Ghostlights || Post Unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mara Jade
Leader des Pacificateurs
Humaine

avatar
Messages : 1726

Localisation : Asaria et ses plaines
Côté coeur : A tout jamais lui

Activité/Profession : Leader / Se battre pour un futur meilleur

MessageSujet: Ghostlights || Post Unique   Mer 20 Jan - 22:26




HRP :
Ceci est une Ellipse qui fait suite au rassemblement des Pacificateurs. Cette idée me trottait dans la tête depuis un moment et j’avais cette envie d’écrire ces mots.
Je ne dévoilerai pas tout pour vous laisser découvrir la suite de la réunion au QG. Wink
J’ajouterai/j’éditerai peut-être  ce post unique pour le lier correctement au reste de l’intrigue.


Ma fille s’était enfin endormie avec son louveteau calé près de son flanc. Je ne l’avais jamais vu aussi nerveuse et aussi désemparée devant la disparition d’Aaron et de toutes ces informations qui avaient circulées durant le rassemblement des Pacificateurs. Moi-même j’avais beaucoup de mal à faire le tri correctement dans toutes ces données. Les prochaines heures et les prochains jours seraient décisifs et cela me renvoyait inexorablement à cette nuit étrange à la Taverne de l’Enfer. L’union faisait la force. Une Union Sacrée de toutes les factions pour mettre un terme à toute cette horreur. Une trêve pour sauver des innocents, pour sauver tout un peuple qui n’avait demandé que de vivre libre et libérer des griffes du gouvernement, mon ami. Tout le monde avait reçu des instructions particulières, toutes étaient liées à leurs capacités ou à leurs fonctions qu’ils occupaient au sein de la société. Nous allions devoir jouer serrer cette partie d’échec morbide et rallier tous les groupes sous une même Cause. Oublier nos divergences pour mettre nos forces dans un but précis et nécessaire.

Je déposai un tendre  baiser sur le front de ma fille et tout doucement, je me levai de son lit. Nous n’avions pas quitté le QG vu l’heure bien trop avancée de la nuit. Le petit matin ne tarderait pas à pointer le bout de son nez et Héméra avait besoin de repos. Moi aussi … mais je n’arrivais pas à trouver le calme nécessaire à mon sommeil. Snow redressa sa tête lentement quand je commençai à me diriger vers la porte de la chambre. Je lui fis un petit signe avec mon index sur mes lèvres, un petit « chuuut », lui signifiant de ne pas faire de bruit, de ne pas réveiller sa petite maitresse et que j’allais revenir bientôt. Je sortis de la pièce et je me dirigeai d’un pas décidé vers la salle de surveillance. Julian était retourné à son poste avec un travail bien précis que je lui avais donné. J’espérai en savoir davantage, et avec ses conclusions sortir Aaron de ce piège. Le sas de la permanence s’ouvrit à mon passage pour me laisser entrer. Les agents dont la garde s’achèverait très bientôt, se tournèrent aussitôt  vers moi et Julian aussi.



- Tu ne dors pas encore ? Tu devrais essayer de te reposer, la nuit a été agitée en émotions.  

- Je viens de quitter Héméra qui a eu beaucoup de mal à s’endormir. Quant à moi, la situation d’Aaron et de tout ce que nous venons d’apprendre me préoccupe beaucoup. La priorité est d’entrer en contact avec les autres factions et pour ça, nous devons attendre leur message. J’ai l’impression de gaspiller du temps précieux pour aider notre ami et toute la population. Mais je ne suis pas venue pour cela …

Julian était mon ami d’enfance. Nous avions grandi dans les terres sauvages et il avait été le premier, avec Lia, a partagé mes rêves d’alliance avec les Asariens. Ils m’avaient suivie tous les deux dans cette quête utopiste qui allait devenir les Pacificateurs. Son regard me troublait parce qu’il me connaissait depuis des années et que j’avais beaucoup de mal à lui cacher toutes mes pensées. Il était aussi discret et très loyal. Ma main fébrile trouva son épaule.

- Je voudrais que tu fasses quelque chose pour moi. Peux-tu me trouver tout ce que tu as sur Gabriel Laymann.

- Justement j’étais en train de rassembler tout ce que je pouvais trouver sur lui !

Il pianota très rapidement sur son clavier et à l’écran de son ordinateur plusieurs fenêtres s’ouvraient les unes derrières les autres. Julian allait tellement vite dans les recherches que j’avais beaucoup de mal à le suivre. Je restai silencieuse à ses côtés, en essayant de visualiser les premières informations, mais c’était quasiment impossible. Il ne m’avait posé aucune question et il pensait certainement que ma requête était liée aux derniers évènements. Sauf que ce n’était pas tout à fait vrai. Depuis cette nuit à la taverne, je n’avais cessé de penser à cet homme et à tous les petits indices qui me menaient dans une même direction. Un puzzle que je reconstituais avec les éléments que j’avais glanés. Je glissai ma main dans la poche de mon pantalon et je retrouvai la sensation de la chevalière contre ma peau.

- Je n’ai pas grand-chose sur cet homme. Il est pire qu’un fantôme.

Je repris une certaine contenance et je me penchai par-dessus son épaule pour lire les données qu’il avait affichées.

- Pourquoi me dis-tu cela ?

- Il n’y a rien sur son enfance, rien sur sa date de naissance, ses parents, ses études, rien de rien. On ne trouve des informations sur lui que depuis quelques mois. C’est impossible de tout effacer ou alors c’est un génie en informatique qui a fait le ménage derrière lui pour qu’on ne mette pas le nez dans ses affaires. Tout ce qui est dit sur lui tourne autour de sa musique, ses albums et le concert qu’il a donné au Multiplex à guichet fermé. Gabriel Laymann est assurément un nom de scène.

Assurément …parce que sur la chevalière, les initiales qui y étaient gravées n’étaient pas GL, mais GN.

- Et le Rubis Étoile ? C’était seulement pour la petite fête ?

- Je te dis ça dans quelques secondes … Non, il est bien dans le listing des clients. Il réside là-bas.  

- Il y a des caméras près de cet hôtel ? J’aimerais voir le terrain.

- Oui, je vais te montrer.

L’écran de l’ordinateur se divisa en deux fenêtres. Une première caméra donnait sur l’entrée principale de l’établissement et la seconde filmait les entrées et les sorties du parking privé.

- Il y a beaucoup trop d’allées et venues. L’hôtel est un vrai palace, trop dangereux pour moi de me déplacer aussi près  … marmonnai-je pour moi toute seule.   Tu n’as aucune autre adresse ? Une résidence secondaire ? Un appartement ? Un Duplex ?

Julian s’exécuta. Ses doigts habiles courraient sur le clavier et son visage imperturbable et concentré fixait l’écran. Toutes mes questions étaient nécessaires.

- J’ai une adresse pour un studio d’enregistrement nommé A.U.R.I.S. Il est situé dans le quartier des affaires : 26 Ghostlights street. Je n’ai qu’une caméra à cet endroit-là.

Un studio d’enregistrement … comme tout musicien qui se respectait, son groupe et lui ne devait pas avoir d’horaires, ils devaient vivre aussi bien le jour comme la nuit. Ce quartier était moins fréquenté quand la nuit tombait. Toute la population préférait se retrouver autour d’une bonne table ou dans un excellent établissement. C’était donc ma seule chance.

- Merci Julian. Je vais t’en demander beaucoup … mais il faut me promettre que tout ceci doit rester entre nous. Cela ne concerne ni les Pacificateurs, ni la leader. Cela me concerne personnellement.

- Euh … D’accord … Mara … Tu peux compter sur moi … Et que vas-tu faire maintenant?

- Il est temps pour moi de renouer avec mon passé …


 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ghostlights || Post Unique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un zeptoseconde d'énergie infinie ! [Post Unique]
» Une poupée de porcelaine se brise [post unique]
» Le début de la fin.[Post unique]
» La flèche de Cupidon [POST UNIQUE POUR L'EVENT]
» [FB solo Custodio - post unique] ¡ Buenas tardes, bastardos !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of A :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: