(Abandonné) Si longtemps loin de toi...[PV Leroy]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: (Abandonné) Si longtemps loin de toi...[PV Leroy]   Ven 19 Déc - 0:14

Enfin la paix...Une sorte de répit temporaire. Si on avait annoncé à Evangéline, quand elle se réveilla ce matin-là, qu'à peine quelques heures plus tard que son maître l'informerait qu'il ne serait pas présent pour le soir du réveillon, elle aurait froncé les sourcils, et balayé ses angoisses, ses espoirs noyés dans le néant. Elle avait réalisé à cet instant qu'elle passerait le réveillon de Noël seule, dans cette grande villa, pour seul compagnie, le silence glacial. Alors quand Damien lui informa dans la foulé qu'il lui permettait de sortir ce soir, qu'il lui offrait la soirée, elle avait bien failli lui sauter au cou et l'embrasser pour le remercier mais elle avait freiné son envie soudaine. Que lui prenait-il, à la fin? C'était son maître, le responsable de son emprisonnement, de la fin de sa chère liberté. Pourquoi le remercier dans le fond? D'ailleurs, il lui accordait ce répit, ce cadeau alors qu'elle savait pertinemment qu'il gardera un œil vigilant sur sa personne tout le long de la soirée, de la nuit. C'était grâce à ce bijou, ce bracelet magnifique qui encerclait délicatement son poignet, qu'il lui accordait ce privilège. Ce n'était pas qu'un simple bijou malheureusement. C'était une façon à lui de garder un œil sur elle, de toujours savoir dans quel endroit elle était exactement. Une sorte de GPS électronique. Il la suivait à la trace. Grâce à ce bracelet, il pouvait connaître ses moindres mouvements. Il lui avait bien fait comprendre que si elle essayait de tenter de le retirer, elle recevrait des ondes de choc électrique dans tout son corps. Que la confiance règne entre eux, mais en même temps, il n'avait pas tort. Si il n'y avait pas eu le bracelet, elle s'enfuirait de cette prison dorée. Elle voudrait retrouver sa liberté, ce qui était tout à fait normale. Elle était de loin, être faite pour être une esclave. Elle n'avait pas un tempérament de femme soumise. Elle était donc liée à lui constamment, chaque instant à travers ce bracelet.

Au moins, elle pouvait se réjouir qu'elle avait devant elle, toute une soirée complétement, une nuit à passer loin de cette villa, loin de lui. Elle allait retrouver en quelque sorte sa liberté pour quelques heures. Seulement. C'était mieux que rien, non? Elle avait encore du mal à l'accepter mais elle n'avait pas tellement le choix. Rectifions faites, elle n'avait absolument pas le choix. C'était ça, ou rien, alors elle n'allait pas s'en plaindre. Elle prenait ce qu'il lui offrait, sans rien dire, même si elle n'aimait pas se comporter de cette façon, se résigner à sa nouvelle vie.

Cela faisait à peine quelques jours qu'il l'avait enlevée et qu'elle était sous son emprise et elle n'était pas ressorti de la villa depuis. Pas sans lui, en tout cas. Deux semaines pour être exacte. Elle avait l'impression que c'était une éternité et pourtant...Damien lui avait informé qu'elle pouvait faire ce qu'elle désirait pour le réveillon, et elle allait le prendre au mot. Elle allait faire tout qu'elle désire. Elle avait envie de profiter de cette liberté, de ce répit mais pas seule. Et la première personne qu'elle pensa à cet instant, c'était un homme, un Asarien, et pas n'importe lequel. Leroy McStone.

Le  24 Décembre - 18h30
Bibliothèque Centrale


L'humaine se tenait devant les grandes portes de la Bibliothèque centrale. Elle avait parcouru les ruelles, la cité pour arriver jusqu'ici. Elle n'avait pas voulu prendre un taxi, ou demander l'un des gardiens de son maître pour la déposer. Elle aurait pu mais, elle avait préféré marcher, profitant de l'air pur, et de la liberté. La première chose qu'elle pensa en sortant de chez Damien, était d'aller tout droit à la bibliothèque centrale, car elle savait, en connaissant l'Asarien, qu'il se trouverait là-bas. Etrange pour une humaine de connaître un Ancien, n'est ce pas mais entre Evangéline et Leroy, c'était une longue histoire. Elle était âgée de dix ans quand elle a fait la connaissance de Leroy pour la première fois. Et c'était précisément à la bibliothèque. Petite, elle aimait venir et passer du temps dans les livres. L'Asarien l'avait pris sous son ail, mais elle avait été craintive au début. Normal, c'était un Asarien, et elle, une petite humaine. On lui avait appris à se méfier d'eux mais elle avait appris que Leroy était de loin, un Asarien à part. Il se montrait froid et hautain, mais au fond, il ne l'était pas. Bien au contraire. Pendant toutes ces années, il avait été son mentor, et la petite fille qu'elle avait été, avait été sous son charme envoûtant. Il avait été comme un père, comme un frère pour elle mais il était bien plus que cela. Elle ne devait pas se mentir à elle-même. Au fil des années, des sentiments plus fort avaient fait surface, mais elle faisait tout pour les réprimer. Il était un Asarien, et elle, une humaine. Il ne fallait pas qu'elle se laisse aller, elle risquait de souffrir.

Elle savait où il vivait dans la cité, mais elle n'y allait jamais. Elle ne voulait pas que les autres Asariens le voit en compagnie d'une humaine. Elle savait bien qu'il avait une double-personnalité et qu'il devait se protéger des regards indiscrets. Elle ne voulait pas lui porter préjudice, désireuse de préserver son secret. Elle leva les yeux sur le grand bâtiment et esquissa un sourire avant de se décider à entrer. Ce soir, elle était vêtue d'une tenue simple, classique mais ravissante. Elle n'avait pas mis de robe, ni de jupe. Un pantalon slim noir qui épousait parfaitement toutes les formes de ses jambes, avec une chemise longue blanche. Elle avait enfilée sa veste en cuir, et une paire de bottines en cuirs marron. Elle avait réussi à avoir au moins ce pantalon pour ses moments à elle. Et puis sortir dehors, et marcher n'était pas l'idéal, surtout en cette période de l'année. Plongée dans ses pensées, elle marcha en direction du bureau de Leroy. Cela faisait quelques minutes qu'elle circulait à l'intérieur, et il n'y avait pas d'âme qui vive. Tout le monde était partie comme elle avait deviné. C'était toujours ainsi, surtout pour un 24 décembre. Elle arriva enfin jusqu'au bureau de l'Asarien. La porte était ouverte, et elle s'arrêta au seuil. Son regard se posa sur la silhouette masculine et familière de Leroy, qui était assis dans son fauteuil derrière son bureau. Elle esquissa un sourire, et l'observa un instant en silence. Cela lui faisait un bien fou de le revoir.


« Je vois que les choses ne changent jamais. Tu es toujours plongé dans tes livres...»
Murmura t-elle dans une voix douce, et elle le vit lever les yeux doucement, interpellé par sa voix. Elle croisa son regard, et lui adressa un ravissant sourire. Elle inclina la tête légèrement sur le côté.
« Bonsoir Leroy...»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Abandonné) Si longtemps loin de toi...[PV Leroy]   Lun 29 Déc - 0:17

24 décembre – Dans la soirée

Aujourd’hui est un jour spécial, une journée de fêtes et de partage pour la majorité des personnes que je côtoyais, et j’avais pris la décision d’accorder leur journée de congés à mes collègues de la Bibliothèque, pour qu’ils profitent de leurs proches…. Je demeurais seul dans les locaux silencieux, me concentrant sur les livres devant moi … Personne ne m’attendrait chez moi, et je préférais noyer cette solitude dans mes chers livres que rester solitaire dans cette grande demeure…. Les souvenirs se faisaient plus présents lors de moments comme celui-ci, les repas de familles, la joie des enfants devant leurs cadeaux… Des sourires échangés ou simplement des discussions familiales… Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas connu cela, mais j’y étais habitué depuis toutes ces années…

Plongé dans mes livres, je ne voyais pas le temps passé, revivant les événements qui étaient rédigés dans ces sources de connaissances d’avant Asaria, d’avant la Pluie de Feu…. Tous, Anciens comme simples humains y avons perdus bien des choses, autant des proches que tout ce que nous possédions…. Je pouvais comprendre la logique des humains d’alors, mais leurs méthodes avaient faits bien plus de mal que de bien…. Leur guerre contre les Longues-Vies était depuis lors incessante et ne cesserait sans doute pas avant bien longtemps…. Mais un avenir commun restait malgré tout possible, comme le prouvait les Pacificateurs et autres groupes d’individus qui souhaitaient vivre leurs vies d’une autre manière que celle dictée par les traditions et l’éducation…. Les nouvelles générations étaient plus tolérantes les unes envers les autres, du moins d’après ce que je pouvais observer, et cela entretenait l’espoir d’un jour meilleur….

Le silence régnant dans les couloirs et la salle était reposant, et je pouvais aisément me concentrer sur mes lectures… Quelle ne fut pas ma surprise en sentant approcher une personne que je connaissais depuis un long moment…. Elle se rapprochait de la porte de mon bureau, que j’avais laissée ouverte et fut bientôt sur le seuil… Continuant ma lecture j’avais tout de même suivis sa progression vers moi grâce à mon ouïe affinée par le SEER … Je demeurais impassible, concentré, mais guettais les réactions de mon invité surprise. Elle entama la conversation après un court instant passé à m’observer : « Je vois que les choses ne changent jamais. Tu es toujours plongé dans tes livres...» Souriant, je levais les yeux vers elle, délaissant alors mon livre, y insérant un marque-page et le déposant sur une pile à mes côté…. « Bonsoir Leroy...» Son sourire en disait long sur son contentement à me voir et réchauffa mon cœur en peine…..

Je me levais alors, allant à sa rencontre et la serrais doucement dans mes bras « -Evangeline, cela fait longtemps que je ne t’avais plus vue… Comment vas-tu ?? » Je l’invitais à venir s’asseoir d’un geste, curieux de connaître les nouvelles qu’accepterais de me donner cette jeune femme que je suivais attentivement depuis qu’elle était enfant… J’avais découvert sa passion des connaissances enfouies dans les livres et une amitié nous liait depuis lors, bien qu’elle soit humaine et moi Ancien. « -Je ne m’attendais pas à recevoir de la visite, mais je peux commander un dîner pour nous deux, si tu en as l’envie… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Abandonné) Si longtemps loin de toi...[PV Leroy]   Lun 23 Mar - 23:18

Tourner en rond, se heurter à des murs infranchissables, sentir que la fin se rapprochait, tapi dans l'ombre de nos regrets. Ne plus parvenir à faire la différence entre le bien et le mal, se perdre dans les dédales impénétrables de l'obscurité et espérer apercevoir une lueur d'espoir au fond des yeux de l'être que l'on chérissait, puis admettre la défaite. L'esclavage était la défaite de l'humaine qu'elle était. Les Asariens et les humains. Où était le mal et bien entre ces deux races? Dans tous êtres, dans toutes races dans cette planète, il y avait le mal et le bien. Elle ne faisait pas la différence et il ne fallait pas se leurrer. Certains humains étaient pire que certains Asariens. Qui sommes nous pour les juger? Nous sommes rien d'autres que des âmes errantes dans cette belle Cité de verre. Aberration. Tout n’était qu’une succession d’aberration dans un monde où le sens de la logique n’avait pas de place. La justice, le sens propre et le terme de l’égalité n’a jamais eu de place dans un tel monde. Le monde d'Asaria. Elle devait s'en faire une raison, cela ne risque pas de changer. Les miracles sont éphémères et elle en savait quelque chose malheureusement. Aujourd'hui, ce soir hivernal n'était pas une soirée comme les autres, mais spéciale, festive. Une fête où l'espoir s'installait au creux des cœurs des âmes errantes sur cette planète. Une fête où tout le monde devait se réjouir et oublier la haine. Une haine terrible dans laquelle elle avait grandit au fur et à mesure des années entre les deux races. Evangéline était au seul endroit où elle désirait être  plus que tout pour ce soir festif. La bibliothèque centrale, le lieu où un être cher à ses yeux, à son cœur s'y trouvait. Leroy... Et elle savait qu'il s'y trouvait. Elle le connaissait trop bien et elle avait eu raison. Il était bien là comme à son habitude, le nez plongé dans ses livres. Elle le reconnaissait bien là, se disait-elle avec un sourire au coin des lèvres. Le silence régnait à l'intérieur de la bibliothèque, ainsi que le bureau, révélant à l'humaine qu'elle était bien seule avec lui.

Silencieuse, la jeune femme devina aisément que l'ancien avait pressenti sa présence avant même qu'elle arrive jusqu'à la porte. Il était après tout un Asarien et un Ancien. Elle l'observa attentivement. La capacité qu'il avait de personnaliser aussi bien par l'insouciance décontractée que l’élégance mâle la plus sophistiquée avait quelque chose de déroutant. L'explication tenait peut-être simplement à son corps superbe. Les vêtements ne représentaient finalement que des accessoires quand ils était revêtus par un homme tel que lui. Leroy leva les yeux vers ses yeux envoûtant vers elle, croisant les siens. Ses yeux bleus ciel était le contrepoint parfait de la chevelure brune. Quand on le regardait, on pensait tout de suite au soleil, au sable, à des journées folles, et à des nuits endiablées. Il était hypnotisant. Tout chez lui, dégageait une impression de force, de puissance mais une impression raffinée également. Il délaissa son livre pour se redresser et vient la rejoindre afin de la prendre dans ses bras. Elle se laissa aller contre lui, se blottissant dans le creux de ses bras, savourant avec délice cette étreinte. Ses paupières fermées, la tête posée contre son torse, elle inspira, sentant l'odeur familière de l'Ancien. Elle avait comme l'impression de rentrer chez elle. La joie de la revoir lui réchauffa son cœur en peine, en sentant ses bras la serrer contre lui. Il lui faisait un bien fou. « Oui, ça faisait longtemps...trop longtemps ...» Laissa t-elle échapper dans un souffle, et s'éloigna un peu de son étreinte, ressentant un certain vide, regrettant ses bras autour d'elle. Elle ne voulait pas lui montrer qu'elle n'allait pas si bien dans sa vie mais cela sera difficile de lui cacher. Il la connaissait, mieux que personne. Elle savait qu'il lisait dans les pensées, mais il la respectait trop pour ne pas le faire. Elle lui faisait confiance et il était vraiment l'un des seuls.

Il l'invita à s'installer, et elle le fit, s'installant gracieusement sur l'un des canapés de l'intérieur du bureau. Elle lui adressa un sourire à nouveau, plongeant son regard dans le sien. « Je vais bien Leroy, et je suis pas mal occupée ces derniers temps.» murmura t-elle, les mains posées sur ses genoux, jouant nerveusement avec ses doigts. En baissant les yeux sur ses mains, elle s'arrêta, se rendant compte de son malaise révélateur. Elle releva les yeux, croisant le regard envoûtant de Leroy. Elle essaya de faire bonne figure sous son regard perçant. « Et toi, comment tu vas? Je ne te dérange pas, j'espère? Je ne savais pas trop si tu étais ici mais j'ai voulu essayer. » Un sourire amusé au coin de ses lèvres se dessina. « Comme quoi, je te connais bien » Ce bureau lui rappelait de merveilleux souvenirs alors qu'elle n'était encore qu'une enfant. Elle était encore touchée par ses souvenirs, se rappelant des attentions d'un ancien à l’égard d'une simple humaine. Il lui proposa de commander un dîner. « Tu es vraiment sur? Tu n'as rien de prévu pour ce soir? Je ne veux pas te déranger. Si ce n'est pas le cas, j'aimerai bien oui. Cela me ferait plaisir de passer un moment avec toi en ce soir festif. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Abandonné) Si longtemps loin de toi...[PV Leroy]   Jeu 14 Mai - 19:47

Pour la plupart des habitants d’Asaria, Humains comme Asariens, la veille de Noël, les fêtes en générales étaient très importantes, des moments privilégiés lors desquels les familles se retrouvaient, et fêter ces moments heureux, s’offrant des présents, échangeant des promesses. Mais cela faisait bien longtemps que par choix, je n’avais plus goûté à tout ce faste. Comme à mon habitude, je demeurais donc seul à la Bibliothèque Centrale, ressassant mes souvenirs d’une autre vie, il y a de cela bien des décennies, à présent. Je n’avais pas le cœur à la fête, mais j’avais libéré les employés travaillant à la Bibliothèque, qu’ils rejoignent leurs proches et profitent de cette soirée.

Ayant toujours des dossiers à lire, des livres à relire, je savais pouvoir m’occuper pendant ces heures silencieuses sans mal. C’était sans compter la venue d’une visiteuse imprévue mais qui comptait malgré tout énormément pour moi. En effet, le nez dans mes occupations diverses, je sentis l’approche d’une jeune humaine dont je suivais l’évolution depuis plusieurs années, je l’avais connu enfant, et elle était à présent une belle jeune femme épanouie. Ce jour de fête ne serait donc pas solitaire, mais bien un moment de retrouvailles. Me levant de mon bureau, j’allais à elle, l’enlaçant de mes bras. Cela faisait un moment que je ne l’avais plus revue, la voir ici me rassurais quelque peu quant à sa sécurité. Je la sentais se blottir contre mon torse, sentir profondément mon odeur, comme une enfant qui veut se rassurer après une peur, un cauchemard.

Elle me répondit d’une voix douce que son absence avait effectivement était longue, plus que la normale, avant de se dégager de mes bras, et de venir s’installer dans l’un des fauteuils face à mon bureau, que je lui désignais, avant que je ne vienne reprendre ma place, face à elle. Je la sentais tendue, alors qu’elle me disait être occupée depuis un moment. Elle jouait nerveusement avec ses mains jusqu’à s’arrêter, semblant se rendre compte de son état. Voulait-elle ne pas m’inquiéter ?

« -Je vais bien. Non, tu ne me dérange pas, bien au contraire. Je me préparais à passer cette soirée de réveillon seul, un peu de compagnie ne me fera pas de mal, surtout si c’est la tienne. »

Un sourire vint orner mes lèvres, je voulais la rassurer, elle me semblait fragile, en cet instant, et je me demandais ce qu’il pouvait bien se passer dans sa vie durant son absence. Si je pouvais l’aider en quoi que ce soit, en cas d’ennuis, je le ferais. Mais jamais je ne la brusquerais. J’attendrais qu’elle soit en confiance et se confie d’elle-même, respectant son silence si nécessaire.

« -Oui, certain. Je n’avais rien de prévu, non. Ce dîner en tête à tête nous permettra de parler. Cela fait un moment que je ne t’avais plus revue par ici, me faisant craindre que tu te fasse attraper par la Milice ou autre chose de ce genre. Que deviens-tu depuis la dernière fois que nous nous sommes vu ?? »

Le Ministre froid et distant de façade faisait naturellement place à l’ami, à cet Asarien ayant tendu la main à une jeune humaine, encore une enfant, à cette époque lointaine. Bien des choses s’étaient produites depuis lors, et une réelle amitié, une vraie complicité était née entre nous deux. J’espérais vraiment qu’elle me confierait ce qui semblait la ronger, bien qu’elle le dissimule avec une certaine adresse. Mais la connaissant depuis longtemps, je savais voir à travers cette impression que les choses n’allaient pas bien.

« - Je te sens inhabituellement tendue, ce qui ne te ressemble pas. Tu me le dirais si tu étais en danger ? Si quelqu’un te voulait du mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Abandonné) Si longtemps loin de toi...[PV Leroy]   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Abandonné) Si longtemps loin de toi...[PV Leroy]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Enfant abandonné à Morne Calvaire dans un champ de mais
» Enfant abandonné ou tué devant Food for the Poor- Attention photos sensibles
» PACHA petit lhassa apso 9 ans abandonné (62)
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre de Prophétie : Asaria :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps :: » Si Asaria m'était conté-
Sauter vers: