Un nouveau jour || Scarlett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Un nouveau jour || Scarlett   Mar 11 Avr - 19:11

Paradox


La nuit … Elle était déjà bien avancée quand Zack et Scarlett s’étaient couchés. La soirée s’était avérée épuisante psychologiquement. Il avait fui les fans après la fin de la séance de dédicaces et il avait pris le métro qui l’avait conduit jusqu’au parc du dôme principal. Là, au milieu du froid hivernal, il avait croisé la seule personne à laquelle il n’avait pas pensé rencontrer, ou bien, espérait-il au fond de lui, de la voir, de lui parler, de l’approcher encore. Scarlett, transie de froid, l’avait accompagné pour une petite balade, mais l’heure tardive et le froid les avaient poussés à prendre un taxi. Zack l’avait invitée à prendre une boisson chaude chez lui, un appartement parfait pour un petit humain, au milieu de tous ces Asariens. A la vue et au nez de tout le monde grâce à  … la générosité/manipulation de Gabriel Laymann ? Ses pensées s’ente-choquaient dans sa tête dès qu’il réfléchissait sur cet homme qui était devenu son ami, son mentor, son protecteur. N’était-ce donc qu’une illusion du leader du groupe ? Zack n’avait-il été qu’un pion dans toute cette histoire ?

Les bras croisés derrière la tête et les yeux fixés au plafond, il suivait les petites arabesques de lumières qui se dessinaient au-dessus de sa tête. Les lumières de la cité se faufilaient entre les rideaux de la chambre. Il était fatigué et sa nervosité prenait le dessus. Scarlett devait dormir maintenant. Il n’y avait pas de bruits qui provenaient de la chambre d’à côté. Penser encore et encore ne le mènerait que sur une voie emplie de questionnement et de doutes. Il se tourna sur le côté, remonta la couette et se cala sur le traversin. Zack devait dormir. Il avait promis à Scarlett que demain il se consacrera à elle. Ils iraient tous les deux à l’hôtel pour récupérer les affaires de la Demoiselle. Ils avaient le temps, ils n’allaient pas arriver là-bas à sept heures du matin. Elle aurait tout le temps de faire une grasse matinée, de prendre une bonne douche, de déjeuner, de faire des courses pour remplir le frigo et ce dont elle avait besoin et puis dans l’après-midi, ils iraient au Rubis. Avec tout ça, il ne lui avait même pas demandé quand elle commençait son travail au Diamond. Zack se retourna dans son lit, dos à la porte de la chambre, soupira en lisant l’heure qui s’affichait sur son réveil et ce fut la dernière chose qu’il vit.

Sa mère qui criait, les grondements des tirs de chars, les pleurs des gens près d’eux, les slaves de la Milice, tous ces hommes en uniformes, ces blindés … Tout ces massacres, cette horreur … Il avait pris sa mère dans ses bras et Zack courrait dans les ruelles saccagées du bidonville pour les mettre à l’abri et sortir de ce dôme pour rejoindre celui des résidences. Mais tout était barricadé et gardé par les soldats. Personne ne pouvait plus entrer ni sortir, prisonniers de l’enfer, pris au piège comme des animaux qu’on allait abattre sans humanité. Les odeurs de la chair brulée remontaient à ses narines, les scènes d’atrocités se rependaient sur le sol. Des coups de canons  l’extrairaient violement de son cauchemar. Les yeux ouverts, la respiration accélérée, le cœur battant une allure de dingue, Zack se redressa sur ses bras et alluma la lampe de chevet à la recherche d’un indice dans sa chambre, de ce cauchemar aussi réel que son souffle saccadé. Il se passa la main sur son front en sueur et dans ses cheveux. Jamais, il n’avait rêvé un truc aussi monstrueux. Le petit matin était à peine levé, il n’avait pas dormi beaucoup et il sentait encore cette fatigue lui pesait.

Il se leva. Se rafraîchir un peu pourrait l’aider à se relaxer et à évacuer cette peur. En ouvrant la porte de sa chambre et en passant devant celle de Scarlett, des gémissements l’arrêtèrent dans ses pas. Il se figea, posa sa main sur la porte et plaqua son oreille contre celle-ci. C’était bien la voix de Scarlett. Il n’y avait pas que des gémissements, c’était comme un appel à l’aide, elle suffoquait, elle avait peur … elle aussi. Le musicien ouvrit doucement la porte en évitant le craquement du mécanisme pour ne pas la faire sursauter. Il s’approcha du lit en lui murmurant des mots pour l’apaiser.  « Scarlett … Scarlett … C’est moi, Zack … calme-toi … Tu es dans ta chambre … »

Elle s’agitait de plus en plus et il s’installa au bord du lit. Sa main caressa tendrement la joue de sa nouvelle colocataire. Scarlett ne réagissait toujours pas : « C’est un cauchemar Scarlett. C’est Zack, tu es en sécurité ici. Ouvre les yeux, personne ne te fera du mal. Scarlett … Scarlett … Tu es avec moi dans mon appartement, tout va bien.»




Dernière édition par Zack Vandroiy le Sam 15 Avr - 11:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un nouveau jour || Scarlett   Mer 12 Avr - 16:29

Du bruit, des cris, des tirs, des explosions, du sang … des pleurs. Si une sombre et terrifiante aura planait sur le bidonville depuis quelques temps, encore plus hostile que d'habitude, jamais je n'aurai cru qu'on en serait arrivé là … Les Asariens n'ont jamais voulu de nous, nous retranchant dans une zone insalubre, habitée par ce qu'on peine à appeler maison. Mais aujourd'hui, on ne tolère même plus notre présence. Et si le souhait d'assister un jour à notre anéantissement animait nombreuses des longues vies, aujourd'hui leur souhait devient réalité, dans ce déchaînement de mort et de désespoir. Sous les coups et les assauts répétés des miliciens et de leurs armes meurtrières, leur rêve devient réalité. Un rêve pour eux, un horrible cauchemar pour tous ces êtres qui brûlent encore d'une mortalité fragile et pour ceux qui les soutiennent.

Pourquoi, pourquoi … Ce questionnement désespéré tourne dans ma tête tout du long alors que je me bats comme je peux. Je n'ai pas d'armes, je n'ai aucune aptitude au combat, et pourtant je suis prête à tout. Dirigée et guidée par cette femme rencontrée au dispensaire quelques jours plus tôt, je luttais pour sauvegarder ma vie et celle des autres. Nous étions tout un petit groupe à la suivre … cette femme aux ailes enflammées …

Dans mes bras, une petite fille. Avec ses joues tâchées de terre et ses cheveux en bataille, je me revoyais quelques années auparavant. Comme elle, j'avais joué sur ces terrains boueux. Terrain de jeu un jour, champ de bataille le lendemain. A jamais détruits. Sauf qu'elle ne pourra pas grandir, car dans mes bras, son cœur est faible. Trop faible. Elle ne pourra certainement plus rentrer chez elle, car elle va devoir se trouver un nouveau chez elle. Comme moi. Comme nous tous. Mais où ?

Un porte s'ouvre … magique, sortant de la raison et de l'ordinaire. Extraordinaire. Un homme se tient à côté. Il a des ailes. Je le connais. Je n'arrive pas à voir les traits de son visage, je n'arrive pas à m'approcher. Mais je le connais. Je sais qui il est, et il réveille dans mon cœur une douleur vive, mais en même temps un souffle d'espoir. Toi ? Personne ne le sait. Et on ne me laisse pas le temps de le savoir.

Je suis désormais au dispensaire. Je reconnais ces lieux, pour y être déjà allé plusieurs fois. Je suis le docteur Saria. La petite va guérir. Pourtant mon cœur est toujours aussi douloureux et la peur m'agite. Quand je regarde, que je repense à tout ces hommes, toutes ces femmes, tout ces enfants … blessés, dépossédés de tout. Morts.

Dans mon dos, j'entends une voix qui m'appelle. Zack ? Je me retourne. Personne. Il m'appelle encore. Je tourne sur moi même et enfin je le distingue. Mon cœur se serre encore un peu plus, ma gorge se noue, et les larmes coulent. Aide moi …

La seconde d'après, je me réveille en sursaut, attrapant et serrant nerveusement la main de Zack que j'attrape à la volée. Mes joues sont humides, mon souffle saccadé et mon corps tremble.

-Zack c'est horrible. Zack, le bidonville. Les humains. On a été … Ils sont tous … Il faut fuir. Il faut qu'on parte d'ici.

Rejetant les draps tout en me redressant, j'étais prête à sortir du lit pour continuer de fuir. Nous n'avions pas le temps d'attendre davantage. Le temps presse et mieux valait fuir avant qu'on ne nous retrouve et qu'ils se mettent en quête d'éliminer les survivants.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un nouveau jour || Scarlett   Sam 15 Avr - 11:33

Scarlett s’agitait dans son sommeil, et  Zack n’arrivait pas à la réveiller. Il ne devait pas la brusquer et la sortir de son cauchemar doucement pour ne pas provoquer en elle encore plus de panique. Elle se tournait, se retournait dans son lit comme si elle fuyait la plus horrible des créatures. La main du musicien caressa la joua de la jeune femme qui finit par se réveiller de son tourment en sursaut, prête à bondir hors de son lit. Elle lui attrapa la main et la force qu’elle mit dans ce geste surpris Zack. Comment un corps aussi menu pouvait-il avoir autant de force ? Ses paroles étaient rapides, emplies de terreur. Son émotion trop pressante et palpable rendait la scène plus douloureuse au musicien qui posa sa main de libre sur l’épaule de la jolie fée pour la retenir. « Calme-toi Scarlett. Tu viens de faire un mauvais rêve. »

Il voulait qu’elle se recouche et qu’elle reprenne ses esprits et qu’elle se calme. Ses pensées à lui tourbillonnaient dans sa tête et les mots qu’elle venait de prononcer n’arrangeait pas son malaise et son incompréhension. « C’est le petit matin, tu es dans ta chambre et dans mon appartement. Rien ne va se passer dans le bidonville. Il n’y a aucun danger.»

Zack voulait à la fois lui donner le courage de penser à autre chose et se donner la force de ne pas faire la concordance avec son propre cauchemar. Il avait lui aussi rêvé du bidonville à feu et à sang, ces corps morts partout autour de lui, les blindés de la Milice, les cris des Soldats hurlant des ordres funestes  et sa mère dans ses bras. S’il s’écoutait, il lui aurait téléphoné. Il lui avait acheté un téléphone portable, il pouvait ainsi avoir des nouvelles de sa mère comme elle, elle lui téléphonait pour entendre la voix de son fils. Il était trop tôt et cela l’inquiéterait, mais ce n’était pas l’envie qui le tiraillait à devenir pour quelques minutes égoïste, réveiller sa mère et savoir si tout allait bien. « J’ai … J’ai fait un cauchemar aussi. D’après ce que tu me dis, il est semblable au tien. J’ai vu le bidonville, la mort, la Milice. J’entendais les tirs de chacun de ses véhicules puissants faire sauter tous les abris et les soldats tirer sur les innocents. Je sentais l’odeur des  corps brulés, du sang. Le bidonville s’était transformé en Enfer. »

La question qui s’imposait c’était de savoir s’ils étaient devenus fous tous les deux dans la même nuit. Il se passa la main sur le visage en réfléchissant à ce phénomène étrange : « On ne peut pas avoir fait le même rêve, on n’a pas pu rêver le même endroit avec le même carnage. Les possibilités sont de l’ordre de l’absurde. »

Il se tourna face au mur et appuya ses coudes sur ses cuisses, son visage entre ses mains. « La fin de mon cauchemar est surprenant. Il me laisse un goût d’inachevé. J’étais avec ma  mère … »

Zack n’avait jamais évoqué sa mère dans ses échanges avec Scarlett, non pas qu’il voulait lui cacher son existence, mais ils n’avaient fait que depuis tout ce temps que se croiser depuis qu’elle était entrée dans sa vie et les maigres échanges sous l’œil de Gabriel n’avait rien arrangé. « Ma mère vit là-bas. Elle n’a jamais voulu venir habiter avec moi. C’est pour cela que j’ai cette seconde chambre ici. J’ai fait donc tous les travaux dans son petit abri pour qu’elle soit protégée du froid et qu’elle ait tout le confort nécessaire. Dans cette vision d’horreur, elle était dans mes bras et tout n’était que terreur. Tous les accès pour sortir du bidonville étaient bloqués et il y a eu cette lueur … »

Une silhouette s’était tenue devant les survivants et elle les guidait vers des tunnels lumineux pour échapper aux massacres. C’était un homme, mais il n’avait pas vu son visage. Il avait perçu un bienêtre et une protection familière. Zack se redressa du lit encore un peu engourdi par ce cauchemar. « Soit nous sommes fous tous les deux, soit il faut trouver la réponse à ce cauchemar.  Je téléphonerai à ma mère plus tard. Viens prendre le petit déjeuner avec moi, ça nous fera du bien. Je n’ai plus envie de me recoucher. Tu as d’autres souvenirs ? Des visages que tu as reconnus ? Des noms ? »

Un bon café, des toasts, de quoi remplir l’estomac et penser correctement.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un nouveau jour || Scarlett   Dim 16 Avr - 18:00

Je mis du temps avant de comprendre les mots de Zack. Un cauchemar … Oui, il n'y avait pas d'autres mots pour qualifier ça. La respiration haletante, je me fige sur le lit … le temps de réaliser et surtout de redescendre en pression. Un cauchemar pareil … il paraissait si réaliste, affreusement réaliste que tout est encore si palpable. Mais j'ai arrêté de tirer sur la main de Zack, et me concentre sur cette main posée sur mon épaule. Lui aussi a fait un cauchemar. Je l'écoute attentivement, surprise. Surprise qu'il ait lui aussi fait un cauchemar, qu'il est aussi rêvé du bidonville à feu et à sang. Absurde peut être mais visiblement réel. Je fronce un peu les sourcils, mais ne l'interromps pas.

Il semblait également tout aussi perturbé que moi, et voir ce grand homme se recroqueviller ainsi me serra le cœur. Alors qu'il me parle de sa mère, une main légère, encore un peu tremblante, se pose dans son dos. Si moi je n'ai plus personne au bidonville, Sally et Tom étant tous les deux morts, c'est vrai que je ne m'étais jamais questionné sur les liens que Zack pouvait encore y avoir. Comme moi il a été sorti du bidonville par Gabriel, mais qu'en est-il de sa vie passée ? Il a donc encore sa mère, et je ne peux réprimer une pensée tendre en imaginant le lien que cela doit être, si cela pouvait ressembler à ce que je partageais avec Sally … Ma main, réconfortante, frotte ce large dos. Heureusement que ça n'avait été qu'un cauchemar. Malgré tout, la peur est toujours là, palpable. Après tout, nous n'étions pas à l'abri de voir ce terrible dessein se réaliser un jour.

-Je suis certaine que ta mère va bien. Si ça n'est qu'un cauchemar, alors tout doit bien aller là bas …

Mais je comptais déjà m'y déplacer en personne pour en avoir réellement le cœur net. Et puis je n'oublie pas ma dernière visite et ce que cet homme, Ethan, m'avait appris. Ce jour là, je m'étais promis d'apporter mon aide du mieux que je pouvais. Le bidonville reste ma terre de naissance, ce sont mes origines. Et je me battrais pour le préserver et le protéger.
Après que Zack se soit levé du lit, j'en fais de même. Puis, je ramène ma longue et épaisse tignasse désordonnée dans un rapide chignon au dessus de ma tête.

-Oui je … moi aussi j'ai vu cette lueur. Avec des ailes … j'ai cru un instant que c'était … qu'il était revenu. Avouais-je un peu plus bas.

Suivant Zack en dehors de la chambre, je poursuis, fouillant dans les souvenirs de ce cauchemar encore si vif …

-L'enfer … C'est bien le mot. C'était horrible. J'avais une petite fille dans les bras. Elle a été touché par une balle alors qu'elle était tout contre moi …

Tirant sur le long tee shirt du guitariste qui me servait de pyjama, je me donne une contenance pour ne pas céder de nouveau à l'angoisse.

-Il y avait une femme que j'ai déjà rencontré. Au dispensaire. Je m'étais blessée et elle m'a soigné. Entre autre …

C'est elle également qui m'avait appris pour la mort de Tom, et ainsi la cause qu'il avait rejoint. D'où son départ …

-Enfin je l'ai vu dans mon cauchemar. Elle avait un pouvoir extraordinaire … un oiseau de feu s'était élevé dans les airs alors qu'elle tentait de tous nous protéger … avant que ce portail ne s'ouvre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un nouveau jour || Scarlett   Ven 21 Avr - 18:33

Zack n’avait jamais parlé de sa mère, à Gabriel peu, aux autres membres du groupe, non. C’était ce lien qui le liait au monde des humains et les efforts de Gabriel pour le rendre Asariens aux yeux des gens ne pouvait pas être gâché par sa vraie nature. Il ne reniait rien. Il protégeait ce qu’il avait de plus cher. Son jardin secret, les bras tendres de sa mère et sa voix qu’il aimait entendre et écouter. Ce cauchemar n’avait fait que mettre en avant la réalité. Le guitariste pouvait avoir un bel appartement, un salaire confortable, un talent pour la musique, rien ne le mettrait à l’abri de la haine raciale des Asariens contre sa nature et celle de Scarlett. Avait-il eu la bonne idée de l’inviter à partager son quotidien ? La jeune femme était jeune et très jolie et elle ne passerait pas inaperçu dans cette tour. Jusqu’à quand ils pourraient vivre tranquillement ?

Une petite main dans son dos le sortit de ses pires réflexions et Zack se tourna vers Scarlett, ses yeux dans les yeux. Elle était encore marquée par le cauchemar, mais elle était forte. Sa petite silhouette fragile cachée une personnalité courageuse. C’était ce qui l’avait frappé dès qu’il l’avait vu la première fois. Il lui sourit. Un sourire sincère et inquiet, pourtant. « Je l’appellerai dans quelques heures. Il est encore trop tôt et je ne veux pas l’affoler. Ce n’est pas dans mes habitudes de lui téléphoner à cette  heure-ci. Elle se tracasserait immédiatement. »

Il l’invita à prendre le petit déjeuner. C’était le mieux à faire pour retrouver le calme et l’ordre dans toute cette situation. Elle se leva derrière lui. Elle était belle avec ses cheveux relevés en chignon. Il baissa rapidement ses yeux pour les fixer sur la porte de la chambre. Sa timidité revenait comme un cheval au galop. Mais, les paroles de Scarlett le figèrent dans son élan de sortir de la chambre. Elle aussi … elle avait ressenti. « Des ailes … je les ai vues aussi … Et la lueur autour de cette silhouette floue, j’essayais de plisser les yeux pour découvrir le visage de cette personne. Tu as perçu toi aussi l’aura d’un Être qu’on a en commun. Mais c’est impossible que ça soit … Lui. »

Comme la notion de rêver le même cauchemar était aussi incroyable. A partir de ce fait, tout pouvait être réalisable. Pourquoi Gabriel se serait-il retrouver dans leurs visions alors qu’ils n’avaient plus aucune nouvelle de lui ? Zack rejoignit la cuisine le premier. Il avait besoin de s’occuper les mains. La guitare et la musique étaient le meilleur des remèdes qu’il connaissait et s’il avait fait de sa chambre, une pièce insonorisée, il ne voulait pas s’enfermer en laissant seule sa jeune amie. Il ne lui avait pas demandé ce qu’elle désirait manger. Il actionna une dosette dans la cafetière et coupa des tranches de brioches. Le musicien leva son regard sur la silhouette gracieuse qui venait de le retrouver. Il faillit se couper le doigt à trop la détailler dans son long tee-shirt. Scarlett lui racontait ce qu’elle avait vu : elle était accompagnée d’une petite fille qui avait été blessée et elle parlait d’une femme sans doute médecin et qu’elle avait revue dans ses flashs.  Zack fronça les sourcils et plaça la corbeille avec les ranches de brioche sur la table. « Cette femme que tu as rencontré en réalité, se trouvait aussi dans ton cauchemar et elle possède des pouvoirs…  »

Son café était prêt. La cafetière venait d’émettre un petit son. « Laisse-moi réfléchir … Les Asariens qui protègent les humains, qui leur viennent en aide ça ne court pas les rues. C’est une … Pacificatrice. Leur légende dit qu’ils vivent parmi la société, qu’ils se fondent dans la masse, qu’ils vivent avec nous, l’union des deux races. C’est très utopique … »

Zack avait entendu de nombreuses histoires sur les Pacificateurs, mais elles ne retenaient pas son attention, pas comme celles qui relataient les coups de brio des rebelles. « Tu veux du café ? Un chocolat ? »

Il disposa le beurre, le sucre et la confiture sur la table. « C’était quoi, à ton avis, cet oiseau de feu ? Ça serait cette femme qui aurait appelé avec son oiseau de feu celui avec des ailes ?  Je n’ai vu que des hommes et des femmes armés qui s’opposaient aux Miliciens. C’était des rebelles, je suppose.  Je les entendais hurler de mettre tout le monde à l’abri. Je les ai suivis un moment avec ma mère dans les bras. »

Toutes ces informations qu’ils essayaient de mettre en commun pour tenter d’y voir plus clair, tout ceci ne faisait que perturber un peu plus les pensées de Zack. «Est-ce une manipulation du gouvernement pour nous faire peur ? Nous rendre plus dociles …»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un nouveau jour || Scarlett   Sam 29 Avr - 16:48

Si tout ceci n'était qu'un horrible cauchemar, il était tout à fait possible que Gabriel me soit apparu. Après tout, le pays des songes est le terrain de jeu favoris de l'inconscient. Par le biais de représentations diverses il s'exprime, il nous montre nos peurs, nos désirs … Souvent, il nous murmure tout bas ce qu'on ose pas forcément dire, ou penser. Mais peut-on partager le même rêve avec quelqu'un, je veux dire … de manière inconsciente ? Après tout, tout ça ne se joue que dans nos têtes. Mais ce rêve ci traduit des craintes que lui comme moi avons, celle de voir notre terre de naissance réduite à néant. La peur saisissante de savoir notre race menacée … et tous les deux nous portons le deuil de cet homme qui nous a sauvé et qui, dans ce cauchemar, apparaissait à nouveau comme notre sauveur. Alors pourquoi pas ? Quand deux personnes sont liées par leur passé, par leurs peurs, pourquoi ne pourraient-elles pas rêver des mêmes choses. Tout en observant Zack préparer le petit déjeuner, je tentais de raisonner sur ce sujet qui n'avait pas vraiment de lien avec la raison, ou une raison inconsciente … C'était un coup à ce faire des nœuds au cerveau cette histoire.

Quand il parle des pacificateurs, j'ouvre un peu plus les yeux. Alors il en avait entendu parler lui aussi … A ma différence, il en parlait comme d'une utopie. Moi je l'avais vu de mes propres yeux, au dispensaire, incarné sous les traits du docteur Saria justement, cette même femme qui était apparue dans mon rêve. J'aurai pu lui dire, j'aurai pu lui dire qu'ils existaient réellement. Mais les mots du docteur me reviennent. Elle m'avait demandé de ne jamais parler des pacificateurs, que c'était un secret. Je reste donc silencieuse sur ce sujet. Peut être y croit-il, peut-être en connait-il. Mais je n'allais pas prendre le risque de mettre l'un d'eux en péril en brisant ce secret.

-Je veux bien du café, s'il te plait

Approchant de la table, je m'installe sur une des chaises, ramenant mes jambes contre moi, jouant avec une mèche rebelle qui s'était échappé de mon chignon.

-C'était son pouvoir … dans mon rêve. C'est elle qui a fait apparaître cet oiseau pour nous protéger. Si c'est grâce à ça que Gab … que l'homme ailé est apparu, je n'en sais rien. Je ne pense pas. C'était comme si personne ne s'était attendu à son apparition.

Je m'étais reprise en cours de route. Pourquoi appeler cet ange Gabriel alors que ni lui ni moi n'avions pu l'identifier réellement ?
De ma chaise, j'observe Zack s'affairer, et se torturer l'esprit avec toutes ces questions. Je tentais de faire le point parmi tous ces questionnements, d'y répondre. Mais tout ça paraissait si étrange de lancer toutes ces suppositions sur ce qui ne doit être qu'un rêve. A partir comme ça, c'est lui qui allait se faire des nœuds au cerveau, et à part lui apporter un mal de tête, je ne pense pas que ça servira à grand chose, malheureusement. Doucement alors, je me relève de ma chaise et approche au moment où le café venait de terminer de couler. Posant ma main sur la sienne, je récupère la tasse, le gratifiant d'un regard doux.

-On va devenir parano si on se met à penser ça. Alors … même si on doit rester vigilant, et que le bidonville a besoin d'aide, ne pensons pas au pire. Et … de mon côté, ils pourront bien faire ce qu'ils veulent, jamais je ne me plierai à leur volonté. Même si c'est un coup des Asariens, qu'ils veulent nous faire peur … je céderai pas à la panique. Je ne suis pas une rebelle, je n'ai absolument pas les aptitudes pour me battre … physiquement parlant. Mais je lâcherai pas … car je sais que je ne suis pas seule. C'est ce que ce rêve nous a montré aussi … non ?

Je ne suis pas la plus courageuse des humaines, j'angoisse facilement dès que je me retrouve seule … mais depuis que je suis née, depuis que mon destin m'a sorti de cette poubelle, je suis animée par cette rage de vivre que personne ne m'enlèvera. Tant que je serais entourée, alors je sais que rien ne m'arrêtera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un nouveau jour || Scarlett   Mar 2 Mai - 18:59

Le café venait de terminer de couler et le musicien s’était détourné de sa jeune amie pour récupérer la tasse. Dans un même geste, elle le devança sans qu’il ne l’ait entendu approcher de lui. Sa main douce et plus petite que la sienne caressa la sienne, plus grande, plus rude, plus calleuse. Un instant, il admira cette scène, de leurs peaux qui se touchaient. Il se racla la gorge et recula pour la laisser prendre la tasse et surtout ne pas se bruler avec. La présence de Scarlett le rendait à la fort et totalement stupide avec ses réactions de grand gamin timide devant la Beauté qui l’écoutait et qui allait partager son petit déjeuner. Il remit une dosette dans la cafetière pour faire couler son café. Il en avait grandement besoin. Il passa sa main dans sa tignasse mal coiffée tout en écoutant les explications de la jeune femme à propos de ce mirage qu’ils avaient vu et partagé tous les deux. Tandis qu’elle s’installait à la table, Zack s’appuya contre le plan de travail. Elle venait de lui raconter qu’elle avait vu dans son cauchemar une femme puissante qui pouvait créer un oiseau de feu. Seuls les Asariens possédaient des pouvoirs extraordinaires pour pouvoir provoquer ce genre de phénomènes. Et si elle aidait les humains, le cerveau de guitariste n’avait pas eu trop besoin de faire le lien avec ce groupe : les Pacificateurs.

Gabriel revenait toujours dans leur conversation. Zack ne pouvait pas faire semblant de nier que cette silhouette drapée d’ailes qu’il avait vu lui aussi dans ce cauchemar avait des contours très familiers. Tous les deux s’inquiétaient différemment pour celui qui leur avait tendu la main et qui les avait sortis de la misère. Tous les deux possédaient un lien singulier avec Gabriel Laymann. Le jeune homme du bidonville n’oublierait pas de quelle façon il l’avait  aidé. Ce qu’il reprochait au chanteur du groupe, c’était un comportement de plus en plus dérangeant et étrange qu’il avait, ce changement qui s’opérait en lui dès qu’il se retrouvait avec d’autres Asariens. Zack avait tout bien observé ce grand manège à l’after du concert et même avant, durant tous ces jours de préparation. Il ne savait rien sur Gabriel. Il ne lui avait jamais posé de questions. Qui était cet homme qui pouvait changer d’apparence, redevenir pour quelques minutes, plus jeune ? « Gabriel nous enverrait-il un message ? Scarlett, il a toujours fait en sorte de cacher ma nature humaine grâce à son pouvoir. Je ne sais pas comment cela fonctionne. Si un seul contact suffit pour que son pouvoir agisse sur moi en continuité ou si c’est autre chose … Je ne m’étais jamais posé la question jusqu’à maintenant.  Les Asariens que je croise dans la rue me voient comme un des leurs. C’est pour cela que j’habite ici. J’ai choisi une tour résidentielle la plus simple et vivre au milieu des Asariens, c’est aussi éviter leurs soupçons. »

Sa tasse de café était prête et il rejoignit Scarlett à la table. « Je n’ai jamais vu l’utilité, ni je n’ai osé lui demander comment son pouvoir agissait sur moi. C’était déjà un rêve, une chance irréelle de me sentir protégé et de pouvoir exercer ma passion. Si son pouvoir agit sur moi non pas par simple contact, mais sur un périmètre donné … Cela voudrait dire … que Gabriel n’a jamais disparu et qu’il est là quelque part … »

C’était encore pire que de n’avoir aucune nouvelle de lui. « Pourquoi … Alors pourquoi ! Disparaitre et nous laisser avec toutes ces interrogations et cette inquiétude ?!!  Il n’est pas très causant sur lui sauf quand il s’agit de musique, de répétitions au studio. C’est comme s’il n’avait pas d’existence avant le groupe … »

Zack mettait enfin des mots sur toutes ses pensées qui se bousculaient en lui depuis que Gabriel avait eu la bonne idée de les laisser sans nouvelles. Il gratta sa barbe naissante et avala une gorgée de son café encore chaud. « Le bidonville ravagé … Les Nôtres blessés et morts. Il y avait des hommes et des femmes armés qui se battaient contre la Milice et ses soldats. Ils mettaient à l’abri toute cette population désemparée. Je n’ai pas vu de pouvoirs, j’ai vu la hargne et le courage. La Rébellion ? … »

Chacun avait rêvé d’une cause différente. Zack se sentait plus près de la rébellion et pourtant c’était très illogique dans sa tête : c’était un Asarien qui l’avait sorti de la pauvreté et qui continuait à le protéger. « Il ne t’est jamais arrivé de penser à rejoindre un groupe ? Avoir envie de faire bouger les choses ? De ne plus rester sagement passive et d’avancer ? Je vis au milieu des Asariens. Gabriel est un homme que j’ai toujours admiré. Mais, je ne suis pas à ma place … Il me manque quelque chose … »




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un nouveau jour || Scarlett   Ven 19 Mai - 17:46

Si son pouvoir agit sur moi non pas par simple contact, mais sur un périmètre donné … Cela voudrait dire … que Gabriel n’a jamais disparu et qu’il est là quelque part …
Les mots de Zack résonnent dans mon esprit et ma gorge se serre à nouveau. Ca n’est pas possible. Non, je n’y crois pas. Je ne veux croire qu’en une seule version, celle donnée par Miss Warner. Gabriel Laymann s’est fait « aspirer » par son pouvoir, dépassé par sa force. Alors peut être qu’effectivement son pouvoir peut continuer d’agir en la faveur de Zack, mais pas parce que le chanteur est toujours là. Il n’est pas réellement « là », il est ailleurs, perdu dans une de ses dimensions par lesquelles il passe lorsqu’il se dématérialise d’un endroit et se rematérialise à un autre. Mais il n’est pas là. Je ne peux pas laisser Zack penser des choses pareilles. Sourcils froncés sous l’incrédulité je réplique donc, vissée sur ma chaise, secouant la tête de gauche à droite.

- Il ne nous aurait pas laissé sans nouvelles, ni sans nous apporter d’explications … Il n’est pas comme ça.

Employer le passé pour parler de lui me semble encore trop douloureux.
Non, Gabriel n’est pas très bavard concernant sa vie plus … personnelle, mais vivre avec lui chaque jour durant m’a permis d’en découvrir un peu plus sur l’homme sous son chapeau … ses cicatrices et quelques brides de son passé. C’est comme ça que j’ai pu envisager qu’il ait eu une vie avant tout ça, une vie qui comprend une fille … et donc certainement une femme j’imagine. A vivre aussi longtemps, je me dis que de toute manière les Asariens ne peuvent pas avoir qu’une seule vie …
Imitant Zack, je bois quelques gorgées tout en l’écoutant, du bout des lèvres pour ne pas risquer de me brûler. Il me parle de rébellion, de désir de faire bouger les choses, d’être actif … de manque. Déposant précautionneusement ma tasse sur la table, je l’observe un instant en silence. De larges épaules, un regard droit … J’ai vu Zack timide, passionné, révolté … et aujourd’hui, ce matin, je vois Zack pleins de principes, prêt à se battre, à défendre la cause qui lui tient à cœur. Je le trouve touchant, et ne peux retenir un léger sourire en baissant les yeux sur ma tasse.

- Je ne pense pas être faite pour faire partie d’un groupe. Je veux dire … tout ce dont on entend parler, bien sûr ça me fait réfléchir. Moi aussi j’ai envie de me battre, de faire quelque chose pour que les choses bougent.

Léger haussement d’épaule, mon sourire s’affadit et mes doigts se resserrent autour de la tasse de café fumant.

- Mais je ne vais pas attendre de faire partie d’un groupe en particulier pour agir. J’ai rencontré des gens, chacun de groupes différents, servant certainement des causes différentes même si à terme c’est pour les mêmes intérêts … mais je ne vais pas m’identifier à l’un d’eux. Je … je ne sais pas vraiment où me placer encore. Tout est flou, tout est embrouillé.

Je me tasse un peu sur ma chaise, ramenant mes jambes contre ma poitrine … et le regard toujours bas. Me voilà encore une fois ramené à ma jeunesse et … mon immaturité. J’ai à peine dix huit ans. Jusqu’ici je n’avais connu que le bidonville et ne voyait le monde qu’à travers les yeux de ce tas de taule qui nous servait d’abris, de la poussière qui encombrait mes poumons et des clients qui n’avaient aucun scrupule à s’envoyer une enfant en échange de quelques billets … Puis j’ai découvert Asaria, au travers d’autres yeux … Contradictoires.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un nouveau jour || Scarlett   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nouveau jour || Scarlett
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demain sera toujours un autre jour.
» Un nouveau jour, un nouveau venu
» Mon insomnie cesse à l'aurore [Livre I - Terminé]
» Un nouveau jour se lève. [~ Lawla]
» Un nouveau lieu pour un nouveau jour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of A :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: