La genèse du poste de surveillance des Insoumis [PV Raven]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: La genèse du poste de surveillance des Insoumis [PV Raven]   Lun 28 Mar - 3:33

Peu avant l'hiver 2115, un astre pâle venait de dépasser l'horizon et jetait ses feux nocifs sur les étincelants boucliers formés par les Dômes. La science des Anciens ayant dès lors purgé le rayonnement de sa menace, la lumière était autorisée à poursuivre son chemin pour éclairer la masse grouillante en dessous. Loin sous le sol qu'elle foulait et qui stoppait net tout rayon de soleil, un formidable réseau de galeries reposait sous la cité, dans l'obscurité. Ce qui était heureux pour les habitants de ce royaume chthonien, car eux ne comptaient pas sur la terre pour seulement les soustraire aux feux de l'étoile, mais aussi pour les cacher de ceux dont le pouvoir leur permettait de vivre à la surface, à la tête de la foule qui la peuplait. Le peuple des souterrains avait toutefois lui aussi besoin de voir, et la science ne leur étant pas non plus inconnue, ils créaient leur lumière là où ils en avaient besoin, bien loin des regards venus d'en haut. La question que posait cette histoire est celle-ci : jusqu'où ceux d'en bas pouvaient-ils étendre leur vue sans que ceux d'en haut ne voient leur lumière? La lumière est rapide, il est notoirement difficile de la rattraper après l'avoir émise. Le cours des pensées de Camille suivait ainsi les multiples rebonds des photons, du soleil à son ancien foyer, des lampes électriques à son nouveau. Elle marchait à petit pas rapides, son visage pensif baissé, ses sourcils ou ses lèvres remuant de façon apparemment aléatoire tandis qu'elle cheminait dans son raisonnement. Autour d'elle s'étendait le paysage du village des Abysses, dont elle remontait un passage pour en atteindre la périphérie. Ses cheveux simplement noués sur la nuque, vêtue d'habits simples et solides, une sacoche en bandoulière battant contre la toile claire de son pantalon, rien ne contrastait dans sa mise avec celle des autres Insoumis qu'elle croisait. Elle échangea quelques salutations ou signes de tête avec certains, souriant chaque fois en baissant ses yeux verts. Sa peau claire était certainement très propres, de mème que les mèches ondulées et brunes cascadant jusqu'à ses épaules. On pouvait aussi voir une bague au motif sophistiqué évoquant une créature reptilienne enserrant une pierre bleue à son annulaire droit. Néanmoins, c'était surtout son maintien qui la différenciait, subtilement, de la plupart de sa nouvelle famille. Il y avait une perfection toute organique dans la manière dont son corps supportait et animait son poids, le dos droit et le pas léger. Aucune ostentation ni séduction dans la démarche de la jeune femme, qui donnait au contraire l'impression qu'elle demandait la permission au sol de lui marcher dessus. Toutefois, aucun humain n'aurait pu espérer mettre autant de dextérité et de raffinement à demander la permission par le seul geste.

Toujours à ses pensées de lumière et d'Abysses, elle dépassa plusieurs installations bigarrées et ingénieuses des Insoumis, s'arrêtant devant l'une d'elle pour lui jeter un regard furtif avant de rapidement reprendre sa route. On faisait encore réellement des toits en ça?! Où avaient-ils trouvé le...? Elle prit une inspiration un peu plus forte lorsqu'elle se concentra à nouveau sur le problème qu'elle jouait à retourner dans tous les sens avant de sérieusement chercher à le résoudre. Voir dans les Abysses sans y être vu. Camille chercha les lampes qui dans ces vastes grottes où ils s'étaient installés, n'étaient jamais tous allumés mais jamais non plus tous éteints. La sensibilité due à son don lui faisait ressentir le réseau les alimentant comme de rapides fleuves perturbant le magnétisme ambiant. Les humains ne voyaient probablement que l'obscurité au dessus d'eux à cette heure où il y avait peu besoin d'éclairage, mais elle pouvait apprécier certaines nuances dans l'intensité de la lumière aux détails qu'elle percevait ou non du plafond. D'au-delà de celui-ci lui parvenait l'agitation croissante de la magnétosphère, la rumeur puissante de la technologie Asarienne au-dessus d'elle. Elle porta la main à sa nuque, se la massa un instant, fit ses derniers pas, se demandant comment un lieu pourrait à la fois être illuminé pour être visible mais assez obscur pour rester caché. Devant elle un affleurement rocheux évoquait quelques marches menant à l'entrée du futur poste de surveillance tout juste mis sur pied par les Insoumis. Elle s'était stoppée, apparemment indécise. Elle attendit, déplaça son poids d'un pied sur l'autre, jeta un regard derrière elle. N'entendant rien venant de la station jusqu'alors désaffectée, elle se décida à monter les marches d'un unique saut réalisé presque sans élans, inutilement éprouvant pour un humain, et se pencha pour jeter un œil et s'assurer qu'elle était bien là la première. Hésitante là encore, elle préféra redescendre et patienter dehors plutôt que d'attendre la maîtresse des lieux à l'intérieur. S'efforçant de ne pas s'inquiéter de ce dont elle pouvait avoir l'air à rester debout ainsi les bras ballants, sa petite silhouette immobile au pied de la station, Camille observait les alentours et les autres silhouettes qui les peuplaient, et auprès desquelles elle comptait bien se rendre utile.

Logan et Adam l'avaient acceptée au sein de cette communauté et comptaient maintenant sur elle. Une humaine qu'elle ne connaissait pas cherchait à mettre en place un terminal capable de garder les Abysses sous surveillance et de pirater le monde d'au-dessus. Raven, lui avait-on expliqué, pensait cela possible à base de matériel récupéré, acheté au noir, ou autres. Camille n'avait pas tout à fait compris l'ensemble des sources possibles de matériel et donc ce ou autres. A sa décharge, son interlocuteur avait utilisé plusieurs métaphores pour décrire des activités douteuses, et elle n'avait pas osé l'interrompre pour lui demander de reformuler. Il était donc convenu qu'elle retrouve Raven ce matin au poste de surveillance. Rien ne lui ferait plus plaisir que de répondre aux attentes de ses nouveaux chefs de famille, mais elle ne voyait pas comment le matériel nécessaire serait récupérable en un temps raisonnable. L'Asarienne plissa les lèvres, levant les yeux vers le haut. Sa pensée lui semblait bien trop catégorique. Elle fit un mouvement vers sa sacoche, fluide comme un serpent, qu'elle interrompit. Elle se souvenait suffisamment des projections et des simulations saisies sur son ordinateur personnel durant la nuit. L'idée d'attendre de rencontrer Raven pour commencer à faire ses devoirs ne l'avait pas effleuré, mais au moins les formules l'avaient-elles divertie de sa peur que les choses se passent mal avec cette humaine.

*Ce n'est ni une mauvaise idée, ni virtuellement impossible, mais probablement impraticable. Si le tunnel n'est pas éclairé, une caméra n'y voit rien, mais s'il l'est, l'intrus saura que quelqu'un l'éclaire. Si des câbles conduisent au village, comment peut-il rester caché? Il y a une multitude de problèmes tous possibles à résoudre mais qui allongent une facture que nous ne pouvons pas payer.*

Camille fit un pas de côté pour contempler le poste. Avec les moyens qu'allouaient Wright Corp à ses travaux, elle aurait tracé le design général du système et codé les premières routines nécessaires en une journée de travail, puis il ne serait resté qu'à installer les capteurs le long des souterrains. Mais les conditions de ce projet ci seraient radicalement différentes. Il faudrait composer avec la vétusté et la disparité du matériel, la nécessité de camoufler un réseau entier, et rendre le résultat capable de rivaliser avec les sécurités de serveurs qu'elle était bien placée pour redouter. Et elle craignait de devoir annoncer à cette humaine à l'imagination débordante que c'était sans espoir, et ainsi de décevoir tout le monde... L'Asarienne fit un pas rageur, jeta autour d'elle un regard, inquiète que quelqu'un l'ait vue manifester de l'irritation. Ce poste de surveillance pourrait changer tellement de choses, mais comment seulement choisir l'architecture du système sans connaître les spécificités des capteurs qu'elles auront à employer? Et comment se passerait leur travail commun, malgré les différences et les doutes qu'elle entretenait? S'il y avait la moindre chance que cela menât quelque part, elle devait la percevoir et la saisir. Elle avait l'habitude de travailler sur un problème comme si la vie d'une personne chère à son cœur en dépendait, mais c'était la première fois que la formulation s'approchait si près de la vérité. L'idée de Raven pouvait signifier la survie des Insoumis. Cette maligne petite humaine intriguait Camille. Ce qui ne faisait qu'ajouter à sa crainte que le courant ne passe pas.
Revenir en haut Aller en bas
Raven Hunt
Co-Leader des Insoumis - Humaine
avatar
Messages : 1003

Localisation : Sous la cité
Côté coeur : J'ai heurté le plus chiant des hommes

Activité/Profession : Hackeuse

MessageSujet: Re: La genèse du poste de surveillance des Insoumis [PV Raven]   Mar 29 Mar - 21:24

Un poste de surveillance …
Devant cette idée que Logan avait proposée voir même ordonnée avec l’appui d’Adam me rendait à la fois sceptique et aussi excitée qu’une puce. Sécuriser le périmètre d’accès qui menait au cœur des abysses, à savoir notre propre campement ainsi que des tunnels délicats que pourraient suivre des Miliciens zélés, était bien entendu une solution géniale … Mais me la confier à Moi ?!! C’était …juste ENORME. J’aurai tant aimé que Joshua soit présent pour m’encourager et voir quelle femme j’étais devenue depuis qu’il m’avait arrachée à une vie, certainement, d’esclave pour un Asarien et qu’il m’avait prise sous son aile après l’assassinat de mes parents. Au fil des années, j’étais devenue plus autonome et plus indépendante, moins peureuse et plus dégourdie. Joshua m’avait poussée à trouver ma place et surtout à utiliser ce don qui était le mien : bidouiller tout ce qui contenait des fils et des câbles électriques, cartes mères, cartes graphiques, RAM de mémoires  et autres processeurs. Joshua, qui était à la fois mon mentor et mon second père, m’avait vue réparer sa vieille radio et il avait été émerveillé par mes prodiges. Pourtant, je ne voyais dans ces capacités, rien de bien fabuleux.

Logan avait été lui aussi intrigué par ce que je savais faire. C’était un homme qui parlait peu, qui montrait guère ses sentiments, qui n’exprimait qu’une expression de protection envers sa communauté, sa grande famille, comme il aimait le répéter. J’avais pu voir dans ses yeux une brève lueur de malice et de fierté quand j’avais fait fonctionner un ordinateur qu’il avait récupéré du bidonville. J’avais même craqué les premiers pare-feux de la sécurité de la cité et c’était à partir de là que cette idée de surveillance et de sécurité de nos abysses s’était mise en place petit à petit. J’avais en premier lieu dessiné un plan du poste de surveillance, puis j’avais listé à sa demande tout le matériel dont j’aurai besoin. Il ne désirait pas que j’aille me promener dans le bidonville ni à l’Underworld pour marchander des pièces et éviter tout risque inutile. Il m’avait précisé que c’était son boulot et celui d’Adam, que je serai là pour vérifier de la bonne qualité.

Au fur et à mesure que les semaines passées, le matériel que j’avais demandé s’accumuler. Trois ordinateurs, dont deux qui serviraient exclusivement à la sécurité des abysses reliés aux caméras qui allaient être placées à des endroits névralgiques des boyaux souterrains. La tâche du troisième ordinateur serait plus simple : il nous servirait de central pour se connecter à la cité et aux divers bâtiments  important pour surveiller ce qui se passait au-dessus de nos têtes. Les caméras, Logan avait décidé qu’il y en aurait pour le moment quatre et qu’il faudrait voir sur le long terme pour en ajouter d’autres si cela était nécessaire. Mais j’avais pris beaucoup trop de retard. Je devais parfois monter les pièces d’un ordinateurs, les remplacer par de meilleures, tirer des câbles dans toute la pièce dont le point de départ provenait des vieux néons encore en marche que l’on trouvait un peu partout dans les tunnels et qui remontaient vers l’ancien terminal du métro souterrain. Logan avec l’accord d’Adam, m’avait certifié que j’avais tout le temps nécessaire, qu’ils préféraient la qualité de l’installation et donc prolonger le délai de la mise en route que de voir des ordinateurs et le système de caméras inefficaces. J'avais donc une pression double sur les épaules … Mais j’aimais relever les défis et je voulais prouver que j’avais ma place ici chez les Insoumis même en étant une petite humaine.

Je ne savais plus très bien combien d’heures et e jours j’avais passé dans ce poste de surveillance. Il n’y avait pas de bureaux à proprement parlé. C’était des planches tenues par des tréteaux qui supportaient pour le moment le premier ordinateur sur les trois. Les deux autres n’étaient pas encore vérifiés ni montés avec le bon matériel. Je n’étais pas certaine qu’on arrive à capter le réseau principal de la cité et de calibrer le tout sur les abysses tout en dissimulant leur position. C’était la deuxième partie de toute cette installation : mettre en place un logiciel pour nous cacher, un écran de fumée qui nous permettre de nous faufiler partout dans les gros bâtiments d’Asaria jusqu’au sein même du gouvernement ou de la Milice.

Durant ces derniers jours, j’avais demandé à Logan si aucun Insoumis n’était intéressé pour venir bosser avec moi. Il n’avait émis aucune réponse, mais il m’avait promis de dénicher la perle rare pour travailler en binôme avec moi. Et cette rencontre se faisait aujourd’hui … J’avais juste un prénom : Camille et que je pouvais compter sur ses compétences pour faire avancer le poste de surveillance. Je sortis de mon abri en enfilant mon vieux blouson noir. J’avais rassemblé mes longs cheveux blonds en une queue de cheval, me donnant un petit air strict qui me faisait sourire. Je descendis les petites roches pour me retrouver sur un terrain plus poussiéreux et humide et je pris la direction du poste de surveillance qui était devenue mon rendez-vous quotidien. Sur mon chemin, je rencontrai quelques Insoumis que je saluai d’un signe de tête. Je n’avais jamais été très sociable. J’avais réussi à faire un gros travail sur moi-même depuis la mort de Joshua. Alexandra, notre Soigneuse était devenue une amie. Max et Chris étaient des Asariens avec lesquels je prenais la peine de faire un brin de conversation. J’étais à laisse avec Logan qui m’inspirait protection et sagesse. Par contre, il y en avait un où ça bloquait totalement : Adam Lockwood. On se prenait la tête dès l’instant où l’on se retrouvait dans le même espace, dès que nos regards se croisaient. Mais ça c’était une autre histoire … Pour le moment, je devais me concentrer sur cette nouvelle rencontre.

Je découvris un peu plus loin, une silhouette longiligne qui attendait au pied du poste.  Elle se retourna quand je fus assez proche d’elle. Je lui offris un petit sourire hésitant.

- Bonjour … Tu es Camille, je suppose ? Logan m’a dit que tu avais accepté de venir bosser au projet du poste de sécurité. Je dois te dire que je suis ravie de tu sois venue. C’est un travail de Titans ! Je vais t’expliquer le plan de Logan et ce que j’ai proposé avec son accord.

Je grimpai les marches incrustaient dans la roche pour parvenir en haut d’une butte. Il n’y avait pas de porte, juste deux longs et lourds rideaux qui faisaient office d’entrée. Je glissai mes mains entre les deux pans de tissu et je me faufilai la première à l’intérieur de cette pièce assez grande où tout un tas d’équipement jonchait le sol ici et là.

- Je n’ai monté qu’un seul ordinateur. Il fonctionne, mais il n’est pas encore relié au réseau informatique de la cité. J’aimerai pouvoir créer un logiciel qui nous donnerait la possibilité de nous cacher, d’être invisible pour la surface. Il y a deux autres ordinateurs que nous allons devoir testé. Ces deux-là seront nos yeux dans les tunnels. Ils seront reliés aux caméras … qui ne sont pas encore installées. Elles sont dans ce gros carton. L’ordinateur fonctionnel nous servira de relais avec le monde du dessus.  Il sera nos yeux, mais cette fois-ci à l’intérieur de la cité.

Je retirai mon blouson que je déposai dans un coin de la pièce. Je tournai sur moi-même en analysant et en détaillant tout le travail énorme qui nous restait à faire. Je me rendis-compte que j’avais oublié tous les aspects de la politesse. Je lui tendis ma main …

- Ho navrée, je ne me suis pas présentée. Je suis Raven.



"Peut-être qu'on est destinés à révéler le pire ou le meilleur de l'autre. Est-ce que je te fais avancer dans tes abysses, est ce que tu m'aides à avancer dans les miennes ?  A se heurter à trop de murs, tellement de minéral, on a peut-être besoin de se heurter à de l'animal pour se sentir vivant ?"




Dernière édition par Raven Hunt le Dim 3 Avr - 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: La genèse du poste de surveillance des Insoumis [PV Raven]   Mer 30 Mar - 19:47

Tandis que son attente se prolongeait, Camille ne pouvait s'empêcher de tenter d'anticiper qui serait sa partenaire dans ce projet à partir des maigres indices en se possession. Wade lui avait bien sûr assuré que tout se passerait bien, et qu'elle n'avait rien à craindre. Bien qu'elle lui fît totalement confiance, elle avait tout de même senti comme une tension étrange dans la voix d'Adam lorsqu'il avait évoqué la petite souris des Abysses, à laquelle personne ne semblait prêter attention. Logan avait aussi plaisanté au sujet de l'état dans lequel le tempérament de cette dernière mettait Adam, ce que l'Asarienne avait du mal à interpréter. Mais elle était aussi suffisamment lucide pour savoir que rencontrer une nouvelle personne lui était toujours une épreuve, et qu'elle ne ressassait ces détails que pour mieux alimenter ses angoisses, qui ne s'infirmeraient ou ne se confirmeraient qu'une fois cette épreuve passée. Le son feutré de pas légers sur le sol retentit derrière elle et elle se retourna d'un mouvement preste pour contempler l'humaine qui approchait, son visage amical et ses cheveux blonds. Son regard plongea un instant dans ses deux yeux clairs mais se baissa rapidement pour détailler divers points de la silhouette lui faisant face. Il n'y avait rien d'hostile dans l'attitude de Raven, et donc du soulagement dans celle de Camille quand elle lui rendit son sourire, un peu crispée, accompagné d'une gracieuse inclinaison de la tête, le dos imperceptiblement fléchi. L'ancienne aristocrate avait noté l'intelligence des yeux, la démarche énergique... La vivacité de cette humaine lui plaisait, tout comme l'idée de travailler avec elle. Opinant du chef pour confirmer son identité en réponse aux premières phrases, elle n'ouvrit cependant la bouche que pour marmonner un bonjour presque inaudible. Un travail de Titan? On aurait pu résumer ainsi ce qu'elle-même pensait de leur responsabilité à présent commune. Et le fait de devoir peut-être décréter le projet non viable l'emplissait à cette instant d'une réelle détresse, à présent qu'elle voyait de ses yeux celle qui avait porté ce projet. Il lui fallait quelques secondes pour se calmer et être certaine que sa voix ne la trahirait pas en manifestant une compassion ou un désespoir inapproprié. Elle se coula donc à la suite de Raven entre les rideaux pour faire quelques pas au milieu des caisses de composants et de matériel qui y avaient déposées sans ordre discernable.

La quantité de ces derniers la surprenaient. Tout en maintenant visiblement son attention sur Raven, en restant face à elle, Camille se promena quelques secondes dans la pièce, se baissant parfois pour effleurer fugacement un objet ou un carton. De l'extérieur, elle aurait juré que la station contenait moins de la moitié de tout ce qu'elle voyait là. Non alimentée, la technologie ne se révélait à ses dons que comme une sensation en creux, un potentiel, dont les détails restaient indiscernables. Elle s'était donc exercée et avait composée des tables d'équivalence entre l'amplitude de ce ressenti et le type ou le nombre de composants effectivement présents. Jamais une de ses estimations n'avaient depuis été si éloignée de la réalité. A présent qu'elle avait pu s'approcher et changer d'angle à loisir, tandis que son interlocutrice lui expliquait le design général du système qu'elles devaient mettre en place, elle comprenait comment elle s'était abusée. Très sensible à la sophistication de la technologie qu'elle détectait, elle ne s'était pas attendue à des modèles si archaïques ou remontés de toute pièces. Cela lui donnait un peu d'espoir : les Insoumis n'avaient pas sous-estimés les moyens nécessaires à leurs plans. Raven s'interrompit, se débarrassa de son blouson avant de se tourner à nouveau vers le matériel étalé entre elles. Camille avait observé et apprécié le glissement du tissu noir sur les épaules et les bras de la jeune femme, mais regardait à nouveau un peu en dessous des yeux de son interlocutrice lorsqu'elle prit à son tour la parole.

- Tu as raison, il y a de quoi occuper un Titan ou deux, mais tu as pris un très bon départ je pense. Cela ne servirait à rien d'avoir davantage d'ordinateurs prêt à l'emploi avant d'avoir de quoi les alimenter ou de savoir précisément à quoi ils seront reliés. D'autant que...

Elle s'approcha vivement de l'ordinateur en veille qui trônait au milieu de la pièce, comme si elle venait de remarquer quelque chose à son sujet, et inclinait à présent la tête donnant l'impression de déchiffrer d'invisibles symboles sur une des faces de l'objet.

- C'est incroyable ce que tu as fait avec ces deux processeurs! Ils ne sont pas censés être compatibles, encore moins fonctionner comme un seul et unique composant! Comment est-ce que tu... Aah, il y a un système de puces à haute fréquence qui les coordonne!

Un large sourire sur ses lèvres et des étincelles dans les yeux, la joie de découvrir une bidouille d'une telle ingéniosité lui donnait un air un peu enfantin. Elle en oubliait qu'elle ne s'était pas présentée et n'avait donc pas évoqué sa sensibilité à l'électromagnétisme.

- Ce que j'allais dire, c'est que la dérivation d'une forte alimentation jusqu'ici et ce premier système informatique sont tout ce dont nous avons besoin pour commencer le travail proprement dit. Avant de poursuivre il faudra prendre quelques décisions importantes. Par exemple ces caméras, dit-elle en pointant le doigt vers le gros carton fermé, ne captent que la lumière visible. Il faudrait donc soit l'accompagner d'une source de lumière, soit se procurer des filtres infrarouges. Choisir aussi entre câblage ou transmission sans fil entre les caméras et le poste de surveillance. Sais-tu si nous pouvons mettre la main sur du matériel de communication?

Camille continuait de jeter des coups d’œil à droite et à gauche, faisant l'inventaire de leur ressources, et lorsqu'elle s'aperçut que Raven lui tendait la main, elle réagit avec empressement, comme pour s'excuser de l'avoir fait attendre.

- Il n'y a pas d'offense, pardon de ne pas m'être présentée moi-même. Je suis très heureuse de pouvoir t'aider! Où as-tu appris à faire ce genre de miracles ? ajouta-t-elle en désignant l'ordinateur qu'elle avait examiné quelques instants plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Raven Hunt
Co-Leader des Insoumis - Humaine
avatar
Messages : 1003

Localisation : Sous la cité
Côté coeur : J'ai heurté le plus chiant des hommes

Activité/Profession : Hackeuse

MessageSujet: Re: La genèse du poste de surveillance des Insoumis [PV Raven]   Dim 3 Avr - 14:59

Logan ne m’avait rien dit sur cette jeune femme qui avait accepté d’apporté son aide et sa contribution à la mise en place de ce gros projet, peut-être un peu pompeux, pour des Insoumis … des rats comme le gouvernement nous nommait. Mais nous étions des rats très malins et chaque personne possédait un don ou une capacité, humain comme Asarien, et nous avions trouvé le moyen et l’intelligence d’unir tout cela pour la survie de notre communauté. Nous avions plusieurs lois à respecter, c’était ainsi dans notre clan. Chacun avait droit à ses secrets et à son passé. Chacun pouvait les livrer, se confier ou rester totalement discret sur ce qu’avait été sa vie avant de devenir un Insoumis. Logan et Adam étaient très clairs là-dessus et la curiosité n’avait pas sa place parmi nous. Je l’avais compris quand Joshua m’avait amenée dans les abysses. Il ne fallait pas dévisager les gens, ni deviner s’ils étaient humains ou Asariens, ni même déduire s’ils avaient commis des meurtres, s’ils venaient d’une famille riche, ce qui les avait poussé à devenir un paria de la société. Se taire, ne pas juger étaient les maitres mots des Insoumis. C’était ainsi que nous pourrions avancer dans ces souterrains.  C’était bien pour cela qu’à part savoir que Camille était très douée dans le domaine informatique, je ne savais rien de plus, même pas son nom de famille. Et après tout, je m’en foutais un peu de savoir d’où elle venait avant. Logan avait confiance, alors j’apprendrai à faire de même.

Et puis dans mon état, entre la fatigue et cette constante effervescence de mettre en place tout ce poste de surveillance, je n’avais pas la tête à me poser des questions sur cette Camille.  Elle était là est c’était le plus important. D’ailleurs lorsqu’elle me suivit jusqu’à l’intérieur de notre futur poste de surveillance et qu’elle découvrit la tonne de cartons encore entassés et pas ouverts, du matériel qui jonchait le sol un peu partout et ce premier ordinateur monté et prêt à fonctionner, je pus discerner dans son regard mystérieux et magnifique, une lueur malicieuse et cette même envie qui faisait écho à la mienne. Je glissai mes mains dans les poches avant de mon jean et je lui laissai tout le loisir de me donner son avis sur ce qu’elle pensait de tout cela. Ce n’était pas parce que j’avais été choisi par Logan à la tête de ce projet, que je devais octroyer le titre de Princesse Prétentieuse des Abysses. J’aimais les conseils des autres. Cela me permettait d’avancer, de progresser et de rectifier mes erreurs. Je haussai les épaules presque comme si je n’y étais pour rien devant les deux processeurs, qui m’avaient bien fait suer fallait le dire, mais face auxquels j’avais eu le dernier mot en leur imposant un système de puces à haute fréquence comme elle venait de le remarquer.

- Je n’ai aucune prétention, tu sais, à faire des miracles. J’ai bien galéré, mais j’y suis arrivée ! Logan et Adam dégotent tout ce qu’ils trouvent sur le marché noir et avec leurs indics, je ne peux pas me permettre de faire la fine bouche. Ok, parfois, je le suis quand le composant n’est pas bon. Mais voilà quoi …

Ce n’était pas dans ma personnalité de me mettre en avant. J’adorai bricoler les ordinateurs et créer des montages farfelus ! Néanmoins, ils avaient tous cette même directive que je m’imposais : tout devait fonctionner ! Son esprit était vif et je remerciais Logan intérieurement pour avoir guidé Camille jusqu’à moi. Elle n’avait pas tort au sujet des caméras. Je ne m’étais pas encore essentiellement penchée dessus.

- Les torches nocturnes seront certainement visibles un peu trop facilement. Les caméras seront disposées dans la roche. Oui, ça va demander un moment, mais elles doivent être le plus invisibles possibles.  Mais l’idée d’un filtre infra-rouge est vraiment géniale ! Cela nous permettra de filmer en nocturne quoi qu’il arrive. Je vais ajouter cela sur la liste du matériel ! Ça serait le summum si on arrivait à intégrer une sorte de système sans fil entre notre poste et les caméras, mais je ne suis pas certaine de la bonne connexion. A certains endroits, les roches sont épaisses … mais tirer autant de câblage ça va être … une entreprise de géants ! Il faut essayer !

Elle s’excusa à son tour de ne s’être pas présentée au début. Je lui souris en guise de réponse, avant de poser des mots sur sa question.

- Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours eu une fascination pour l’informatique, tout ce qui contient des fils, des câbles, des puces, ce genre de choses. Personne ne m’a appris. Quand je démonte un ordinateur, une radio, un téléphone portable, et que je vois tous ces microcircuits, moi je vois un dessin immense, un plan avec des connexions et en fait je suis le schéma. Et toi ? Logan m’a raconté que tu étais une experte dans ce domaine-là.

Je récupérai le plan que j’avais dessiné sous l’œil complice de Logan et je l’étalai sur une table d’infortune qui servirait de plan de travail pour tout le monde. Je lui indiquai l’emplacement prévu de ces caméras.

- Logan veut commencer par quatre caméras. Pas plus. Il veut d’abord voir si le système fonctionne bien. Voici les emplacements qu’il a choisis. Comme tu peux le voir elles couvrent les entrées de certaines grosses galeries. La première c’est l’entrée de l’ancien métro souterrain. Il a été interdit. Plus personne ni descend, mais on sait que les soldats patrouillent de temps en temps. Les deux autres se trouvent ici et ici, placées à des intersections délicates. Les Miliciens sont capables de les emprunter, mais pas de se diriger aussi loin. Les abysses sont un vrai labyrinthe pour ceux qui ne les connaissent pas. Il n’y a jamais eu de véritables plans de tous ces tunnels, donc les soldats ne se risqueraient pas aussi loin. La quatrième se trouve être à l’extérieur. Elle donne sur l’une des galeries qui fait le lien entre la cité et les terres sauvages.

Je n’avais pas compris, au début, pourquoi Logan tenait à mettre cette caméra. Son explication me fit changer d’avis. Il y avait parmi la Milice, des soldats humains et ces derniers étaient capables de patrouiller la journée. Le soleil n’était pas leur ennemi comme chez les Asariens. A chaque fois que je pensais à ces traitres parmi mon peuple, j’en avais les frissons de dégouts.

- Si tu veux bien, on va tenter de lancer le premier ordinateur. Et mettre en fonction le second. La bécane est dans le coin. On peut se partager le boulot : je m’occupe du premier ordi. Je voudrai installer une application de ma création et voir si elle marche et quelles sont les modifications que je devrai apporter. Et toi, si tu veux bien, mettre en marche notre second ordi ? Tu en penses quoi ?



"Peut-être qu'on est destinés à révéler le pire ou le meilleur de l'autre. Est-ce que je te fais avancer dans tes abysses, est ce que tu m'aides à avancer dans les miennes ?  A se heurter à trop de murs, tellement de minéral, on a peut-être besoin de se heurter à de l'animal pour se sentir vivant ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La genèse du poste de surveillance des Insoumis [PV Raven]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La genèse du poste de surveillance des Insoumis [PV Raven]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tynian MorteEpée ~ L'insoumis au joug
» Dépot d'arme/avant poste ork
» Nouveau poste ! ^^'
» [Demande de poste vacant] Steven Caldwell
» 1 poste de juge de trade a combler

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of A :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: