(Terminé) Dark Weapons [Kylian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Mar 11 Nov - 19:47

Ma monture de fer zigzaguait dans les rues et les boulevards de la cité d’Asaria. A cette heure-ci de la nuit, les dômes étaient calmes sauf si on écoutait avec plus d’attention et d’un peu plus près, tous ces établissements de luxe où l’on pouvait goûter à l’alcool, à la dépravation et aux péchés de toute sorte. Toutes ces portes méticuleusement fermées et gardées, renfermaient en leur cœur, la société asarienne dans la plus pure folie et de sa débauche, jeune comme ancienne, nous aimions la même chose. Ce soir, j’étais loin de profiter de tout cet excès. J’avais un rendez-vous très important avec l’un des membres les plus impressionnants et les plus énigmatiques du gouvernement : Kylian E. Wright. Tout comme la Grande Conseillère, Alianka de Nephthys, il connaissait ma véritable identité ce qui m’arrangeait d’ailleurs. Je n’avais pas à dissimuler mon regard derrière un masque noir pour éviter que l’on surprenne Sélène Warren. J’avais acquis depuis quelques années maintenant, la confiance des plus Puissants de ce monde. J’étais devenue leur « Main », la « Main du gouvernement », du « Diable ». Appelez-moi comme vous le souhaitez, cela ne change en rien mon rôle et ce pourquoi j’ai été entrainée depuis ma plus tendre enfance : à prendre la place de mon propre père qui fut lui aussi un agent de l’ombre du gouvernement.

Je freinai devant l’énorme grille qui protégeait les bâtiments de la Wright Corp., glissant dans la fente, prévue à cette effet, ma carte passe magnétique. Pas besoin de composer un code ou bien de montrer une carte d’identité à un employé, tout n’était que technologie dans ces lieux. La grille s’activa aussitôt lorsqu’elle détecta mon code d’entrée, me laissant passer à l’intérieur de l’enceinte. Je continuais à rouler, suivant un chemin bien précis jusqu’à arrêter totalement le moteur de ma moto devant l’entrée principale de l’édifice. Je basculai ma jambe en arrière ôtant mon casque que je posais sur la selle en cuir. Je retirai mes gants que je rangeai dans les poches de mon blouson noir, couleur sombre dont je me parais à chaque fois à la nuit tombée, montant les quelques marches avant de pianoter sur un petit clavier mural, un code qui m’ouvrit l’accès. Les portes vitrées coulissèrent devant moi. Oh, je savais très bien que tout un tas de caméras surveillaient mon avancée mais je n’étais pas là en mission mais bien en tant qu’invitée.

J’étais déjà venue ici par le passé, et c’est avec facilité que je pris la direction des ascenseurs, appuyant, non pas sur le bouton rouge mural mais sur le vert, celui qui était juste en dessous, protégé par une petite lucarne en plastique que je soulevais. Un tout petit ascenseur, sur le côté, qui n’avait rien à voir avec les autres, s’ouvrit devant moi, m’engouffrant à l’intérieur. J’effleurai le bouton désignant le sous-sol : E-3 et la descente commença, restant impassible, les bras le long de mon corps, observant la lumière rouge qui clignotait et qui faisait défiler les étages. Un « ding » m’annonça que j’étais arrivée, et de nouveau les portes s’ouvrirent me laissant passer. Je longeai un très long couloir éclairé seulement par des néons blancs. Au bout, encore une porte. Près de celle-ci, un programme de sécurité. Je me penchai vers l’écran, plaçant mon œil droit dans la section précise. Ma rétine fut analysée et mon identité acceptée par l’ordinateur qui déverrouilla les derniers accès à la salle. Un autre couloir mais cette fois-ci qui était plongé dans une semi-obscurité. Mes hyper sens d’Asarienne me permettaient d’avancer sans problème jusqu’à une vieille porte qui détonnait étrangement avec tout le reste du décor. J’enclenchai la poignée, poussant celle-ci pour m’avancer dans une salle immense fait de gadgets et de recoins. Face à moi, au bout, un bureau et un homme qui m’attendait. Il fit pivoter son fauteuil alors qu’il regardait tous ces écrans muraux qui grouillaient d’informations. Je m’avançais de nouveau devant l’Ancien. C’était très certainement le seul homme qui pouvait me faire frissonner juste en posant ses yeux sur moi.

- Monsieur le Ministre, je suis ravie de vous revoir et intriguée aussi par ce rendez-vous dans vos locaux souterrains.

Cet Ancien était à la pointe de tout ce qui se faisait niveau technologie, robotique, nano processeurs et autres armes sortis tout droit de son imagination. J’étais impatiente de connaitre ma venue ici. La dernière fois, il m’avait permise de pouvoir me doter d’une arme redoutable. En avait-il de nouvelles, en réserve ? Ou bien était-ce pour autre chose… ?

- Vous avez besoin de moi ?

Peut-être voulait-il solliciter mes talents de tueuse pour une mission personnelle. J'étais donc toute ouïe. Kylian E Wright était l’un des ministres avec lequel j’aimais discuter, surtout découvrir toutes les nouvelles technologies qu’il créait et qu’il mettait à mon service, rien que pour moi, pour que je puisse mener à bien toutes les missions que l’on me donnait. J’étais flattée. D’un autre côté, j’étais leur agent, leur « Main ». Ils me guidaient et je frappai en leurs noms. Le gouvernement ne pouvait donc pas m’écarter. Bien au contraire, j’étais l’épée, le glaive qui tuait les personnes gênantes, celles qui n’auraient jamais dû se rebeller contre nos Anciens. Mes victimes étaient tout autant des humains que des Asariens. Un style très différents pour chacun et  pour les chasser et toujours autant de plaisir à les voir me supplier et hurler leur douleur devant moi. J’aimais cette couleur vermeille qui s’échappait de leurs entrailles. Le rouge de la mort. Le rouge de la victoire face à son ennemi. J’ouvris lentement la fermeture éclair de mon blouson, laissant percevoir  un débardeur sombre qui moulait parfaitement mon corps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Mar 11 Nov - 21:39

La nuit, cet instant de paix et de calme où presque aucun être vivant se trouve présent dans la société, ce moment où tout est quasiment contrôlé par la machine, un instant de répit où je n’ai pas à veiller à ce que personne ne fouine, ne me suive ou ne pose de questions. En faite c’est dans ce genre d’instant que je peux parfaitement travailler, sans risque de me faire interrompre, un moment que je peux appeler à moi alors que mon autre moi est surement occupé ailleurs, soit dans une réunion, soit peut-être en compagnie de Victoria. D’ailleurs maintenant que j’y pense, je n’ai jamais demandé à Victoria ce qu’elle ressentait face à cette situation, au faite que nous sommes deux… Non nous ne sommes pas réellement du genre à soulever ce genre de questions, peut-être un manque de communication dut à notre rang, le refus que l’un ou l’autre fasse un pas pour exiger ou questionner. Point le temps de penser à cela maintenant, cette nuit un objectif prime et pour celui ci j’ai fais quémander quelqu’un de particulier, La Main. Oh non ce n’est point pour tuer quelqu’un, ni kidnapper ou faire disparaître, mais c’est une Asarienne d’une grande loyauté, aux talents aussi exemplaires que son défunt géniteur, une personne efficace qui sait garder silence sur ce qu’il se passe autour d’elle et une personne que j’estime assez pour lui faire connaître quelques uns de mes travaux qui après tout lui sont en grande partie destinée. Une Asarienne dont la beauté n’a d’égal que son talent, et pour qui j’accorde volontiers un peu de mon temps si précieux, si rare.

Cette nuit ma présence n’était point dans le haut de la tour, ni dans un des bureaux, mais bien dans les profondeurs, ces lieux dont l’accès est réservé à un nombre très restreints de personnes que je connais personnellement, un lieu qui est aussi un peu le refuge de mon imagination. Avant de descendre j’avais bien entendu ordonné au C.H.R.I.S.T. de mettre en place toutes les consignes de sécurité habituelles, la surveillance ainsi que les fermetures, en le prévenant que j’attendais une visite. Pas besoin de préciser qui, car même si elle n’a pas accès au centre de sécurité, elle reste une invité qui possède quelques passes d’un niveau élevé. Dans l’attente de l’heure du rendez vous, je porta une attention particulière à ce qui ferait la présence de la Main en ces lieux, vérifiant quelques unes de mes dernières créations, m’attardant sur une plus précisément, une que j’avais conçu en pensant à Mara Jade… Si Asaria devait posséder des « droits de l’homme » face aux traitements inhumains, cette arme serait surement classée dans l’illégalité totale, mais bon ce petit prototype que je présenterai n’est actuellement qu’au stade des essais. Après la simple vérification, j’ouvre mon veston, toujours habillé dans un costume sérieux et stricte, digne de mon rang, et m’installe dans mon fauteuil pour admirer chaque bureau et laboratoire, ainsi que ma demeure, sur ces écrans qui forment la seule décoration du mur face à moi. Je ne suis peut-être point une personne chargée de la surveillance, mais la méfiance est dans mon sang, trop de trahisons ont eut déjà lieux dans cette bâtisse comme dans cette cité et je tiens à connaître chaque visage, chaque employé, à savoir reconnaître la moindre ombre pour savoir retrouver ceux ci en cas de besoin.

- Votre invitée est la Monsieur.

La voix de C.H.R.I.S.T. m’informe de la présence de Sélène, mais j’avais déjà à l’œil depuis que sa moto est passée les grilles. Patient, calme, telle une statue de pierre j’attends assis, les coudes posées sur les accoudoirs, les deux mains un peu devant au niveau du menton, je suis son chemin dans les méandres de la Wright Corp. Juste ici, il est aisé de constater un des talents de l’Asarienne, l’Orientation, car elle n’est point encore une habituée des locaux en profondeur et pourtant elle se guide comme si ce chemin lui était fréquent. C’est seulement à son entrée dans la pièce que je me retourne, toujours adossé à ce fauteuil, vers elle, plantant mon regard sur sa personne. Qui de sain d’esprit pourrait imaginer qu’une Asarienne aux courbes si charmante est aussi une tueuse qui doit a vu assez de sang couler de ses propres mains qu’elle pourrait s’y baigner dedans ? Hummm en voilà une image exquise et des plus intéressante. Même dans ce genre de situation, elle applique le protocole, mais je ne vais point l’en blâmer, bien au contraire, je n’autorise qu’à peu de personnes d’utiliser mon prénom, trouvant cela bien trop familial, d’ailleurs même dans des situations des plus intimes cela reste Monsieur.

« Chère Miss Warren, le plaisir est pour moi. »

Dis je d’un ton qui même amical semble posséder une grande froideur. Mais ma nature est devenue ainsi, je ne suis pas reconnu pour être social ou d’une compagnie douce, non je suis connu pour être intransigeant, être dur, être un Cœur d’Obsidienne, aussi dur que la pierre, aussi noir que les ténèbres, né de la rage d’un volcan. La main se pose sur le bureau, le siège reculant et lentement, d’un geste simple, je me redresse, marchant quelques pas le long de ce meuble en laissant le bout des doigts effleurer son bois. Par réflexe mon regard s’attarde sur elle, étudiant chaque courbe de son être, chaque dessin de sa silhouette telle une machine qui chercherait à la scanner, mais avec elle pas d’inquiétude, me sentant persuadé de sa loyauté.

« En effet, j’ai besoin de votre présence… Mais soyez à l’aise ce n’est point pour une mission. Pas cette nuit. »

Quelques premiers mots pour déjà affirmer que je ne compte pas l’envoyer chasser ou chercher quelqu’un, à vrai dire actuellement je n’ai point de tête à faire tomber en dehors de celle de ma Mara Jade et de son abomination. Mes pas marchent sur le sol, léger, faisant le tour de ce bureau pour m’approcher d’elle petit à petit, le regard croisant le sien, ne le quittant point un seul instant.

« J’ai fini quelques équipements qui vous sont personnellement destinés. J’ai donc besoin que vous les testiez mais aussi besoin de votre avis… Il est important pour certains de savoir si le poids doit être modifié pour son équilibre, ou si le confort vous convient, que ces nouveautés ne soient point handicapantes dans vos mouvements… »

Un petit sourire, presque invisible, sur mes lèvres, comptant lui partager un équipement prévu pour augmenter son potentiel, non point que je doute de son efficacité mais quand le Gouvernement possède un Agent si unique, il faut savoir aussi s’arranger à le garder en vie, lui offrir le meilleur en défense comme en attaque, et la elle va être ravis de ce que je lui réserve. Point trop de formalité, autant annoncer les couleurs directement.

« Armes, Protections, véhicules… Vers quoi jetez vous votre dévolu en premier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Mer 12 Nov - 18:58

Le voici devant moi, arborant la fierté et le charme des Anciens.  Je connaissais le visage de chaque ministre même si je ne travaillais pas pour chacun d’entre eux. Certains ne savaient même pas que j’existe. Un ordre donné par la Grande Conseillère et que j’exécutais  sans poser de questions.  Van Brënner, Brennan, Nicholson, Wright, des Longues Vies qui pouvaient se servir de moi lorsque les situations devenaient trop complexes ou trop délicates pour des hommes de leurs  statures. Ce soir, par contre, dès les premiers mots du Ministre du Développement en Technologies, je comprenais que ma présence dans les locaux de sa société n’avait rien à voir avec une quelconque mission. Ma curiosité augmenta  ainsi que mon impatience soudainement un peu plus tandis que je m’approchais de lui, à sa rencontre lorsqu’il commença à contourner son bureau.  Pas besoin de masque et de fausse identité. Il connaissait la véritable personnalité et nature de la femme qui se dressait devant lui. Et je dois dire que parfois, il était bon de ne pas toujours devoir jouer à dissimuler quelque chose. Je fixais ses prunelles sombres sans aucune gêne, ouvrant la fermeture éclair de mon blouson en cuir pour me mettre plus à l’aise. Au moment où il énuméra les nouveaux équipements qu’il avait mis à ma disposition, un sourire insolent se dessina sur mes lèvres.

- Je suis sans voix. En voilà une surprise agréable. De nouvelles armes, de nouveaux équipements… rien que pour moi. Je dois dire que c’est jouissif, Monsieur le Ministre.  

J’étais fière qu’un ministre de sa valeur ait pu penser à moi, qu’il ait pu passer des journées et des nuits entières à composer toute cette panoplie pour mes missions et mes réussites.  J’avais donc le choix entre plusieurs propositions et la mienne s’arrêta sur :

- Protections en premier puis les armes et enfin les véhicules. Nous avons tout le reste de la nuit pour en profiter … n’est-ce pas ?

Par protections, il devait certainement parler de combinaison ou de renfort pour le corps. Je me délestai de mon blouson que je posais sur le dossier du fauteuil.  Il m’invita d’un geste de la main à le suivre .Sur son bureau, trônait une grande mallette qu’il ouvrit devant moi pour en sortir une combinaison noire et moulante qu’il déplia soigneusement. Je touchai du bout de mes doigts la texture de la combinaison ainsi que la ceinture qui permettait de mettre en place de nombreux gadgets et armes de petits calibres.

-  Fine, légère. Tout pour me permettre d’excellents mouvements sans perdre dans mon agilité. Je n’ai jamais vu une telle perfection.

Je relevai mes yeux sur l’Ancien lorsqu’il me proposa d’essayer la tenue tout en me désignant la porte du vestiaire. Très gentleman comme toujours. Mais je n’avais aucune intention de m’éclipser de cette pièce.

- Pas besoin …

Je retirai mon débardeur noir, me retrouvant en soutien-gorge. J’enlevai mes bottines, dégrafant mon jean pour le faire glisser le long de mes jambes. Je n’étais ni pudique, ni timide et je sentais le regard du prédateur sur moi. Ce qui était très flatteur de la part d’un tel homme. J’avais une maitrise étonnante de mon corps que je savais remarquable par les nombreuses heures de sport et d’entrainements auxquelles je m’attelai pour garder la forme seule ou avec la complicité de soldats dans les locaux de la Milice. J’enfilai alors la combinaison, une jambe après l’autre pour la remonter  lentement sur le haut de mes cuisses, sur mon ventre, passant un bras puis le second pour la revêtir complètement et fermer la fermeture éclair au niveau de la gorge. Je plaquais mes paumes sur les holsters encore vide de toutes armes.

- Alors ? Comment me trouvez-vous ?

Je bougeais doucement, au début, pour me familiariser avec cette combinaison. Puis, mes mouvements s’accrurent, me tenant dos contre un mur, je me mis à courir un peu et prendre de l’élan pour basculer sur mes mains au sol et sur mes bras. Une acrobatie rapide devant les yeux du ministre.

- Il n’y a rien à redire. C’est vraiment une seconde peau. Elle s’adapte à tous mes mouvements. Mais, je suis curieuse de savoir comment vous avez pu avoir mes … mensurations.
J’ai l’impression qu’elle a été faite sur mesure rien que pour moi ? Quelle est cette matière ?
Ministre Wright, auriez-vous des talents cachés pour juste regarder une femme et en connaitre ses atouts ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Mer 12 Nov - 21:01

Mon travail concerne majoritairement les technologies pou Asaria, enfin mon travail officiel et malgré ma stature de PDG, le besoin d’inventer et de créer est toujours la, pour cela que j’ai conçu l’implant cortical, l’Intelligence Artificielle, comme certains équipements plus secrets tels que ceux pour la Main. Ce n’est point qu’un travail à mes yeux, c’est une passion qui ne disparaît pas avec le temps, le besoin d’améliorer, de trouver, de mettre ma patte sur les nouvelles technologies surprenantes sans me reposer sur mes lauriers. Tout le travail qui concernait cette jeune Asarienne consistait justement à faire en sorte que chacun de ses talents soient soutenus par du matériel digne, par ce qu’il se fait de mieux dans son art. Oui le meurtre reste un art précieux en ces temps, ainsi qu’être une ombre dans Asaria, c’est un art d’ailleurs si rare que la seule pratiquante se trouve ici devant moi, alors il est presque naturel que ce soit moi en personne qui travail sur les instruments lui permettant de mettre en pratique son œuvre, surtout que cela permet d’éviter certains curieux à poser trop de questions ou pire de voir des fuites au sujet de ces nouveautés. Bien au moins elle semble motivée, trouvant cela plaisant de savoir qu’elle est présente pour avoir une upgrade de son équipement, et quand elle me pose la question au sujet du temps que nous avons pour s’occuper de tout cela, je réponds simplement d’un geste affirmatif de la tête.

« Toute la nuit, voir la mâtiné… Le temps qu’il faudra, cela n’a point d’importance tant que rien n’est bâclé. »

Si je lui offre mon temps, c’est pour m’y consacrer complètement et non vouloir aller trop vite tout en prenant le risque de ne pas avoir un résultat parfait pour chaque affaires testées. Elle avait décidé de commencer par les protections et cela tombait parfaitement bien car cette combinaison était une de mes plus grandes fiertés au sujet de ce nouveau matériel. Sans grande attente, mon être l’invite, se tournant vers ce bureau pour ouvrir une mallette dévoilant une combinaison d’un sombre presque étrange, la lui tendant le temps qu’elle l’apprivoise. C’est avec de simples mots que je lui avais proposé de l’essayer, ce qui était nécessaire, l’invitant à joindre une pièce pouvant servir de vestiaire, mais elle préféra l’option de se changer ici. Qui se plaindrait d’un tel choix ? Alors qu’elle commence à se dévêtir, mon regard en profite à la fois par plaisir d’admirer de telles courbes toujours aussi délicieuses que par conscience professionnelle, la combinaison étant unique j’ai bien espoir que mon estimation de ses mensurations aient été des plus correctes. Même ainsi, juste en se changeant, elle faisait preuve de souplesse, d’un certain raffiné sachant mettre en valeur chaque partie de sa personne, une femme réellement plaisante aux charmes tels que les ennemis ne doivent surement point se douter du niveau de danger qu’elle sait représenter. Sélène est ce genre de fleur, magnifique pour le regard, surement douce au touché mais si on s’y pique, la mort peut venir s’abattre sans prévenir.

« Magnifique ma chère mais ce n’est point ce qui compte en ce moment… Il faut s'assuré de votre confort... »

Ne négligez point le confort d’une tenue de combat, la moindre gêne affaiblit les mouvements, déconcentrent, cette tenue doit l’épouser parfaitement, surtout avec ses particularités. D’ailleurs elle n’attend point pour faire quelques essaies, quelques mouvements et acrobaties. Mon regard ne la quitte jamais, un regard pouvant d’ailleurs se montrer sombre et profond, l’analysant telle une machine cherchant la moindre faille.

« Cette combinaison est unique en effet, elle a été faite pour vous uniquement d’après mon souvenir et mon estimation de vos mensurations, de vos courbes… Ne croyez point que vous êtes restée invisible à mon regard, bien au contraire.» Après tout, quand un être tel que moi travail avec des technologies demandant une grande précision, il est aussi naturel que mon regard sur un être soit des plus poussés dans l’analyse des détails, surtout quand ces détails sont agréable pour la vie.  « La combinaison est composée de fibres en nanotubes de carbone, une technologie certes ancienne mais qui était bien trop instable pour pouvoir la travailler avec précision. J’ai finalement réussit à stabiliser sa production. » Je me rapproche d’elle à nouveau d’un pas lent, venant face à elle au début en laissant mes doigts effleurer la combinaison à son épaule. « Cette matière en plaque est 100 fois plus résistante que l’acier et 6 fois plus légère, elle a cette propriété d’être produite aussi justement comme un tissu, qui offre une protection vraiment efficace sans imposer le poids d’une armure. Les munitions classiques et perforantes seront arrêtés sans aucune difficulté.» Je marque une courte pause, tournant un peu autour d’elle tel un prédateur qui admirerait une adversaire ou une proie, les doigts passant sur son omoplate, glissant sur cette nouvelle fibre. « Sachant votre capacité à maitriser l’électricité, j’ai considéré que cette matière serait idéale, étant supraconducteur elle vous permettra d’être en harmonie avec votre don, pouvant sans gêne recouvrir celle ci d’un champ électrique qui vous sera utile en défense comme au combat… Comme si le courant viendrait caresser votre peau pour circuler sur chaque parcelle de votre être… De plus sous un effet de courant électrique, cette fibre se montre plus résistante, donc en cas de besoin envoyer une décharge dans la combinaison pourrait vous protéger d’armes plus puissantes ou vous éviter de graves blessures à cause d’une explosion. » Oui quand je parlais d’une combinaison sur mesure ce n’était pas uniquement le faite qu’elle épouse parfaitement ses formes si élégantes, mais aussi qu’elle soit en osmose avec elle pour le combat. « Pour conclure cette matière a une particularité que je trouvais aussi toute adéquate pour votre art… votre combinaison a un indice de réflexion de 0,045%, d’où cette noirceur si parfaite. Avec elle vous êtes en fusion quasi parfaite avec les ténèbres, vous offrant une bien plus grande furtivité de nuit comme pour les infiltrations. Un des atouts que je ne pouvais pas négliger. »

Finalement je m’arrête derrière elle, presque contre elle, mes deux mains se posant sur ses épaules, ayant presque effleuré sa chevelure. Voici pourquoi cette combinaison était ma fierté, elle n’était pas simplement une épouse parfaite pour un corps sans défaut, elle était aussi une combinaison de plusieurs facteurs la rendant bien plus meurtrière. « Souplesse, légèreté, résistance, absorption des impacts physiques et énergétiques, conduction électrique et absorption de lumière. Alors qu’en pensez vous ma Chère Sélène. » Il est facile d’entendre la fierté dans ma voix, presque excité par la situation. « Si vous souhaitez vérifier et tester ces différentes propriétés, tout ici est prévu pour cela. » J’aurai pu donner d’autres précisions comme la résistance à la chaleur, mais ce n’est qu’un détail, surtout quand on connaît la température nécessaire pour travailler une telle matière mais en ce moment j’avoue que ayant réservé bien plus que le temps nécessaire en compagnie de cette personne, j’aime l’idée de la voir à l’œuvre, de l’admirer dans ses actions. Lentement je me penche un peu en avant, mon souffle venant se faufiler, glissant contre son oreille, sa joue, alors que ma voix se fait murmure « Et comme vous pouvez constater, son absorption cinétique n’empêche point vos sens de sentir correctement le moindre contact… »  Mes mains glissent de ses épaules le long de ses bras pour la libérer enfin, attendant maintenant si elle désire faire quelques tests ou passer à la suite.

Si cela lui tentait, sur une table il se trouvait des brassards solides pour mettre par dessus ses avants bras comportant certains systèmes intégrés pour se battre. Un renfort supplémentaire avec mono-filament pour le meurtre, et injecteur hypodermique pour utiliser sur un ennemi ou sur soi d’ailleurs, cela dépend de quelle substance est placé dans les capsules. Avec les bracelets il y a des gants de la même matière que sa combinaison dont le bout à chaque doigt est prévu pour imiter une emprunte digitale ainsi qu'un échantillon ADN... Toujours utile pour passer certains systèmes de sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Lun 17 Nov - 11:09

J’aimais ce genre de rendez-vous avec un tel homme que le ministre Wright. Depuis que j’avais remplacé mon père en tant que « Main du gouvernement », j’avais appris à mes faire des alliés et surtout à être entourée d’Anciens aussi fabuleux que l’homme qui se dressait devant moi. J’étais extrêmement honorée qu’on puisse penser à moi pour cette haute technologie. Bien sûr, rien n’était fait par plaisir. Derrière tout cela, il y avait l’envie que le bon petit soldat, leur assassin que j’étais pour les membres du gouvernement puisse avoir toute la puissance à sa disposition pour ses missions. Certains pourraient voir cela comme une forme d’asservissement qu’ils avaient sur moi. Moi, je voyais le moyen de posséder les techniques les plus perfectionnées pour rayer de ce monde les traitres et les parias. J’avais ainsi enfilé la combinaison à la texture si légère que j’avais l’impression d’avoir une seconde peau, fusionnant avec mon corps. Lorsque la fermeture éclair fut remontée jusqu’au niveau de ma gorge. J’étais fin prête pour la suite.  J’arquai un sourcil assez perplexe devant les explications qu’il me donnait tout en laissant glisser mes mains sur mes hanches et mes cuisses pour bien me rendre compte de la matière de la combinaison.

- Il est rare que je sois aussi visible aux yeux d’un homme. Habituellement, je me fonds dans les ombres ou je masque ma vraie personnalité.

Combien de fois m’étais-je entretenue avec le ministre Wright ? Certes, plusieurs fois mais je ne le pensais pas aussi perfectionniste alors que principalement son regard se portait toujours sur ses écrans ou dans ses dossiers quand j’étais présente près de lui. Certain Anciens attiseraient toujours  ma curiosité et presque une sorte d’exaltation de ma part, par leur façon de flirter avec le mystère et le danger.  La combinaison avait été conçue en fibres en nanotubes de carbone d’après ses dires. Je détaillais soigneusement la courbe de fibre qui dessinait élégamment mes bras et ma poitrine jusqu’à ce que ses doigts effleurent mon épaule. Mes prunelles sombres suivirent leur mouvement tout en restant bien vigilante à ce qu’il me racontait. La légèreté de la fibre et sa puissance m’impressionnaient. C’était la toute première fois que je portais ce genre de tenue et l’envie de l’essayer autre part que dans ce local secret commençait à se dévoiler. Je me redressai lorsque le ministre se faisait prédateur, tournant autour de moi pour admirer sa proie ou son œuvre, tout dépendait de quel point on se place. Une femme pourrait se vexer de se voir rabaisser à un tel niveau. Je ne l’étais pas cette nuit.

- Accentuer mon pouvoir sur l’électrokinésie ! Je plains mes prochaines victimes ! Et en plus, cette combinaison pourrait me servir de bouclier contre des armes plus puissantes. Je suis vraiment émerveillée par votre génie !

La couleur de cette matière se conjuguait effectivement avec mon second pouvoir sur les ténèbres : être totalement invisible à mes ennemis. Face à moi, plus loin, contre le pan d’un mur, je m’aperçus de la présence d’un miroir tandis que les mains de l’Ancien se posaient délicatement sur mes épaules. Je sentais la présence de la chaleur de son corps contre le mien. Oui, il avait encore raison. Je pouvais percevoir le moindre contact avec cette combinaison comme si mes terminaisons nerveuses devenaient encore plus sensibles sous l’effet de cette matière qui se moulait à mon corps. Son souffle chaud à mon oreille et le murmure qu’il m’offrit déclenchèrent les envies de la chasseuse que j’étais, prédatrice à mon tour mais je ne pouvais faire du ministre une proie bien que cela pourrait être un défi dès plus exquis. J’observais dans le miroir nos deux silhouettes et le chemin de ses mains qui caressaient lentement mes bras. Il se recula et me libéra au moment où il me laissa le choix de la suite des évènements.

Je fis volte-face, découvrant de nouveaux accessoires sur son bureau. Sans ajouter de mots, je plaçais les brassards par-dessus mes avants bras,  enfilais des gants et des bracelets autour de mes poignets en me demandant à quoi tout cela allait pouvoir me servir. Je reconnus un injecteur hypodermique qui était glissé à l’intérieur d’un des bracelets. Je n’avais qu’à bouger lentement la main pour en faire sortir la fine aiguille.  A l’intérieur du dit bracelet, je devinais l’emplacement de divers sérums.

- Très bien je suis prête pour un petit échauffement !

Il ne me répondit que par un petit sourire amusé tout en appuyant sur un bouton dissimulé sur le plan de travail de son bureau. Au milieu de la salle se matérialisa un hologramme qui avait pris la forme d’un Milicien de la Milice.

- Vous auriez pu trouver mieux, non ?

Mon ton était moqueur et joueur. L’hologramme me suffirait bien que je n’étais pas une adepte de ce genre d’exercices. Il me fallait de vrais adversaires en face de moi pour sentir les craquements de leurs membres, les coups portés à leurs corps, le souffle court quand ils demandent l’abandon. Chose que je n’aurai pas avec un hologramme. Il me fixait, il devait sans aucun doute analyser mon comportement. Il arma son phaser et me tira dessus à plusieurs reprises, échappant aux tirs, en bondissant dans la pièce. Je n’avais pas d’armes mais je possédais mon électrokinésie. Je lançai plusieurs décharges sur l’hologramme qui me renvoya ma propre énergie, me propulsant contre le mur. Mais au lieu d’être KO, la combinaison semblait absorber mon pouvoir. C’était ce que m’avait expliqué Kylian Wright. J’étais comme ressourcée à 200% de mes moyens et j’envoyais une décharge supérieure à ce que je pouvais faire habituellement. L’hologramme esquiva la première mais pas la seconde.

- Vous n’auriez pas des lunettes à infra-rouge à me proposer avec des options qui sont de votre créativité ? Nous pouvons voir dans la nuit avec nos sens hyper développés mais je désirerai quelque chose de plus précis, comme des lunettes pouvant aussi envoyer des informations à un ordinateur ou vis-versa ?

Gourmande, moi ? Quand on vient de gouter à une telle technologie pourquoi s’arrêter à une combinaison ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Lun 17 Nov - 14:15

Comment une telle Asarienne aurait elle pu être invisible à mes yeux, elle est tout a fait le genre de personne qui attire mon regard et je ne parle point uniquement de son apparence physique pouvant ouvrir l’appétit de n’importe quel être, mais justement aussi tout ce qui fait d’elle un être particulier et si appréciée du Gouvernement, enfin d’un nombre très restreint des membres du Gouvernement. Je parle de son caractère, ses talents, se pouvoir d’avoir deux visages, de vivre dans les ténèbres et au grand jour, cette capacité à ôter des vies comme la faucheuse, tout en étant une femme pouvant se montrer raffinée. Et le faite que je fasse parti des rares à pouvoir la contempler tout en connaissant sa réelle personnalité, c’est quelque chose non de flatteur mais d’appréciable. Une Asarienne dévouée, semblant apprécier d’être en ma présence, avouez cela ne cours pas les rues. En plus c’est une Asarienne qui sait garder bien des secrets, sinon elle ne serait point la en ma présence… Je peux la considérer comme une personne de confiance, ce qui veut dire qu’elle fait partie d’une élite sociale dans ma vie qui ne compte que trois personnes… Enfin quatre si je compte mon autre moi. Mais je retiens un sourire à sa remarque.

« Alors je peux me considérer flatté d’avoir le privilège d’admirer autant votre beauté que cette personnalité si passionnante que vous laissez libre ici. »

Et puis franchement, j’aurai trahis ma réputation de perfectionniste si j’avais eut besoin de lui demander ses mensurations pour une telle tenue. Je préfère toujours me fier à mon regard, mes estimations, considérant souvent que j’obtiendrai toujours de meilleurs résultats en me fiant à mon regard et mon esprit qu’en passant par d’autres. Peut-être que cela explique que mon propre don s’est développé au point de me dédoubler, préférant tout faire moi même que de déléguer à des êtres en qui je n’aurai aucune confiance. Des explications sur ce qu’elle porte, mon regard sur elle la détaillant, certes je parais tel un prédateur mais je ne joue point ainsi pour la rabaisser, au contraire venant de moi c’est plutôt flatteur, c’est bien que je montre un certain intérêt pour elle.

« Comme je vous ai dis, elle est unique et a été conçue pour vous correspondre autant physiquement que par rapport à vos dons. Une telle tenue perdrait de son efficacité dans les mains d’une autre personne que vous. »

Flatté, oui je suis flatté de l’entendre reconnaître mon génie, mais il est vrai que stabiliser la production de nanotubes de Carbone était quelque chose d’assez complexe. Le seul gâchis est que cette tenue est faite aussi pour la rendre plus furtive alors qu’elle met réellement en avantage les charmes de sa personne. Quelques mots, elle ajoute les gants et brassards, se sentant prête à tester cette tenue, faire quelques exercices. Bien entendu je n’allais pas envoyer des miliciens ou des gardes de la Wright Corp. la combattre, ma confiance étant assez limité ce serait des vies à faire disparaître car apprendraient certains secrets comme ce lieu et cette personne face à moi. Alors par évidence j’active les Hologrammes d’entrainements. J’entends bien sa remarque ce qui à nouveau me fait sourire, non amusé par les paroles de Sélène, mais bien par l’idée qu’elle fait naitre en mon esprit. Oui j’ai envie de m’amuser, de lui faire une surprise, ne sachant pas du tout comment elle va réagir face à cela. Alors pour l’instant je la laisse s’entrainer avec ces hologrammes, me rapprochant d’un mur où se trouve un présentoir. Mon regard se porte de temps en temps contre elle, la voyant propulsée mais continuer. Elle est presque encore plus intéressante à admirer à l’œuvre. Et quand son petit échauffement prend fin, mes doigts capturent  une sorte de cylindre avant que je me tourne vers elle, écoutant sa demande au sujet d’une paire de lunettes.

« Oui j’ai pour vous des lunettes comprenant quelques petites particularités… » Dis je simplement, marchant dans la pièce avec ce cylindre en main que je pose sur mon bureau, indiquant d’un geste de la main où elle peut prendre l’objet en question. Une petite boite rectangulaire posée sur un des nombreux présentoir en faite gardant en son écrin une paire de lunette de soleil en apparence avec des branches légèrement plus épaisses comprenant un système de pression tactile et une sorte d’oreillette qui peut se poser à l’oreille. « Elles offrent différents niveaux de visions, que ce soit pour capter les infrarouges, ultraviolets,  vous permettant aussi de voir au travers de la matière tant que celle-ci reste fine, ainsi d’un regard vous serez si une personne est armée ou non… » Lentement, tout en parlant je retire mon veston, le laissant glisser le long de mes bras avant de le plier convenablement et le poser sur mon bureau tout en continuant à expliquer ce qu’elles offrent à cette chère Main du Gouvernement. « Elle permet aussi de voir les champs électromagnétiques… » Bon jusque la cela reste juste une technologie accessible qui est simplement réduite. Mais j’aime bien y mettre une petite emprunte personnelle qui montrera encore une fois que cette Asarienne est privilégiée, que je fais attention à bien « gâter » celle qui est si dévouée. « Vous remarquerez sur ces lunettes, une caméra entre les deux verres, celle-ci va vous changer la vie… Premièrement elles sont reliées à une machine de votre choix pour sauvegarder les données, enregistrer ce que vous entendez ou voyez, mais surtout elle est connectée à un serveur géré par le C.H.R.I.S.T. … » Alors que ma voix continue à se répandre, expliquant le gadget sans la regarder, je retire ma cravate avant que mes doigts commencent à défaire ma chemise, bouton par bouton, minutieusement, la retirant à son tour pour comme le veston, venir la plier et la déposer, me voilà simplement en chaussure et pantalon de costume, le torse nu, qui est toujours si bien entretenu. « Ce serveur qui vous est alloué ne partagera aucune information avec quiconque d’autre que C.H.R.I.S.T., et il vous offre un affichage stratégique que vous pouvez activer ou désactiver… Ainsi en cas de besoin, il vous offrira des solutions de tirs, des analyses du terrain ainsi qu’un calcul des probabilités avant d’envisager une action, offrant une estimation de vos chances de réussites, ainsi que des dommages que vous pourriez subir. Il pourra aussi vous apporter des solutions, ou des idées en cas d’une situation dangereuse… » En effet c’est un soutien logistique incorporé, une forme d’ordinateur prévu pour le soutien stratégique et le calcul rapide permettant à Sélène de ne point être déconcentré dans une situation demandant une action rapide. Le dit ordinateur étant soutenu par l’Intelligence Artificielle que j’ai créé, cela lui offre aussi un calcul et une analyse des données des plus rapide. « Il pourra aussi se connecter à différents systèmes comme pour vous fournir les plans d’un bâtiment, un accès ou simplement vous permettre de suivre une sonde que vous auriez posé… Je tiens à préciser que cette fonction ne répondra qu’à votre voix uniquement… et à condition que les lunettes soient portées par vous.» Toujours mettre une sécurité pour que l’ennemi ne puisse pas utiliser ce qui est conçu pour Sélène.

Maintenant tout cela n’explique pas pourquoi je suis torse nu, ma main reprenant le cylindre sur le bureau. D’un mouvement de bras, il se déploie en forme d’un bâton de combat. Je le fais un peu tourner entre mes doigts de la main droite, puis de la main gauche, regardant Sélène, me mettant face à elle, à quelques pas. Je regarde son visage voulant voir comment elle va réagir, si elle va comprendre ce que je prépare ou si elle va être prise par la surprise. « Ceci est un bâton à concussion marchant par énergie cinétique » En clair c’est un bâton qui amplifie les chocs au contact en utilisant l’énergie du mouvement ainsi que la force de son utilisateur. Plus les mouvements sont forts, plus l’impact libérera une sorte d’onde de choc énergétique proportionnelle à la force utilisée, ce qui peut rapidement créer des traumatismes physiques, briser des os, sans parler d’un tel effet sur le crâne. Il suffit alors d’imaginer ce que ferait un choc avec la force d’un Asarien, multiplié par l’onde de choc à l’impact. De plus en mode bâton il permet d’enchainer sur plusieurs ennemis au corps à corps et de parer, mais il peut aussi se diviser en deux matraques ce qui est mieux contre un adversaire unique en offrant des attaques plus rapides.

« Et vu que vous souhaitez mieux que des hologrammes… Acceptez alors ce petit face à face… » Certes je suis un politicien, un inventeur, mais je reste un être sachant se battre. Surement point au niveau de Sélène qui est une professionnelle dans l’art, mais je compte lui donner un peu de fil à retordre, montrer que je ne suis pas qu’un homme de bureau. Il est rare que je me montre ainsi, très rare que je fasse l’honneur à quelqu’un de me battre, pourtant c’était déjà arrivé de temps en temps.  Elle désirait mieux, elle l’a, un entrainement contre un Ancien pour qui d’habitude elle combat et non contre qui elle se bat. « N’ayez pas peur de vous lâcher, donnez vous à fond je vous prie… » Je me met ainsi en position de combat, lui faisant signe d’une main d’attaquer en lui offrant un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Dim 14 Déc - 14:45


Un hologramme puis deux, puis trois. Vers le milieu du combat je me retrouve confronter à cinq hologrammes qui ont l'apparence de Miliciens surentrainés, mais je le suis tout autant, voir même encore plus. La combinaison devient une seconde peau comme si elle s'était substituée à la mienne, épousant parfaitement mon corps et mes mouvements. Je ne sens aucune résistance dans les coups que je donne même si j'aurai aimé pouvoir me battre face à de vrais adversaires. De temps en temps, je me rends aux locaux de la Milice, masquée bien évidemment, car personne ne doit savoir ma véritable identité à part mes supérieurs hiérarchiques, pour des entraînements avec des soldats qui veulent bien se battre contre une femme. Certains commencent à me connaitre et ont compris que j'étais une sorte d'espionne et d'assassin pour le compte du gouvernement. D'ailleurs, l'un d'eux accepte toujours de me défier quand il est dans la salle d'entrainement : William Ströss, mais il ne connait pas mon visage. Les hologrammes disparaissent les uns après les autres sous l'impulsion de mon électrokinésie devenue plus puissante grâce aux câbles conducteurs de la combinaison qui accentue l'énergie. Mon dernier adversaire s'évapore dans un grésillement électronique. J'aurai aimé combattre d'une façon plus physique, un corps à corps plus viril. L'exercice est terminé. Je n'ai pas transpiré comme si la combinaison absorbait aussi tous les efforts que mon corps fournit. Avec tous ces gadgets qui me serviraient pour la traque aux traitres, j'ai émis un petit souhait. Bien que je sois pourvue d'une vue aiguisée comme chaque Asarien, le port de lunettes à infrarouge ne ferait qu'accentuer ce sens hyper développé.

Je me tourne au son de la voix du ministre qui m'invite à me rapprocher de son bureau et à découvrir une petite boite rectangulaire. Au moment où je l'ouvre, je découvre la fameuse paire de lunettes. Il avait anticipé ma demande et il savait très exactement ce que je désirai. Cela en était très déstabilisant. Pourtant, rien ne pouvait me perturber et me déranger ... sauf Kylian E. Wright. J'applique les lunettes sur mes yeux tout en écoutant me lister leurs compétences. Je dirige mon regard vers lui et le petit écran analyse soudainement l'Ancien. Il n'est effectivement pas armé d'après l'inscription qui s'affiche au coin du verre droit. Une caméra y est inclue, reliée directement à un serveur géré par cette intelligence artificielle nommée le C.H.R.I.S.T. Une entité construite par le ministre et qui gère toute la technologie qui en découle dans ce bâtiment.

- J’adore cette nouvelle conception de la chasse à l’homme. Être reliée au C.H.R.I.S.T. est une vraie merveille pour mes missions.

J’assimile toutes les données de sécurité qu’il a inclut, toutes les fonctions que m’apporte le C.H.R.I.S.T. sur le terrain et suivant les situations que je rencontrerai. C’est un régal de pouvoir gouter au savoir du ministre Wright. Je retire les lunettes que je replace dans la petite boite délicatement. Durant tout ce moment à l’écouter et à essayer les divers menus, je ne me suis pas aperçue qu’il s’était dévêtu au point d’être torse-nu devant moi. Arquant un sourcil de curiosité quant à la suite qui se profile, je le détaille sans aucune gêne. Le cylindre qui est resté sur son bureau se déploie en une sorte de bâton de combat. Une arme qui amplifie les coups que l’on porte à son adversaire en libérant une onde de choc. Je me recule à sa proposition d’un combat avec lui, un peu perplexe.

- Monsieur le ministre … je ne voudrai pas vous causer de douleurs … dues aux chocs du bâton.

Mais il a déjà une idée bien précise de la suite. Je le laisse prendre place au centre de la pièce, me faisant signe de la main de commencer le combat.

- Puisque vous le désirez.

Je ne frappe pas mes supérieurs mais là c’est lui qui le propose. Je suis capable de ne pas freiner mes coups puisque c’est ce qu’il désire. Je prends  le bâton de combat. Je fais virevolter le bâton  entre mes mains pour dompter cette nouvelle arme. Les manipulations du bâton servent avant tout à éloigner son ennemi et à instaurer un périmètre de sécurité sauf que cela ne marche pas à tous les coups et qu’il faut utiliser des frappes bien précises.  Je me mets en position face à lui, le bâton se tient à deux mains, les pouces dirigés l'un vers l'autre, au bout du bâton. La main la plus au bout du bâton est la main directrice. C'est elle qui dirige le bâton, tandis que la seconde sert de soutien et accompagne le mouvement du bâton. En position de garde, le pied opposé à la main directrice est en avant, je frappe une première fois. Il bloque mon attaque. Pour le moment, j’étudie mon adversaire, j’observe ses mouvements, ses positions. Chaque coup que je donne contre son bâton n’est là que pour m’indiquer ses faiblesses. C’est toujours ainsi que je procède. Puis j’intensifie les frappes, mes mouvements. Haut, bas, latéral. Le ministre se débrouille très bien.  Mon bâton cogne de plus en plus fort le sien et je ressens entre mes mains l’énergie et l’onde de choc lorsqu’ils se croisent tous les deux. Je le fais reculer, et je danse autour de lui. Mon arme se divise alors en deux matraques et je me laisse glisser à genoux, portant mes coups à ses cuisses. Puis un autre au creux de son genou, l’autre à sa cheville. Il n’a pas le temps d’esquiver. Mes coups sont rapides et précis. Les impacts sont puissants mais il tient toujours debout jusqu’au moment où, je réunis les deux matraques pour obtenir de nouveau mon bâton et je cogne dans ses deux tibias. L’onde le propulse à terre, dos contre le sol. J’envoie son bâton rouler à l’autre bout de la pièce, je laisse tomber le mien et je me cale contre sa gorge, à califourchon sur son torse, mes cuisses enserrant son visage. Un sourire amusé se dessine sur mes lippes et je prends une moue taquine.

- Monsieur le Ministre, je vous avais prévenu … Il ne faut pas jouer avec le feu. Néanmoins, je vous félicite pour votre technique et votre souplesse au combat. Moi qui pensais que vous n’étiez qu’un bureaucrate imaginant les plus grandes technologies derrière votre ordinateur.

Je ne compte pas le libérer aussi vite. J’attends de voir ses réactions. Je suis joueuse après tout … comme lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Lun 15 Déc - 16:59

Personne ne peut ignorer les talents de Sélène, une femme rapide, agile, d’une efficacité meurtrière, une femme qui pourrait être terrifiante pour n’importe quelle forme de vie, une femme qui pourrait surement s’attaquer à un des Anciens et lui apporter la mort sans aucune réelle difficulté. Je suis bien heureux qu’elle soit loyale car si elle avait cédé à la corruption qui envahit l’esprit de certains des nôtres comme elle avait touché Gaïus dans le passé, nous aurions réellement des soucis à nous faire. Je ne pense point que les gardes pourraient d’ailleurs servir à quelque chose si celle ci avait dans l’objectif de nous atteindre. Et pourtant, malgré tout ce danger qu’elle pouvait représenter, elle fait partie de ce trio en qui j’accorde toute ma confiance, ne la voyant pas comme un pantin ou un numéro, ni même simplement comme une arme, c’est une guerrière, une guerrière d’un temps nouveau, une combattante impitoyable qui pourrait surement représenter une forme d’avenir pour Asaria. Si seulement plus d’Asariens avaient son esprit, sa vision, son besoin de se montrer si perfectionniste dans sa tâche ainsi que dans sa dévotion. Ce n’est point pour rien que je consacre du temps pour elle et pour son équipement, appréciant le faite de la voir « heureuse » des présents offerts à son attention, des conceptions pour la majorité uniques. Elle semble apprécier aussi les lunettes que j’ai conçu pour elle, pour lui offrir un meilleur soutien logistique car à l’inverse de la Milice ou de la Section d’Assaut, cette chère Sélène est une combattante solitaire qui ne peut pas compter sur un appui stratégique vivant, alors il est naturel de lui offrir le meilleur d’un point de vue Technologique.

« Rien n’est trop bien pour La Main »

Voilà la seule réponse que j’offre, presque une flatterie d’ailleurs venant de ma part. J’aime lui montrer qu’elle représente plus qu’une simple fonction ou une simple arme à notre service, qu’elle sache que j’apprécie son art tout comme sa personne. Cela ne peut que renforcer la confiance mutuelle mais aussi lui prouver qu’elle n’est pas juste « utilisée » mais bien qu’elle pourrait aussi venir à moi si le besoin se fait ressentir, si elle avait la nécessité d’un soutien, d’une aide, ou une demande quelconque. Non je ne suis pas à son service, mais il faut savoir écouter les idées, les initiatives d’une personne dont les capacités et la moralité font d’elle une personne bien trop précieuse en ce monde de corruption. Elle semble hésitante au début, reculant, montrant crainte de me blesser, mais j’offre un regard à la fois sérieux et calme, libérant quelques petits mots pour la convaincre, la pousser dans cette action.

« Sans douleur, comment ferai-je pour me savoir encore en vie ? »

Des petits mots bien corrects, et aussi des sensations qui deviennent bien rare dans ma vie. Je ne peux pas me permettre d’aller m’entrainer dans des salles pour, ni même pousser de mes gardiens à m’affronter, je n’ai droit qu’à mes hologrammes ou moi même, rien de bien impressionnant ou efficace pour m’améliorer, mais ici j’avais envie de lui offrir ce plaisir et me l’offrir, à la fois combattre quelqu’un de vraiment talentueux mais aussi le plaisir de pouvoir lui offrir autre chose que des êtres créés artificiellement. Finalement elle accepte ce petit jeu, un plaisir que je vais surement apprécier même si j’ai déjà la certitude de sa supériorité sur moi, sinon elle ne serait point aussi douée que je l’imaginais si j’arrivais à la vaincre, ou pire encore cela voudrait dire qu’elle me laisserait gagner par respect ce qui pour moi serait une insulte intolérable. Le petit combat démarre alors, au début assez passif je dirai, j’attaque, elle attaque, parades, chocs, elle ne semble pas se retenir non, je suis presque sur qu’en cet instant elle tente de m’analyser, de trouver mes points d’équilibres, les failles de mes mouvements, où attaquer pour percer ma défense. Jusqu’au moment où elle décide de passer à l’attaque, glissant, frappant mes cuisses, puis le genoux, la cheville, mettant ma stabilité en danger, et alors que je cherche à me redresser pour reprendre ce combat, à retrouver mon équilibre, elle me frappe aux tibias, me faisant chuter dos à terre, une chute brusque dont le son résonne sur ces lieux, mon arme volant plus loin alors qu’elle ne me donne point le temps de me redresser pour venir se positionner dans une posture de « prise », une posture au passage des plus intéressante. Honnêtement, si ce n’était point un combat, cette posture m’aurait fait penser à une invitation. Mon regard se pose sur elle, alors que je suis captif de ses cuisses, et celle ci semble joueuse en venant me féliciter pour mon échec avec une petite remarque au passage. Le souffle un peu restreint par la posture, je lui réponds avec un esprit tout aussi joueur.

« Le feu m’attire ma chère, surtout quand celui ci possède tes charmes. »

C’est une prise bien difficile à s’en libérer, mais d’ailleurs ai-je envie de m’en défaire alors que bien des jeux me passent par la tête. Je pose mes mains sur les hanches de cette adversaire de choix, mon regard ne cessant de la fixer, arborant une mine un peu joueuse alors que je peux bien voir dans cette situation que cette combinaison en plus d’être efficace lui sied à merveille. Les mains ne restent point en leur place, passant lentement sur ses cuisses alors que j’avais à l’instant l’idée d’user de ma force physique pour me défaire de cette étreinte, ou de la bousculer un peu pour prendre le dessus, mais à la place j’ai envie d’un peu tester à quel point elle voulait jouer dans cette position.

« Comptes tu me garder ainsi sous ton emprise car je pourrai prendre cela pour un désir de me dominer ou une proposition indécente. »

En faite je n’ai finalement pas envie d’attendre sa réponse, j’use sans honte de ma force, venir presser sur ses cuisses tout en donnant une impulsion sur mon corps pour tenter de me redresser, te la faire chavirer sur le coté, cherchant un peu à prendre le dessus, même si elle arrive à me garder captif comme pour l’empêcher, qu’elle me lâche ou non, de pouvoir s’échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   Ven 13 Fév - 17:25

Le combat gagne en puissance. Il a choisi de combattre et même en le mettant en garde, le ministre Wright ne s’est pas défilé. Au contraire, il n’a cessé de m’inviter à l’attaquer, à se sentir plus vivant comme il me l’a avoué. J’ai en face de moi un Ancien. Sa force est plus importante que la mienne alors je me lance et je lui montre une partie de mes capacités que j’ai obtenues en m’entrainement au fil de toutes ces années. J’ai été formée et façonnée pour devenir le meilleur assassin qui puisse exister en Asaria. L’assassin du gouvernement et je dois me montrer digne de ce statut particulier qui se voit transmettre de génération en génération. Le combat prend des proportions de plus en plus grandes. Je ne retiens plus mes coups et il doit s’en rendre compte. Après un temps d’observation, je commence à évaluer mon adversaire : ses points faibles comme ses points forts. Avec plus d’exercices, le ministre serait un excellent combattant, mais j’imagine qu’il n’a pas que cela à faire et qu’il ne doit pas toujours trouver les bons adversaires pour l’affronter, pour se permettre de porter la main sur un Ancien tel que lui. Mon bâton virevolte dans mes mains, tantôt unique, tantôt divisé en deux petites armes pour mieux le frapper et porter mes attaques avec précision. Les minutes s’écoulent sans que ni l’un ni l’autre ne cède. L’endurance du ministre me surprend d’une façon remarquable. C’est tellement rare d’avoir une personne comme lui en face de moi. Mais même si son âge et son expérience font de lui un Longue-Vie, un Etre incroyablement puissant, sans ses pouvoirs, avec seulement sa force physique, je lui suis légèrement supérieure.  Chasseuse et Prédatrice, il est ma proie et je compte bien le mettre à terre.

Il me laisse alors l’ouverture que j’attends, glissant sur le sol, à genoux, mes deux bâtons en mains, et je tape et cible ses tibias pour lui faire perdre totalement son équilibre. Le corps du ministre tombe dans un bruit sourd, sur le dos. Son arme est hors de portée et je lâche les miennes pour venir m’installer à califourchon sur son torse, mes cuisses emprisonnant son visage. C’est une position que j’aime beaucoup pour tenir un gibier en toute tranquillité. Mon sourire s’accentue alors que mes prunelles plongent dans les siennes sans aucune retenue. Derrière ses mots, se cachent des sous-entendus que je comprends parfaitement. Et son vouvoiement qui s’est transformé en tutoiement me donne envie de poursuivre et de voir ses limites … S’il en a … ou pas.

- Je pourrai vous garder sous mon emprise … Il y a tant de possibilités qui s’offrent à nous, vous en croyez pas mon cher ministre ? Par quoi pourrions-nous commencer ? La nuit est loin d’être totalement achevée …

S’il aime jouer avec le feu, je  suis alors la personne qu’il lui faut. Je n’ai aucune entrave à séduire et déstabiliser avec cet Ancien, ni je ne reculerai devant aucune de ses propositions implicites. Pourtant, au moment, où je m’apprête à de nouveau lui faire comprendre que je prends ce que je désire sans formalité, mais il est plus rapide. Ses mains remontent fermement sur mes cuisses et je suis leur déplacement félin jusqu’à ce que je sente son corps se soulever et m’entrainer avec lui sur le sol. Nos positions s’inversent soudainement et je me retrouve sur le dos, prisonnière de son corps. Mes cheveux s’étalent tout autour de moi comme une corole sombre. Mes mains caressent ses bras musclés, tendus de part et d’autre de mon visage, griffant sa peau lentement.

- Je vois que c’est … toi … qui aime les propositions indécentes. J’aime dominer, mais je laisse parfois certains de mes amants avoir le dessus sur moi. Tout dépend l’homme qui se trouve entre les cuisses et s’il est à la hauteur de mes attentes.

La bienséance vole en éclat. Il n’y a plus de ministre, ni de supérieur dans ce bureau, de vouvoiement, de titre seulement un homme qui me tient captive de son corps contre le mien exaltant mon plaisir à son paroxysme. Ma jambe embrase la sienne en une caresse provocante tandis que mes doigts suivent la courbe de ses hanches, excitant son désir. Mes paumes s’emparent de ses fesses musclées, les emprisonnant dans un geste violent pour le plaquer entre mes cuisses.

- Dois-je me contenter que de tes paroles … Ou as-tu quelque chose de plus motivant à me montrer pour que je reste ton otage ? Les hommes entreprenant et qui vont au bout de leur passion sont si rares aujourd’hui …

Je décolle légèrement ma tête du sol pour mordiller sa lèvre et le provoquer davantage. Une de mes mains s’envole et se pose possessivement sur sa nuque et je lui offre un baiser gourmand vorace où je découvre la saveur de sa langue contre la mienne … à bout de souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Terminé) Dark Weapons [Kylian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Terminé) Dark Weapons [Kylian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dark Ezeckiel [Terminé]
» Soulmates never die [Kylian] Terminé
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of A :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: