Ils ont de fabuleux cocktails. Le Nitro est assez remarquable mais un peu fort. Peut-être connaissez-vous l'Escarmouche, plus subtil ?

Je me suis levé puis assis à nouveau, écartant les pans de mon long manteau. Je poursuis dans un clin d’œil :
- De plus, j'espère décrocher un contrat pour mon groupe Scarecrow, en ces lieux. J'allie l'utile à l'agréable, sans vous offenser. Je suis un artiste doublé d'un homme d'affaire. Pour autant, je ne sacrifie aucun de mes objectifs artistiques pour les affaires. Sachez-le.


Dernière édition par Gabriel Laymann le Sam 18 Mar - 19:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Jeu 9 Juin - 19:58



Emily Bowman


L'Art et la Séduction forment un mariage parfait. Indépendantes l'une de l'autre, elles sont déjà redoutables, mais à elles deux, ces disciplines peuvent présenter un réel et immense pouvoir. L'art rend les gens sensibles, l'art peut les affaiblir ou du moins révéler leurs faiblesses. Nombreux sont ceux qui se prétendent insensibles, totalement intouchables, à croire que c'est une mode. Mais aussi camouflées soient-elles, tout le monde a au moins une faiblesse. C'est un procédé très intéressant à observer … et à utiliser.

Hm … Oui. Même ces tristes créatures qui se dénudent et ondulent contre ces barres de métal sont de vraies armes bien que le niveau artistique ici laisse grandement à désirer. Quand je vois le regard de ces hommes avides de chair, je me dis qu'il n'y aurait rien de plus facile que de parvenir à les faire manger dans la main.
Mon regard se perd un instant sur ce spectacle désolant avant de m'en décrocher pour rechercher celui qui m'a convié en ces lieux, Gabriel Laymann, une distraction sans aucun doute meilleure et grandement plus appréciable que ces pauvres créatures.

Un très léger sourire étire le coin de mes lèvres lorsque nos regards se croisent, juste un tout petit frémissement à la commissure de mes lèvres. Mes yeux eux, sont d'autant plus expressifs, brillant d'un intérêt curieux à l'égard de cet artiste qui m'est encore trop méconnu, malgré tout ce qui a pu m'être rapporté. Les ragots, les on-dit, c'est bien, mais je préfère toujours me faire ma propre opinion.

-Monsieur Laymann. Je suis aussi surprise que vous que notre rencontre n'ait lieu que maintenant.

Je prends place sur la banquette, n'accordant même pas un regard aux typesses qui s'y trouvaient déjà, les ignorant bien soigneusement, dos bien droit, menton relevé.
Lorsqu'il me parle des lieux, mon regard balaye à nouveau l'espace et mes épaules se soulèvent légèrement avant de reporter mon attention au chanteur, m'ancrant un instant à son regard.

-Le Red Devil et le Diamond sont deux lieux que je sais apprécier, chacun offrant des distractions bien particulières et uniques en leur genre.

Un sourcil se arque lorsque mon regard se pose sur la triste imitation du diable, remontant lentement ce corps certes harmonieux mais trop banale pour susciter quelconque admiration de ma part.

-Le Nitro me semble plus inspirant …

Je conclus ma phrase par un sourire à la limite de l'hypocrisie à l'égard de la diablesse et attends qu'elle reparte pour croiser les jambes sous ma robe fendue, allongeant un bras sur le dossier de la banquette, accordant de nouveau tout mon intérêt à mon rendez-vous.
Si un léger soupçon de sourire s'était manifesté sur mon visage tout du long, celui-ci s'estompe aux mots du chanteur. Pas par déplaisir, juste que, naturellement, le sourire fait parti des parures que je ne garde jamais longtemps.

-Votre talent exercé dans un tel lieu doit valoir le détour, c'est certain. En outre, savoir faire son œuvre dans les affaires est aussi un art.

J'avais bien entendu passé en revue les récentes activités du groupe et de leur leader, visionné les vidéos ainsi que tous les retours qui avaient été fait.
La pâle imitation du diable revient vers nous avec les boissons demandées et les dépose sur la table basse. Cette fois, je ne lui accorde même pas un seul regard, préférant admirer la boisson rougeâtre de laquelle s'échappe une légère fumée blanche. Je n'y touche pas pour le moment

-J'en déduis donc que ce rendez-vous n'est pas motivé uniquement par le plaisir de ma présence … Je serais curieuse de savoir ce que vous avez à l'esprit Monsieur Laymann.

Je ne suis pas idiote. Si les hommes paieraient cher pour ma compagnie, je pense savoir également qu'un homme tel que Monsieur Laymann n'est pas du genre à contacter une ministre juste pour des fins perverses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Sam 25 Juin - 14:44


La vie rêvée des anges ... Je commence à me demander si celle de Gabriel Laymann n'est pas une parfaite illustration de cette légende cinématographique. Suborner, séduire pour arriver à mes fins, ne devient-il pas une fin en soi pour le Scarecrow? L'arme devient le bras, puis l'homme. J'ai disparu dans la chambre de Jessica Warner, asarien, maudit, corrompu et décadent. Je suis revenu, une fois encore. Mais cette renaissance n'a rien à voir avec la première. Même si elle s'est faite dans l'ombre, dans les sous-sols d' A.U.R.I.S., dans la clandestinité et la solitude, elle n'a rien de commun avec celle de Gabriel Nicholson dans le Bidonville. J'ai certes souffert durant ma rematérialisation récente et surtout dû accepter mes nouveaux attributs et apprendre à les dissimuler. Cependant, la renaissance moléculaire provoque une souffrance bien différente de la chirurgie pratiquée avec les moyens du bord, par un vieux mercenaire, dans une cabane en tôle ondulée. Plus qu'une renaissance, c'est une sorte de reboot qui tendait à me révéler ma vraie nature, dont certains aspects m'échappent encore à vrai dire. Mais ce qui est certain, c'est qu'on a voulu me donner un grand coup de pied au cul. Un peu comme un père qui corrigerait son gamin parce qu'il l'a surpris en train de jouer avec l'arsenal qu'il lui a offert pour Noël avant même d'avoir eu le temps de lui expliquer le mode d'emploi et de lui apprendre à s'en servir sans tout faire péter. Ok, j'ai déconné avec mes pouvoirs. J'ai abusé et débordé un peu. "Toutes les bornes ont des limites". Jeko aimait répéter cette phrase à tout sujet. Pour la météo merdique qui nous donnait encore un jour de pluie sur le bidonville, pour le prix des munitions, ses douleurs articulaires que se rappelaient un peu trop à lui à son goût, mais cette phrase fétiche revenait le plus souvent à mon sujet. Ça avait commencé concernant le calvaire que j'avais enduré durant ma longue convalescence, puis continué pour mes crises de colère lorsque je balançais tout à travers la cabane parce que j'avais pris conscience de ma situation et à quel point j'avais tout perdu. Et "dépasser les bornes des limites" était devenu une expression qui aurait pu se traduire par "faire son Gabriel". "No law, no limit" aurait aussi pu convenir. Jeko me disait souvent qu'il allait me larguer dans les galeries de l'ancien métro et me laisser entre les mains des Insoumis qui me feraient la peau et rendraient ainsi service à tout le monde. Il s'était peut-être lassé de tous ces débordements et avait préféré prendre le large.

A présent, c'est Zack, et les Lee qui subissent le plus les conséquences de cette immodération. Enfin, pour l'heure j'ai disparu de la circulation aux yeux de mon groupe, du public, de mes employés, y compris Scarlett. Officiellement le groupe a justifié mon absence par le besoin de repos mais bien entendu des fuites du personnel de l'Hôtel ont alimenté les rumeurs les plus folles. Gabriel Laymann n'est pas reparu dans sa suite depuis plusieurs semaines. Il aurait été enlevé par des extrémistes. Ou encore, il serait aux mains du Renseignement Van Brennien. Certains prétendent même qu'il aurait été vu dans les Terres Sauvages, montant dans un vaisseau en forme de cigare. Celle-ci, c'est moi qui l'ait lancée pour voir si elle prendrait. J'ai bien ri de constater qu'elle est devenue la plus répandue et populaire parmi les fans. Et pourquoi pas un vaisseau en forme de chapeau, pendant qu'on y est ? Madame Lee me trouve cruel en dépit des machins qui m'encombrent le dos. Elle trouve les membres du groupe très sympathiques, bien que "farfelus et déraisonnables" et estime qu'ils ne méritent pas ce que je leur fais subir avec cette disparition. Surtout Zack pour qui elle a un petit faible semble-t-il. Quant à Scarlett, Liu trouve que je suis simplement odieux envers elle. Disparaitre ainsi et la laisser seule, en proie au doute et à l'ignorance sur mon sort alors que pendant ce temps, je ris dans l'ombre de l'émoi très variable que ma disparition suscite prouve, selon mon cher docteur, à quel point j'ai perdu toute conscience morale. La réalité est bien autre. J'ai le sentiment que tous ces gens seraient bien mieux sans moi, leur vie plus simple et saine. Malheureusement, je vais encore devoir leur empoisonner un peu par mon retour. Je suis loin d'en avoir fini avec Gabriel Laymann et son œuvre n'en est qu'aux prémices. Je calme ma conscience en tentant de me persuader que je le fais pour tenter de les sauver tous. Je n'ai pas le droit d'échouer. Le prix est trop fort pour me permettre d'envisager l'échec. Je déploie lentement les filets, affichant une patience que je suis loin d'éprouver. Dix ans que je ronge mon frein. Je ne dois pas tout compromettre par une précipitation mal venue. Je ris aux paroles plutôt élogieuses de mon invitée.

- Vous aimez prendre des risques et essayer des choses peu conventionnelles, Miss Bowan. Un trait que nous avons en commun. Je vous dois des excuses pour ne pas être venu me présenter au Ministre qui protège et aide les artistes. J'avais cependant envoyé un carton d'invitation à votre attention pour le concert au Multiplex, mais votre secrétariat m'a répondu que vous aviez un Gala cinématographique le même soir. Mais il ne tiendra qu'à vous de pouvoir assister à un concert encore bien plus impressionnant dans quelques temps ...

Je m'interromps alors que la serveuse apporte notre commande. Je ponctue ma phrase d'un haussement de sourcil malicieux.

- Du sang de démon encore tout  fumant des Enfers...


La jeune femme repart, nous laissant enfin seuls. Je décroise les jambes et me mets à l'aise, à l'instar de la magnifique beauté qui est assise en face de moi. La table nous sépare pour le moment, comme pour formaliser le but de ce tête à tête. Il s'agit d'affaires ... avant tout.

- Bien entendu, je serais enchanté de vous compter parmi mes invités lors des concerts que je vais donner ici et au Light of Diamond, mais ... Vous avez raison... Le plaisir de passer la soirée en votre compagnie n'est pas le seul motif de cette rencontre. J'ai un projet ... artistique dont je voudrais vous soumettre les grandes lignes et pour lequel je sollicite votre parrainage.


Je prends le verre qui m'est destiné et y porte mes lèvres. Je coule un regard en coin sur la silhouette qui se devine dans la pénombre, à la faveur des éclats de la lumière intermittente. La séduction est aussi un art, calculé parfois, spontané d'autres fois. Tout dépend de l'interaction qui se met en place. Je laisse le mystère s'installer tout en dévoilant quelques parcelles de mon projet, de mes intentions, de ce que je suis. Susciter la curiosité, générer l'envie, provoquer le manque. Un mécanisme que je maîtrise à la perfection. Au point de voir l'ennui poindre son nez. Je prendrai peut-être quelques risques si Mademoiselle laisse entrevoir des raisons d'en prendre. Il s'agit aussi de plaisir ... après tout.

- Hmmm toujours aussi agréable ... Que pensez-vous de l'idée d'être la marraine d'un Dôme entièrement dédié aux Arts ? Un Dôme sous lequel la Musique, la Danse, la Peinture, la Sculpture seraient reines? Un lieu dédié au plaisir et à la détente ? Voulez-vous découvrir Mirage et devenir sa bonne fée ? Voulez-vous être ma Muse et partenaire dans cet ambitieux projet ?


Dernière édition par Gabriel Laymann le Dim 21 Aoû - 16:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Mer 6 Juil - 19:28


Elle est le cœur du spectacle, la scène lui est dédiée, réservée pour elle seule. Tous les yeux sont rivés sur elle et les projecteurs ne voient qu'elle, laissant les autres danseuses dans l'ombre, sur leurs petits podiums, trop petits piédestal pour une si grande artiste. C'est à elle qu'on a réservé les plus beaux morceaux et les plus belles parures. Si l'ensemble du groupe porte du coton bas de gamme, à elle on lui a réservé la soie et les plus beaux bijoux.
Cela se voit, à son regard maquillé, qu'elle sait où est sa place et qu'elle n'est pas prête d'en descendre. Sous ces couches de poudre, on n'y décèle aucun doute, aucune peur. Depuis sa naissance son chemin est tout tracé, bordé de diamant et de luxe qu'elle ramasse sans rien laisser derrière elle. A quoi bon … Personne d'autre qu'elle ne le mérite. Enfant, on lui a dit qu'elle ferait de grandes choses, qu'elle était faite pour ça. Alors, sur scène, elle n'a de cesse de grandir, d'aller plus loin encore que ce qu'on avait imaginé pour elle.

Ton professeur t'a demandé de jouer deux heures par jour, joues-en quatre.
Regarde comme elle est belle la femme du Ministre, tu le seras encore plus ma fille.
N'oublie jamais qu'il n'y a rien que tu ne puisse pas faire. Dans ce monde, tout est accessible, pour le peu qu'on en ait les moyens.


A côté, il y a ces gens qui se déhanchent, ces corps qui évoluent de manière suggestive sur des airs langoureux, transpirant d'une envie d'évasion palpable … Évasion qu'ils n'atteindront certainement jamais, ou alors dans de pales imitations que leurs apporteront les différents sentiments éprouvés lors de cette soirée. Plaisirs éphémères qu'ils devront reconquérir, jour après jour …

A mon tour, je prends le verre qui m'est destiné et le lève en direction du chanteur.

-Je me souviens de votre carton d'invitation effectivement, et suite aux échos que j'ai eu de cette soirée, j'ai grandement regretté de n'avoir pu y venir. Mais vous pouvez compter sur ma présence pour le prochain.

Alors que du bout des lèvres, je goûte le curieux cocktail, j'écoute le chanteur m'exposer son projet avec curiosité, et bientôt un intérêt grandissant que je dissimule bien entendu derrière un faciès neutre et avenant. Nombreux sont ces artistes en manque de reconnaissance qui viennent toquer à ma porte, rechercher mon soutien. Mais on me connaît pour ne pas l'accorder facilement si je n'y trouve pas, en plus d'un certain intérêt artistique, un intérêt personnel.
Projet ambitieux pensais-je … Nombreux amateurs y ont déjà pensé, mais peu le formulent clairement avec cet éclat dans le regard, cet éclat que seuls ceux qui n'ont pas froid aux yeux et croient en leurs rêves ont. C'est cela qui pique le plus ma curiosité et mon intérêt, plus que son projet en lui même. Soutenant cet éclat, je me redresse légèrement dans mon siège, déposant mon verre sur la table basse alors qu'un très léger sourire éclaire mon visage.

-Un projet aussi séduisant qu'ambitieux sur lequel beaucoup se sont brûlés les ailes Monsieur Laymann … Mais j'ose imaginer que vous serez plus intelligent qu' un Icare trop impétueux.

Tout en parlant, je m'étais légèrement penchée en avant, réflexe incontrôlé face à un intérêt qu'il a su capter. Marraine d'un Dôme entier ne me donnerait que plus de poids dans le décor politique et social et je serais bien bête de passer mon tour. Si je ne peux en être, personne n'en sera.

-Mais dites m'en plus ... Mirage ? C'est là le nom que vous voulez donner à ce projet ? Étonnant, ou alors vous aimeriez prouver que certaines illusions peuvent devenir réalité .. ?

Cet homme sait manier les mots, et sait intéresser son public, ça c'est certain. Je suis tout ouïe et curieuse de voir se déployer tous ses talents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Lun 25 Juil - 21:39


Je me rapproche ostensiblement, sans toutefois devenir pressant, ce qui serait malvenu d'un simple artiste à l'égard d'un officier des arts du Gouvernement. Les longues et interminables leçons de protocole que ma marâtre m'a imposé dans mon enfance sous la houlette de cet Archiviste qui me flanquait la chair de poule ont porté leurs fruits. Je suis resté marqué de manière indélébile, et débile, par l’Étiquette de l'intelligentsia asarienne. "Un homme d'extraction inférieure et de fonction subalterne devra respecter une distance déférente à l'égard d'une Dame ayant un rang et une responsabilité de la classe politique au pouvoir. " Blablabla, mon cul ! J'ai une féroce envie de culbuter Emily Bowman sur la banquette séance tenante et de démontrer combien je tiens en haute estime tous les rouages du pouvoir instauré par les Anciens et combien je peux rendre sa soirée inoubliable à plus d'un titre. Il me faut toutefois contenir cette rage et cette pulsion et en remettre l'accomplissement à plus tard. Je lui dédie donc un regard de braise et, prenant sa main dans la mienne pour la porter derechef à mes lèvres, je murmure à son oreille:

- Soyez tranquille, je ne suis pas du genre à brûler mes ailes. Elles me sont trop précieuses pour ravir les femmes qui me plaisent jusqu'au septième ciel


Puis, tendant la main que je dissimulais derrière mon dos, je lui présente une rose dont les nuances Indigo sont pour le moins surprenantes.


- Une fleur issue de ma création pour la Maîtresse des Arts. Je l'ai nommée
Emilady. C'est votre rose. Un modeste hommage à votre beauté et le gage, je l'espère, d'une amitié naissante.


Comme si je me sentais soudain mal à l'aise et doutant de l'impact de ma témérité, je baisse les yeux comme un enfant pris en faute puis sors d'une mince sacoche une tablette numérique que je connecte au serveur où je stocke mes dossiers publicitaires concernant Mirage. Je lance alors la projection et le plan d'un dôme apparait sur le mur blanc qui nous fait face.


Spoiler:
 


- Voici le Dôme Mirage. Comme vous l'aurez deviné, son implantation est prévue à l'extérieur d'Asaria, dans les Terres Sauvages. Ce serait une Cité dédiée aux plaisirs et aux loisirs, sise assez loin d'Asaria mais desservie par des transports rapides. J'ai étudié de nombreux sites géographiques avant de jeter mon dévolu sur une couronne montagneuse dans la Grande Barrière. Elle forme une sorte de cuvette naturelle, probablement un ancien volcan éteint et ce pourrait être l'écrin parfait pour une Cité des loisirs. Le Dôme aura des particularités techniques assez révolutionnaires qui le différencient de ceux qui nous abritent. Je ne peux toutes les dévoiler avant de connaitre votre avis. Mais vous allez découvrir qu'il est invisible de l’intérieur, c'est à dire qu'on a l'impression d'être à l'air libre et  vous avez déjà remarqué que de l'extérieur il a l'apparence d'une structure géodésique  


Je passe alors à la suite en cliquant sur le dossier.

- Voici la maquette en 3D de l’Hôtel.

Spoiler:
 

- La partie qui me tient le plus à cœur: précisément le centre de ce projet, le lieu dédié aux concerts! Un dôme sous le dôme et surtout le centre de gestion de toutes les attractions du site grâce à ses émetteurs longue portée ... Oui ces sortes de perches sont des antennes qui vont commander les animations présentes dans l'enceinte de Mirage. Mens-je avec un sourire angélique.

Spoiler:
 
- Enfin, les transports : deux voies rapides dont une sous tunnel pour les Asariens. Elles desserviront nuit et jour l'accès à Mirage. Elles seront dotées de motrices nouvelle génération avec un mode de propulsion qui est à l'étude dans le laboratoire d'un de mes partenaires. Si ces recherches aboutissent, un saut jusqu'à la Grande barrière ne prendra qu'une heure au lieu de huit si nous développions notre métro actuel.

Spoiler:
 

J'interromps la projection puis me tourne vers Miss Bowman pour capter la moindre de ses réaction et tenter d'asseoir mon ascendant sur cette femme désirable et, très certainement, l'une des plus convoitées d'Asaria. Je crois déceler dans son regard la flamme de l'orgueil que j'ai su flatter ou, qui sait, de la convoitise, caractéristique aux femmes qui allient avec talent plaisir et opportunisme. A cet instant, tout est encore possible et elle peut tout aussi bien s'engager dans mon projet avec autant de fougue que de désir, comme lancer sur moi une campagne de discrédit et hurler au fou, au traitre, puis me faire enfermer pour avoir eu l'audace d'envisager la construction d'un Dôme indépendamment des projections cadastrales officielles. Ma main effleure maladroitement, comme par erreur, l'arrondi de son genou, en reposant mon verre et mon regard se fait tantôt soumis, tantôt passionné par le sujet que je défends.

- Pour partager et parrainer un projet aussi fou et passionné, aussi précurseur et visionnaire que Mirage, je ne vois que vous. La Muse par l'enchantement de laquelle ce qui semble une Illusion prend corps et surgit du néant, nourri par le simple amour des Arts. Soyez ma Muse Emily ...  Soyez mon Ariane dans le Dédale des démarches que je dois accomplir ... Mais soyez assurée que je n’oublierais pas la Marraine qui aura veillé à l'accomplissement de ma vision !


Ma voix jusqu'alors exaltée se fait murmure pour ajouter tout contre sa joue:

- Épousez cette vision et acceptez mon amitié indéfectible scellée sous les brulants Auspices d'Artémis.


Dernière édition par Gabriel Laymann le Sam 11 Mar - 22:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Ven 29 Juil - 16:30




Gabriel Laymann a l'art de s'exprimer, que ce soit par son corps que par ses mots. Si il est naturellement difficile d'accrocher mon attention, lui y parvient sans grand mal. Malgré tout, je garde encore une certaine réserve sans pour autant le repousser à son approche. Pourtant, lorsqu'il me présente cette fleur que je saisis délicatement entre mes doigts, je ne peux cacher ma surprise, ni mon admiration.
Newton considérait l'indigo comme la septième et ultime couleur de l'arc en ciel. Sept, comme le nombre de note dans une gamme musicale. En outre, dans la tradition orientale, l'indigo correspond au sixième chakra, ou chakra du troisième œil, placé entre les deux arcades sourcilières, directement connecté à la conscience universelle et à la connaissance … Le regard un instant captif de ce merveilleux spectacle, fort en signification, je porte la fleur à mon nez pour en humer le parfum, au moins aussi exquis que le visuel.
Me détachant finalement de cette sublime vue, je plante mon regard dans celui du musicien, y trouvant un éclat tout aussi appréciable, bien que fuyant, ce qui ne fait que me faire sourire davantage. Un jeu de regard, de comportement ... Si je sais reconnaître une timidité feinte ou réelle, je dois reconnaître que Monsieur Laymann est bon acteur et mon égo n'en est que davantage flatté qu'une rose ait été créé en mon nom.

-Vous êtes décidément un homme plein de surprise et de talents cachés … dis-je, déposant la rose sur la table basse. Faisant aussi bien allusion à cette dernière qu'à ce projet fou qu'il ne tarde pas à m'exposer.

L'artiste vient murmurer contre ma peau, à la manière du serpent séducteur, enroulant ses anneaux autour de moi. Tentateur. Allais-je succomber à la tentation de ce fabuleux projet ? J'observais tout, analysais, évaluant les pour et les contres, les avantages alors que Gabriel me faisait son exposé avec images à l'appui … Tout cela représentait un ouvrage monstrueux, impliquant d'énormes moyens et autant de responsabilité. Ca n'était certainement pas une  décision qui pouvait être prise à la légère, mais il ne s'agissait pas non plus d'un projet griffonné au coin d'une page après une nuit d'ivresse. Le chanteur avait construit et mûri son affaire. Il sait de quoi il parle. Et moi, moi dans tout ce studieux dessein, il m'a placé au sommet. Moi, comme nul autre ministre, je serais la seule gouvernante de ce dôme merveilleux. Toujours plus de pouvoir. Tout ceci est accessible, il me suffit de tendre le bras.
Le regardant du coin de l'oeil, je ne tourne que légèrement le visage vers lui, de manière à ce que le bout de mon nez vienne effleurer sa joue, parlant au creux de son oreille.

-En voilà de belles paroles pour chercher à profiter de mon influence et de mon pouvoir Monsieur Laymann. Soufflais-je avec un brin de provocation dans la voix, les lèvres fendues d'une expression similaire.

Si je suis immanquablement séduite par tout ce qui fut exposé sur ce mur, je ne suis pas de celles qu'on amadoue avec des mots et quelques cadeaux …
Seulement, quelle garantie avais-je que ce Mirage deviendrait un jour réalité ? J'en étais la clef. Selon ses dires, j'étais la seule capable de rendre tout cela possible. Mais si je lui disais non, allait-il charmer et solliciter d'autres politiques ou éminents personnages ? Il n'était pas envisageable que je laisse cette opportunité de pouvoir accessible à quelqu'un d'autre.

-Votre projet me plaît, m'interpelle même. Je serais bien idiote de le nier, et je vous accorderai mon soutien et mon amitié avec le plus grand des plaisirs, portant votre dessein avec une intense passion …

Je marque une pause, comme souvent il y avait un mais ... Tout en me redressant légèrement, j'effleure le dos de sa main du bout des ongles.

-Mais pour me conquérir, il me faudra plus que des images projetées sur un mur …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Dim 21 Aoû - 19:27


Tandis qu'elle répond à mon opération de séduction, je hèle au passage la serveuse et lui demande la carte ainsi qu'une bouteille de Champagne. Mais ce faisant je n'ai rien manqué des propos de Miss Bowman, ni de sa main effleurant la mienne du bout des doigts. Le jeu de charme et d'envoûtement s'approfondit entre nous et si elle ne se laisse pas conquérir facilement, comme elle se plait à le préciser, elle parait néanmoins captivée par mon exposé et acquise à la cause de Mirage. Je me tourne à nouveau vers elle puis m'adosse nonchalamment contre le dossier de la banquette. Je ferme les yeux et pousse un petit soupir puis les rouvre pour lui dédier un regard facétieux.

- Je suis un être aux multiples facettes, en effet. Vous n'avez fait qu'en effleurer deux ce soir. Celles de l'homme d'affaires et du créateur de projets. Si vous devenez ma complice dans celui-ci, vous aurez tout le temps de découvrir bien d'autres dons et qualités de votre associé.

Je reprends mon verre pour le vider et fais mine de m'intéresser à ce qui se passe dans la salle. Plusieurs personnes m'ont reconnu et les ragots doivent aller bon train aux autres tables. Je souris et réponds aux sourires des jolies femmes du voisinage. Plusieurs se sont levées et cherchent dans leur sac fébrilement. Je sais trop bien ce qui se prépare. Conscients que l'ambiance est en train de changer dans le club, les vigiles du Red Devil se sont eux aussi rapprochés, les bras sur le torse, imposant leur stature comme une force de dissuasion. Cela me fait sourire. Ils ignorent de quoi sont capables mes fans. Leur chef est en train de parler dans un talkie-walkie et je me doute qu'il doit avertir sa patronne qu'un trublion est en train de créer une émeute. Je reste imperturbable et continue à répondre à ma charmante invitée qui ne peut pas ignorer qu'une foule conséquente se tient à présent pressée autour de notre table.

- Vous allez aussi profiter de mon pouvoir ma chère Emily. Il est certes d'une nature différente du vôtre, mais tout aussi grisant ... et dangereux ... Quant à mon influence ... vous auriez pu la mesurer lors du concert du Multiplex, mais elle sera encore bien plus impressionnante lors de mes prochaines apparitions scéniques. Je suis comme les grands crus, je me bonifie au fil des mois et des années. J'ai disparu à peine quelques semaines et les rumeurs les plus folles ont couru sur les raisons de cette disparition.

Je me penche vers elle et murmure au creux de son oreille, une moue narquoise aux lèvres.

- Ce soir, me voici de retour! Tout le monde pensera désormais que j'ai été séquestré par la Muse d'Asaria et que je suis son esclave. L'idée ne me déplait pas ... Et à vous ?

Alors que je me redresse pour accueillir le Champagne  qui arrive sur un plateau et la carte, le chef de la Sécurité du Red Devil s'approche et prend les deux des mains de la serveuse, sans aucune douceur. Immédiatement mon regard change de couleur.

- Calmez-vous mon gars! Elle ne fait que son travail.

Je me lève et le toise bien qu'il me dépasse d'une bonne tête et pèse probablement deux fois mon poids. Il hoche la tête d'un air désolé.
- Ne le prenez pas mal, Monsieur Laymann ... Il s'agit de votre sécurité, de celle de Madame le Ministre ... et de celle de nos clients également. J'ai des ordres de Mademoiselle Hunter. La Maison vous offre le Champagne et votre commande, mais nous vous prions de bien vouloir poursuivre votre soirée dans une suite privée.

J'éclate de rire et me tourne vers mon invitée.

- Voyez vous cela ? Ils pensent que je ne suis pas capable d'assurer moi-même ma sécurité et la vôtre.
Puis regardant à nouveau vers l'homme , je poursuis. Et que faites-vous de la réputation de mon invitée ? Si j'avais voulu lui offrir une soirée dans une suite, je l'aurais invitée chez moi. Ne vous donnez pas cette peine. Je connais un endroit où miss Bowman et moi-même serons bien plus tranquilles que dans votre suite ...


Autour de nous l'air commence à changer. Il devient plus frais et semble parcouru d'ondes mouvantes et lumineuses. De minuscules grains de poussière incandescents flottent en suspension dans la salle. Prenant en souriant la bouteille et les deux flutes sur le plateau qu'il tient bêtement, je tends la main à Emily, lui dédiant un clin d’œil et un sourire ... Angélique...

- Prête pour le voyage ?


Dernière édition par Gabriel Laymann le Sam 11 Mar - 23:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Jeu 1 Sep - 16:37


A mesure que les secondes filent, je ne peux m'empêcher de me trouver de plus en plus agacée par tout ce brouhaha naissant autour de nous. Perdant mon sourire, mon regard perçant parcoure également les alentours. C'est ça de sortir avec une star … me souffla sarcastiquement ma conscience tandis que toutes les effusions de joie et les gloussement de ces groupies pleines de phéromones commencent à me donner la nausée. Bientôt, je détourne le regard de ce spectacle que je juge pathétique. Si cela continue ainsi, j'ai bien peur d'abréger cette entrevue plus rapidement que possible. Passer une soirée en tête à tête, d'accord, alimenter les potins, pourquoi pas, c'est ce qui fait tourner la société … mais associé les affaires à tout cela, non. Trop peu pour moi.

Je m'évertue à concentrer mon attention uniquement sur le chanteur. Et c'est à ce même moment que je peux sentir son souffle dans mon oreille, réveillant sur ma peau un léger frisson inattendu. Un esclave ? J'échappe un léger rire cristallin alors que je cherche à capter son regard de nouveau. En voilà une perspective intéressante à imaginer et qui éloigne un peu ma mauvaise humeur passagère.

-A moi non plus … Je ne chercherai même pas à démentir les rumeurs. Allais-je lui souffler à l'oreille, ronronnante.

J'observe ensuite d'un air sévère la scène qui se déroule sous mes yeux, entre l'intervention musclée – et inutile – de l'agent de sécurité à l'égard de la serveuse et l'artiste. Même si les gabarits sont totalement différents, cela ne semble atteindre personne tant l'aura qui semble émaner de Gabriel Laymann complète sans aucun mal la différence de corpulence. Me vient  alors à l'esprit l'image de David et Goliath, bien qu'il n'y ait aucun affrontement à prévoir entre ces deux là. Comme il l'a si bien dit, plusieurs facettes l'habitent. Et si je n'ai pas réellement d'informations concernant son pouvoir, quelque chose en lui me persuade que lorsqu'il dit qu'il peut être dangereux, ça n'est pas par vanité, ni pour se faire mousser aux yeux d'une femme d'influence.
Le chef de la sécurité semble un peu décontenancer par l'attitude de Gabriel, aussi bafouille t-il sans réellement savoir quoi lui répondre, lançant un coup d’œil autour de lui comme pour se rendre compte de l'avancée de l'émeute qui se prépare. Je profite de cet instant pour me lever à mon tour.

-Les gens pensent trop … ou pas suffisamment. Sifflais-je pour toute réponse, pleine de reproche à l'égard de l'employé à qui je n'accorde même pas un regard.

Le cri strident d'une des fans me crispe soudainement et directement, mon regard plus sombre que jusqu'alors la fusille. Elles se trémoussent toutes en poussant ce qui ressemble plus à des miaulements de chatons braillards, dans l'espoir de se faire remarquer par le chanteur. Je trouve cela insupportable et mes nerfs sont alors mis à rude épreuve tant je tente de ne rien laisser paraître d'autres que des regards glacials. Menton relevé, je prends une longue inspiration et détourne à nouveau le regard de ce pathétique spectacle. C'est alors que je ne manque de discerner les changements qui s'opèrent autour de nous. Sur mes bras nus glisse une brise légère … ce qui détonne fortement avec l'ambiance plutôt brûlante des lieux à laquelle nous avions été habitué depuis notre entrée. Interloquée, mon regard glisse lentement de cet étrange spectacle à cette main tendue. C'est lui … Voilà qui se révèle encore plus intéressant. Mon regard s'accrochant au sien, je dépose mes doigts au creux de sa paume, avançant de deux pas vers lui. Sourcils légèrement froncés, je le questionne d'abord du regard avant de formuler quelques mots, sourire provocateur aux lèvres.

-Faites moi rêver Monsieur Laymann …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Ven 4 Nov - 21:57


Je souris de son défi et ma main happe son poignet pour l'attirer contre moi et lui confier la bouteille et les verres. Je me plaque dans son dos, mon visage penché contre sa joue et murmure à son oreille.

-  Vos désirs sont des ordres, Emily ! Surveillez le champagne et évitez de le secouer ! Je me charge du reste.


Le reste, c'est ce fabuleux voyage que je vais lui offrir jusqu'à Mirage. C'est la magie des univers parallèles. Chaque décision que nous prenons, chaque rêve que nous faisons, engendrent un univers temporel alternatif à la référence. J'ai tellement rêvé de Mirage et de sa finalité. Il a finit par surgir dans une autre dimension. Il ne suffisait plus qu'à en trouver l'accès. Au prix de plusieurs errances dans le vortex intemporel, j'avais fini par réussir. Depuis, j'avais fait plusieurs transferts dans cette destination, l'explorant sous une apparence différente pour ne pas risquer d'y croiser un autre moi-même.

- Dans tes yeux, je vois la carte des étoiles inversée ...

Cela n'avait jamais été plus vrai que lorsque je voyageais à destination de Mirage. Dans mon regard le bleu de l'azur déchirait alors l'or de la poussière stellaire. Si Mara avait pu voir, si elle savait ...

Je tends ma main libérée devant moi et le décor se déchire. La porte béante qui s'ouvre devant nous se reflète dans mes iris. Dans les siens, aussi, très certainement, si ma passagère parvient à ne pas fermer les yeux.

Cette fois, je ne suis pas seul dans le voyage. Le sifflement de l'air, le cri strident du temps qui se contracte, de l'espace qui se replie. Tout cela, Emily Bowman, les doigts crispés sur la bouteille et les flûtes, doit le ressentir. L'obscurité du néant alterne avec la luminosité aveuglante des photons filant le long du couloir. Ce couloir que des civilisations ont mentionné dans leur héritage culturel sous bien des noms : Pont d'Einstein-Rosen, Bifrost, couloir temporel, quatrième dimension, altérité paradoxale, inception, futur virtuel. Il n'était que concept dans des pages scientifiques ou des romans de science-fiction. Je l'expérimente dans son aspect le plus concret, depuis combien de temps ? Je n'ai compris que depuis quelques années ce que je voyais et vivais dans ces moments de vie parallèle, mais d'aussi loin que je me souvienne, je rêvais d'autres mondes la nuit, du moins croyais-je que c'était des rêves. Je me réveillais plus fatigué que reposé et ma gouvernante s'étonnait de ce mauvais sommeil chez un si jeune enfant. A présent je suis pleinement lucide sur ce que je vis dans ces moments. J'arrive même à contrôler ma destination. Au froid en clair obscur du vide intersidéral, succède un ciel voilé d'une légère brume d'altitude. Ce n'est plus à présent le vortex temporel mais le battement de mes ailes sombres qui nous porte. Emily aura peut-être fermé les yeux et je murmure à son oreille.

- Nous survolons actuellement le point culminant de Mirage. Son émetteur générateur.  Mes appartements et mon centre de commande seront situés de son 175ème étage au sommet. Je vous expliquerai plus en détails comment il fonctionne mais Iris est auto producteur de son énergie. Il en génère suffisamment pour alimenter Mirage et ses transports, assurer sa sécurité et émettre sur les ondes de la fréquence ultra courte à celle supra luminique. Sa technologie est basée sur une association entre les puissances telluriques et stellaires.





J'opère un virage à 160 degrés et nous volons en vrille autour du gratte-ciel. Je survole la terrasse...

- Les jardins suspendus de Mirage. Celui-ci est le domaine privatif que je me suis créé. D'autres culminent moins haut sur d'autres tours de Mirage. Des champs cultivés s'étendent au pied de certaines d'entre elles.



J'amorce une descente plus bas et le vent siffle à nos oreilles. Nous survolons à présent les trois tours symbolisant les Arts Primordiaux,: l'Architecture au service de l'art visuel, musical et littéraire. L'accès à pied se fait par un pont hélicoïdal à l'image de l'A.D.N. Humain.

- L'Art c'est la vie, Emily ! La part de génie qui nous souffle le meilleur de nos créations. Sans l'Art nous serions des robots. Vos appartements occuperont cette nef majestueuse qui trône au sommet de la Triade




Mes ailes déplacent l'air en silence, tandis que nous contournons l'édifice pour en avoir une meilleur appréhension. Puis je m'élance à nouveau vers les hauteurs tandis que le soleil décline sur cet autre monde. Nous embrassons une vue aérienne de Mirage à la tombée de la nuit et ma gorge se serre d'émotion devant la beauté que des Hommes et des Asariens ont su créer en bonne intelligence. Asaria aurait pu être ce rêve, mais les Anciens l'ont dévoyé à leur seul profit. Ils ont érigé des murs entre leurs enfants et ceux de leurs esclaves. J'aime Asaria. Je suis né Asarien. Mais je hais ce que les miens en ont fait. J'ai rêvé Mirage comme un second souffle, une ultime chance de prouver que nous ne sommes pas que ces êtres nuisibles, triste version surpuissante de l'Homme, qui s'autodétruisent et saccagent tout sur leur passage.


Nous atterrissons à présent sur la terrasse de deux hectares qui abrite mes jardins privés miragiens.

- Le rêve vous a-t-il caressé de ses ailes, Emily ?
murmuré-je à son oreille en resserrant l'étreinte de mes bras.



Dernière édition par Gabriel Laymann le Lun 28 Nov - 21:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Dim 27 Nov - 0:31

 L'Art c'est la vie, Emily ! La part de génie qui nous souffle le meilleur de nos créations. Sans l'Art nous serions des robots.

Comment ne pas être d'accord avec cette tirade ? Je connais le monde, je connais les ficelles qu'il faut en tirer, et de quelle manière … il est aisé de s'en démêler pour peu qu'on sache, à la manière d'un adroit marionnettiste, comment s'y prendre. C'est de cette manière qu'on m'a élevé. Mais c'est également avec l'idée qu'on ne peut contrôler l'art … Et on ne peut vivre sans. Sinon, il ne resterait de nous que de piètres automates …

Dans l'étreinte de l'artiste, je vis ce rêve éveillé … Tout cela semble si surréaliste qu'il ne me vient même pas à l'esprit de me dire que ça ne peut être qu'un rêve, ou que cela ne peut être vrai. La beauté de l'instant garde bien loin toute pensée trop rationnelle. Je suis accrochée à cette vision majestueuse, loin de ma Raison et contemple tout ce qui peut s'offrir à ma vue … et à mes autres sens. Il y a trop de choses à voir que je ne sais où poser mon regard, et en même temps, il y a cette sensation délectable du vent dans mes cheveux, sur mes vêtements, contre ma peau … Au creux de ma poitrine, je peux sentir mon cœur frémir, battre joyeusement dans un sentiment de liberté extrême. C'est comme si l'adolescente que j'avais été il y a de nombreuses années désormais, refaisait surface, à s'émoustiller devant une pièce d'art unique … Un rêve. Oui. Et Dieu sait qu'il en faut beaucoup … ou qu'il faut agir avec beaucoup d'adresse pour parvenir à me faire rêver. J'en ai même la gorge nouée. Monsieur Laymann sait y faire.

Lorsque mes pieds retrouvent enfin la terre ferme, je remercie le ciel que mon guide ailé ne me lâche pas, car à l'heure actuelle, je ne donne pas cher de la fiabilité de mes jambes. Je me laisse donc reposer dans son étreinte, le souffle légèrement frémissant. Et mon état second n'est du ni à l'alcool, ni à l'abandon … du moins pas l'abandon du corps car l'esprit lui s'est perdu dans cette magnificence qu'il m'a été donné de découvrir. Je marque un temps avant de répondre au chanteur, un temps durant lequel mon regard balaye à nouveau les environs … un temps durant lequel je tente de reprendre le dessus sur les émotions qui doivent se trahir dans mon regard. De l'admiration, de la convoitise, mais aussi beaucoup de trouble … Et tout ceci, il souhaite le construire avec moi …
Mes doigts, rendus glacés à cause du voyage et la bouteille, se détendent légèrement tandis qu'un sourire plus assuré vient remaquiller mon visage. Ce sourire plaqué sur mes lèvres, je tourne légèrement la tête de sorte à revoir apparaître Gabriel dans mon champ de vision.

-Et même plus encore, Gabriel … Comment ne pas se laisser séduire par tant de beauté ? Soupirais-je, malgré moi, rêveuse.

Ma voix sort plus enrayée que je ne l'aurai souhaité … nouveau résultat de cette forte émotion partagée. Tant pis …
Je reste toujours dans son étreinte … pourquoi chercher m'en enfuir après tout ? J'y suis bien. Habilement, je fais sauter le bouchon de la bouteille que j'avais toujours en main … observant avec un sourire le bouchon partir plus loin sous la pression.

-Tout cela mérite bien que l'on trinque, ne pensez vous pas ? Mirage … Un projet et un rêve prometteur …

Doucement, je me retourne dans son étreinte, nullement gênée par la proximité physique. Je voulais juste être face à lui.

-Les ailes font-elles aussi parti du rêve .. ?

Autre point qui a attisé ma curiosité … car je suis prête à parier que peu de gens savent que Gabriel Laymann, a de l'ange, en plus du prénom, les ailes. Sinon j'en aurai forcément entendu parler … Et cela m'intrigue. Est-ce juste une illusion ? Cet homme m'intrigue beaucoup trop pour que ça soit normal …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Mar 20 Déc - 21:45


Penché au dessus d'elle, moi qui ne suis pourtant pas bien grand, comparé à mes congénères, je replies doucement mes ailes dans un froissement soyeux de plumes. Mes ailes. Selon les instances qui m'ont interpellées chez Miss Warner, un certain soir, elles ont toujours fait partie de moi. Je les avais simplement oubliées, tout comme j'avais oublié ma condition première en naissant Gabriel Nicholson. Tant de désillusions, de sacrifices, de perte, de tourments, en cette vie pourtant débutée sous des auspices prometteuses. J'étais voué à guider les Hommes et leurs dérivées, vers une sagesse, une raison inspirées par un souffle de paix. On m'avait donné toutes les cartes en main, y compris un physique plutôt angélique... Si tout s'était passé comme cela était prévu, je n'aurais pas eu besoin de montrer ma véritable nature. J'aurais été un Grand Conseiller succédant à sa Mère adorée, orientant par des réformes habiles et progressives les choix de société de la cité d'Asaria vers une équité entre les créatures qui la peuplaient. Je n'aurais pas marqué mon temps par les faits d'armes, mais par mes qualités de légiste et de protecteur des Libertés et des Arts. J'aurais dû être un guide respecté non pour sa cruauté mais pour sa sagesse bienveillante. Pas un guerrier, si ce n'était armé d'une guitare ou d'un micro.

La folie de ma mère avait changé la donne, sa soif de pouvoir, sa conviction que les longues vies et leur descendance avait prérogative sur la vie de nos ancêtres, les Hommes, avaient transformé une mission que j'aurais du vivre comme une parenthèse heureuse dans la communauté des Hommes en cauchemar, en supplice. Elle m'avait poussé dans les retranchements extrêmes, elle avait réveillé une force dont je n'étais que le guerrier sacré. Ce qui était enclenché, je ne l'avais pas voulu, mais subi. Je savais que tout était écrit et que rien ou presque n'était laissé au hasard. On croit toujours avoir le choix, mais seules les âmes les plus fortes peuvent infléchir le Destin. Les sentiments les plus nobles... Ma marge de manœuvre était très étroite. Miss Bowman ferait-elle partie des Épargnés ? Jeko Dyke m'avait sauvé ce jour-là, tiré ce corps supplicié de la morgue et de la mort. Il pensait être guidé par une sorte de sens de l'honneur, de respect envers un blessé. Il n'était qu'un instrument choisi par ma Destinée. Je devais survivre dans cette enveloppe martyrisée et renaître plus tard. Je devais designer qui serait de la nouvelle Ère ou qui devait périr sous le feu, la foudre de notre Mère à tous. Je devais protéger les Enfants d'Asaria et écarter leurs bourreaux sans aucune pitié. Cette mission me révoltait. Quelle place était laissée à la rédemption, à la prise de conscience ? Ce test auquel Miss Bowman avait été confrontée, combien de "condamnés" auraient pu le passer en montrant des dispositions à la tolérance et l'harmonie ? Qui étais-je pour désigner le survivant du condamné ? Je serrai mes poings et souris à Emily Bowman.

- Je suis tellement ... satisfait que vous appréhendiez la mesure de ce rêve. Mirage ... se veut un second souffle dans notre civilisation déjà tellement aboutie. Seuls les artistes et les esthètes, tels que vous, ma chère, peuvent guider une civilisation vers plus de beauté et de sagesse. Pas dans le sens moral mais dans le sens épicurien, bien entendu. Nous sommes les visionnaires d'une Asaria plus belle, plus foisonnante de créativité, plus libre.


Je la regarde faire sauter le bouchon de la bouteille de champagne, mon visage penché sur le sien, et j'ai trop conscience du jeu de séduction qui s'opère entre nous. Je sais qu'elle est terriblement affûtée à ce jeu, tant elle est sollicitée quotidiennement par les traits des hommes qui ne rêvent que de la soumettre ou d'avoir ses faveurs. Je n'ai jamais mendié les faveurs d'une femme. Cela n'est pas lié à mon rang, à ma nature, mais à mon caractère. Je ne prendrais qu'une femme qui me désire, pas une qui se soumet.

- Madame le Ministre des Arts, vous voilà officiellement Marraine de Mirage ! Vous venez de baptiser cette Cité à naître au champagne.

J'empoigne le goulot de la bouteille et bois plusieurs gorgées du liquide pétillant. Mon regard d'ambre plonge dans celui si pur de la Muse des Arts. Peut-on être le fruit de ces monstres et présenter autant de signes de beauté ? Peut-on avoir cette puissance destructrice et cette émotion dans un regard ? Ma voix se fait murmure tandis que je caresse ses lèvres des miennes.

- Dans tes appartements, au sommet de ces trois tours, il y a une terrasse ouverte sur un ciel qu'aucun dôme ne viendra troubler. Une terrasse où toute créature ailée pourra apponter si tu le veux. Sur cette terrasse il y a une piscine où tu pourras nager après avoir dansé, peint ou chanté. Une piscine dans laquelle la sirène que tu es pourras plonger et entendre ma voix te chanter les plus belles mélodies.

Mon bras se resserre autour de cette femme désirable mais redoutable parce que fruit du berceau oligarchique institué par ma mère et ses sbires. Le conditionnement peut se réveiller à tout moment en cette femme magnifique et sensible. Il peut balayer mes efforts en un instant. Rien n'est gagné et je le sais. C'est d'autant plus cruel que je suis presque persuadé de pouvoir faire basculer cette âme artiste dans une prise de conscience douce et progressive.
Je la fixe intensément tandis que ma main guide la bouteille à ses lèvres.

- Goûte avec moi un avant goût du nectar des Dieux. Que l'ivresse te donne la clairvoyance des Pythies. Je veux ouvrir et écrire une nouvelle page dans le destin d'Asaria. Il ne tient qu'à toi de l'écrire avec moi.


Je lui montre de plus près ce que je lui destine tandis que mes lèvres caressent sa tempe, que mon souffle descend et se perd dans son cou si tendre et parfumé.

- De cette terrasse, tu contempleras l’œuvre à laquelle tu prendras part ... Le bonheur, l'éveil de tout un peuple à la beauté, à l'art, à l'harmonie ... Tu n'as qu'un mot à dire ... Emily ... Me suivre ou m'oublier. A toi de choisir  ...
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Sam 4 Mar - 13:15


Le chanteur nous vendait du rêve, par cette apparition onirique certes, ces visions merveilleuses de cité extraordinaire dont le guide s'incarne en un immortel ailé, mais aussi par ses mots, son discours d'un cité guidée par les arts, une cité qui n'habiterait des gens comme lui et moi. Si en apparence je garde la tête sur les épaules, droite dans mes bottes et la tête froide en toute circonstance, je reste une amoureuse des arts et cela doit être la seule manière de me faire totalement quitter terre. Malgré tout ce qu'on pense de moi et l'image que je n'ai de cesse de renvoyer, je reste une inconditionnelle rêveuse. Ceux qui partagent mes rêves ne se comptent juste pas sur les doigts d'une main. Gabriel doit être l'un des seuls … et je n'ai même pas eu à lui en faire part qu'il semble avoir trouvé le bon filon à exploiter. Je devrais peut être m'en sentir blessée, frustrée qu'il ait su aussi facilement trouver la meilleure des façons de me séduire.

Trop concentrée sur ses mots, sur le futur qui semble s'ouvrir à nous, je n'entends même pas le cœur qui tambourine dans mes tempes. Tellement de possibilités, tellement d'opportunités qui s'incarnent en un homme et son œuvre, œuvre à laquelle je peux prendre part. Œuvre qui m'ouvre toutes les portes du possible. Dans cette cité, je pourrais enfin vaincre l'inculture des citoyens. Je n'aurai plus à m'insurger sur toutes ces personnes qui ne savent pas traiter une œuvre d'art à sa juste valeur, qui profitent de ses dérives pour en faire des tableaux dégoûtants et sans aucune saveur. Là, maintenant, plongée dans ce regard ambré, je peux enfin voir la vie qui n'était, il y a encore quelques heures, qu'un rêve enfoui, ressurgissant dans des moments d'oublis.

Tous mes sens en éveil, je me sens un peu plus glisser dans un état de douce ivresse. Le liquide pétillant passe dans ma gorge, le regard se perd dans le bleu de la piscine un instant avant de plonger sur l'immensité de la ville. La peau, quant à elle, continue de s'éveiller aux sensations charnelles produites par le souffle de l'artiste et ma main vient attraper la sienne laissée libre pour la guider sur mon corps. Entre ses mains et ses mots, je me sens l'âme d'une muse et dieu que c'est grisant. Portée par un tel désir, je me sens invincible, plus encore que je ne le suis déjà. Un souffle prometteur gonfle ma poitrine tandis que je porte à nouveau le liquide pétillant entre mes lèvres. Quand je reporte mon regard sur celui de Gabriel Laymann, celui-ci pétille de mille feux. Même sans le voir, je peux sentir toute ma fougue, toute ma passion qui s'exprime par ce lien direct entre l'esprit et le monde extérieur. Notre monde.

La main qui ne porte pas la bouteille se porte délicatement et se pose face au cœur du musicien, contre cette source battante auquel le mien s'accorde dans une valse enivrante.

-Je veux rendre ce rêve réalité. Je veux construire ce monde, notre monde, main dans la main avec toi.

C'est lorsque je parle que je prends conscience des battements effrénés de mon cœur, ceux-ci ayant rendus mon souffle plus court, comme si mon endurance avait été mise à l'épreuve. Ma main qui se faisait douce jusqu'à présent se crispe et empoigne le tissu de son vêtement pour, d'une poigne ferme, le guider contre mes lèvres à nouveau. Je laisse alors toute ma fougue créatrice, toute cette fièvre enivrante s'exprimer par ce baiser, que je rompt presque violemment, le regard toujours plus enflammé.

-Gabriel … avec toi. Il semble n'y avoir aucune limite. Avais-je murmuré, le souffle court, prenant encore plus conscience de ces mots en même temps que je les souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   Sam 18 Mar - 18:55


L'ivresse des sens, le tourbillon du pouvoir,  la sensation de puissance lorsque nos forces et nos corps se conjuguent... J'ai pensé à tout cela avant même de contacter le Ministre des Arts et de la Culture. Je savais qu'elle était mon cheval de Troie dans ce gouvernement essentiellement composé d'hommes et peu sensible aux rêves d'un jeune asarien artiste. Avec Victoria Hunter, le jeu serait bien plus ardu et probablement plus basé sur le rapport de force, la tension purement sexuelle. Avec Emily, je converse d'égal à égal sur le plan artistique. Nous avons un terrain d'entente tout trouvé. J'use bien évidemment de mes charmes de façon éhontée mais si elle y succombe, je sais que c'est plus à l'artiste, l'esthète, l'amoureux de la beauté qu'elle céde, qu'à l'homme lui-même, qu'elle ne connait pas, qu'elle apprendra peut-être à découvrir au fil du temps et probablement à haïr par moments. On ne peut que haïr un être dont le cœur est mort, un être libre qui refuse toute attache. Et lorsqu'elle comprendra à quel point je l'ai utilisée, elle me haïra sans aucun doute de toutes ses forces pour ensuite m'aimer comme elle n'aimera jamais aucun homme, tout simplement parce que je ne suis plus un homme et qu'elle comprendra alors le Dessein dont j'étais l'instrument, tard, bien trop tard pour me pardonner ma disparition.

Le spectacle est grisant du haut de notre tour et l'air doux de la nuit caresse nos visages, donnant à ses joues l'éclat velouté des roses. Il est tentant de perdre le contrôle et de se laisser glisser dans l'ivresse des sens, de répondre à l'appel de nos désirs conjugués. Elle baisse la garde la première en m'embrassant. Un baiser violent, passionné qui s'octroie une emprise sur mes envies, celui d'une conquérante, d'une prédatrice mais aussi d'une amante en devenir. J'y répond sans réticences, avec un plaisir non dissimulé. Ce baiser a la saveur de la victoire. Il scelle une union d'un genre nouveau. Je n'ai encore jamais séduit une femme pour faire des affaires. Pour le plaisir, par besoin purement physique, par dépit, par jeu, par amour, oui cela m'est arrivé. Mais jamais pour faire des affaires, encore moins ce genre d'affaires. Il a le goût de l'interdit, le parfum du sacrilège. Mon corps au service de la Cause. L'ultime sacrifice ? Pas vraiment. Je m'abandonne un instant au plaisir de n'être que chair et émotions. Elle rompt le charme la première, la sauvant d'une reddition imminente. Le prédateur n'est pas éteint sous les ailes et la Créature éthérée ne pourrait rien contre le désir charnel de son hôte. Malgré une réprobation perceptible, elle doit accepter que son  "réceptacle" ne soit qu'une vile personne régie par des instincts primaires. A quelques centièmes de secondes près j'aurais célébré notre accord d'une façon bien plus sulfureuse, mais j'ai goûté à ses lèvres et mon esprit n'oubliera pas leur saveur.

Je souris à ses mots et affûte ma réponse tandis que ma main s'élève à nouveau pour ouvrir un portail.

- Pas de limites ... en effet. Et tu vas en avoir un avant goût immédiatement.


L'entonnoir s'est ouvert devant nous, comme un invitation à sauter dans le vide. Je la regarde, toujours souriant.

- Prête ?

Elle hoche la tête, les yeux brillants d'excitation. Je la serre contre moi, déploie ce que ma nouvelle nature m'a conféré et nous pousse tous deux vers la porte. Un petit cri et Mirage nocturne disparait pour laisser place à un vide sidéral suivi d'un carrousel de visions toutes plus étourdissantes les unes que les autres.

- C'est juste le monde tel qu'il était avant ... Notre Terre avant la Pluie de Feu ... Tu veux voir ? Alors ouvre les yeux ... L'art s'inspire de la Nature  et la Nature s'apparente bien souvent à de l'art ...


Je sens son cœur accélérer à un rythme fou tandis que nous volons dans l'espace pour arriver sur Terre et découvrir les splendeurs passées de celle-ci. Des souvenirs que je partage avec tant d'êtres qui ont vu ces merveilles de leurs yeux . Morts, ou vivants, je ne sais plus. J'ouvre juste la Mémoire de la Terre pour elle.  Je la serre contre moi autant qu'elle s'y accroche

- Tout cela pourrait renaître un jour ...





HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Terminé)[Intrigue Deus Ex Machina] : Cum'on feel the noise (pv Emily Bowman)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Path of Might Chapitre 4 : Deus Ex Machina [à ne pas lire, ce serait une perte de temps]
» Deus Ex Machina
» Deus ex machina [Pv Ouranos - Didon]
» Deus ex machina } Johan
» DEUS EX MACHINA | Chasse continue.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of A :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps :: » RP Intrigues-
Sauter vers: