Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mara Jade
Leader des Pacificateurs
Humaine

avatar
Messages : 1726

Localisation : Asaria et ses plaines
Côté coeur : A tout jamais lui

Activité/Profession : Leader / Se battre pour un futur meilleur

MessageSujet: Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]   Ven 6 Mai - 17:51




- Tu étais où Mara ?

Je sursautai en refermant la porte de ma maison. Ce n’était pas la voix de ma mère ni celle de mon père. Ma mère était décédée de ses graves blessures et de la violence qu’elle avait subie auprès des Asariens et mon père en était mort de chagrin. Cet homme qui m’attendait chez moi était devenu un père de substitution. Kevin.  Je m’appuyai contre la grosse porte en bois et je laissai enfin mon cœur se calmer et ma respiration reprendre un rythme plus régulier. Lorsque j’étais sortie des tunnels souterrains qui s’étendaient sous la cité jusque dans nos terres, je n’avais pas cessé de courir à travers les champs. Combien de temps s’était écoulé depuis que j’avais posé les pieds dans les bidonvilles ? Quarante-huit heures ? Peut-être plus ! Tout se mélangeait dans ma tête, bercée par ces magnifiques moments : mon réveil dans l’appartement de cet Asarien. Cet Asarien qui n’était autre que le fils de la Grande Conseillère. Cet homme qui avait soigné mes blessures, qui m’avait offert un toit pour me protéger. Mais bien plus que cela, j’avais découvert que derrière son statut et son nom, il était … différent.
DIFFÉRENT. Ce mot résonnait dans ma tête, d’une façon incessante et fabuleusement incroyable. Après toutes ces années, j’avais raison de croire que les Asariens n’étaient pas tous cruels, qu’il y avait un espoir d’unir nos races, de faire avancer l’histoire, de créer le futur. Notre futur. C’était dingue ! Je n’avais pas eu peur de lui. A aucun moment, je n’avais ressenti une quelconque aversion, une agression, une violence venant de sa part. Gabriel … Mon cœur pulsait à vive allure rien qu’en repensant à son visage, à ses yeux terriblement bleus parfois gris, à ses lèvres, à ses mains contre les miennes.

- J’étais … j’étais …

- Tu étais dans les bidonvilles ? N’est-ce pas ? A la recherche d’une utopie qui n’existe pas Mara !!

- Tu n’en sais rien ! J’ai vingt-deux ans ! Je suis majeure et j’ai des rêves ! Prends les pour des chimères, mais cette nuit, elles sont devenues réalités !

- Que me dis-tu ?

- Je … Je … J’ai besoin de voir Lia … Je vais très bien, je suis en pleine forme! Je ne suis pas blessée.

Je m’approchai de lui et je posai mes mains sur ses larges épaules. Il avait un peu plus de cinquante et c’était un très bel homme, au regard charmeur.

- Kévin, ma mère est morte sous la torture des Asariens. J’ai été capturée par un Ancien qui m’a violée. Mon père est mort de chagrin. Pourtant je suis bien encore vivante et je veux croire en l’avenir, en un monde meilleur ! Je ne suis pas folle … Je t’assure que je vais très bien.

- Mara, tu es comme ma fille, je veille sur toi. Je ne veux plus qu’il t’arrive malheur.

- Je ne suis pas une Princesse d’un conte de fées. Je n’ai pas à être protégée ou à être sauvée. Tout va bien. Promis !

Je déposai un baiser sur sa joue puis je ressortis telle une tornade hors de la maison reprenant ma course pour me diriger vers la maison de la famille Walden. Je dévalai le petit champ parvenant aux autres maisons. Dans ma course, je croisai le père de Julian qui m’expliqua qu’il était parti chassé. Je ne pouvais pas le chercher dans toutes les collines même si je connaissais ses lieux de prédilections pour ce genre d’activités. Non, non ! J’avais besoin de me confier, de tout raconter, et seule Lia était la personne parfaite pour cela. Je continuai de courir. Je me sentais pousser des ailes. Je me sentais vivante comme jamais. J’arrivai enfin devant la porte de la maison des Walden. La porte s’ouvrit avant que je ne puisse toquer à celle-ci. La mère de Lia m’offrit un grand sourire.

- Hé bien Mara, tu es bien énergique ce matin ! Si c’est Lia que tu cherches, elle est allée au marché du village. Elle vient de partir il y a quelques minutes, tu peux encore la rattraper !

- C’est très gentil à vous Madame Walden !  Bonne journée !

Un petit signe de la main en guise d’au revoir, et je pris, toujours au pas de course, la direction du marché. Elle ne devait pas être loin. J’accélérai mes pas, et c’est au bout de plusieurs minutes, au détour du chemin que je vis une petite silhouette, un panier en osier sous le bras.

- Liiiiia !

Lia était plus jeune que moi, de quelques années seulement. Pourtant avec tout ce que nous avions vécu, elle et moi, cette différence ne se voyait guère. Sous ses airs de petite fille fragile se dissimulait un caractère courageux et déterminé. Je lui avais si souvent confié mes espoirs que parfois je me demandais si Lia ne me prenait pas pour une folle avec cette paix que j’aimerai instaurer entre les humains et les Asariens. Elle était pourtant, avec Julian, des amis indéfectibles.

- Liiiiia !

Elle se retourna enfin, et je pus freiner mon élan avant de me stopper à son niveau, juste devant elle. Mon sourire ne me quittait décidément pas. La fraicheur de ces matinées hivernales avait donné une couleur rosée à mes joues. Je pris aussitôt ses mains dans les miennes.

- Il faut que je te raconte !
Lia !! J’ai trouvé ! J’ai trouvé !!
Il EXISTE !


Je ne savais plus par où commencer, comment lui décrire avec précision tout ce que j’avais vécu. Lia me dévisageait avec une certaine surprise et curiosité à la fois. Effectivement, je n’étais peut-être pas tout à fait dans mon état normal. J’inspirai lentement, essayant de reprendre une respiration plus régulière.

- J’espère que tu as du temps devant toi parce que mon histoire va être très longue ! Fis-je en lui lançant un clin d’œil pétillant.

- Ils ne sont pas tous mauvais, Lia. J’ai tant de choses à te dire, si tu savais ! Il est … Il m’a sauvée … Il est venu à mon aide quand j’avais les Miliciens à mes trousses. C’est un homme est … Ha non non non !! Du tout du tout ! Ne t’imagine rien ! Viens … viens avec moi, j’ai besoin de te parler.


 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]   Mer 1 Juin - 19:42

Cela fait plusieurs jours que je n'ai pas vu mes amis. Julian et Mara ont leurs vies, de leurs côtés, et je ne saurais vouloir les accaparer, rien que pour moi. Nous sommes peut-être les meilleurs amis du monde, nous ne pouvons pas passer toute notre existence ensemble.

Toutefois, et cela bien malgré moi, lorsque je n'en vois pas un pendant plusieurs jours, je commence à m'inquiéter. Je suis comme ça. Je ne supporte pas de demeurer sans nouvelles. Et si j'ai vu Julian hier et apprit qu'il allait partir chasser - ce qui n'était pas vraiment mon truc - en ce qui concerne Mara, cela remonte déjà à plus de 48 heures sans nouvelles. Je sais que son utopie d'un monde meilleur la pousse parfois à dépasser certaines limites. Je sais aussi qu'elle s'est déjà retrouvée en grand danger... Je ne reparlerai pas de son agression, je ne saurais l'oublier pour autant. Je ne veux pas tirer de plans dramatiques sans en savoir davantage, je sais que je me fais aussi souvent des films bien gratinés qui ne ressemblent en rien à la réalité. Seulement, si ces films ne se réalisent qu'une seule fois, la vie en est à tout jamais bouleversée. Je me refuse toutefois d'y songer plus avant, d'autant que j'ai du travail!

Je vis toujours chez mes parents et me vante parfois d'être une vraie fée du logis. Ce titre de noblesse nécessite de toujours se dépasser dans de nombreux domaines. Laver les vitres, les sols, faire la poussière et j'en passe m'ont permis de mettre un peu mon angoisse latente concernant Mara. Elle est déjà partie plus de temps que ça et revenue en pleine forme!

Je n'ai toutefois pas passé la meilleure des nuits, petite angoissée que je suis. Mais le matin, après un léger petit déjeuner, je suis partie vers le marché, savourant la fraîcheur matinale, beaucoup plus détendue!

"A plus tard, maman! Tu veux toujours que je prenne ton fameux fromage qui embaume toute la maison, hein!"

Sans attendre sa réponse, je l'embrasse et m'élance en souriant. Une sensation de bien-être m'a envahit depuis mon éveil. Je laisse toujours parler mes émotions et ma petite voix intérieure. Et quelque chose me dit que je ne vais pas tarder à croiser ma chère Mara!

J'avance d'un pas décidé, comme je le fais presque toujours. Cette facette de ma personnalité est grandement dissimulée par mon apparence de jeune fille douce et fragile. J'avoue ne pas entendre immédiatement la voix noyée par le vent qui m'interpelle. Je ne saurais dire combien de fois mon amie a essayé d'attirer mon attention.

Lorsque je me retourne enfin, c'est tout à la fois comme si je savais sur qui j'allais tomber tout en étant surprise. Je suis tellement rassurée de revoir mon amie que je m'emmêle dans mes émotions.

"Mara!" M'exclamé-je.

Vivifiée par l'air, le sourire rayonnant, sublimée par une aura que je ne saurais encore expliquer elle arrive à ma hauteur. Nos mains entrent en contact et Mara essaye de m'expliquer tout un tas de choses à vive allure. Son sourire est contagieux mais une ride se forme entre mes yeux, j'essaye de me concentrer, je n'y comprends rien...

"Mara ma chérie, plus lentement, je..."

...Je suis impatiente, totalement perdue, ravie de la retrouvée, je suis tellement de choses à la fois que j'attends la suite, les yeux écarquillés, essoufflée comme si j'avais couru moi aussi!

"J'aurai toujours du temps pour toi... Le fromage de maman attendra!"

Elle commence à m'expliquer tout un tas de choses, un peu plus lentement et je crois que je commence à comprendre, à assimiler l'importance de ce qui s'est passé, de ce qui est en train de se passer et de ce qui pourrait se passer dans un futur plus proche que je ne l'aurais pensé!

"Je ne sais même pas quoi m'imaginer, ma chérie!" Finis-je par dire, amusée, quoique les choses deviennent de plus en plus claires.

"Oui, tu as raison, trouvons nous un endroit tranquille!"

Je la prends par la main et nous rejoignons un endroit "secret" que nous affectionnons depuis toujours, un de ces lieux que les enfants adorent, loin des parents, loin des oreilles indiscrètes et si proche du futur!

Je m'installe le plus confortablement possible et regarde Mara en souriant. Je ne l'ai pas vu dans un tel état d'excitation depuis... ? Depuis je ne sais plus en fait!

"Bon... Si tu reprenais tout depuis le début? Depuis que tu es partie en fait..."

Oui, ça sera le plus simple, pour moi, pour elle! Je vais faire en sorte d'être la plus attentive possible! Car tout cela risque d'être... Très important!
Revenir en haut Aller en bas
Mara Jade
Leader des Pacificateurs
Humaine

avatar
Messages : 1726

Localisation : Asaria et ses plaines
Côté coeur : A tout jamais lui

Activité/Profession : Leader / Se battre pour un futur meilleur

MessageSujet: Re: Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]   Mar 7 Juin - 23:04

Mon enthousiasme était à son paroxysme devant une Lia qui avait dû mal à me suivre et j’étais bien incapable d’arrêter cette adrénaline matinée d’un je ne savais pas trop quoi qui m’enivrait. Lia était plus posée que moi, peut-être que le temps m’apprendrait à être plus calme et surtout beaucoup moins nerveuse comme aujourd’hui. J’avais tellement à lui dire que j’étais incapable d’ordonner mes pensées. Lia m’entraîna avec elle dans un petit endroit secret, « le Nôtre », même Julian n’était pas au courant. C’était notre jardin, là où l’on pouvait tout se confier. Nous descendîmes un petit chemin qui donnait sur une rivière et là on s’installa au bord de l’eau claire, entre les lourdes branches des arbres qui retombaient sur nous et nous abritaient du soleil, et les hauts buissons.

- J’étais partie. Je ne devais faire qu’un aller-retour entre les dômes et ici.
Et puis, il y a eu tout ça ! Tout s’est passé tellement vite. Mais je te promets Lia que je n’ai jamais été aussi bien qu’aujourd’hui !


Mon amie cherchait à me calmer tout autant qu’elle cherchait à analyser la situation avec recul. Mais c’était peine perdue pour moi dans mon état. Je débutais mon récit  essayant par la même occasion de faire un tri dans mes pensées et mes émotions à fleur de peau.  Si je voulais qu’elle comprenne tout, j’allais devoir prendre le temps et lui raconter tout depuis le début.

- Je suis dehors depuis … Je fronçai les sourcils, me concentrant sur les derniers événements que j’avais vécus, rassemblant chaque donnée qui avait défilé d’une façon si irréelle. …depuis plus de vingt-quatre heures.

- J’étais partie sous les dômes, il y a deux nuits. J’ai entendu dire que le Prophète serait quelque part dans la cité. Je voulais écouter les échos du bidonville, savoir ce que pouvait penser les Nôtres, là-bas. Tous ces humains qui vivent si près des Asariens. Si toute cette histoire était vraie ou simplement le fait d’un gouvernement qui veut briller encore plus et se servir du nom de Saria.

Je laissai mes doigts joue avec l’onde bleutée qui étincelait sous les rayons chaleureux. Son visage m’apparut lentement au grès des arabesques que je dessinais avec ma main et je souris parce que je savais que je n’avais rien inventé, que j’avais bien vécu cette rencontre. Je repris mon récit parce que je ressentais l’inquiétude et l’impatience de Lia.

- Il y a eu la Milice Tous ces soldats. Je me suis retrouvée cernée dans le bidonville. J’ai tenté de fuir, mais ils étaient bien trop rapides pour moi. Je ne me suis pas rendue pour autant, alors ils ont tiré sur moi à plusieurs reprises. J’ai été touchée… là…ici.

Je me redressai pour faire face à Lia et je relevai mon haut en lui dévoilant ma hanche droite qui ne comportait aucune marque, aucune séquelle de ces tirs qui auraient dû me brûler la peau et me laisser une marque profonde dans ma chair.

- J’ai perdu connaissance. Je me souviens juste d’avoir entendu, un peu avant, une voix qui disait aux Miliciens que j’étais son esclave et qu’ils pouvaient passer leur chemin.
Je me suis réveillée le lendemain matin dans un … lit. Un appartement. J’étais en plein cœur d’Asaria. Lia, cet homme avait juste donné ce subterfuge de l’esclave pour se débarrasser des soldats. Il m’a soignée. Oui, c’est un Asarien.


Je pris ses mains tendrement dans les miennes. C’était important qu’elle me comprenne, qu’elle suive le cheminement de tout ce que j’avais vécu. Ses yeux me dévisageaient, un mélange certainement d’incompréhension et de curiosité. Une réaction tout à fait normale devant mon comportement et tout ce que je tentais de lui conter. Ma voix s’était apaisée, moins empressée qu’au début.

- Je vais très bien Lia. Je n’ai subi aucune torture, aucune violence.  C’est une façon de lui dire que j’avais encore toute ma tête, que je n’étais pas en train de délirer. Il a été si doux, si attentionné, si pudique. Il était tout seul dans son appartement, pas de traces d’esclaves, Rien ! Il m’a expliquée que son sang d’Asarien avait des vertus régénératrices. Il s’en est servi sur mes blessures. C’est pour cela que je n’ai aucune trace sur ma peau.  

Elle était comme ma petite sœur et il était très important pour moi qu’elle voit à quel point l’avenir pouvait être différent entre les Humains et les Asariens. Je glissai mes doigts légèrement contre sa joue, replaçant doucement une mèche de cheveux derrière son oreille.

- Je ne sais pas comment définir tout ce qui s’est passé. J’aurai dû avoir peur de lui, j’aurai dû me méfier, avoir des doutes. Mais au contraire, je n’ai pas ressenti ce genre d’émotions. J’ai cru un moment qu’il utilisait ses pouvoirs sur moi, qu’il me manipulait, qu’il faisait en sorte de tromper ma lucidité dans mon état de faiblesse. Ce n’était pas ça.
Il m’a laissée dormir toute la nuit dans son lit et il s’est reposé dans le divan. Il m’a invitée à prendre une douche, à me relaxer. Il m’a fournie des vêtements propres.
Si tu avais pu le voir … Ses yeux … cette couleur si intense…et cette tristesse dans ses mots.


En un peu plus de vingt-quatre heures, ma vie avait basculé d’une façon inattendue. Peut-être pas tout à fait « inattendue » parce que depuis tout ce temps, je n’avais jamais perdu espoir de croiser un jour un Asarien différent de tous ces monstres.

- Nous avons commencé à discuter, à échanger nos expériences.
Et puis, il y a eu ce coup à la porte. Une femme. Une domestique qui venait faire le ménage et lui apporter son petit déjeuner. Il n’a pas voulu la faire entrer.
Elle l’a nommé par son nom …
Lia, j’étais avec … le fils de la Grande Conseillère.
J’étais avec Gabriel Nicholson …


 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~





Spoiler:
 


Dernière édition par Mara Jade le Ven 17 Juin - 16:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]   Jeu 9 Juin - 16:20

En quelques instants, nos étions installées au bord de notre rivière, dans notre jardin secret à toutes les deux. Seuls le vent et le murmure de l'eau pouvaient être au courant de ce que nous allions nous raconter. Et pour ma part, il me fallait surtout écouter. J'allais devoir me concentrer. L'excitation de mon amie avait beaucoup terriblement contagieuse, je me devais de garder l'esprit clair, pour la bonne raison qu'elle avait plus ou moins disparu pendant deux jours et qu'il était apparemment important que je sache ce dont il était réellement question.

Mara commença à parler s'efforçant de reprendre du début, ce qui serait, à n'en pas douter, le plus simple pour tout le monde. Je sentais bien que pour elle, ce serait compliqué de garder son calme, mais moi, j'étais capable de prendre du recul. Et bien malgré moi, une part infime de mon être demeurait inquiète. Je ne l'avais jamais, je dis bien jamais, vu dans un tel état. Était-ce bon ou grave?

Je l'écoutais donc avec attention, me contentant de hocher la tête. Le début de l'histoire n'avait rien de bien exceptionnel. La suite en serait tout autrement, j'en avais l'intime conviction.

"Je te crois, Mara! Je te crois!" Dis-je. Oui je la croyais quand elle me disait qu'elle allait bien. Elle ne me mentait pas, jamais, alors... Pourquoi cette fois-ci? Et puis elle était rayonnante, aussi lumineuse que les rayons du soleil miroitant sur l'onde mouvant à nos pieds. Je ne voyais pas comment ne pas la croire. Mais j'avais besoin qu'elle prenne son temps et qu'elle parle clairement pour que je suive le fil des événements.

Elle reprit son récit et je ne dis rien, muette totalement, à l'écouter avec attention. Je hochait parfois la tête. D'accord, c'était clair jusque là... Puis je sursautais, pour de bon, oui, je fis vraiment un bond...

"Quoi?!"

Elle s'était fait tirer dessus? Mais... Bon elle avait l'air de ne pas souffrir, d'aller très bien mais... Et elle me le prouva en me montrant l'endroit où elle avait été blessée. Il n'y avait rien, pas la moindre marque. Je me sentais rassurée... Le fait est que si quelqu'un d'autre m'avait dit cela, je ne l'aurais pas cru.

"D'accord!" Dis-je, le souffle presque coupé par l'émotion, la peur... Et le fait d'être rassurée aussi.

J'écoutais donc la suite avec une attention décuplée. Un Asarien l'a sauvé, un homme bon, honnête, gentil et capable de la soigner. Je devais avoir les yeux écarquillés comme pas possible, cela me faisait presque mal.

Les mains de Mara se posèrent sur les miennes, les serrant doucement. Elle voulait me convaincre et je le savais, je le sentais, ses mots étaient plus posés, plus lourds de sens, elle était consciente qu'il n'était pas évident pour moi de la croire. Mais je le voulais et je savais que j'y arriverais parce que cela venait d'elle.

"Oh Mara..." Finis-je par dire, plutôt déboussolée. La peinture qu'elle me fit de cet homme me laissa sans voix. J'avais tout à la fois du mal à croire qu'un asarien comme lui existe, et en même temps, je le voulais, je voulais tellement m'en persuadée. Ce ne pouvait pourtant être un subterfuge de sa part... Il avait peut-être utilisé un pouvoir de manipulation mentale... Comme il avait utilisé son pouvoir de régénération. Mais Mara m'affirma qu'il avait été en tout point le plus galant des gentlemen! Je n'en revenais pas, mon coeur faisait des bonds dans ma poitrine, probablement à l'unisson avec celui de ma sœur de coeur.

Je sentis la main de Mara contre ma joue, sur mes cheveux, je me rendis compte que j'avais fermé les yeux. Elle m'affirma qu'il n'avait rien fait de cela, pas e manipulation presque comme si elle avait lu dans mes pensées, ce qui se produisait de temps à autre entre nous. Nous étions tellement proches.

Puis elle reprit le cours de son histoire et je l'écoutai sans un mot une fois de plus. Je n'en revenais pas... Le fait est que je ne suis toujours pas revenue de la fin de son récit...

"Oh mon dieu, Mara, je n'en reviens pas... Je... Gabriel Nicholson? Et vous avez passé tout ce temps à discuter, à échanger, d'égal à égal? Un visionnaire cet homme? Oh Mara c'est tellement... Incroyable!"

Plus que la peur de ces dernières minutes au sujet de la santé, de la vie de mon amie, plus que le fait qu'elle ait passé deux jours chez un asarien, plus même que le fait qu'il soit le fils de la Grande Conseillère, ce que je repassais dans ma tête, seconde après seconde, c'était le fait que cette utopie merveilleuse à laquelle aspirait Mara depuis toujours, puisse être vraie! Oui, j'avais rencontré des asariens respectueux de la vie, mais pas de la nature humaine. Il m'avait aidé, mais comme on aide un chaton perdu. Là, il y avait eu un rapport d'égalité entre eux, une discussion d'égal à égal. Je n'en revenais pas.

"Tu sais ce que ça veux dire Mara?! Tu sais ce que ça signifie?! Que tout ce que tu m'as toujours dis était vrai. Je n'arrive pas à y croire..."

Je pris le visage de mon amie entre mes mains.

"Et toi, est-ce que tu arrives à croire? Qu'est-ce qui va se passer maintenant? Tu vas le revoir? Tu vas... Vous allez...?"

Je ne trouvais plus mes mots, j'en perdais totalement la raison. Je n'avais jamais été aussi étonnée, au bord des larmes, de joie, bien évidement. J'étais dans l'espoir le plus complet!
Revenir en haut Aller en bas
Mara Jade
Leader des Pacificateurs
Humaine

avatar
Messages : 1726

Localisation : Asaria et ses plaines
Côté coeur : A tout jamais lui

Activité/Profession : Leader / Se battre pour un futur meilleur

MessageSujet: Re: Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]   Lun 20 Juin - 19:17

Lia me croyait même si mon histoire pouvait lui paraitre extraordinaire, à la limite de l’impossible. Je me demandai comme réagirait Julian, à son tour, quand je viendrai à lui raconter la même chose. Je sentis la douce caresse de ses mains sur mon visage et je ne pouvais m’empêcher de lui sourire comme une adolescente que je n’étais plus depuis longtemps. Je me libérai de son attention et je m’allongeai dans l’herbe, scrutant le magnifique ciel bleu que nous offrait cette Terre malmenée depuis de nombreuses années.  

- Bien sûr que j’arrive à y croire ! J’ai cherché ce moment en espérant rencontrer un jour un Asarien de différent… Mon père m’a murmuré ces mots avant de mourir, de m’accrocher à mon rêve, que je devais suivre mon cœur et ce que je croyais juste …

Je tournai mon visage vers ma petite sœur de cœur. Je pouvais lui paraître en cet instant complètement illuminée. Pourtant j’avais bien toute ma tête et mes pensées bien qu’elles tourbillonnaient dans tous les sens, elles étaient bien ancrées dans la réalité.

- Tu as déjà eu l’impression que le temps s‘écoule beaucoup plus vite quand tu as envie qu’il s’arrête de tourner ? Que lorsque tu souhaites que le temps s’étende et que les heures cessent de s’égrener, c’est là que tout se déroule à une vitesse incroyable ? Ma mère me répétait que c’était toujours en très bonne compagnie, avec les gens qui nous touchaient, qui éveillaient en nous une flamme de tendresse et d’amour qui rendaient ce temps trop rapide. J’ai ressenti cela avec lui … Nous avons parlé. Nous n’avons pas cessé de discuter, d’échanger nos idées, nos opinions, la vision de ce monde … J’aurai aimé posséder le pouvoir de figer les heures et de nous laisser encore plus de temps pour nous deux. Ma mère disait aussi que ce temps qui passe trop vite avec les gens que nous aimons nous donne l’envie de les revoir, de partager de nouveau des petits moments.

Je savais que je venais de toucher du bout des doigts le plus grand bouleversement de ma vie. Je n’étais plus une sorte de jeune femme étrange qu’on regardait de façon suspecte quand je prônais le rapprochement des deux races. Ce rêve était devenu une réalité que j’avais rencontrée la nuit dernière.  Je soupirai e nervosité et d’exaltation, les yeux dans le vague. Toutes ces idées qui m’envahissaient, à la fois prenantes et puissantes, relevant mes prunelles  vers mon amie.

- La paix, un jour pour tous. Nous serons des Pacifistes, Lia …
Des Pacificateurs …


L’image de notre ami commun se présenta à mon esprit. Julian était plus méfiant envers la race supérieure. Me suivrait-il ?

- Tu penses que … Julian…serait d’accord avec tout ça ?
Et si nous réussissons … Si notre Cause s’agrandit, il nous faudra un point de ralliement, un endroit à l’abri de tout regard pour nous réunir, nous voir et avancer. Il n’y a que grâce à eux, leurs pouvoirs, leurs dons que l’on pourra ériger quelque chose de durable.


A la fois hors du temps et indescriptible, mon tête à tête avec Lia dessinait une voie que je ne pouvais pas occulter, celle dont j’avais toujours eu espoir. Et même si la jeune femme avait toujours été la confidente de mes pensées, de mes secrets, elle avait cette façon à elle de me temporiser  même si je voyais sa fierté sur son visage. Une lueur dans la nuit. Voilà comment je définissais Gabriel et notre rencontre. A toute vie, il faut un déclic. Et ce déclic, je l’avais trouvé au hasard d’une nuit qui aurait pu être terrible pour moi.

- Je sais Lia. Je comprends parfaitement que tu peux te poser des questions, que tu prennes ce recul que tu penses que je n’ai pas. Je ne te forcerai jamais à accepter un combat que tu ne veux pas. Nous avons toujours été franches l’une envers l’autre. Tu as été ma confidente depuis que nous sommes gamines. Je ne t’ai jamais rien cachée. C’est pour cela que je voulais te parler de cet Asarien. Jamais, je n’aurai pu avancer sans toi dans ma vie. Ce n’est pas aujourd’hui que je le ferai.

Lorsque je lui avais dévoilé l’ascendance de Gabriel, le visage de Lia avait changé de nouveau. Je me demandai comment Lia n’avait pas fait pour perdre son calme ou bien de me traiter de folle devant ce que je lui avouais, devant l’énormité du danger que je lui présentais avec l’identité du fils de la Grande Conseillère. Peut-être était-ce mes réactions, mon engouement, mon entêtement et ma flamme qui lui avait fait comprendre que je n’avais jamais été aussi entière de toute ma vie.

- Je risque gros … très gros. Je joue ma tête comme il joue sa propre existence. Rien n’est fait au hasard, Lia. Nous en avons terriblement conscience lui et moi. Mais il faut arrêter ce cancer qui ronge Asaria, qui ronge nos vies. La peur n’amène à rien. Et si à chaque obstacle, on recule … alors que faisons-nous ici ? Quel est l’intérêt de vivre encore ? Il faut par moment faire des choix avec tout ce que cela implique.

Je glissai ma main sous mon chemisier et j’en sortis le médaillon qui se mit à briller au soleil.

- Mon père m’avait forgé ce petit bijou … C’est un Phénix … Tu connais sa légende ?


 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]   Dim 2 Oct - 16:44

Il n'y avait rien que je ne pouvais croire de la part de mon amie d'enfance. Jamais nous ne nous étions mentis bien au contraire. L'honnêteté était passée maîtresse au coeur de notre relation. Voilà pourquoi, lorsqu'elle me disait qu'elle avait rencontré un Asarien pas comme les autres, je ne pouvais que la croire sur parole. J'avais aussi envie de la croire sur parole, c'était vrai. Parce que cela résonnait en écho avec mon propre désir de croire que ces gens n'étaient pas tous les monstres immortels tels qu'on voulait nous les présenter.

Je me sentais un peu perdue au coeur de toutes ces révélations, observant Mara s'allonger avec un sourire rayonnant. Il y avait tant à espérer, tant à imaginer. Mon caractère optimiste me poussait à croire, espérer et imaginer tout le meilleur de cette rencontre. Cet homme ne venait-il pas de sauver mon amie? Ne venait-il pas de lui exposer les traits hypothétiques mais si tentant d'un avenir meilleur pour tout le monde? J'avais vraiment envie d'y croire tandis que mon corps se réchauffait plus à l'idée de tout ce que l'avenir pouvait présager de merveilleux plutôt que par les rayons du soleil.

J'écoutais Mara avec toute l'attention dont j'étais capable, malgré mon coeur battant à tout rompre dans mes oreilles. Je sentais, savais qu'elle avait ressenti l'avenir comme j'étais en train de le ressentir. Je connaissais bien les mots du père de ma grande soeur. Oh oui, je les connaissais. Je tentais moi-même de suivre cette mentalité à ma façon. Nos rêves étaient tout à la fois bien différents et si semblables, Mara et moi!

Quand elle tourna son regard vers le mien, je sentis la force, la volonté qui l'habitait, si communicative. Oh oui cette notion du temps était si agaçante parfois, je l'avais bien trop souvent expérimentée, moi qui gardait toutes mes émotions négatives à l'intérieur. Je ne fus guère étonnée d'apprendre que c'était précisément ce que Mara avait ressentie avec Gabriel. Cette sensation était la preuve indéniable qu'elle s'était, plus que sentie en sécurité avec lui, sentie bien, heureuse et détendue... Et qu'elle aurait voulu à coup sur prolonger cette rencontre. Sa manière de s'exprimer était étonnement poétique et cela résonna en moi de façon encore plus puissante. Je me contentai de hocher la tête à ces mots... Pas besoin de paroles entre nous pour nous comprendre!

Lorsque le mot, le GRAND mot, sortit de la bouche de Mara, les Pacificateurs, je ne pus m’empêcher d'ouvrir des yeux immenses et impressionnés. Ce terme était lourd de sens, en imposait et portait un message fort... Cela que nous espérions depuis toujours! Une Terre en paix!

"Julien?..." Dis-je en souriant avant de lever la tête vers Mara. Je poussai un soupire, non pas de déception mais de réflexion.

"C'est un idéaliste, tout comme nous. Il réfléchira surement plus avec son esprit qu'avec son coeur, comme nous sommes capables de le faire... Mais je ne doute pas qu'il finira par être d'accord, après t'avoir peut être fait une bonne remontrance."

Je ne pus m'empêcher de rire.

Je sentais bien l'empressement, le côté visionnaire de ma chère amie. Elle venait de vivre tant d’événements... Elle ne voyait surement pas les choses de la même manière que moi à cet instant. Elle avait aussi toujours été beaucoup plus enjouée et empressée, une visionnaire beaucoup plus grandiose que moi. J'espérais autant qu'elle mais demeurais surement plus posée, réfléchie... Et je n'avais pas vécu ces derniers jours comme elle... Je rêvais aussi d'un monde équitable et en paix. Je voyais aussi le chemin long et rude, qui m'effrayait sans que je le montre. Je ne voulais pas briser l'énergie de Mara. J'y songeais toutefois. Et à coup sur, Mara le lu dans mon regard. Nous ne pouvions rien nous cacher, je le savais pourtant. Elle ressentit ma manière de penser. Toutefois, il était évident que quoi qu'elle fasse, je la suivrais. Car je savais que mon destin, d'une certaine manière, était lié au sien, et ce depuis notre naissance. Elle avait laissé la gamine que j'étais m'approcher d'elle, elle m'avait prise sous son aile, nous étions liées bien plus que des sœurs. Au coeur de l'amitié, il y avait ce choix que la famille ne permettait pas... Nous étions liées par volonté et rien en moi ne pourrait me faire m'éloigner d'elle ou de Julien... Et encore moins de nos espoirs communs!

"Et tes confidences me touchent ma chérie. Tu sais très bien que quoi que tu entreprendras, je te soutiendrai, je te suivrai. Nous avons les mêmes espoirs depuis toujours... Tu les as juste peut-être encore plus... Intenses encore que moi! Rien ne saurait nous séparer et encore moins la volonté de changer le monde, de manière pacifiste qui plus est. Notre rêve commun depuis toujours. Je ne saurais d'ailleurs te laisser te lancer dans cette aventure sans moi... Tu serais totalement perdue, avoues le!"

Je la regardais d'un air taquin. Je ressentais en moi bouillir cette vision d'un futur pacifié et unifié... Que le fils de la Grande Conseillère se joigne à nous n'était qu'encore plus imposant. Je savais tout le danger que cela pouvait représenter, mais je savais aussi que là était notre espoir le plus important. Cet homme malgré son nom, son image, ce qu'il représentait, ne me terrifiait pas... Parce qu'il ne terrifiait pas Mara! Je lui faisais confiance, tout était là! Notre lien basé depuis toujours sur cette confiance nous permettait de dépasser des montagne. Elle savait qui j'étais, comme je réagissais, parfois de manière surprenante, mais j'étais ainsi!

Ses mots passionnés et pourtant raisonnés me firent réfléchir un peu plus avant... Lorsque je réfléchissais, il y avait ce petit pli qui naissait juste au dessus de mon nez... La concentration était toujours visible sur mon visage.

"Il est évident que nous devons faire des choix! Nous ne pouvons pas continuer comme ça, et nous avons une telle opportunité, une telle force et une telle motivation... La tienne ma chérie! Mais nous devons aussi réfléchir... Ne pas foncer tête baissée..." Dis-je en soupirant.

C'est alors que Mara sortit son pendentif... Je le connaissais... Très bien!

"Bien sur, c'est l'oiseau magique qui renaît de ses cendres... C'est ce que nous avons toujours voulu, que notre monde renaisse de ces cendres, comme le phœnix... Il nous fallait juste le déclic... Et, d'après ce que tu m'en dis, je pense que nous l’avons trouvé!"
Revenir en haut Aller en bas
Mara Jade
Leader des Pacificateurs
Humaine

avatar
Messages : 1726

Localisation : Asaria et ses plaines
Côté coeur : A tout jamais lui

Activité/Profession : Leader / Se battre pour un futur meilleur

MessageSujet: Re: Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]   Mar 25 Oct - 11:09

   Je n’étais pas une rêveuse, ni encore moins une utopiste naïve. La réalité serait difficile pour parvenir à toucher du bout des doigts cette paix même fragile. L’espoir était un moteur sans limite, emportant tout sur son passage. J’inspirai les odeurs de la nature qui tournoyaient autour de nous. Ces grands espaces sacrés et libres ne devaient jamais être souillés par ceux qui ne pensent qu’à la destruction. Je soupirai profondément pour lâcher toute cette pression qui s’était emparée de moi, observant avec cette même vigilance ma petite sœur. Je ne pourrai avancer sur ce chemin sans elle, sans son soutien ni sans la présence de Julian. Je souris alors lorsqu’elle m’avoua que notre ami pourrait très bien me sermonner sur ma folie, ce que je ne doutais pas un instant. Son rire fut aussi beau que l’éclat du soleil au-dessus de nos tête et je m’empressai de la suivre dans sa joie.

- Je ne sais pas si mes espoirs sont plus intenses que les tiens. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut comparer. C’est ce que nous portons en nous au plus profond de nos cœurs. Après la mort de mes parents, j’étais perdue. Kevin est devenu un second père qui a toujours veillé sur moi comme tes parents. Mais j’avais besoin de m’accrocher à quelque chose de concret … C’est comme si je  venais de me réveiller à la vie.

Si je comprenais l’envie de Lia de me suivre, une petite voix au coin de ma tête me disait aussi que je la mettais en danger, que rien ne serait simple dans cette voie que nous allions suivre. Devais-je alors lui imposer cela même si elle me répétait que nous avions les mêmes idéaux, les mêmes combats ?  Cela serait aussi le cas pour Julian. J’étais maitresse de mes actes, de ma vie, mais je ne pouvais pas les embarquer sur ce chemin jonché de pièges. Sa voix me sortit de mes pensées. Oui, il ne fallait pas foncer tête baissée et je ne comptais pas le faire même si mon excitation pouvait dévoiler autre chose derrière cela. Je me redressai finalement, pour m’asseoir sur mes genoux et je lui montrai mon médaillon, celui que mon père avait forgé pour moi, il y a longtemps. Le symbole du Phénix était tout trouvé pour notre groupe : la renaissance d’une nouvelle ère.

 - Merci pour ton soutien et ta présence. Je ne peux nous imaginer l’une sans l’autre.
Je te promets d’être prudente, de me battre pour cet espoir sans jamais faillir, sans jamais baisser les bras. Il est temps de prouver à ce monde qu’il peut y avoir d’autres options qu’une simple fatalité de l’Histoire.


Le visage de Julian m’apparut soudainement. Nous étions un trio, une équipe, les trois mousquetaires depuis que nous avions appris à marcher. Notre ami était beaucoup plus sectaire vis-à-vis des Asariens. Lia avait tout à fait raison. Il n’y avait que moi qui pourrais lui ouvrir les yeux, de m’accorder une chance sur cette alliance.

    - Pour Julian, ça ne sera pas aussi simple, mais je lui tiendrai tête. Je trouverai les bons arguments pour qu’il m’écoute.

Puis me vint une seconde idée, un lieu que j’avais découvert dans mes ballades loin de toute civilisation en plein cœur des terres sauvages. C’était des cryptes perdues dans les montagnes. Elles pourraient constituer notre lieu de rassemblement.

- Tu te souviens de ces galeries étranges au sein même de la montagne que j’ai découvertes il y a quelques temps ?  Cela pourrait devenir notre QG ! Il faut que j’aille les visiter de nouveau. Je n’avais fait qu’effleurer leur profondeur. J’ai eu l’impression que ces tunnels étaient sans fin.

 Ne pas précipiter les choses mais les rendre réelles. C’était notre nouveau but.

 - Tout ne fait que commencer. Ça ne sera pas facile, Lia. J’en ai pleinement conscience. Mais je ne reculerai pas. Cette chance qui s’offre à nous, il faut la saisir et maintenant !

   L’histoire vous dira plus tard que grâce aux Asariens qui sont venus nous rejoindre, grâce à leurs pouvoirs fabuleux, nous avons pu construire un QG protégé par l’entrée d’une grotte que j’avais pu visiter pleinement, érigeant tout un système perfectionné. Sans eux, nous n’aurions jamais pu avoir un tel lieu pour se rassembler, pour s’allier et pour aider les autres. Ils nous ont apportés la technologie qui nous manquait, donnant ainsi au groupe les moyens de devenir une image incontournable du monde d’Asaria.
   L’histoire vous dira aussi que j’ai fait confectionné des médaillons à l’identique du mien se calquant sur ce fameux système de sécurité du QG. Cet oiseau de feu que chacun porte en son cœur, une clef pour accéder dans l’antre du Phénix.
L’histoire vous dira que les ailes de feu sont aussi sacrées que celles d’un Ange.

«   Persuadés que la paix est possible entre nos races, unis pour l’idéal, nous sommes l’espoir qui dort en Asaria.  »



HRP : Merci pour ce Rp Lia  


 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il y a 10 ans ... Le commencement [Pv Lia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre de Prophétie : Asaria :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: