[ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Mer 9 Déc - 10:32

Encore une journée en solitaire. J'ai pris l'habitude maintenant et ai compris où devait être ma place dans ces cas là, quand Gabriel est sorti … surtout depuis mon dernier passage au Bidonville. C'est en tombant qu'on apprend à se relever, non ? Je n'ai jamais été très douée avec les règles. Mon maître l'a bien remarqué … Pourtant, j'essaye de faire des efforts, je le jure !
Malgré le caractère particulièrement imprévisible de celui qui m'a sorti du Bidonville, je n'ai pas vraiment à me plaindre de ma nouvelle condition. Sans doute est-ce en grande partie portée par l'évidente fascination que j'ai pour lui d'ailleurs … Je ne me sens pas enchaînée et côtoyer un homme tel que lui me permet d'acquérir une certaine culture sur un monde que je ne connais que très peu. Il me montre ce que je n'ai jamais vu, me fais écouter ce que je n'ai jamais entendu …

Devant moi, sur la table du grand salon de la suite se présentent à moi une carte de crédit ainsi qu'un pass pour la Grande Bibliothèque. Je m'étais déjà, quelques jours plus tôt, laissée gagner par la folie dépensière et même si je n'avais fait que quelques emplettes, j'avais eu l'impression d'avoir dévalisé un magasin, moi qui n'entrait avant dans ce genre d'endroit que pour chaparder quelques biens.
Dans cette suite, chaque geste du quotidien continue d'être porté par une certaine nouveauté. J'ai souvent l'impression que je vais me réveiller de ce rêve étrange pour me retrouver à nouveau dans l'humidité de ma petite cabane de taule. C'est comme ouvrir ce grand dressing, contenant une multitudes de vêtements de tout genre … J'y attrape une tunique en jean et enfile une paire de botte.
Revenant dans le salon, je m'empare finalement du pass pour la bibliothèque. Qui sait ce que j'allais y trouver …

A mesure que je m'approche de l'immense établissement, mon cœur s'emballe. C'est donc les mains tremblantes que je pousse la lourde porte. Quand celles-ci se referment derrière moi, je suis englobée dans un lourd silence, malgré le nombre de personnes présentes en ces lieux. On n'entend que le frottement des pages qui se tournent, et les respirations lentes des lecteurs. Cet aspect ne fait que rajouter davantage à mon appréhension. Me retrouver dans un tel lieu de culture, moi l'inculte, l'illettrée … D'un léger signe de tête je salue la vieille bibliothécaire qui ne lève même pas les yeux de son livre, ses lunettes visées sur le bout de son nez. Je me retiens d'ailleurs de ne pas lui adresser une grimace et passe ma route, allant m'enfoncer dans le labyrinthe des étagères. Je ne sais pas où chercher, quoi regarder … C'est tout en me triturant les doigts que je finis par arriver au rayon des contes et légendes. Puis, tout en jouant nerveusement avec ma lèvre, finis par piocher un ouvrage un peu au hasard. Partant m'installer sur un fauteuil, je commence ma lecture lente et studieuse. Contre toute attente, je suis vite envoûtée par cet ouvrage et le dévore littéralement, de longues heures durant. Je m'en rends compte quand, l'esprit tout embrumé et les yeux piquants, je relève enfin le nez du livre.

Pensant n'avoir que trop traîné ici, que l'heure du retour de Gabriel devait être proche, je sors de la Grande Bibliothèque, non sans avoir emprunté l'ouvrage que j'étais encore loin d'avoir terminé. Je le feuillette alors tout en descendant les grandes marches, ne regardant pas où mes pas me guident. Je ne vois donc pas cette marche qui est un peu plus basse que les autres et me retrouve rapidement déséquilibrée. Un peu piteusement, je me rattrape quelques marches plus bas, à quatre pattes. Plus de peur que de mal. Enfin … C'est en ramassant le livre que j'avais fait tomber dans ma chute que je remarque du sang sur ma main et avec à l'intérieur un joli morceau de verre. Je grimace, serre les dents et retire le fragment. Mais la plaie semble assez profonde et saigne beaucoup. Un désagréable frisson me traverse. Sans attendre, j'enroule ma main dans un mouchoir en tissu que je gardais toujours dans ma poche et pars m'engouffrer dans le métro aérien. Mais je ne rentre pas à l'hôtel non … Hors de question. Je ne vais pas me planter devant Gabriel, la main en sang. Je prends la direction du dôme de la division humaine. Je sais qu'il y a un dispensaire là bas, pour y avoir accompagné Nana quelques fois …

Quelques minutes plus tard, serrant fort le morceau de tissu pour empêcher le sang de couler, j'entre dans le dispensaire, mon précieux livre toujours sous le bras.


Dernière édition par Scarlett Rose Clane le Ven 29 Jan - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amaria Saria
Présidente de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

avatar
Messages : 261

Localisation : Asaria
Côté coeur : Libre

Activité/Profession : Présidente de la Cité, médecin et généticienne

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Mer 9 Déc - 22:02

18h45

Je venais d’arriver de l’hôpital et j’allais prendre ma garde de nuit au dispensaire comme à chaque fois que c’était mon tour. L’arrivée de l’hiver et des températures  plus froides me rappelaient que les Asariens à la tête du gouvernement aimaient jouer avec le climat sous les dômes et plus précisément avec celui où se trouvaient les humains. Lorsque le TyAma avait été fondé, nous avions fait en sorte de jouer double jeu face à au ministre de la santé. Cet établissement implanté au milieu de la pauvreté devait servir de soutien à la Milice. Nous devions tenir à jour la liste des patients et la leur fournir au cas où ils auraient besoin de trouver un traitre. Mais la vérité était bien différente. Ce dispensaire était là pour venir en aide aux plus malheureux et jamais nous nous en servirions pour aider le gouvernement et les brutes de Van Brënner, mais ça les Anciens ne le savaient pas. Nous brouillions les pistes depuis de longues années et les humains pouvaient compter sur le personnel de cet établissement pour panser leurs maux. Pour éviter de faire fuir la population, il était convenu que les Asariens ne se montreraient pas comme tel devant eux. Moi, je ne pouvais me dissimuler ni mentir sur ma nature. Mon nom était associé à celui de mon père, le créateur du SEER et de l’apocalypse sur Terre. Les humains que je côtoyais dans le personnel ou parmi les patients avaient appris à me connaitre et ils avaient pu voir que je n’étais pas leur ennemie. Je savais qu’il y aurait toujours une petite méfiance qui pouvait pointer le bout de son nez, ce qui était compréhensible, en sachant ce que mes congénères faisaient endurer à tous ces pauvres gens.

La salle majeure du dispensaire n’était pas encore aussi bondée qu’à son habitude. Il était encore tôt pour cela. Il y avait quelques patients, ici et là, et le personnel  s’occupait déjà d’eux. Les soignants avaient été formés ici, par moi ou par l’infirmier principal, Sébastian Shayn qui préférait garder sa nature d’Asarien, secrète, ce qui était le mieux pour soigner les personnes. Tous avaient reçu les gestes de base pour désinfecter une plaie ou une blessure. Pour les cas les plus graves, on nous appelait. Je venais toujours prêter mains fortes quand les patients s’annonçaient de plus en plus nombreux. Je préférai le relationnel plutôt que de rester enfermée dans mon bureau.

Ce soir-là, je faisais le tour des armoires à médicaments ainsi que le tour dans les réserves de matériel  et je listais ce qui pouvait nous manquer d’urgent. Je passais et je repassais à chaque fois par la grande salle, quand la porte d’entrée s’ouvrit et laissa s’engager une jeune fille qui semblait perdue et inquiète. Je levai la tête comme si un sixième sens m’avait guidé et chuchoté de l’observer. C’était la première fois que je la voyais, du moins durant mes gardes au dispensaire. Elle portait un bandage très simple autour de sa main, mais le rouge avait laissé des traces qui donnaient un aperçu de sa blessure. Elle devait être profonde. J’inspirai doucement pour chasser des émotions qui venaient soudainement de m’envahir. Je n’étais pas empathe, mais j’avais su développer ma télépathie au point de ressentir les différents sentiments qui pouvaient aussi bien animer une personne que moi. Quelque chose me poussait à aller vers elle, mais je ne savais pas l’identifier. Je trouverai certainement des réponses à mes sensations en la rejoignant. Je posai finalement mon répertoire sur un coin d’une table pour venir à sa rencontre.

- Bonsoir, je suis le docteur Saria. J’ai vu votre main bandée quand vous êtes arrivée. Venez avec moi, je vais regarder cela de plus près. Il ne faut jamais laisser une petite plaie sans soin, elle pourrait très vite s’infecter.

Je lui montrai d’un geste de la main, une petite table sur la droite de la salle. Il y avait tout un pan de mur qui était constitué de box de soin, assez précaires et qui ne ressemblaient en rien à ceux de l’hôpital. Tout cela était très ironique de la part de nos chers Anciens. Les Asariens avaient tous le don de régénération et aucun de nous n’avait besoin d’un aussi grand hôpital et de laboratoires. C’était l’orgueil et l’égo démesuré des Miens qui les avaient poussés à construire ce bâtiment. Je tirai le rideau derrière nous pour nous permettre d’être tranquille. Elle s’installa sur une chaise et moi en face d’elle. Je tirai le chariot de soin près de moi et je commençai à enfiler des gants stériles. Puis, je pris un champ stérile, lui aussi, que je dépliai sur la table.

- Posez votre main sur la toile. Je vais retirer le mouchoir. Je peux savoir avec quoi vous vous êtes blessée ?

Délicatement, je commençai à déplier le tissu imbibé de sang. Par certains endroits, cela avait coagulé, et si je tirai trop dessus, je risquai de la refaire saigner. J’allais devoir découper le mouchoir et retirer avec une pince les minuscules filaments qui s’étaient collés sur la peau.

- Si vous avez mal, dites-le- moi. Je peux vous donner de quoi calmer la douleur, cela sera plus facile pour vous durant le soin. Je m’en excuse d’avance d’être curieuse, mais c’est la toute première fois que je vous vois au dispensaire, pourtant votre visage à quelque chose de familier, mais je ne sais pas comment définir cette impression.

j'avais remarqué qu'elle tenait contre elle un livre qui semblait parler de contes très anciens.

- Vous aimez les légendes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Sam 12 Déc - 12:13

A peine étais-je entré dans le dispensaire qu'une femme s'approcha de moi. Au premier regard, elle me fit une très bonne impression. Dans ma vie, je n'ai pas vraiment côtoyé de médecins et j'ai eu la chance, durant toute mon enfance, de rester en aussi bonne santé que ma condition le permettait. Et j'entends par là que j'ai été épargné de ces maladies qui peuvent frapper les plus pauvres qui, dans l'absence de soin, finissent par passer de l'autre côté.
La laissant me guider, je m'installe sur cette chaise, observant chacun de ses gestes avec attention pour ne rien louper de ce qu'elle pouvait faire. En terrain inconnu, je gardais cette attitude méfiante, par réflexe, par instinct de survie. Vieux réflexe. Quand le médecin s'assoit face à moi, je lui souris avec maladresse et dépose ma main sur le morceau de tissu, desserrant ma main un peu engourdie après l'avoir laissé trop longtemps fermée.

-Un morceau de verre … Je suis tombée dessus … après avoir trébuché … Avouais-je en laissant un rire nerveux s'échapper d'entre mes lèvres.

Je continue d'observer ses gestes, tout en la laissant faire. Elle m'incitait naturellement à une certaine confiance. Après tout, c'est son métier, elle sait ce qu'elle fait. Je grimace un peu en voyant que le tissu se retrouve collé à la plaie. Mal …. Cela me lançait effectivement, au creux de la main, comme si le verre avait laissé une forme de brûlure en coupant ma peau. Mais je pense avoir une tolérance à la douleur et j'ai une certaine réserve quant au fait de prendre des médicaments. Je décline donc en secouant la tête. J'aime connaître ce que mon corps ingère.
Par contre, la deuxième partie de sa phrase m'interpelle. Je relève donc le regard vers elle afin de la détailler davantage et voir si son visage m'est familier ou non. Et j'ai beau chercher dans ma mémoire, je ne crois pas l'avoir déjà vu. Après, il est tout à fait possible qu'elle m'ait vu et que moi non. Après tout, j'ai passé les dernières années dans les rues, à mendier ou voler … Je secoue les épaules, fronçant légèrement les sourcils, en pleine réflexion.

-J'ai déjà accompagné ma … mère jusqu'ici.

J'avais hésité à employer le mot « mère » parce que Sally n'a jamais voulu que je la désigne comme tel, mais c'est le rôle qu'elle a endossé, pour Tom et moi. Alors plutôt que de me lancer dans de grandes explications, à lui raconter qu'elle n'est pas ma mère biologique mais qu'elle m'a élevé comme sa propre fille …

-Et puis … je passais le plus clair de mon temps dans les rues, avec mon frère … Nous avons très bien pu nous croiser sans le savoir. Je suis désolé … je ne suis pas très physionomiste.

Elle me questionne ensuite sur le livre que je tiens toujours contre moi. Ce n'est qu'à ce moment que je le décolle de contre mon ventre et le dépose sur mes genoux, tout en le regardant. Mes doigts passant sur l'épaisse couverture, je fus soulagée de ne remarquer aucune trace de sang. Il ne manquerait plus que ça. Je souris doucement, sans lever mon regard de l'ouvrage.

-Oui. Enfin, à vrai dire, c'était la première fois que j'en lisais. Mais je trouve cela passionnant, et je me plais à imaginer qu'elles ont réellement existé …

Voilà que je m'emballe sur le sujet. D'un côté, elle est la première personne avec qui je parle depuis que j'ai fait cette découverte et quand c'est le cas, il est très difficile de m'arrêter. Je pense que je pourrais en parler pendant de longues minutes sans m'en lasser. Quant à mon auditoire … c'est une autre question. Je me souviens, plus jeune, il suffisait que j'apprenne quelque chose, la moindre petite chose, pour que j'en parle toute la soirée, ce qui amusait beaucoup Sally. Tom lui, était moins patient. Je le revois encore lever les yeux au ciel, marmonnant des choses incompréhensibles. Cette image me fait sourire inconsciemment. Mais je sors rapidement de mes pensées pour revenir sur la femme qui me fait face.

-Et vous ? Qu'en pensez-vous ?

C'est tout naturellement que je lui avais renvoyé la question. Si je peux me montrer timide par moment, je reste quelqu'un qui est vite à l'aise. Et je préfère mille fois échanger quelques mots plutôt qu'un long et sinistre silence.
Revenir en haut Aller en bas
Amaria Saria
Présidente de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

avatar
Messages : 261

Localisation : Asaria
Côté coeur : Libre

Activité/Profession : Présidente de la Cité, médecin et généticienne

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Mar 15 Déc - 16:42


La jeune femme m’expliqua qu’elle était tombée en trébuchant et qu’elle s’était faite cette blessure avec un morceau de verre. La plaie était assez profonde. Le mouchoir avait bien comprimé l’entaille, mais sa couleur vermeille séchée, démontrait qu’elle ne s’était pas ratée. Tout mon matériel était stérile et je défis un kit à pansements pour y prendre un petit ciseau. Je coupais les bouts de tissu qui étaient restés collés sur la plaie. J’allais devoir tout retirer pour ne pas créer une infection et mieux la soigner. Tout en me concentrant sur mes gestes avec minutie pour ne pas rouvrir sa blessure ni lui faire mal, j’avais engagé la conversation et la jeune femme répondait  à mes questions. Ce qui était plaisant. Beaucoup de mes patient restaient mutiques et silencieux quand je faisais des soins, peut-être avaient-ils peur de me déranger. J’aimais le côté relationnel avec les gens et si j’aimais aussi mon calme et ma solitude dans les laboratoires du Centre de Recherches ou bien ceux du QG du Phoenix, j’avais toujours ce besoin d’aller vers les autres.

Elle grimaçait, mais elle ne disait rien devant la douleur. Elle n’avait pas voulu de calmant et elle restait tranquille sans faire de mouvements brusques avec sa main. Chacun de nous avait sa propre histoire et nos expériences comme notre passé nous donnaient cette volonté de tenir tête aux maux qui jalonnaient notre vie. Son visage m’était apparu familier, mais je ne savais pas d’où je tenais une telle sensation. Ma mémoire ne m’avait jamais fait défaut. J’aurai pu comme bon nombre d’Asariens possédant le don de télépathie, sonder son esprit. C’était une action que je ne pouvais concevoir. C’était comme violer l’intimité d’une personne. Je ne le faisais qu’en cas de situations extrêmes et là, cela n’en était pas une à mes yeux.

- Je vois beaucoup de monde aller et venir dans cette grande salle.  Je fais partie des personnes à l’origine de la conception de ce dispensaire au cœur du bidonville. Je suis ici donc, depuis le début de son ouverture. J’ai effectivement peut-être due croiser votre mère.

La jeune humaine enchaina sur son enfance et le fait qu’elle passait son temps dans les rues du bidonville avec son frère.

- Comment s’appelaient-ils ? Votre mère et votre frère ? En temps normal, je suis physionomiste, mais je ne sais pas pourquoi je n’arrive pas à mettre un nom sur votre visage.

Je posai mes ciseaux et je pris une petite pince pour continuer à la soigner. C’était la partie la plus délicate. Il restait des filaments qui avaient adhéré à la peau quand elle avait bandé sa plaie avec le mouchoir.

- Je vais retirer ces petits bouts de fibres qui sont restés collés à la peau. Je suis obligée de vous les retirer pour pouvoir désinfecter votre blessure. Je ne peux pas laisser la lésion dans cet état-là. J’espère ne pas vous faire saigner en tirant dessus.

Je savais que la force de caractère, la détermination ainsi que le courage étaient des dons extraordinaires chez les Humains. Je les connaissais parfaitement chez Mara. Elle avait perdu mon frère alors qu’elle n’était qu’une jeune femme plein d’espoir  et de bonheur dans les yeux, enceinte de quelques mois à peine. Elle avait perdu son premier enfant suite à son décès. Puis le destin s’était encore acharné sur elle en la privant du nouvel amour de sa vie qui était revenue sous de nouveaux traits, plus tard. Sa petite fille, Héméra, avait subi la vengeance terrible des Anciens. Toutes ces blessures et tous ces pleurs n’avaient pas retiré à Mara cette envie de combattre pour un futur meilleur qui lui était chevillé au corps.  Le livre des légendes que me présenta ma jeune patiente me fit sourire. Il me rappelait celles dont me racontaient mon père quand j’étais toute petite … avant le SEER, avant la pluie de feu, avant l’apocalypse, avant Asaria.

- Mon père aimait les légendes et moi j’adorai l’écouter, assise sur ses genoux, à m’imaginer toutes ces histoires, ces héros, ces créatures. Ce que je peux vous dire, c’est que les légendes existent encore, de nos jours. Certaines, aujourd’hui, sont la continuité de ces anciennes légendes.

Tout en la faisant parler sur sa nouvelle passion, j’avais réussi à retirer les bouts de fibres. J’avais malheureusement dû tirer sur le dernier filament et la plaie s’était remise à saigner. Je laissai ma pince et j’appliquai une lotion désinfectante pour bien retirer tous les résidus et le sang séché.

- Quelles sont celles qui vous ont plu ? Beaucoup me fascinent pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Sam 19 Déc - 14:51

Le docteur Saria parvenait à retenir suffisamment mon attention pour que je ne pense pas vraiment à ce qu'elle faisait sur ma main blessée. Je n'ai jamais vu les personnes qui s'occupaient de Sally, préférant rester dans la rue à attendre qu'elle ait fini. Et penser qu'une femme comme elle ait pu la soigner me rassure. Je ne la connais certes que depuis quelques minutes, mais sa façon de faire me met en confiance. Et puis imaginer qu'elle soit à l'origine de ce lieu est vraiment réconfortant. Peu de gens prennent le temps de se préoccuper de la santé de nous autres, humains des bidonvilles, alors créer un lieu de santé accessible … Il n'y a pas que du mal dans ce bas monde … C'est sans doute pour cela que je me confie aussi facilement.

-Sally et Tom, c'est comme ça qu'ils s'appellent. Vous savez, le plus souvent je fais tout pour être le plus discrète possible ...

Elle m'explique ce qu'elle s'apprête à faire et je hoche doucement la tête, serrant les dents. Je sais parfaitement d'avance que ça ne va pas être très agréable. Je bloque d'ailleurs ma respiration pendant qu'elle commence à retirer les petits bouts de tissu avant de souffler longuement et reposer mon regard sur elle afin de me concentrer sur ses paroles.
A l'évocation de ses souvenirs concernant son père, mon cœur ne peut s'empêcher de se serrer. Je n'ai jamais connu mon père, ni ma mère biologique … Sally me racontait des histoires, m'a apprit les rudiments de la lecture, mais le plus souvent, tout sortait de son imagination. Enfin, je n'ai jamais su si cela venait d'un réel vécu ou de simples légendes …
Le médecin était au moins parvenu à capter mon attention. Si bien que lorsque ma blessure saigne de nouveau, je ne réagis pratiquement pas, sentant juste un picotement quand elle désinfecte la plaie.
Elle me demande de lui parler des légendes qui m'ont plu. Reposant alors mon regard sur le livre, je me repasse celles que j'ai pu lire et qui m'ont marqué.

-Et bien, je n'ai pas encore eu l'occasion d'en lire beaucoup … Commençais-je.

La fluidité de ma lecture n'était pas encore suffisante pour me permettre d'enchaîner les lectures. Je mets un certain temps à lire, à assimiler les mots, et dois souvent relire plusieurs fois avant de tout bien comprendre. Oui, comme un enfant qui apprend à lire … avec quelques années de retard.

-Mais il y en a une qui m'a beaucoup plu … Il était question d'un .. comment ça s'appelle … Ah oui, un troubadour. Il est raconté qu'il foulait les terres sauvages à la recherche d'un chemin qu'il ne parvenait pas à trouver. Pourtant, il ne s'arrêta jamais de marcher et de chanter …

Cette légende me fait rêver, tout en m'évoquant beaucoup de choses. C'est vrai. En la lisant, j'avais l'impression de voir ces mêmes paysages sous les yeux. Je donnerai cher pour pouvoir les voir un jour, ces terres sauvages. J'en rêve beaucoup, sans savoir si les visions que j'en ai sont réelles ou non. L'air doit y être plus pur, c'est certain. Et on doit s'y sentir si libre …

-Pensez vous que cette légende existe encore aujourd'hui ? Lui demandais-je avec espoir.

Au fond de moi, je suis intimement persuadée que ce troubadour existe bel et bien, et je pourrais sans mal l'associer à une personne de ma connaissance qui, étrangement, prend une part significative dans ma vie.
Revenir en haut Aller en bas
Amaria Saria
Présidente de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

avatar
Messages : 261

Localisation : Asaria
Côté coeur : Libre

Activité/Profession : Présidente de la Cité, médecin et généticienne

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Lun 21 Déc - 18:10



Je la faisais parler avec mes questions, pas pour me montrer curieuse ou mal polie, je voulais qu’elle se concentre sur ses mots et ses idées et qu’elle oublie la douleur de sa blessure. Elle n’avait pas voulu de calmants et je reconnaissais bien là la force que pouvait cacher un visage aussi fragile. C’était une détermination et un courage qui j’avais déjà croisés et que je côtoyais très souvent. Je l’écoutais avec une acuité dès plus sensible tout en soignant sa plaie. J’avais enfin pu retirer tous les petits bouts de filaments de son mouchoir et maintenant je la désinfectais.  J’étais très physionomiste et j’avais une très bonne mémoire. Même avant le SEER, j’étais très douée. J’étais très différente des Asariens. Oui, vous avez bien compris, je ne suis pas née Asarienne, mais bien Humaine dans l’ancien monde. Un fait très rare. Je suis entre cette nouvelle génération et la plus ancienne. J’ai toujours eu cette sensation de ne pas être à ma place, peut-être parce que je suis la fille du Prophète, la fille d’Ahmad Saria. Il est toujours complexe de porter un lourd héritage. Je n’étais pas la seule dans ma famille à avoir un tel fardeau. Il avait été éduqué autrement et nos chemins auraient dû se croiser. Le destin en a voulu autrement. J’avais un demi-frère dont j’ai appris l’existence de l’aveu de mon père. Il avait eu une  liaison avec une autre femme que ma mère et voilà que j’avais décidé de l’approcher. Lui dont je ne possédais que le prénom et son rang dans la société. Les enjeux politiques et la haine m’ont enlevé mon père et ce demi-frère que je n’ai connu qu’à travers des photos et des récits.

Je n’avais plus repensé à ma famille depuis longtemps. Une autre s’était façonnée autour de moi grâce à Mara, grâce à cet espoir et ce futur meilleur qu’elle véhiculait grâce à Lui et grâce à tous ces Pacificateurs qui n’avaient cessé de la rejoindre depuis au fil des années. Les deux prénoms qu’elle venait de me citer arrêtèrent immédiatement mon geste. Je posais mon matériel sur le plateau à pansement en la dévisageant. Je connaissais ces deux prénoms, je connaissais ces deux personnes, cette femme qui venait souvent ici et qui parlait de ses deux enfants …Pourtant, ce n’était pas le prénom de Sally qui me fit réagir … Ce fut le prénom de Tom. Ce n’était pas possible, pas après tout ce temps … La jeune femme continuait malgré cela à répondre aux questions que j’avais semées et elle poursuivait sur son livre qu’elle n’avait pas lâché depuis son entrée au dispensaire. C’était un livre sur les légendes et je dus faire un immense effort pour me retrouver ma concentration sur notre conversation.

- La légende du troubadour … Une âme errant sur les chemins, qui a perdu tout ce à quoi elle tenait et qui tente de trouver les traces de son passé. Elle existe certainement, oui. Elle pourrait s’associer à n’importe qui, à une personne qui a perdu la Lumière et qui ne peut que vivre avec les Ténèbres. Pourtant et malgré cela, elle continue d’avancer, peut-être ne sait-elle pas pourquoi, dans quel but elle continue toujours de marcher.

Je disposais une crème cicatrisante sur sa blessure ainsi qu’une compresse par-dessus avant de lui bander la main. Elle serait ainsi protégée pour les prochains jours. Mes pensées, quant à elles, tourbillonnaient d’une façon très étrange. Par moment, mes yeux la détaillaient et je revoyais cette vieille photo toute pliée qu’il me montrait très souvent. J’aurai pu utiliser ma télépathie, sonder son esprit sans aucun problème, mais je n’étais pas ainsi que j’employais mes dons.

- Vous êtes Scarlett, n’est-ce pas ? Scarlett Rose …

Je me redressai de mon tabouret et je rangeai tout le matériel que j’avais sorti. Le silence  s’était installé entre nous et elle m’observait. Je sentais ses prunelles me détailler comme si je venais de lui rappeler un lointain souvenir.

- J’ai effectivement soigné votre mère. Mais ce n’était pas elle dont j’étais la plus proche. C’était de votre frère, Tom.

Un jeune homme plein de fougue, qui croyait en cette Cause, en cette paix, en un autre monde… Comme mon frère. Encore une âme plein de jeunesse qui était partie beaucoup trop tôt. Elle était perturbée, troublée. Ma télépathie n’était pas le simple fait de communiquer entre deux esprits. A son haut niveau qui était le mien, mon pouvoir me renvoyait toutes les perturbations d’une psyché, ses variations et son intensité. Je la laissai quelques instants seule, je savais qu’elle ne partirait pas, pas maintenant. J’allai chercher une enveloppe dans mon  bureau et je revins avec elle.  Je repris ma place et je fis rouler le tabouret pour me positionner face à la jeune femme.

- Ce jour-là … il avait senti quelque chose, comme une prémonition. Il m’a remise cette enveloppe. Elle contient une photo … la vôtre.  Il m’avait fait promettre de retrouver sa petite sœur. Je n’avais que cette image de vous où vous aviez 10 ans et votre prénom.  Votre histoire me rappelle la mienne. J’ai perdu un frère que je n’ai jamais eu le plaisir de connaitre. Je n’ai que des photos de lui.  Tenez, prenez-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Mer 23 Déc - 22:42

La belle brune semblait connaître elle aussi la légende du troubadour. Je hoche la tête avec un sourire enjoué, contente qu'on puisse en parler. Mais mon sourire ne tarde pas à s'évanouir progressivement alors que je me rends compte qu'elle connaît mon prénom. Un frisson me traverse, d'où lui vient cette information ? Très peu de personnes connaissent mon prénom … enfin surtout pas une femme. Je la regarde sans comprendre, hochant seulement la tête pour acquiescer. Je suis incapable de formuler la moindre phrase. Je la laisse donc continuer et un nouveau frisson se manifeste au creux de mon échine. Elle connaît Tom, celui que j'ai toujours considéré comme mon grand frère. Il m'a tout montré, tout apprit. Sans lui et ses précieux conseils, je ne serai sans doute pas celle que je suis aujourd'hui. Enfin, ça peut paraître pas grand chose mais peut être que sans lui et Sally, je serais sans doute à agoniser dans une flaque de boue.

Mais ça ne me dit pas ce qui liait cette charmante médecin à mon frère. Je n'avais pas ignoré le fait qu'elle ait employé le passé. Un mauvais pressentiment naît en moi. Je n'aime pas du tout ça. Mon cœur commence à s'emballer dans ma poitrine. La voilà qui part. Mais je reste là, assise sur ma chaise à attendre. Attendre quoi ? D'en savoir plus. D'avoir des nouvelles … si seulement il y en a. Elle revient. Je la suis du regard avant de poser mon regard sur cette enveloppe. Mes mains se replient sur mes genoux pour contenir les tremblements qui les agitent. Le visage de Tom me revient en mémoire … Ce sourire, cet air si décidé … Cette lueur que rien n'aurait pu éteindre … Rien, sauf … Je ne pouvais me résoudre à ne serait-ce que penser à ce mot. Alors l'envisager …

Et là le mot qui ne laissa plus aucun doute. Perdu … Je prends l'enveloppe, toute tremblante et sans attendre, sort la photo qui la contenait. Ma gorge se noue. Je reste bouche bée.
Je me souviens parfaitement de cette photo. J'avais dix ans, oui. Lui quelques années de plus. Mais nous n'étions que des gamins à cette époque. Malgré notre environnement nous étions encore porté par nos rêveries d'enfant. On courrait les ruelles boueuses du bidonville, poursuivant des ombres et fuyant des chimères. Il avait réussi à dégoter un appareil photo dans la sacoche d'un passant un peu trop distrait. C'est Sally qui avait pris la photo. Je soupire, échappant une infinie tristesse. Mais je ne pouvais pas y croire.

Et elle ? Comment le savait-elle ? D'où le connaissait-elle ? Lui qui était parti retrouver les pacificateurs … Se pourrait-il qu'elle en fasse parti ? Je la regarde avec tout mon désespoir et mon incompréhension. Tom reste ma seule famille … Je ne pouvais pas y croire. Tout simplement pas. Je secoue la tête négativement, cherchant mes mots.

-M..mais … Comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Amaria Saria
Présidente de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

avatar
Messages : 261

Localisation : Asaria
Côté coeur : Libre

Activité/Profession : Présidente de la Cité, médecin et généticienne

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Lun 28 Déc - 17:34

J’aurai aimé lui apprendre de bonnes nouvelles, mais nous le savions aussi bien elle que moi que nous ne vivions pas dans un monde tout rose. En lui donnant cette enveloppe qui contenait la photo que son frère Tom gardait toujours sur lui, je me doutais que de vives émotions remonteraient en elle. Je n’avais rien affirmé sur le sort de Tom, mais mes mots au sujet de mon propre frère que j’avais perdu définissaient la réelle situation. Par politesse et par respect, je l’avais laissé dans ses pensées et je n’avais pas eu le courage de briser le silence. Je percevais le mécanisme complexe de son esprit qui fouillait dans ses anciens souvenirs pour retrouver le visage de l’Être qu’elle chérissait et qu’elle venait de perdre. Je n’avais pas réussi à pleurer la disparition de mon frère que je ne connaissais que de nom. Les photos prises à la dérobée, c’était ELLE qui me les avait montrées quand j’avais rejoint les Pacificateurs. Ma destinée avait croisé sans le savoir celui de mon frère, mais le temps avait été notre pire ennemi.

Lorsque ses grands yeux se reposèrent sur moi en une sorte d'interrogation incompréhensible, je sus que je devais lui apporter des réponses. Moi je n’en avais eu aucune que celle du complot politique, pour pointer du doigt les traitres Asariens qui avaient rejoints le groupe et pour mettre à prix la tête de la leader : Mara Jade. Même après autant d’années, il me manquait quelque chose, le fin mot de toute cette histoire horrible. J’inspirai très doucement pour chasser mon passé et revenir sur la jeune fille.

- Pas ici. Même si je sais que le dispensaire est un lieu sûr, je ne peux pas vous parler dans cette salle. Il y a beaucoup trop d’allées et venues.

Je me redressai du tabouret et je l’invitai à me suivre. Je lui montrai la porte de mon bureau qui se trouvait tout au fond du couloir.

- Je vous expliquerai tout, tout ce que je sais, tout ce qu’il m’a raconté. On a tous besoin de mettre des mots sur ce qu’on imagine. On a tous besoin de connaitre la vérité pour être en paix avec soi-même.  Suivez-moi. Nous serons plus tranquilles pour parler et vous pourrez me poser toutes vos questions. J’y répondrai avec le plus de détails possibles.

Je m’éloignai d’elle. Je ne désirai pas la brusquer. C’était elle qui prendrait la décision ou pas de me suivre. J’atteignis mon bureau sans me retourner et je sentis alors une présence quand j’ouvris la porte. Scarlett entra la première. Mon bureau était à l’image du dispensaire : il était sobre. Il ne contenait pas de fauteuils ou de banquette comme on pouvait retrouver cela dans les cabinets médicaux de la cité. Il y avait deux chaises et je m’installai sur l’une d’elle et pas derrière mon bureau. Je n’étais plus un médecin à cet instant. J’étais redevenue une Pacificatrice.

- Votre frère … enfin celui qui vous considérez comme sa sœur. Il m’avait raconté votre histoire. Vous n’avez pas de liens de parentés à proprement parlé, mais vous étiez très précieuse pour lui. Vous étiez tout pour lui. C’est pour cela qui a cherché à nous contacter, à nous approcher. Je vous rends assez perplexe sur ce que je dis, n’est-ce pas ?

Je m’engageai dans une voie infiniment complexe. Tom ne lui avait jamais dit ce qu’il était devenu pour la protéger, pour lui éviter ses combats et ses dangers. Mais elle avait vécu dans la rue et comme beaucoup de jeunes filles de son âge, j’imaginais ce qu’elle avait pu faire pour survivre. Nos choix pour sécuriser les nôtres n’étaient pas toujours judicieux. Ils étaient surtout guidés pour beaucoup sur l’amour que nous portions à notre entourage. Si Scarlett-Rose avait su cela, aurait-elle embrasé la Cause du Phoenix ? Aurait-elle vécu autrement ?

- Je ne suis pas qu’une Asarienne, médecin urgentiste et responsable du dispensaire. Je ne suis pas seulement la fille du créateur du SEER. Je suis une Pacificatrice… comme votre frère l’était …


Dernière édition par Amaria Saria le Dim 10 Jan - 19:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Ven 1 Jan - 11:29

Envisager d'avoir perdu Tom me semblait impossible. La perte de Sally avait été une épreuve et Tom avait été le seul sur lequel j'avais pu compter. Il avait été l'épaule sur lequel j'avais pu me reposer. Bien que très pudique dans son chagrin, il m'avait consolé, il m'avait écouté … Mais aujourd'hui …
J'avais fini par m'habituer à son absence. Le voir partir vers ses rêves avait été dur aussi, mais au moins je savais qu'il était vivant, quelque part. Mais aujourd'hui, je vais devoir m'habituer à sa mort, je vais devoir me faire à cette sombre idée que plus jamais je ne le reverrais, ce grand et ambitieux jeune homme. Je ne reverrais plus jamais son air sévère, ponctué par cette petite ride significative au milieu du front, qui laissait pourtant entrevoir par moment l'ombre d'un sourire bienveillant.

L'une des étapes du deuil est l'acceptation, et j'ai besoin de comprendre avant toute chose. Comprendre comment il est mort. Est-ce qu'une maladie l'a emporté ? Ou a t-il était victime de quelque chose d'encore plus dangereux ?
En me relevant pour la suivre, je regarde autour de moi, m'attendant presque à ce que tout cela ne soit qu'une blague et que je vais voir Tom apparaître derrière cette même porte que le docteur Saria ouvre. Bien sûr, il n'y a rien excepté le modeste bureau d'un bienveillant médecin. Je regarde un instant ma main qu'elle a soignée avec soin, enroulée dans cette petite bandelette avant d'aller trouver ma place face à elle, tenant toujours contre moi ce livre de légende et cette photo, unique trace matérielle de son souvenir.

La femme brune commence alors à me parler de Tom, ou plutôt de ce lien qui nous unissait. Aucun lien de sang mais il n'en restait pas moins aussi précieux et solide. Un orphelin, comme moi, abandonné à la naissance dans une cagette en bois, soumis au Destin, recueilli par une vieille femme au sourire bienveillant. Comme moi.
C'est la fin de sa phrase qui me laisse quelque peu en suspens. Il y a d'abord le fait d'apprendre qu'il lui avait rapporté avoir fait tout ça pour moi, quand moi je pensais qu'il était seulement parti à la recherche d'une vie meilleure, et de changements. Pour nous tous, pas uniquement pour moi. Dans ce cas, pourquoi ne m'a t-il pas proposé de venir avec lui ? Ce questionnement ne fait que rajouter à ma tristesse, celle-ci restant pourtant muette bien qu'elle continuait de gonfler dans ma gorge, humidifiant mes yeux sans jamais laisser s'échapper aucune larme. Elle venait aussi de dire « qu'il a cherché à nous contacter ». Nous … Je fronce légèrement les sourcils avant d'ouvrir de grands yeux étonnés, hochant la tête, y voyant soudainement plus clair, bien que toujours bercée par la mélancolie. Ils existent alors bel et bien. Les Pacificateurs. Il les a trouvé …

Son annonce me laisse sans voix. Moi qui pensais avoir devant moi une femme médecin au grand cœur. J'apprends désormais, en une seule phrase, sa réelle nature, sa naissance, et tout son Curriculum Vitae, dont son appartenance à la cause que Tom rêvait d'embrasser. Tout était plus clair désormais, comment il l'a connu et me laissait entrevoir le cadre dans lequel il avait pu périr.

-C'est donc comme ça qu'il est …, avec les Pacificateurs ? En « mission » ? Si c'est comme ça que vous appelez ça …

J'avais été incapable de poser le mot sur cette triste réalité. Mort. Mes sourcils s'étaient froncés tristement alors que je tentais encore d'en savoir plus. Quelqu'un aurait-il prit la vie de mon frère ? A cette pensée un sanglot s'étrangle dans ma gorge et je sers un peu plus fort la couverture du livre contre moi.

-Je ne comprends pas … Pourquoi ne m'a t-il jamais recontacté ? Pourquoi ne m'a t-il pas dit qu'il vous avez trouvé ? J'ai tout le temps cru qu'il était parti à la recherche d'une vie meilleure, qu'il partait pour faire bouger les choses, quitte à me laisser derrière lui. Jamais il ne m'a dit que c'était pour moi qu'il faisait … enfin qu'il avait fait tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Amaria Saria
Présidente de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

avatar
Messages : 261

Localisation : Asaria
Côté coeur : Libre

Activité/Profession : Présidente de la Cité, médecin et généticienne

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Dim 10 Jan - 20:39

A l’abri, dans mon bureau, je pouvais lui raconter ma rencontre avec celui qu’elle considérait comme son frère et les derniers instants de cet homme qui n’avait eu de cesse de se battre pour un monde meilleur. Un jeune homme qui me faisait penser à un autre que je n’avais jamais connu, mais sur lequel on m’avait raconté de nombreux souvenirs. J’avais fait confiance à Tom et l’esprit de la jeune fille me disait que je pouvais en faire tout autant avec elle. Je devais délivrer les derniers instants à sa sœur d’une manière diplomatique et douce. La perte d’un Être cher passe toujours par diverses émotions qu’on est capable ou pas de contrôler et de gérer. Mais avant de lui annoncer comme Tom avait trouvé la mort, je lui avais dévoilé qui j’étais pour qu’elle puisse avoir les bases pour suivre l’histoire et peut-être comprendre les intentions de son frère.

- S’il nous a rejoints c’était bien pour trouver une vie meilleure, se battre pour elle et la transmettre aux futures générations. C’est un combat qui se veut moral, physique et altruiste aussi. Nous n’avons rien à voir avec les Rebelles, ni avec les Insoumis. Chacun à ses idéaux peut-être est-ce des chimères, mais chaque groupe, chaque individu se bat pour quelque chose qui lui est cher. Et nous trouvons notre force dans ce que nous avons de plus précieux. Votre frère est comme moi et comme toutes ces personnes, nous suivons la voie de la raison et du cœur.

Je n’avais pas besoin de me servir de mon pouvoir pour comprendre le tourbillon émotionnel dans lequel elle était plongée. La tristesse se dessinait sur son visage et elle s’accrochait à ce livre sur les légendes qu’elle serrait contre son cœur comme si sa vie en dépendait.  Je me penchai vers elle et je pris délicatement sa main dans la mienne.

- Non, Tom n’est pas mort dans une mission. Il a donné sa vie pour sauver des innocents. Il a protégé une femme et son fils. Il s’est mis entre eux et les soldats armés. Il a permis à cette petite famille de fuir les Miliciens, mais il a été abattu sans aucune sommation. Je le sais … parce que la scène s’est déroulée à quelques mètres du dispensaire. J’étais de garde ce soir-là, ici, et on m’a appelée pour me dire ce qui qui se passait dehors. Je suis arrivée trop tard. Son corps gisait à terre, il était encore vivant mais très grièvement blessé.

Je serrai sans me rendre compte la main de Scarlett. Mara m’avait raconté comment IL était mort. Le corps de mon frère gisant sur le bitume, lui aussi. L’histoire avait parfois une dose d’humour morbide qui me dépassait.

- On m’a aidée à l’amener jusqu’au dispensaire pour le soigner, mais avant que je puisse faire quelque chose, il m’avait empoigné le bras pour me dicter ses dernières volontés. C’est là qu’il m’a donnée cette photo de vous. Il m’avait déjà parlé de sa « petite sœur » et de votre histoire. Ce soir-là, il m’a fait promettre de vous retrouver pour vous la donner.

Je me levai de ma chaise et je lui servis un grand verre d’eau que je lui présentai. Elle avait besoin de faire le tri dans toutes les informations que je lui avais données.

-  Tenez, cela vous fera du bien. Cela ne faisait que quelques mois que Tom avait rejoint les Pacificateurs. Quand l’accident s’est passé.  Il n’a jamais repris contact avec vous, car il n’a jamais cessé de veiller sur vous. Mais peut-être attendait-il le bon moment pour revenir vous voir. Je n’ai pas que cette photo à vous remettre.

Je la laissai tranquille quelques instants, le temps d’aller récupérer dans un petit meuble une sacoche que je lui tendis.

- Ce sont les effets personnels de votre frère.  Il a été enterré près du village, dans les terres sauvages. C’était son souhait… Se retrouver avec la nature et la liberté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Jeu 14 Jan - 20:00

Tous ces groupes qui répondent à certains idéaux … je ne les connais pas. Je passe sans aucun doute pour une ignorante, mais c'est bien le cas. Je vivais jusqu'à présent en dehors du monde réel, ou plutôt de celui dit comme « normal ». J'entendais des rumeurs, des on-dit, mais cela s'arrêtait là. Tom était plus curieux lui. Il avait été pris par l'envie de rejoindre ces pacificateurs dont nous avions entendu une annonce au détour du bidonville. Personnellement, je n'y ai pas cru. Je ne parvenais pas à penser qu'une telle cause parviendrait à vivre et exister dans ce monde gangrené par les politiques. Et pourtant … Tom les a trouvé, et je discute avec l'une d'entre eux. Et à travers ses paroles, je peux sentir son engagement, sa motivation, et dans sa voix, les mêmes mots que Tom aurait pu prononcer.

Un puissant et désagréable frisson me traverse alors qu'elle me raconte les circonstances de sa mort. Dire que cela s'est passé à quelques mètres d'ici … Voilà que je commence à visualiser la scène, Tom, les bras écartés pour couvrir une femme et son enfant, tombant rapidement sous le coup des balles. Mon regard se trouble, entravé par un rideau de larme qui ne tarde pas à couler le long de mes joues silencieusement. Je m'accrochais à cette main qui me tenait, une étreinte discrète mais chaleureuse qui me permet de ne pas totalement sombrer. C'était trop … Je ne pouvais pas imaginer son corps en sang, agonisant, donnant son dernier souffle de vie … Pauvre idiot, pensais-je tristement. Mais au fond de moi, je le sais. Je sais qu'il était prêt à sacrifier jusqu'à sa propre vie pour caresser enfin l'espoir de lendemains meilleurs, je sais à quel point il pouvait être dévoué … Et même aux portes de la mort, il a pensé à moi alors que j'avais fini par croire qu'il avait fait un trait sur moi et notre enfance.

Je me rends compte que mon souffle est rapide, je tente de le mesurer alors que le docteur Saria me tend un verre d'eau. Je murmure un petit merci alors que je bois quelques gorgées bienvenues d'eau. Je n'en bois qu'une toute petite quantité, vieille habitude des bidonvilles mais reprend rapidement d'autres gorgées avant de déposer le verre sur le bureau, le souffle un peu plus posé.

Il m'a surveillé ? Et qu'a t-il vu exactement ? A t-il su la vie que je mène aujourd'hui ? Et si oui, qu'en a t-il pensé ? Je me dis alors que si il n'est pas intervenu c'est que cela devait lui convenir … Qu'est ce que j'aurai aimé lui parler une dernière fois, échanger avec lui sur ce que j'ai vécu ces derniers jours … Cette pensée ne fait que m'attrister davantage et je renifle en essuyant d'un revers de manche les larmes qui étaient venues humidifier mes joues.

Je regarde la sacoche avec de grands yeux. Oui, je me souviens parfaitement de cette sacoche en cuir usé qui ne le quittait jamais. Je l'attrape entre mes mains tremblantes et l'ouvre pour en examiner le contenu, sortant les divers objets tours à tour avant de les reposer à l'intérieur directement. Il y avait, entre autre, un sachet de tabac pratiquement vide dont une odeur significative s'échappait, un vieux carnet tout corné et un crayon à papier à la mine cassée … Je repose le sac sur mes genoux, échappant un soupire las, empli de tristesse.

Les Terres sauvages, c'est vrai qu'il a tout le temps rêvé de les explorer et d'y vivre. Il me racontait tout ce qu'il savait à ce propos et moi je buvais ses paroles en imaginant ces terres magnifiques où la nature règne fièrement. Pourrais-je seulement y aller un jour, me recueillir sur sa tombe ? Ça me paraît impensable et surtout irréalisable … Je baisse les yeux un instant, le cœur lourd.

-Merci … finis-je par dire d'une voix basse, un peu tremblante. D'avoir essayé de le sauver … et puis d'avoir accédé à ses dernières volontés … Je .. j'aurai tellement aimé le voir une dernière fois …

Elle n'avait sans doute que faire de la dernière partie de ma phrase. Mais ça me pesait tellement sur le cœur que j'avais eu besoin de le dire.

-Au moins il s'est battu jusqu'au bout pour ses idées et … je suis fière de lui. Vraiment.

Malgré ma tristesse visible, un très léger sourire apparaît sur mes lèvres au souvenir de ce jeune homme plein de fougue et d'ambitions.

-Pour être honnête … j'avais des réserves quand votre message a été diffusé. Mais les yeux de Tom se sont illuminés à ce moment là … C'était comme si le signe qu'il attendait depuis tant d'années lui apparaissait enfin. Il ne pensait plus qu'à ça jusqu'à ce qu'il décide de partir enfin à votre recherche … Je suis contente qu'il vous ait trouvé.

Je la regarde à nouveau, puis ma main soignée et plonge celle valide dans ma veste pour sortir quelques billets que je lui tends.

-Merci pour vos soins Madame Saria.
Revenir en haut Aller en bas
Amaria Saria
Présidente de la Cité
Ancienne ; Longue-Vie

avatar
Messages : 261

Localisation : Asaria
Côté coeur : Libre

Activité/Profession : Présidente de la Cité, médecin et généticienne

MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    Mer 20 Jan - 19:10

- On est toujours fier de sa famille, d’une sœur …ou… d’un frère. Le mien avait lui aussi un combat à mener, une Cause à défendre. Le vôtre a perdu la vie en protégeant des innocents. Le mien a été éliminé parce qu’il gênait, parce qu’il devenait trop encombrant dans une société qui n’accepte pas la différence. Le Pouvoir a fait de lui une victime des Pacificateurs pour soit disant montrer quels monstres nous étions. Les Anciens devaient argumenter le fait d’abattre l’héritier d’une grande famille. Nous sommes devenus des traitres à qui il ne fallait pas se fier.

Je n’aurai pas dû m’étendre sur mon passé et ouvrir mes souvenirs à cette jeune fille. Je ne savais pas ce qui m’avait poussé à le faire. Ce n’était pas seulement qu’elle était la « sœur » de Tom, c’était quelque chose que je ne savais pas décrire ni comprendre. Une connexion entre mes souvenirs lointains et le présent qui se jouait sous mes yeux. Elle se remémora le message des Pacificateurs. Ce jour-là, la voix de Mara s’était élevée sur toutes les ondes radios et les chaînes de télévision et sur tous les panneaux publicitaires des grands magasins. Les Pacificateurs qui semblaient n’être qu’une légende, qu’une illusion devenait alors une réalité.  Nous devenions une force supplémentaire sur l’échiquier de la cité d’Asaria.

- Longtemps, nous avons pensé que nous cacher serait la meilleure solution. C’était à chacun de croire ou pas en la présence des Pacificateurs. Et puis, nous avons pensé que la cité devait savoir qu’il n’y avait pas que les Rebelles de présents, qu’il y avait une autre alternative au futur et qu’il fallait éviter de répéter les erreurs du passé.

Elle me tendit quelques billets pour payer les soins que je venais de lui prodiguer. Je refusais ce qu’elle me donnait en hochant la tête négativement. Un tendre sourire ourla mes lèvres.

- C’est un dispensaire ici. Personne ne paye. Gardez votre argent pour vous. Par contre, promettez-moi quelque chose…

Je fis le tour de mon bureau et j’ouvris le premier tiroir qui contenait mes cartes de visite. Sur le petit carton, il y avait mon nom et mon prénom, le numéro de téléphone du dispensaire et mon numéro personnel.

- Tenez, prenez cette carte. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, de médicaments, d’un renseignement, une aide, un abri,  n’importe quoi qui vous passe par la tête, n’hésitez pas à téléphoner au dispensaire ou bien sur mon numéro personnel. Tom aurait certainement voulu cela pour vous. Maintenant que vous connaissez notre existence …

C’était la seule chose que je pouvais faire pour honorer la mémoire de Tom. Il m’avait demandé de la retrouver, je venais après tout ce temps de le faire. Le hasard m’avait mis sur son chemin, mais cela ne s’arrêtait pas là. Si elle avait besoin d’un soutien ou de quoi que ce soit, la jeune fille serait vers qui se tourner

- Scarlett, ne parlez jamais des Pacificateurs. C’est un secret qui doit rester entre nous. Quelle que soit la personne qui vous fera face, ne donnez jamais l’identité d’un seul d‘entre-nous. Pour votre blessure à la main, ce n’est rien. Cela se cicatrisera très vite. Si vous hésitez pour refaire votre pansement ou si vous avez un doute sur votre blessure, repassez me voir.

HRP :
Merci pour ce rp et à très bientôt Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria    

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Terminé ] Des nouvelles inespérées et inattendues | Feat Amaria Saria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TERMINÉ][6 novembre 1990] Pub... and Go! • Feat Arthur Kirkland
» Des nouvelles de Fuveau !
» Nouvelles d'Haiti; ce que les journalistes ne disent pas !
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of A :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: