[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous

[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) Empty
MessageSujet: [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)   [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) EmptyVen 7 Avr - 20:34




[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) 137456-004-03AF34DE

19h30

Tomas avait convoqué la Tueuse, l'âme noire d'Alianka, celle qui était la main cachée, exécutrice des basses besognes que la Grande Conseillère n'osait pas imposer à l'homme de confiance qu'il était. Si le Général était l'âme damnée de cette femme redoutable, la main du Diable était l'incarnation des ténèbres de la Grande Conseillère. Il n'avait pas fallu longtemps à Tomas pour deviner, comprendre, se convaincre que cette guerrière venimeuse était l'exécutante du crime ultime qui avait précipité la femme qu'il aimait dans le chaos. Tomas n'avait pas l'intention d'en faire grief à cette araignée, mais il allait lui demander de transformer le crime contre nature en une rédemption. La Main du Diable devrait attirer et capturer Gabriel Nicholson, ou cet être sous l'une de ses nombreuses identités . L'Enfer allait bientôt se déchaîner à l'instigation de ses escadrons de la mort, et le Général avait assez étudié le profil du fils déchu pour extrapoler qu'il ne resterait pas à l'écart de ce massacre sans réagir. Qui d'autre que la Tueuse serait plus motivée à annihiler la proie qui avait jadis échappé à son trait ? Pour le Général, cette entrevue n'était qu'une étape nécessaire mais sans embûche avant de sonner l’hallali. Tous les opposants au régime seraient broyés un par un, faction après faction et le fils de la Grande Conseillère captif serait le plus sûr symbole de la reddition. Il le déposerait aux pieds d'Alianka, comme un gage de l'anéantissement des ennemis d'Asaria et un espoir de ralliement des rares élus à la rédemption rééducatrice. Il y aurait Gabriel Nicholson, Camille Huyana et quelques autres. Tous ces enfants de l’Élite asarienne qui s'étaient laissés séduire par les sirènes du terrorisme.  

Asaria montrerait à la face de tous qu'elle n'abandonnait pas ses descendants dans les abysses où ils s'étaient égarés. Tomas avait déjà en tête les slogans, la campagne de réhabilitation à diffuser par la masse media. La voie sacrée était la Cité d'Asaria, Capitale de la civilisation renaissante. Une discipline était nécessaire pour imposer un ordre nouveau au reste du monde détruit ou en cours de guérison. Les escadrons d'exploration extra continentaux que Tomas projetait de créer, en déterminerait l'étendue. Il avait hâte, le Lion, de voir tout son dispositif en place et de rapporter les fruits de son combat aux pieds de la Panthère. Aussi avait-il du mal à réfréner son impatience en attendant l'arrivée de cet Assassin Royal. Il avait  déjà croisé cette femme, puisqu'il l'avait même recrutée au sein de l'escadron d’Élite dès sa création. Cependant, il ignorait alors son implication dans le crime du siècle: l'assassinat de l'Héritier de la Grande Conseillère. La donne avait changé depuis leur entrevue dans ces locaux quelques mois auparavant et il allait pouvoir user des nouveaux éléments en sa possession pour obtenir de la Tueuse une allégeance sans faille. Un agent qui a failli pouvait être une arme redoutable, pour peu qu'elle fût affûtée dans le bon sens. Tomas s'y entendait mieux que quiconque pour galvaniser les troupes. Il entendait bien appliquer cette science au beau cul moulé dans le latex qu'il avait entrevu lors de la Réunion de Chiens de Guerre. Amoureux à en crever, certes le Lion l'était d'Alianka, mais ce n'était pas pour autant qu'il avait perdu de vue certaines bases de la Géométrie des Corps et des Arts Appliqués. Même inaccessible et conquis, le Lion continuait à susciter vocations et addiction dans les troupes féminines, et masculines de surcroit et ma foi tant que cela n'occasionnait as de débordement de manifestations exagérées il voulait bien le concevoir même s'il n'avait jamais donné dans ce genre. La Tueuse était sans doute conditionnée pour ne pas tomber sous le charme d'un mâle ou d'une femelle, mais Tomas transcendait les genres et même si cette fascination  serait platonique, il ne doutait pas de l'obtenir.

- Aniston, faites entrer l'Agent Spécial du Gouvernement, matricule  001 2200 Y2 je vous prie .  

L'entrevue serait musclée mais il s'en délectait d'avance, regrettant simplement qu'ils n'eussent pas davantage de temps. Tomas avait des moyens de pression atroces sur l'agent, notamment son identité et sa famille, sa fratrie. Il ne s'en servirait qu'en dernier recours. Il savait pourtant que le chantage pesant sur un membre de la famille proche était toujours un moteur d'efficacité remarquable. Moins fiable que la dévotion mais quand on n'arrivait pas à l'obtenir, il fallait bien passer par d'autres moyens. Tomas Van Brënner était prêt à entendre celle qui s'était rendue complice du pire crime dont une mère puisse être coupable. S'il voulait l'utiliser pour ses desseins, il n'était pas pour autant fort bien prédisposé à l'égard de ce monstre.


Dernière édition par Tomas Van Brenner le Sam 15 Avr - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) Empty
MessageSujet: Re: [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)   [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) EmptyLun 10 Avr - 19:05









Mon bolide roulait silencieusement et en trombe dans les ruelles du dôme de la Division Humaine en direction du QG de la Milice par cette nuit qui débutait.  L’immense bâtisse se dressa devant moi après quelques virées entre les différents quartiers, entourée de ses protections infranchissables. Le garde de sécurité me laissa passer devant mon badge spécial que je lui montrais. Ce n’était pas la première fois que je me rendais ici. Certains des hommes me reconnaissaient et je n’étais pas non plus très discrète en cette soirée dans ma tenue. Je n’étais pas là pour espionner, surprendre un gibier, le capturer ou le tuer, j’étais convoquée par le Général Van Brënner en personne. Dans la cours intérieure qui donnait sur le bâtiment de l'Etat major, des soldats s’activaient à ranger des caisses et du matériel comme si tout  un bataillon prêt à en découdre avec l’ennemi avait été mis sur pied. Les gros convois partaient de l'entrée principale et ils étaient stationnés dans une plus grande cours que celle-ci. J’arrêtai ma moto et je retirai mon casque ce qui libéra aussitôt mes long cheveux sombres qui retombèrent en cascade sur mes épaules et dans mon dos. Les soldats parlaient entre eux et l’effervescence gagnait leurs mots en intensité, ce qui attisa ma curiosité. Mon ouïe asarienne me servit pour comprendre leur conversation.

- Le Capitaine Marden et le Commandant Huyana vont partir avec les plus beaux bijoux de la Milice ! Tu as vu ces engins Stan ! Le 21ème régiment va ratisser toute cette vermine sans exception ! On va fêter ça en grand quand ils reviendront ! Le Général ne pourra pas nous refuser ça !

- J’aurai bien aimé conduire le Jaguar et les nouvelles Dodges sont énormes ! Allez viens ! Il faut mettre de l’ordre dans le matériel et refaire les inventaires.

J’étais restée assise sur la selle de ma moto pour écouter les informations que les deux Miliciens me divulguaient  à quelques mètres de moi. Ainsi une importante mission se mettait en route. Des blindés, ou quelque chose s’y rapprochant allaient sortir ou étaient déjà sortis de l’enceinte mère. De telles grandes manœuvres  ne pouvaient être que des plans façonnés par le Général Van Brënner. S’il m’avait convoquée pour rejoindre un bataillon en me donnant un uniforme, des rangers et un casque, il allait vite comprendre que même si j’étais un agent de l’Escadron d’Elite, ma Supérieure Hiérarchique c’était avant tout la Grande Conseillère. Je descendis de ma moto et je rejoignis l’intérieur du bâtiment qui abritait l’Etat-Major et le bureau du Général.

Je ne passais pas inaperçue dans les couloirs. Je portais sur moi ma combinaison moulante et extrêmement confortable que j’avais reçue de la part du ministre Wright. Un vêtement qui  collait mon corps comme une seconde peau et qui me donnait toute la flexibilité dans mes mouvements de Chasseresse. Un petit masque noir couvrait mon regard et ma véritable identité aux yeux de ses fantassins curieux. Un petit sourire de prédatrice ourla mes lèvres et mes prunelles se changèrent en Ténèbres. Les hommes suivaient mon déplacement, mais je ne leur prêtai pas cas, m’engouffrant dans le dernier couloir ou se trouvait le bureau de la secrétaire particulière du Général. Elle me demanda de bien vouloir attendre les instructions et c’est ce que je fis. Je me plaquai contre le mur, les bras croisés en attendant que le Lion de Feu veuille bien me recevoir.

J’observai avec minutie cette femme qui ne devait avoir que pour vie et passion, son métier et son … Maitre/Supérieur/Général ? Pauvre petite créature. Je la plaindrai presque, mais je n’avais pas le temps de me pencher sur ses motivations et sur sa vie ringarde à rester encore le cul collé à son siège vue l’heure tardive. Mais c’était vrai aussi que les Militaires n’avaient pas d’heures, comme moi. La dernière fois que j’avais rencontré le Général, il avait réuni des hommes et des femmes pour former son Escadron et nous parler de ses projets. Je me souvenais encore de cette flamme dans ses yeux à chaque annonce, à chaque explication. De cette force qui se définissait à chaque phrase. On ne pouvait pas lui retirer cela : sa passion pour la guerre, sa fougue pour les missions les plus méticuleuses et cette aura particulière qui renforçait son autorité. Tout était pensé jusqu’au plus petit détail. C’était là le symbole d’un esprit ayant la maitrise et le contrôle sur tout.

La voix virile et autoritaire du Général me tira de mes pensées et je me redressai de ma position quand la secrétaire m’invita à la suivre dans le bureau avec elle. Elle m’ouvrit la porte, m’adressa un petit sourire et j’entrai dans l’antre du Lion.

- Général Van Brënner ! Mes respects ! Agent Spécial du Gouvernement, matricule  001 2200 Y2, au rapport !

J’allais enfin découvrir ce qui se dissimulait derrière cette convocation trop officielle et sans la présence de la Grande Conseillère à ses côtés. J’étais l’Assassin de cette femme de pouvoir, j’étais sa Main … pourquoi le ministre de la sécurité, Général de la guerre d’Asaria voulait-il me voir en tête à tête ?

- Je pensais que La Grande Conseillère serait avec vous, ce soir. En quoi mes compétences d'Assassin peuvent-elles vous servir ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) Empty
MessageSujet: Re: [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)   [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) EmptySam 15 Avr - 21:49


Le Lion toisa la gazelle sans concession et se rassit derrière son bureau. Prenant appui sur les accoudoirs il croisa les mains après l'avoir invitée d'un geste à s'asseoir en face de lui.

- Repos, matricule  001 2200 Y2 ! Ou devrais-je dire Lieutenant Warren ? Comment allez-vous depuis ma campagne de recrutement  de l'Escadron d’Élite ?


Il ne haussa même pas un sourcil au ton péremptoire de la vipère qu s'était assise et ne daigna pas répondre directement à sa question qu'il estimait déplacée.

- Vous êtes convoquée en votre qualité d'agent de réserve de l'Escadron. L'Opération Catacombes vient de débuter. Voici votre ordre d'affectation: conseiller technique et agent spécial du 8ième régiment. Votre mission sera à l'image de celle de ce corps d'armée: l'exfiltration forcée, ou si vous préférez, l'enlèvement de certains individus présents parmi les cibles sur le théâtre des opérations. Vous agirez sous les ordres du Capitaine Dearden concernant les cibles suivantes:


Dossier :
 

- Votre mission officielle en qualité de Lieutenant Warren sera de seconder le Capitaine Dearden, mais en réalité vous agissez sous couverture pour neutraliser deux cibles particulières, en admettant qu'elles se trouvent sur le terrain des opérations. Voici leur dossier. Je suis certain que l'une comme l'autre vous sont familières. La première parce qu'elle fait partie des individus les plus recherchés d'Asaria, probablement l'ennemi public numéro 1, l'autre parce qu'il a été jadis votre cible, n'est-ce pas ? Une mission à laquelle vous avez échoué mademoiselle ...


dossier secret:
 

Tomas scrutait sans aménité aucune les réactions de la tueuse à l'ouverture du dossier qu'il lui avait tendu. Comment allait-elle justifier son échec devant lui ? Un échec vieux de plus d'une décennie.

- Vous espériez que votre incompétence passerait inaperçue après tant d'années, n'est-ce pas ? Comme vous le voyez, votre cible a pris quelques rides, mais si peu, perdu quelques cheveux, les a coupés, mais au final, il n'a pas beaucoup changé. Si on y regarde de près, il s'agit bien toujours d'une cible dont vous vous étiez chargée. Un contrat que vous avait donné une femme ... Un contrat que vous avez accepté.

Tomas se leva, contourna son bureau et vint se placer derrière la femme en noire. S'appuyant sur l'accoudoir de son fauteuil, il se pencha à son oreille pour murmurer:

- En vérité, je suis injuste avec vous. Nous savons tous deux que vous n'aviez pas vraiment le choix. Pas plus que vous ne l'avez aujourd'hui. Vous allez me coincer ces deux là, et si ce n'est pas dans cette opération, ce sera lors d'une autre occasion. Mais désormais, la capture de ces deux êtres sera votre raison de vivre...


Un sourire carnassier illumina le visage du Lion tandis qu'il poursuivait à voix haute:

- Et s'il vous prenait l'envie de ne plus éprouver d'attachement pour celle-ci, sachez que ce sera tout du moins la raison de vivre de votre sœur ... Comment se nomme-t-elle, déjà ? Charmante! Vous en plus jeune... je suis passé la voir la semaine dernière ... Juste après avoir quitté la Grande Conseillère... Elle était dans une telle rage quand je lui ai appris votre échec...J'ai eu tellement de mal à la convaincre de vous épargner l'exécution et de vous donner une dernière chance... Quand elle est dans cet état, rien ne peut l'arrêter et j'étais inquiet pour votre petite sœur et votre mère ...  


Le Général passa sa main sur le cou de l'agent avec une infinie lenteur, sans trop serrer, mais en faisant plus qu'effleurer cette peau satinée.

- Aussi suis-je passé pour m'assurer personnellement qu'elles allaient bien toutes les deux ...


Il passa à nouveau derrière son bureau et plissa les yeux tout en continuant entre ses dents.

- Il est bien évident que Dearden ne devra pas savoir l'importance de ces deux cibles ni voir les dossiers. Il vous appartient à vous seule de les neutraliser et de nous les ramener pieds et poings liés, je sais que vous en avez les pouvoirs et les capacités, mais en bonne santé. Je passerai bien sur quelques coups, personnellement. Je suis un bon gars. Mais Madame de Nephthis les veut en parfait état, surtout l'homme... Alors s'il vous prenait l'envie de vous venger de votre insuccès à le flinguer il y a une dizaine d'années, un conseil, trouvez un autre punching ball pour vous passer les nerfs. Ce n'est pas les corps à martyriser qui vont manquer pour vous défouler là où je vous envoie.


Puis il déroula la carte qu'il allait lui confier et pointa son doigt à l'entrée du sas de visite d'Aquanet situé juste derrière le post frontière des Terres Sauvages.

- Le 8ième régiment est déjà parti mais vous pouvez aisément le rattraper . Il va s'introduire par ce regard du réseau Aquanet qui débouche sur les galeries souterraines. Il faut impérativement que vous le ralliez avant qu'ils entrent en contact avec les cibles. Lieutenant, des questions sur ces cibles, sur la mission ? Je me suis porté garant pour vous auprès de la Grande Conseillère. Ne trahissez pas la confiance que j'ai voulu vous accorder personnellement. Revenir me voir, ou la voir, sans vos deux cibles n'est pas une option, sauf si vous voulez voir mourir votre sœur... Suis-je assez clair ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) Empty
MessageSujet: Re: [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)   [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) EmptyMar 18 Avr - 18:43






Le Général Van Brënner éveillait la folie du respect chez les Miliciens. Il exaltait les Soldats et il leur donnait cette sensation d’être les meilleurs, ceux qui avaient la protection d’Asaria. L’honneur et le devoir étaient ses maitres mots et c’était sans concession. Mais moi … Si l’Ancien avait une prestance qui dépassait l’aura de toutes ces Longues-Vies, … moi je voyais en l’observant derrière son bureau, les mains croisées devant lui, un homme dangereux et incontrôlable dans sa démence d’imposer les lois asariennes. Je ne pouvais me défaire des visions de cette autre dimension que Scarecrow m’avait faite visiter. Ces Robots immenses appelés Wolf Hunter. J’entendais sa voix dans ma tête comme si l’Épouvantail était derrière moi et qu’il me susurrait des mots à mon oreille. Des paroles qui me renvoyaient à notre voyage C'est un  bijou mis au point par Beau papa bis, alias ton boss The General Van Brënner ! Je te présente un des descendants du prototype  X- R 43 WOLF HUNTER. Dans notre Asaria, ce machin fait partie du Musée de la Milice. Il a été utilisé pour une chasse dans les Terres Sauvages.
Si au moins, j’avais un jeu d’avance sur le Lion de feu. Mais non ! Même avec ce que Laymann m’avait montré, je devais me méfier de cet homme qui me toisait et qui m’invitait à prendre place. Il était le seul à me nommer par mon récent grade, celui que j’avais reçu dès le moment où j’avais intégré l’Escadron d’Elite. Je ne me sentais pas femme militaire, pas comme ces Carlyle et autres  pouffiasses que j’avais pu croiser. Sans détacher mon regard de lui, je m’installai dans l’un des sièges en face de lui.

Les hommes dont j’avais capté leur brève conversation dans la cour m’avait donc mise sur la bonne voie. Une opération dès plus importante et n’ayant de limite que la souveraineté et l’autorité du Général Van Brënner, s’était déployée. Je me souvenais de ce projet, cette mission qu’il avait nommée lors de la réunion qui avait vu la création de l’Escadron. Nous y étions … J’avais appris lors de mes nombreux entrainements ici comme dans les sous-sols secrets de la tour gouvernementale à masquer mes émotions. C’était l’une des priorités nécessaires pour être un bon agent … un bon assassin : se défaire de toutes émotions et ne montrer que froideur et détachement ce qui bouleversait toujours les personnes en face  qui ne savaient jamais ce que je pensais ou à quoi mon esprit tortueux pouvait jouer.

J’étais assignée à rejoindre le 8ième régiment en tant que membre de l’Escadron. En quoi pourrais-je être utile à des Soldats tout aussi entrainés que moi ? J’aurai du prévoir que j’aurai une mission bien plus particulière. Le génie monstrueux du Général Van Brënner  maitrisait chaque détail. Il me remit des dossiers que je consultai après avoir écouté silencieusement toutes ses directives. Des photos avec des noms s’étalaient sur les pages. Les visages m’étaient inconnus, mais pas les noms sauf un, Roy Cooper. Les autres, j’en avais entendu parler et j’avais lu certains rapports. La première Elisabeth Pearson faisait partie d’un programme récent, à cette époque, qui visait à entrainer des humains pour chasser les Leurs. Le moyen de pression qu’ils avaient eu sur elle était son frère ainé détenu dans l’une des cellules de la Milice. Pour éviter les tortures de son frère, elle obéissait comme un toutou, jusqu’à ce que le frère ainé libère sa sœur de cet enfer en se donnant la mort. Elle n’avait donc plus aucun lien et la Milice plus aucun moyen de la soumettre.
L’autre nom qui m’était familier était Adam Lockwood. Un humain lui aussi … Comme quoi les Humains savaient bien faire chier le Général. C’était une pensée que je gardais pour moi, bien évidemment. Un mercenaire certainement appâté et piégé dont la cible devait être le ministre Gregory Nicholson. Un prisonnier qui s’obstinait à tenir tête à ses geôliers jusqu’à ce qu’il soit aidé par un Milicien … Et la dernière. Le dossier Camille Huyana a toujours été soigneusement bien caché par son père, mais mon statut privilégié auprès de la Grande Conseillère m’avait donné accès à cette histoire.

Il continua dans ses explications. Je devais seconder le Capitaine Dearden que je connaissais de vue et dont j’avais déjà lu son dossier. Oui … J’aime étudier les personnes qui ont tendance à avoir une grande personnalité. La suite des précisions du Longue-Vie  ne laissaient rien présager de bon. Cette mission ne me servait que de couverture. La suite qu’il énonça restera sans doute gravée dans ma mémoire très longtemps. Dans un automatisme strict, je reposai les premiers dossiers pour prendre les nouveaux.  Mes Ténèbres jubilaient au creux de mon âme. Elles étaient indépendantes de moi sauf quand je me livrai à elles. J’avais utilisé une grande partie de leur pouvoir avec la WitchBlade durant le petit voyage avec Scarecrow. Je savais que dès le moment où je ferai appel à cette armure, elles seraient encore plus présentes en moi. La perdition totale dans la noirceur. Accepter ce que je suis, ne faire plus qu’un avec ELLES. Ça sera sans doute l’ultime concentré de mes dons, le jour où je ferai appel à l’armure dans sa totalité, chose que je n’avais pas faite dans la dimension.

Van Brënner savait que j’avais raté mon contrat, ma cible il y a maintenant un peu plus de onze années. La première idée qui me vint, c’était de nier tout en bloc, mais j’avais été aperçue au concert du Multiplex en compagnie de la Grande Conseillère. Je ne pouvais donc pas avancer cet argument que je ne connaissais pas ce type sur la photo. Dès l’instant où mon esprit était entré en contact avec Scarecrow, sur scène, je  l’avais reconnu … et Elle aussi. Depuis tout ce temps, je m’étais attendue à être convoquée par Elle et non par le Général.  La femme sur la photo était reconnaissable. C’était la leader des Pacificateurs. Je refermai aussi ces dossiers. J’en avais assez vu. Il voyait cela comme un échec, mais pas moi. J’allais émettre mon opinion quand le Lion de Feu se leva tel un prédateur qui venait de prendre au piège sa proie. Droite et toujours silencieuse, mon regard le détailla dans sa démarche, dans cette force qui émanait de lui, cette facilité de tromper l’adversaire et de faire ressentir tout son pouvoir. Il se plaça près de moi, s’appuyant sur l’accoudoir pour se pencher et me murmurer une menace

La rage s’empara de moi, glissant comme un poison dans chacun de mes pores, très lentement. Très pernicieusement. Il venait de menacer ma sœur et ma mère tout en faisant mine de les avoir protégées contre la fureur de la Dirigeante. Ma vie était mise en jeu dans cette partie d’échec et je savais que mes jours seraient désormais comptés.  Je devais mettre ma sœur et ma mère en sécurité, mais Asaria ne possédait pas ce genre d’endroits. J’aurai voulu agripper les accoudoirs de mon siège, mais cela aurait été une marque de son emprise sur moi. Je fis appel à mes heures d’entrainements, à tout ce que Scarecrow m’avait montré, tout ce que j’avais découvert pour chasser l’envie de lui arracher les yeux. Van Brënner de devait absolument rien deviner de ce qui se tramait en moi. Mes pupilles changeaient. J’avais conscience que les Ténèbres s’étaient emparées de moi. Elles avaient pris la couleur de l’onyx. Le Général reprit sa place derrière son bureau et y déroula une carte pour me montrer l’emplacement exact où je devais retrouver le 8ième régiment et le Capitaine Dearden. Son monologue terminé, je pris la parole à mon tour d’une voix glaciale. Et pour lui montrer que j’étais une bonne chienne …

- Si les premières cibles sont dans les galeries, elles seront ramenées dans les murs de la Milice. J’offrirai la primeur au Commandant Huyana si je mets la main sur sa fille. Je ne sais rien sur elle et son histoire, mais je ne tiens pas à en découvrir davantage.

Mon sourire vipérin se dessina sur mes lèvres. Je ne me mêlerai pas des histoires entre un père et une fille … J’étais déjà empêtrée dans une histoire entre une mère et son fils …

- Ma cible n’était pas un échec Général. Vous avez occulté toute une partie de l’histoire. La Grande Conseillère accompagnée du ministre Grégory Nicholson sont venus à la morgue ce soir-là. Je les ai attendus. Ils ont tous les deux reconnus le corps de … Avec cette manie de l’appeler Scarecrow, je dus faire une petite pause avant de reprendre. ... Gabriel Nicholson. Et cela n’a rien stimulé en vous, mon Général ?  

Je me levai de mon siège pour lui faire face. Son bureau entre lui et moi.

- Et s’il y avait une taupe dans votre gouvernement ? Ou bien des ennemis de la Grande Conseillère pour imaginer le retour du Prince Héritier ? J’ai bien visé ma cible ce jour-là et la Grande Conseillère a immédiatement reconnu son fils. Je n’ai commis aucun échec. Quant à mon dévouement pour notre Dirigeante, j’ai accepté le contrat tout en lui demandant si c’était bien ce qu’elle désirait.  Au moment de tirer sur lui, je l’avais en relation radio et je lui ai répété plusieurs fois la question, si je devais tirer … Elle ne s’y est pas opposée.

Il avait mis en doute mes compétences. J’allais devoir jouer un double jeu auquel Scarecrow m‘avait mis en garde et de mes choix que j’aurai à prendre.

- Je ne suis pas en mesure de juger les contrats et les choix de Madame la Grande Conseillère. Elle me donne un ordre. Je l’exécute. Quant à mes compétences, elles ne sont pas mises en jeu, car il était bien mort. Posez-vous la question de savoir qui essaye de tirer les ficelles dans l’ombre.

J’essayais de le mettre sur une mauvaise voie. Après tout, le corps de Gabriel Nicholson avait été reconnu par sa famille. Il y avait une faille quelque part à exploiter pour tromper Van Brënner.

- Je n’entretiens aucune relation avec mes cibles et votre fantôme n’est peut-être qu’un subterfuge, une illusion. Une personne qui a les moyens de se faire passer pour lui. Je mettrai la main sur ce type et sur cette femme … Une femme qui vous échappe depuis autant d’années. Les humains sont très retors et très résistants. Les autres cibles en sont aussi des preuves.

Un coup pas dans l’armure du Lion. L’agent du gouvernement avait parlé. Maintenant, c’était au tour de celle qui servait les Ténèbres. Mes pupilles se dilatèrent encore plus et je posai mes mains à plat sur la carte pour me pencher vers le Général.

- Ma sœur … et ma mère … Mon Général avec tout le respect que je vous dois … Elles n’ont pas à être mêlées à tout ça. Ce n’est pas en me menaçant que vous obtiendrez de moi les meilleurs résultats. Si vos petits toutous sont en plein trip orgasmique quand vous donnez des ordres. Cela ne fait aucun effet sur moi. La Grande Conseillère aurait dû me convoquer si elle doutait de moi.

Il se servirait de cette pression sur moi et si je ne lui obéissais pas, il ferait en sorte que ma famille vive un calvaire. Ma seule option, c’était que je disparaisse et elles n’auraient plus aucun lien avec moi. Ma sœur ne pourrait pas me succéder. On ne demande pas à une personne issue d’une famille qui a vu naitre une traitresse de prendre sa place. Mais je n’étais pas certaine de cette finalité. Ma famille serait pointée du doigt, leur réputation, et leur quotidien ne serait plus les mêmes.  Je pouvais imaginer la déception de mon père, mais si cela pouvait les sauver. J’avais un peu de temps devant moi pour mettre la main sur Scarecrow. Si du moins, il se laissait attraper. Nous avions fondé une alliance. J’allais voir s’il était de paroles. Tant qu’il ne réapparaissait publiquement, cela me donnait du répit. Mais quand l’envie lui prendrait de revenir sur le devant la scène, j’aurai des choix à faire.
Je baissai mon regard sur le plan.

- Je sais où se situe la trappe du sas de visite du réseau souterrain d’Aquanet. Je vais rejoindre le 8ième régiment. Aider le Capitaine Dearden à mettre la main sur ces cibles. Et il ne sera au courant de rien pour le reste.

J’avais des questions qui demandaient des précisions sur la mission. Mon doigt suivait la galerie souterraine sur la carte.

- Pas de questions sur les cibles, j’en connais certaines : 1 traitresse humaine, 1 traitresse Asarienne et un type qui a été aidé dans sa fuite par un traitre dans la Milice J’appuyais là où ça faisait mal pour un homme tel que lui. Par contre, j’aimerai des  renseignements supplémentaires. Au bout des galeries, il y a les Terres Sauvages, si les vermines sortent, qui va les accueillir ? Si le 8ième régiment a besoin de renfort, qui avons-nous sur place ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) Empty
MessageSujet: Re: [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)   [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) EmptyDim 23 Avr - 20:29

Sélène Warren avait gardé le silence tout au long de la présentation de sa mission. Sans doute avait-elle compris que le Général avait la totale confiance de la Grande Conseillère. Et si la vipère avait sifflé au début de son entrée dans le bureau, elle s'était ensuite contentée d'écouter docilement en consultant les dossiers qu'il lui tendait. Tomas aurait bien aimé que cela continue après l'explication qu'il lui donna, appuyée de la carte d’État-major. Malheureusement, l'agent spécial s'autorisa alors à prendre la parole, non pour demander des détails sur les cibles ou l'opération, ce qu'il aurait bien entendu accepté de bonne grâce, mais pour contester certaines des allégations du Lion de Feu. Ce qui ne resta pas sans conséquences bien entendu. Il la laissa dérouler son argumentaire, sans rien laisser paraître du désagrément que cela lui occasionnait. Pour autant, elle s'exposait en le défiant de la sorte, à un péril qu'elle était loin d'imaginer. Elle s'était levée pour lui faire face, pensant sans doute l'impressionner. S'il ne pouvait qu'approuver son choix de rester discrète au sujet de ce qui opposait le Colonel Huyana et sa fille, la suite du verbiage de la Main du Diable déplut profondément à l'Ancien. Il aurait pu se lever à son tour pour se porter à sa hauteur et répondre au défi, mais cela aurait été admettre qu'elle représentait un adversaire à sa hauteur, là où il ne voyait qu'une subalterne. Dans un calme olympien apparent, Tomas préparait sa réponse intérieurement. Laquelle ne tarda pas à tomber quand le Lieutenant daigna enfin fermer sa jolie bouche.

- En effet, il était mort selon le médecin légiste, partiellement défiguré donc difficile à reconnaitre catégoriquement, je pense. Quant aux personnes présentes à l'identification du corps, même s'il s'agissait d'une mère et d'un oncle, tous deux bouleversés, l'une d'avoir ordonné l'assassinat de son enfant, l'autre de l'avoir sans doute approuvée et soutenu dans ce choix, je ne pense pas qu'ils aient pu se tromper en l'identifiant. En revanche, concernant la déclaration de la mort, on peut se demander en effet comment le médecin a pu se tromper. Cependant, même si les cas sont rares, il arrive qu'une mort soit déclarée après constat de tous les symptômes de mort clinique, alors que le sujet est juste plongé dans une sorte catalepsie. Il peut aussi s'agir d'un coup monté pour faire croire à Alianka de Nephthis que son fils était bel et bien décédé. On aura simulé sa mort en lui injectant un puissant anesthésiant. Il y a des produits qui ralentissent tellement le métabolisme que le corps a toutes les apparences de la mort. Mais pour cela, il aurait fallu que ces gens s'assurent que vous manquiez votre cible, que vous vous contentiez de le blesser assez sérieusement pour qu'il puisse avoir l'air mort ... Donc il fallait qu'ils s'assurent de votre complicité... C'est un aspect qui me tracasse un peu Lieutenant Warren.


Tomas s'empara avec désinvolture d'un stylo et annota quelques mots en bas de page d'un dossier intitulé  001 2200 Y2 puis continua calmement malgré l'évidente mauvaise volonté de l'officier qui lui faisait face.

- Il n'en demeure pas moins que cette cible est toujours vivante. Pensez-vous qu'une mère, télépathe de surcroit, puisse se tromper, lorsqu'elle se retrouve confrontée à son enfant qu'elle croyait mort depuis onze ans ? Vous insultez les pouvoirs de notre Grande Conseillère ... Vous deviez l'abattre et donc le tuer. Il apparait évident qu'il n'a rien de mort. Des milliers de personnes présentes au concert du Multiplex peuvent en attester, ce chanteur est tout ce qu'il y a de plus vivant et Madame de Nephthis est formelle. Il s'agit de son fils ... Votre cible est vivante, donc de n'importe quel point de vue qu'on aborde la question, vous n'avez pas accompli votre mission qui était de l'assassiner. Nous vous épargnons la cour martiale, la moindre des choses serait de vous en montrer reconnaissante et d'avoir à cœur de rattraper votre échec.


Il souleva un autre dossier et le parcourut avant de s'arrêter sur un paragraphe particulier qu'il avait surligné.

- Nous sommes sur une piste qui pourrait expliquer la "résurrection" de Gabriel Nicholson. La morgue a été cambriolée dans la nuit suivant sa mort. Il est possible qu'on ait voulu récupérer le corps. Qui ? Des terroristes qui le voyaient comme leur idole, sa compagne la traîtresse Mara Jade ? Ou bien des opposants à Madame la Grande Conseillère. Je n'ai pas attendu une fillette telle que vous pour enquêter sur tous les membres du Gouvernement. J'explore la piste du complot depuis un moment. J'ai des soupçons qui ne vous concernent pas. Quoi qu'il en soit, le corps a disparu. Pour pouvoir enterrer ce martyre et lui rendre les honneurs d'Asaria, il a fallu y substituer celui d'un inconnu, un cadavre venu du Bidonville. Le visage était aussi méconnaissable donc il était impossible de contester l'identité à moins de faire des analyses. Ce que personne n'avait de raison d'exiger.


Reposant son stylo, Tomas, se frotta les mains et sourit à face au Lieutenant qui venait de protester au sujet de sa sœur et de sa mère et de faire acte d'un manque de respect à un haut gradé et au corps même de la Milice.

- Concernant votre famille, sachez que j'ai les pleins pouvoirs et que je mêlerai le membre que je souhaite à la contre enquête que je mène sur vous... Si j'estime utile que votre sœur soit "questionnée" cette nuit même, je n'ai qu'un appel à passer. Pour le moment, je n'ai aucun intérêt à ce que cette chère enfant souffre. Mais cela pourrait changer, si je vois que vous ne me donnez pas satisfaction... Si mes ordres  ne vous font aucun effet, affirmation qui relève de la cour martiale Lieutenant, dois-je vous le rappeler, car il s'agit purement et simplement d'une insubordination, peut-être qu'un petit rappel de mes fonctions et de mon grade vous seront utiles.  


Tomas appuya sur l'intercom:

- Aniston, passez moi le capitaine Campini.

- Tout de suite mon Général.

- Quant aux traîtres, dont vous faites peut-être partie, en effet, ils se trouvent parfois dans les hautes sphères du pouvoir comme dans les rangs de la Milice. Sachez que je n'ai pas approuvé le programme dont a fait l'objet Pearson. Il était trop tôt pour intégrer des Humains dans nos rangs sans s'assurer de les contrôler. Il aurait fallu attendre l'efficience des implants corticaux et l'en équiper ... J'étais bien plus favorable à l'assistance de la Milice par des Cyborgs. D’ailleurs vous allez avoir le plaisir de travailler avec eux.  

- Mon Général, le Capitaine Campini est en ligne.

- Merci Aniston. Campini, au rapport Capitaine.


- Elles viennent de rentrer du cours de danse de la petite... La mère prépare le repas dans la cuisine et la gamine doit être sous la douche. Rien à signaler mon Général.

- Bien bien, Campini. Pouvez-vous me décrire ce que porte la mère ?


- Affirmatif, je l'ai en visuel de ma voiture. Elle est devant l'évier en train de rincer une salade. Je la voix par la fenêtre. Elle porte un T-shirt bleu ciel de la marque Believer et, de mémoire parce que je ne le vois pas, un jean beige. Elle a un foulard rose et vert dans les cheveux.

- Pouvez-vous me décrire un bijou ?


- Affirmatif mon Général. Je zoome.  Un petit médaillon avec une charnière. Il y a deux initiales entrelacées. Je pense qu'il s'ouvre... Il doit y avoir des photos dedans...


- Vous pensez bien, Campini ...

Tomas se tourna vers Sélène et lui sourit de toutes ses dents.

- Voulez-vous que je demande à Campini d'aller voir ce qu'il y a dans le médaillon que porte votre mère autour du cou ?

Il pianota sur son ordinateur et poursuivit au téléphone.

- Campini, vous allez procéder au transfert des deux colis dans la planque numéro 3. Mesure restrictive 24 et 25.

- Bien noté mon Général. Plus de contact avec l'extérieur et plus de sorties. Transfert à effet immédiat ou je leur laisse le temps de manger ?


- Bordel Campini, vous voulez aussi leur mettre la bouffe dans des boîtes plastique et vous leur réchaufferez au micro onde pendant que vous y êtes ! Bien sûr que oui c'est à effet immédiat. Elles jeûneront ce soir, ça ne va pas les tuer ... Je viens de vous envoyer votre ordre de mission par mail. Une fois dans la planque 3 tenez vous prêts à une éventuelle évacuation vers la prison à toute heure ...


- Bien mon Général ! Elles dormiront donc avec leurs vêtements de jour.


- Tenez moi au courant du transfert quand vous serez arrivé à la planque! Exécution ! Terminé !


Tomas se pencha et attrapa une radio sécurisée dont trois canaux étaient préprogrammés. Il la tendit à Sélène.

- Canal 1 pour me parler directement, canal 2 vous serez en ligne avec le Commandant Huyana qui attendra avec le Capitaine Marden au bout des galeries avec le 22 ème régiment de blindés positionné dans les Terres Sauvages. Canal 3 vous serez en communication avec Dearden, votre supérieur direct. Moi je serai quelque part pour piloter les Wolf Hunter et les Gynoïdes. Le Commandant Huyana et le Capitaine Marden ont pour mission de ne laisser aucun survivant dans les Terres Sauvages. Ils n'épargneront que vos cibles mais celles-ci ne devraient pas pouvoir franchir le filtre des gynoïdes, donc il y a très peu de chances qu'ils doivent épargner des vies à l'extérieur. Voilà pour les renforts et les autres forces engagées sur la Mission Catacombes. Dans votre intérêt et celui de votre famille, mais aussi dans celui d'Asaria, j'espère que vous avez changé d'état d'esprit et êtes en train de mouiller votre petite culotte en dentelle à l'écoute de ces ordres, Lieutenant Warren ! Des questions ?  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) Empty
MessageSujet: Re: [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)   [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) EmptyMar 25 Avr - 18:55





Je me souvenais encore de son corps allongé sur le bitume, nageant dans sa marre de sang, son visage balafré. J’avais soulevé sa tête en empoignant ses cheveux et il avait eu encore la force de m’arracher mon masque. Deux balles, l’une au visage, la seconde dans le torse. J’avais suivi le déplacement de son corps jusqu’à la morgue, et une fois là-bas, le médecin légiste avait confirmé devant la Grande Conseillère et son  oncle, son décès. J’étais là, présente, en retrait, mais bien présente pour écouter les conclusions sur le dossier Gabriel Nicholson qui s’était refermé ce jour-là. Personne n’avait injecté quoi que ce soit à ce corps. Van Brënner avait suivi des pistes, mais elles étaient fausses. Je ne savais pas comment Scarecrow s’en était sorti, mais je savais que ce n’était pas le faisant passer pour mort. Je n’avais été soudoyée par personne pour piéger Alianka de Nephthys. J’avais fait mon job, celui qu’elle m’avait donné en main propre dans son bureau.  M’entendre dire que j’avais été une traitresse par cet Ancien, c’était me rendre coupable d’un complot dans le dos de celle que j’avais toujours servie. Et la menace de ma famille était ma seule faiblesse pour me rendre docile.

- Deux balles … Il n’a pas été que défiguré Général et la première balle a fait mouche en plein dans sa cible. Si on m’avait graissé la patte pour le rater, je ne l’aurai pas aussi abimé. Bien que plus jeune, je savais très bien manier mes armes. Récupérer un corps sans vie et dans cet état-là, seuls des médecins peuvent avoir encore l’espoir. Alors ne me mettez pas sur le dos les trahisons qui s’opèrent partout jusque dans la morgue. Où est la balle qui a été extraite de son corps ? Quel est le rapport du légiste ? Il n’y en a eu qu’un ? Donc ce type a eu tout le loisir de travailler sur le corps de Nicholson. Je n’ai pas lâché des yeux sa dépouille, mais on sait bien vous et moi que la panoplie des pouvoirs qui définit notre race est infinie. L’illusion m’aurait été donnée ainsi qu’à madame la Grande Conseillère.

Je me battais contre un mur. Van Brënner voulait un bouc émissaire, un responsable du retour de ce fantôme et j’en devais la coupable. Le jeu était perdu d’avance. J’étais désignée comme déloyale et infidèle à mon statut d’assassin et à l’honneur des Anciens.  La probabilité que quelqu’un se soit faufilé dans cette morgue après le départ de la famille de Gabriel était infime, mais suffisamment réaliste pour que son corps soit remplacé par un autre. De cela je n’en avais plus de doute pour avoir été confrontée à Scarecrow. L’inconnue manquante dans cette équation était qui s’était permis d’échanger le corps du fils de la Grande Conseillère et pourquoi ? Et ça le Général à part sa suspicion envers ma petite personne, n’avait pas creusé bien loin. Il lui fallait un suspect. J’étais la personne idéale pour ça. Il griffonna quelques mots au bas d’un dossier et je reconnus rapidement mon matricule. Je me redressai de son bureau en écoutant le son qu’avait provoqué le mot « cour martiale » dans la pièce. Je ne pouvais pas être mis aux arrêts. J’avais encore besoin de ma liberté de mouvement. La seule chose à faire devant le Lion de Feu s’était reconnaitre mes torts même s’ils n’étaient pas de mon fait.

Avant que je puisse formuler une suite dans mes propos, le Général s’était emparé d’un autre dossier et à la lecture du passage qu’il  me donna, cela confirmait mon analyse sur le vol du corps, mais toujours pas dans quelle intention.

- Je ne mets pas en doute les pouvoirs de la Grande Conseillère ni du fait qu’elle ait reconnu son fils.
Son bureau  a dû être mis sur écoute. C’est là-bas qu’elle m’a convoqué ce soir-là pour me remettre ce contrat en main propre. Nous étions seules, elle et moi. La coïncidence de ce cambriolage dans la même nuit n’est pas due au hasard. Si ce corps avait été laissé à sa place, il serait mort.


Mes bras le long du corps, debout devant le bureau, je serrai mes poings. Je devais rester l’Assassin et uniquement la Main du diable face à mon Supérieur.

- J’ai horreur d’avoir été dupée durant toutes ces années et de me retrouver face à une cible qui ne devrait plus fouler le sol de notre chère cité.

La suite me pétrifia sur place et au fur et à mesure que j’écoutais Le Général passer ses ordres au téléphone. Je reculai pas après pas pour buter brutalement contre le siège. Ce qui se passait sous mes yeux était la pire horreur que je pouvais vivre personnellement. Lentement, comme un automate, je repris place dans le fauteuil. Je sentais mes Ténèbres prendre vie et m’envelopper de leur manteau funeste et glacial. Je retins ce nom Campini. Je le retrouverai et je l‘égorgerai. Je lui ferai bouffer ses entrailles pour avoir osé toucher ma mère et ma sœur.  

- Ne leur faites pas de mal … Non … Ma sœur est jeune, elle a ses études … Ses professeurs vont se demander où elle est passé … Ma mère n’a rien avoir avec tout ceci.

Ma famille était sous surveillance depuis … depuis très certainement après le concert de Scarecrow au Multiplex.  Le médaillon que portait ma mère venait de ma grand-mère. Il y avait les portraits de ma sœur et moi plus jeunes.

- Non …

Soufflai-je quand il me posa la question sur le médaillon. Elles allaient être retenues dans une planque … Non… Non… Le Général mit fin à la communication et enchaina sur la radio qu’il me tendit et les différents canaux que je pouvais utiliser. Il répondit aux questions que je lui avais posées peu de temps avant sur les forces en présence et les âmes noires au creux de mon âme réagirent au nom des Wolf Hunter. Ce même nom que j’avais découvert dans une des dimensions de Scarecrow. Ces Robots que nous avions combattus … Ils étaient là … dans le cœur de notre Asaria. Masquant mes émotions, je redevins le soldat obéissant.

- J’ai bien retenu les ordres, mon Général.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) Empty
MessageSujet: Re: [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)   [Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
[Intrigue] : Opération Catacombes phase I : Serpents in paradise (Sélène Warren)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fédération Belge de la fourrure attaque GAIA en justice
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Opération Mongoose
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]
» Coopération Marchande

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre de Prophétie : Asaria :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps :: » RP Intrigues-
Sauter vers: