(Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Mar 28 Fév - 14:09

HRP:
 



Si vis pacem, para bellum

Appartement de Tomas Van Brënner, 19h
Tomas était allongé sur son lit, incapable de trouver le sommeil malgré plusieurs nuits blanches qui l'avaient conduit à se coucher très tôt ce soir. Il ne dormait guère depuis quelques mois et c'était encore plus vrai depuis qu'il avait identifié l'ennemi principal d'Asaria. Bien qu'il soit le seul à en connaître l'histoire entière et n'aie jamais ainsi appelé ce personnage devant aucun témoin, il n'en demeurait pas moins que Gabriel Nicholson, quelque soit le nom derrière lequel il s'abritait, était devenu l'ennemi secret numéro 1 d'Asaria à ses yeux. Un ennemi qui serait difficile à circonvenir puisque devant être capturé vivant. Alianka ignorait ce que Tomas avait appris au sujet de son fils. Il avait préféré ne pas le lui révéler tant elle était déjà fragilisée par la réapparition de son enfant alors qu'elle le pensait mort depuis plus de dix ans. Tomas avait assisté à l'expression de la tourmente qui dévorait la femme qu'il aimait. Il avait évité le pire pour eux et tous les occupants de la Tour gouvernementale. Depuis, il ne regardait plus Aly de la même façon. Elle était matricide certes, mais s'était révélée faillible, vulnérable, démunie. Cette femme qu'il avait aimée dans l'ascendance du pouvoir, dans la réussite et la fierté, il lui avait été naturel de l'aimer tout autant dans la défaillance, la fragilité et l'horreur. Elle avait besoin de lui, plus que jamais et il ne faillirait pas malgré tout ce que cela  impliquait de sacrifices et de renoncements. Tomas avait conscience d'être au bord d'un gouffre béant. Son esprit vacillait comme attiré par une autre forme de folie que celle qui avait investi sa maitresse depuis bien longtemps. Tomas était prêt à tout pour empêcher Asaria de tomber en d'autres mains que les leurs. Il avait un moment rêvé de tout quitter et d'entrainer Alianka avec lui, de ne vivre qu'avec elle et pour elle. Mais le retour du Fils Maudit avait anéanti l'improbable espoir qu'elle puisse envisager cette retraite. Son enfant de retour, jamais elle ne quitterait la Cité et il se devait donc de protéger Asaria. Tomas avait toujours passé après Asaria dans le cœur de la Grande Conseillère et maintenant il avait cruellement conscience d'avoir un autre concurrent qu'il ne pourrait jamais écarter comme il l'avait fait avec l'oncle, Gregory Nicholson. Tuer Gabriel, en admettant que ce fût possible, ferait sombrer celle qu'il aimait dans la démence totale. Il n'avait d'autre choix que de le capturer, de mettre cet être déviant en cage afin de tenter de le rééduquer.

Là aussi, Alianka ne savait pas tout de l'arsenal que Tomas avait développé en collaboration avec Wright et à partir des travaux de ce Williams qui était surveillé depuis très longtemps par ses services. Déjà simple étudiant, ce dernier développait des thèses révolutionnaires combinant la génétique et la micro mécanique, ce qui n'avait pas manqué d'attirer l'attention de Grégory Nicholson, Ministre de la Recherche et rival du Lion de Feu. Tomas, féru de mécanique en tout genre et bien conscient que la  suprématie asarienne se jouait sur le plan génétique avait suivi de très près les travaux de recherche de ce jeune prodigue et s'il l'avait laissé, une fois diplômé, se faire embaucher par son adversaire politique, il n'en avait pas moins continué à le surveiller de différentes façons. Le moment venu, lorsque les travaux eurent abouti, Tomas fit main basse sur les applications et les fit retravailler par Wright qui en avait fait des merveilles, sans doute inspiré par ses propres travaux. Fusionner les fonctionnalités de l'implant Mara et des bio-nanites reprogrammatrices permettait à un sujet de s'auto reprogrammer génétiquement pour répondre aux ordres donnés par l'implant. Ainsi on pouvait demander au sujet de "s'auto préparer génétiquement" à exécuter n'importe quel ordre. C'était brillant, imparable, révolutionnaire. Les tests sur des cobayes humains avaient été prometteurs.


Cette avancée technologique avait été possible grâce à tous ces agents et espions dont Tomas savait s'entourer. Sa seule erreur de jugement fut de recruter un génie de l'informatique bien trop brillant pour être honnête. Il s'agissait pour lui d'introduire un hacker de haut vol dans le fief de Nicholson et d'infiltrer O.C.C.R.S.E.A. l'ordinateur le plus puissant que se vantait de posséder le Ministre de la Recherche, pour provoquer Wright notamment. Un certain Airas s'était présenté à lui à point nommé. Tomas avait bel et bien été mystifié par ce diable. La seule chose qui le consolait était de savoir qu'il l'avait été par un être portant en lui les gènes de deux personnes qu'il vénérait. Alianka, l'incarnation faite femme de la Cité d'Asaria, et Ahmad Saria, le Père de tous les Asariens. Tomas en était presque à s'émerveiller en imaginant l'étendue des pouvoirs qu'un tel être avait pu développer lorsqu' Alianka l'avait mis en garde contre cette puissance qu'elle avait sans doute ressentie comme seule une mère le peut. Lui, voyait son ennemi comme une arme mirifique qui, bien utilisée, pourrait donner à Asaria ce qui lui manquait pour amorcer une expansion dont il rêvait. Il devait absolument capturer Gabriel et le soumettre à sa vision du Grand Asaria. Ensemble, ils déposeraient le monde aux pieds d'Alianka.

Mais pour avoir le champ libre et accomplir ce grand projet, celui de sa vie, celui qui le révélerait aux yeux de tous les Asariens et de la postérité comme un visionnaire, comme le fondateur d'une nouvelle civilisation, Tomas devait avant tout faire le ménage. Tâche qui aurait pu paraître ingrate à bien des hommes mais était pour lui jubilatoire. La pensée de ces vermines rampant dans la boue, le sang et le feu le réjouissait. Il n'aimait pas détruire, anéantir. Tomas était un bâtisseur, un concepteur en mécanique. Il n'aimait pas le chaos qu'engendre la guerre. Mais il était impatient de nettoyer Asaria de ces parasites que sont les humains. Pour y parvenir il fallait se résoudre à détruire, à raser le bidonville et les vestiges souterrains de la première implantation d'Asaria. Il y aurait probablement des dégâts collatéraux dans les autres Dômes, les terroristes n'ayant de cesse de se venger tant qu'il en subsisterait. Le Général était prêt depuis longtemps à cette échéance et avec lui le fleuron de l'Armée qu'il avait patiemment constituée et formée et dont Alianka même ignorait la puissance réelle. La première bataille qu'elle livrerait serait d'éradiquer les Humains et les Insoumis du Dômes Humain et des galeries de l'ancien métro. Tout était en place et il avait trouvé en Huyana un second des plus zélés et loyaux. Toutes les Milices avaient reçu leurs instructions et étaient prêtes à coordonner leurs actions le moment venu.

Les bras croisés sous sa tête, Tomas fixait sur le plafond de sa chambre les ombres dessinées par les différents éclairages nocturnes du Centre Ville. Il avait cette Cité dans la peau, tout comme sa Fondatrice. Un amour qui pouvait s'apparenter à une damnation sur bien des plans mais dont la perte lui rendrait la vie tout simplement vide de sens. Il se remémorait la première rencontre entre Aly et lui. Elle était déjà la Panthère de Glace forte et redoutable, sûre de son ascendant sur toute cette cour empressée d'hommes, terriblement séduisante et absolument inaccessible. Tomas avait joué la carte du professionnalisme et de la rigueur. Impeccable dans ses costumes, mesuré et réfléchi, doué d'une capacité d'analyse terriblement efficace et prompt à faire émerger une solution globale à des problèmes complexes, là où d'autres se perdaient en détails et ne proposaient que des mesures fractionnées. Il resta absolument secret sur sa vie privée pourtant très active et discret dans les réunions, n'intervenant que lorsqu'il avait une proposition concrète et pertinente à amener. Il ne se permettait jamais de critiquer directement une proposition émise par un autre conseiller préférant invalider celle-ci en proposant lui même une meilleurs solution. Petit à petit, il devint indispensable  à la commission chargé de la Sécurité. Le poste de Ministre fut créé et il l'endossa sous les regards peu amènes de la majorité des Conseillers qui voyaient d'un mauvais œil ce "jeune" ancien accéder à un poste aussi stratégique avec une telle rapidité.  De ce jour son comportement changea envers ses pairs et la Grande Conseillère. Plus offensif, plus arrogant, plus inflexible. Le discret ingénieur se mua également en homme de terrain qui aimait à expérimenter lui-même les jouets que les industries de l'armement concevaient pour "sa Milice". Il n'était pas rare que le costume impeccable cède le pas à l'uniforme immaculé. Tomas le portait majestueusement, s'attirant encore davantage la convoitise des femmes. Son tempérament s'affirma au fil des années et nul ne pourrait dire comment lui vint ce surnom. Le Lion de Feu. Sans doute un mélange de sa pyrokinésie et de ses colères mémorables qui faisaient trembler les murs de la salle de réunion. D'autres, ses opposants, affirmaient que cela lui venait de l'abominable massacre perpétré contre l’orphelinat dont les décombres avaient été incendiés sur ses ordres. Il fut pourtant nommé Général quelques temps après suite à d'autres faits d'armes à la tête de ses pelotons de la Mort. Cette facette prédatrice rapprocha le Général et la Grande Conseillère qui trouvait enfin un bras armé à la hauteur pour mettre en œuvre de manière efficace sa politique répressive envers la caste inférieure. Les décisions fixant le sort de plusieurs vies étaient souvent prise d'un simple regard entre les deux. Une association mortelle qui faisait froid dans le dos de quelques conseillers qui furent vite évincés. Il n'était pas rare que d'autres genres de regards soient échangés ou de petits sourires provocateurs, quelque traits d'humour dont eux seuls avaient le secret. Le début d'une révélation ... Tomas avait compris bien avant elle ce qu'il ressentait. Il avait accepté et même secrètement chéri ce sentiment aliénant. Et c'était encore le cas aujourd'hui, plus que jamais.

Son bip d'alerte le tira de son introspection nostalgique. Il repoussa le drap et se leva promptement pour enfiler son uniforme soigneusement posé sur une chaise. Passant la main dans ses cheveux, il empoigna le téléphone de service et appela la Base.

- Van Brënner. On a un code rouge !

- Mes respects mon Général, oui les balises d'alerte de la Mère se sont activées. Il y a des mouvements inhabituels dans les souterrains. Comme vous les aviez programmées, les filles sont toutes passées en mode veille et ont attendu que l'ensemble des cibles soient dans leur rayon d'action pour entrer en activation.

Une lueur s'alluma au fond du regard clair du Lion.

-   Donnez moi les coordonnées GPS du point de contact. Nombre de cibles ?

-  Latitude : 64°46.2′ Sud Longitude : 64°3′ Ouest, mon Général. Un petit millier, 987 exactement mais un rapport des gynoïdes 356 et 423 indique que deux cibles sont à terre suite à l'intervention d'un WOLF HUNTER traqueur.


Un sourire carnassier étira les lèvres du Général à l'évocation de ses créations.


-  Toujours aussi redoutables ces WH ... quand on pense qu'ils ont plus de soixante ans ... C'est inusité autant d'activité dans les souterrains ! Que font ces 987 personnes ? Nature de ces cibles ?


- Nous avons des captures vidéos. Elles marchent... Elles se dirigent vers les terres sauvages... Selon nos scanners, il y a des Humains et des Asariens Mon Général.

Tomas sentait monter l'adrénaline.

- Le Commandant Huyana est-il arrivé ?


- Il est en chemin mon Général ! Les pelotons 8, 21 et 37 sont en état d'alerte et n'attendent que vos ordres.


- Dearden, Marden et Sheppard ?

- Dearden et Marden sont à la tête des 8 et 21. Sheppard est en permission aujourd'hui mon Général. Enfin ... officiellement. C'est le Commandant qui l'a détachée. Vous aviez donné carte blanche ...

- Effectivement. Je verrais cela avec lui. Préparez-moi la valise de programmation des WH. Je ne voudrais pas qu'ils exterminent tout avant qu'on ait eu le temps de s'amuser un peu. Je vais les reprogrammer. Ils sont censés empêcher l'intrusion de bêtes sauvages dans nos sous sols, pas tuer nos petits jouets. Très étonnant d'ailleurs, qu'ils se soient activés contre des cibles humanoïdes.

- Apparemment les gynoïdes sont entrées dans leur programme et les ont activés.

- Ahh oui ? Elles m'étonneront toujours par leur capacité d'initiative. Il faut qu'on aille voir ça de plus près. J'arrive dans hmm environ 10 minutes la circulation doit être fluide à cette heure-là. Le peuple mange !


Dernière édition par Tomas Van Brenner le Sam 15 Avr - 19:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Mer 1 Mar - 18:41

- Commandant Huyana, nous avons un code rouge dans les souterrains ! Vous êtes invités à rejoindre le QG au plus vite !

Ce fut de cette manière-là, très énergique que le PDG et ministre Elijah Huyana avait reçu le coup de téléphone de l’officier l’alertant sur la mise en réveil des balises de la fameuse Mère des Gynoïdes et de ses Filles, grande œuvre et enfants du Général Van Brënner dont il était fier. Il en avait mesuré cette facette de son Supérieur durant la réunion où il lui avait dévoilé ses trésors qu’il réservait pour protéger la cité. Depuis ces derniers jours, Elijah n’arpentait plus les couloirs de sa société et ceux de la tour gouvernementale qu’en tenue de Milicien. Il était prêt à se salir les mains pour protéger Asaria. Tout le monde sur son chemin se retournait sur la haute corpulence de l’Amérindien et la froideur de son regard, sur le bruit des pas de ses rangers qui accompagnait son imposante silhouette. S’il n’avait pas encore mis la main sur celui qui avait discrédité Aquanet et mise à mal sa fierté, il allait se défouler sur la vermine qui souillait les entrailles d’Asaria. Une chasse à l’homme, une partie de lancer de pigeons avec pour cible tous ces dissidents, ces miséreux qu’il fallait éliminer définitivement de la surface de la belle Asaria ! Une purge radicale. Une purification saine.

Le trajet jusqu’au dôme de la division humaine et devant le prestigieux bâtiment de la Milice fut très rapide. Il s’était lui-même défoulé sur la vitesse sans avoir besoin de demander à son chauffeur de mettre le pied au plancher. A l’intérieur des murs, l’effervescence était à son paroxysme. Les Miliciens courraient de tous les côtés. Une petite alarme sonnait continuellement pour bien préciser l’état d’urgence de la situation. Elijah salua quelques officiers et se dégagea de toutes conversations inutiles pour atteindre le poste de contrôle à pas pressés. Dans cette salle munie d’écrans géants et d’ordinateurs, les soldats étaient concentrés sur les protocoles à tenir.

- Mes respects, Commandant Huyana ! Le Général Van Brënner ne va pas tarder à nous rejoindre !

– Officier ! Parfait, je veux un topo sur la situation, Capitaine !

Il se pencha à côté de l’officier, le bras posé sur le haut du fauteuil et observa les différents alignements que l’écran de l’ordinateur leur montrait.

- Commandant, Les Gynoïdes sont entrées en activation. Leurs emplacements sont situés ici, sur cette carte, ce sont les petites lumières qui clignotent.

- Qu’est ce qui a déclenché leur mise en activité ?

- Du mouvement. Beaucoup de mouvements, Commandant. 987 cibles qui se déplacent vers les terres sauvages en empruntant les souterrains.

-987 cibles !!! D’où est-ce qu’ils sortent, tous ainsi ?

- Aucune idée mon Commandant, mais deux cibles ont été abattus par nos Wolf Hunter il y a peu de temps.

- Ce qui veut dire que l’attroupement des cibles vient de se rendre compte qu’ils ne sont plus seuls. Ce n’est pas plus mal. La peur terrorise et fragilise. Les rats sont piégés ! Qu’avez-vous d’autres à  me dire ?

- On a des  captures de vidéos, mon Commandant. Je vais vous montrer.

L’officier cliqua avec sa souris sur un dossier et Elijah suivit avec attention les différentes vidéos qui se déroulaient sous ses yeux.

- Beaucoup d’enfants et de femmes. Un exode ?

- Nous avons analysé ces cibles : ce sont des Humains … et des Asariens …

L’Ancien serra fort le poing. Sa fille était peut-être parmi eux, parmi ces individus. Il n’aurait aucune peine, aucun remord de la voir crier de douleur ni de la voir le supplier de l’épargner.

- Où sont les autres ? Où est l’Escadron d’Élite ?  Que sait-on sur les WOLFS HUNTERS ?

- Dearden et Marden sont à la tête des pelotons 8 et 21. Ils sont en état d'alerte et attendent les prochains ordres ! Le Général ne va plus tarder non plus. Il a demandé à ce qu’on lui prépare la valise de reprogrammation des WH pour éviter le pire avant de vous dégourdir les jambes.

Un sourire carnassier flotta sur les lèvres du Commandant.

- Il a raison! Allons-nous amuser un peu et faire chanter ces rats dans un chant violent. C’est la plus belle musique à mon oreille officier.


Dernière édition par Elijah Huyana le Lun 13 Mar - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Ven 3 Mar - 16:47




QG de la Milice, 19h 15
Le QG était en effervescence à tous les niveaux même aux niveaux inférieurs qui servaient de parkings aux véhicules privés comme à ceux du contingent. Tomas gara sa VB 8 Panther, ainsi baptisée en l'honneur d'Alianka, à la place qui lui était réservée. Il constata avec plaisir que le bolide d' Huyana était déjà là. Comme lui, il avait préféré venir par ses propres moyens. Habituellement, une Ordonnance était dépêchée pour aller chercher les gradés avec le véhicule blindé de fonction. Mais les deux fauves étaient bien trop pressés d'en découdre avec les parasites qui infestaient leur Cité et n'avaient pas eu la patience d'attendre la voiture officielle. Il monta au sous-sol -4, dévolu au stationnement des blindés. Il y trouva Marden en plein débriefing avec le 21ième d'infanterie.

- Lieutenant Capello, montez moi le train hydromobile sur ce VBL. On peut avoir à intervenir en milieu aquatique!  Costers, équipez le canon longue portée de ce char d'une chambre pour missiles à combustion. C'est toujours utile pour faire des brochettes et ça n'endommagera pas les unités d'intervention cyborg. Waters, rapport sur armurerie ?

- Toutes les armes sont en parfait état de fonctionnement. On les chouchoute depuis des mois mon Capitaine. Voici le compte rendu d'affectations des armes et des munitions. Ohh mes respects mon Général !
Acheva le Lieutenant en se mettant au garde à vous en même temps que Marden qui ordonna.

- 21ième d'infanterie ! Rassemblement ! Garde à vous !

En l'espace de quelques secondes les soldats avaient lâché leurs outils, leurs occupations pour s'aligner en rangs impeccables saluant leur Général. Tomas arrivait par derrière et en silence comme à son habitude et constatait avec satisfaction qu'un excellent état d'esprit caractérisait le Capitaine Marden qu'il avait lui-même recruté. Un homme qui savait galvaniser les soldats et ne s'embarrassait d'aucun état d'âmes, mais qui surtout ne transgressait jamais les ordres de ses supérieurs, dont chaque initiative entrait toujours dans le cadre de la mission. Très différent de Dearden qui était un chien fou d'une efficacité néanmoins chirurgicale mais parfois difficile à canaliser. Les deux se complèteraient à merveille.

- Permettez ! Capitaine Marden ! Repos !
dit Tomas en interceptant la feuille que le lieutenant tendait à son supérieur direct. Humm, ajoutez des baïonnettes aux fusils d'assaut, ainsi que des couteaux de combat. On va aller au contact direct. Ça dégourdira nos gars ! Et ajoutez dix jeux de chargeurs supplémentaires aux mitrailleuses lourdes. Ça va sortir de tous les côtés quand on les aura en tenaille. Il ne faudrait pas venir à manquer de munitions quand on va tirer ces rats.

Le Lion jeta un long regard circulaire aux véhicules en préparation et hocha la tête.

- Préparez aussi des véhicules légers, des jeeps double pont pour traquer ceux qui auraient réussi à se glisser entre les balles. Le terrain devient très vite montagneux dans ce coin des Terres Sauvages et c'est vers l'est qu'ils tenteront de nous filer entre les pattes. Montez des mitrailleuses légères et surtout des canons napalm dessus. Je ne vais pas faillir à ma réputation. Il y aura un barbecue outdoor aussi !

L’œil aiguisé du stratège  et homme de terrain faisait son office, ne laissant rien au hasard, en combattant aguerri aux guérillas urbaines aussi bien qu'aux traques de pleine nature. Le bourreau côtoyait l'homme soucieux du bien être de ses troupes.

- Finissez les préparatifs avec votre bataillon et faites leur revêtir leur tenue d'hiver Capitaine, il fera froid cette nuit. Puis envoyez vos hommes au Mess prendre une légère collation, une ration d'alcool raisonnable et rejoignez-moi au bureau d’État-major pour recevoir votre ordre de mission. Il faut s'attendre à de la résistance. Il n'y aura pas que des civils dans ces galeries. Et les Insoumis ne sont pas des gamins qui se battent à coups d'idées ou de livres. Sachez, soldats que cela n'aura rien à voir avec la guerre du Bidonville et l’assaut de l’orphelinat, que vous soyez des anciens qui étaient à mes cotés ce jour-là ou des bleus qui ont entendu parler de ce jour de gloire. Je compte sur la mobilisation de chacun. Asaria aura les yeux fixés sur vous. Vos enfants comptent sur vous, honorez-les et honorez Asaria ! Repos Soldats !


Tomas s'éloigna d'un pas rapide pour se diriger vers l'escalier menant au niveau -3. Il n'empruntait jamais l’ascenseur que dans la tour Gouvernementale. Au QG, il était un soldat et ne renonçait à aucune occasion de faire de l'exercice.  Au niveau supérieur, l'ambiance était toute autre. Dearden avait étalé une carte d’État-major sur le capot d'une jeep et discutait avec deux de ses lieutenants tandis que la soldatesque équipait leurs tenues en mode infra-rouge.

- On pourrait s'introduire par ces galeries perpendiculaires à la leur à ces jonctions là P3 D5 et E7. On leur tomberait dessus avant qu'ils mettent le nez dehors. Toi Randal tu pourrais prendre la moitié du peloton et te placer dans les points stratégiques débouchant sur le Bidonville. Ainsi on sécuriserait l'action des robots et des Wolf Hunter.


- Garde à vous Soldats !


Les trois officiers se redressèrent surpris et obéirent aussitôt.

- Mes respects mon Général.


- Capitaine, ce ne sont pas des robots mais des Gynoïdes, élaborés et inspirés par la conscience asarienne. De grandes inventions qui attestent de la suprématie de notre caste. Ils sont vos compagnons de combat au même titre que les hommes ici présents. Sachez par ailleurs qu'ils n'ont nullement besoin d'être sécurisés.

- A vos ordres mon Général !


- Il ne s'agit pas encore d'ordres mais de faits Capitaine Dearden. Vous avez été remarquable dans l'arrestation du traitre Logan Hiddes. Ne me décevez pas en faisant acte d'insubordination. Ne devancez pas les ordres de vos supérieurs. Le Commandant Huyana et moi-même sommes au fait de précisions que vous ignorez. Les objectifs de chaque force engagée dans cette guerre ne sont connus que de nous seuls ! Ne présumez pas de nos intentions. En outre, sachez que la mission de sécuriser le Bidonville ne revient pas à votre Peloton mais au 37ième qui sera exceptionnellement placé sous le commandement du Lieutenant de Brigade Anti-Émeute Jane Sheppard.

- Une A.E. dans l'opération mon Général ?  C'est un angle d'attaque sans précédent! Prévoyez-vous des émeutes dans le Bidonville ?

- Mon rôle est de TOUT prévoir, anticiper. En effet, il est fort possible que lorsque le sort de ces rats sera connu, certains de leurs soutiens dans le milieu humain s'en insurgent. Souvenez-vous la réaction lors de l'assaut de l'orphelinat? Nous avons eu à réprimer des manifestations durant une semaine. Le lieutenant Sheppard, que vous connaissez sans doute puisque vous avez dû travailler avec elle par le passé dans la Milice anti-émeute, a une connaissance de ce genre de conflit qui sera très utile dans le cadre de cette mission. Elle bénéficiera de l'appui de la Milice Municipale et du Major Dean Chastain dont vous connaissez la valeur pour avoir travaillé avec lui lors de l'assaut de l'Orphelinat. En outre j'ai un tout autre rôle à vous confier. Il s'agira d'isoler des cibles. Chacun le sait, de tels conflits sont souvent l'occasion pour les plus grands criminels de sortir de l'ombre pour attiser les tensions, échauffer les esprits et jeter de l'huile sur le feu. Vous aurez donc une liste d'individus à traquer dans la foule et à interpeler vivants, j'insiste bien ! Leur capture porterait un coup fatal aux ennemis d'Asaria. C'est une mission très délicate et vous aurez pour cela le soutien d'un agent très spécial. Vos talents ont fait mouche pour Hiddes et sachez que ce coup de maître fait de vous un exemple pour vos frères d'armes. Mais aussi vous impose un devoir supplémentaire: celui d'être à la hauteur du modèle que vous êtes devenu, en toute circonstance !

Tomas se déplaça au centre de la plateforme pour s'adresser au contingent dans son entier.

- Rassemblement Soldats ! Garde à vous ! Je vois que vous avez revêtu votre équipement de camouflage et de vision infrarouge, preuve de la perspicacité de votre Capitaine. Armez-vous également de grenades à gaz paralysant, et pensez à prendre vos masques. Utilisez vos Tasers sur la puissance maximale. Prenez des fusils pour dératiser et défendre vos vies. Souvenez-vous, vous pouvez tuer toutes les cibles qui vous tombent sous la main, mais si vous tuez un des sujets de cette liste au lieu de le capturer, vous le paierez de votre vie. Visez uniquement les jambes et à des endroits non mortels. Si vous pensez qu'agir peut mettre la vie de cette précieuse cible en danger, alors renoncez. Un de vos pairs sera sans doute plus chanceux. Finissez de vous préparer et allez prendre une collation chaude et un verre en l'honneur d'Asaria. Capitaine Dearden venez sans tarder au bureau d’État-major afin de recevoir votre ordre de mission ! Repos !

- A vos ordres Mon Général ! C'est un honneur de servir sous vos ordres  mon Général ! Qualitas potentia nostra ! Pour l'amour d'Asaria !


Tomas prit congé de ce brillant officier mais Ô combien tête brûlée qu'était Dearden. Par certains côtés il se reconnaissait dans ce jeune et fougueux guerrier. Il avait été comme ça, insubordonné, insolent, défiant les fossiles du Gouvernement. Dearden avait tout pour réussir mais il n'y avait de place que pour un seul Lion au sommet. Tomas veillerait à ce que ce dernier soit bien nourri, reconnu et satisfait de son sort mais s'assurerait de lui limer les crocs et les griffes s'il devenait trop gourmand. Il était temps à présent de rejoindre son complice avant la réunion d'Etat-major et de s'enquérir de l'avancée du commissionnement de Sheppard. La Milice Anti Émeute avait fait l'objet d'un grand ménage après le scandale du Luxor. Le Major Baileys avait été muté au service de santé et le Colonel Peppers avait repris les rênes. Puis un désaccord avec le Général quant à la façon de gérer la Milice anti-émeutes, scella la divergence entre les deux hommes, notamment dans la réaffectation de Dearden, jugé trop sadique par son Colonel alors que Tomas se félicitait de son zèle à nettoyer l'Orphelinat. L'avancement de Peppers était depuis ce temps gelé et le commandement lui échappait à la faveur de ses subordonnés comme le simple Lieutenant Sheppard, qui pourrait bénéficier d'un avancement certain si elle se montrait digne de sa mission. Tout en montant les escaliers qui menaient au Bureau d’État-major où devait l'attendre le Commandant Huyana, Tomas passait en revue les révélations de ces dernières semaines et la liste du gibier dévolu à Dearden. Il devait également convoquer au plus vite l'agent qui aurait une tâche particulière à assurer aux côtés de ce sémillant officier. Débouchant dans le couloir du dernier niveau de sous sol, Tomas reconnut immédiatement le timbre de voix du Séminole exprimant on impatience de faire chanter les rats. Il s'adressa à son loyal bras droit sur le ton de l'humour.

- Commandant Huyana ! Ne pensez-vous pas que les rats couinent plutôt ? Mais dans certaines circonstances, ce bruit désagréable peut devenir la plus douce des musiques, vous avez raison ! Nous y voilà donc enfin ! Repos Commandant et voyons plutôt où en est la progression de nos cibles. Je suppose que le Capitaine Villeneuve vous a fait un rapport détaillé de la situation.


Puis se tournant vers le Capitaine qui lui tendait une valise, il invita Huyana à s'asseoir devant une console de contrôle.

- Voici votre poste de commande. Lorsque je suis absent du QG, vous êtes habilité à me remplacer et à activer certaines fonctions. Je vais quant à moi désactiver les Wolf Hunter de leur mode " détruire" pour les passer en mode "contenir" sinon il ne restera plus rien de nos amuses-gueules à notre arrivée. Ils étaient ainsi réglés pour prévenir l'entrée de bêtes sauvages par les galeries de l'ancien métro. Je les avais placés là après avoir anéanti le dernier Loup avec eux . Vous souvenez-vous de cette glorieuse période Elijah ? A l'époque Asaria venait de voir le jour et devait encore se battre contre des ennemis d'aspect et de taille gigantesque. Les loups géants étaient une plaie dont bien peu de jeunes Asariens ont connaissance, leurs parents préférant les élever dans le ramollissement et la surprotection quitte à les maintenir dans l'ignorance de l'Histoire de notre Cité. C'est bien dommage et je ne comprendrais jamais pourquoi Mac Stone a refusé que cette guerre figure au programme d'Histoire de nos jeunes. Les loups géants auraient pu ne faire qu'une bouchée de chacun de ces jeunes, c'était un fléau, mais des adversaires respectables et valeureux. En comparaison, nous n'aurons aucun mal à balayer ces larves qui rampent dans les galeries.

Le Général posa la mallette et en actionna l'ouverture par un code secret puis procéda aux réglages d'usage.

- Qu'en est-il du Lieutenant Sheppard ? Peepers a-t-il accusé réception de mon ordre de détachement de la Milice anti-émeute au sujet de cet officier ? J'entends lui confier la sécurité du Bidonville pendant que nous nettoierons les sous terrains. J'ai aussi mobilisé Chastain pour l'épauler. Il faut qu'il se réconcilie avec l'unité A.E. Il n'est pas bon que les corps de notre armée entretiennent une inimitié. Ce qui est arrivé aux parents de Chastain est dramatique. C'est toujours dramatique de voir de bons et loyaux sujets succomber à la barbarie des terroristes. Mais il faut savoir sublimer cette douleur pour en faire une force qui rassemble et non qui divise. N'est-ce pas Elijah ? Alors, Sheppard nous rejoindra-t-elle bientôt ?

Tomas ouvrir le commutateur de son poste de commande et enjoignit à Elijah d'en faire autant avec le sien.

- Code F.A..A.H.C. 2. pour le votre mon cher. Voilà, nous voyons à présent leur progression en temps réel.

Le Lion entra quelques données dans l'ordinateur et sur leurs écrans respectifs une interphase s'ouvrit.

- Il s'agit d'une commande pour le drone de repérage chargé de sonder les abysses. Il n'est, malheureusement pas opérationnel au delà de 30 mètres de profondeur mais cela nous permet néanmoins de surveiller les entrées et sorties de ce que j'appelle les Catacombes. Et voyez, il a bien scanné un gros attroupement à l'orée des Terres Sauvages. Remontons un peu la galerie en direction d'Asaria. Voilà nos filles et leurs mères ! Continuons notre progression en remontant le chemin parcouru par nos cibles. Ohh là! Regardez ! trois trainards ! Intéressant! Que font-ils si en arrière du gros du troupeau ?  Je continue ... Ma parole mais on n'a pas été invités ! en voilà encore trois autres bien plus loin... Bizarre on dirait qu'ils explorent les galeries adjacentes, ils n'ont pas la même façon de progresser que les autres. On dirait qu'ils cherchent quelque chose ... Peut-être que ce sont des trafiquants qui n'ont rien à voir avec nos cibles ... Mais du coup, héhé, ils en deviennent de nouvelles. Bon je ne vois rien sur la dernière portion qui mène au Bidonville, mais c'est normal. Là les galeries descendent jusqu'à moins 100 mètres. Indécelable pour nos drones ... Et certainement là que se trouve le nid des rats ... Ce qui explique qu'on n'ait pas su le localiser jusqu'à présent. Même vos conduits de pompage de la nappe phréatique ne vont pas aussi profond. Vous vous rendez compte ? Vivre si profond sous terre dans l'obscurité, l'humidité ? Comment peut-on supporter ce genre de vie ?

Tomas s'arrêta dans sa tirade et considéra cet homme dont la fille avait trahi la caste et le rang qu'il lui offrait en héritage.

- Elijah, nous ne parlons jamais de votre fille ... J'aimerai comprendre, vous connaissant si ardent dans votre engagement envers Asaria, comment elle a pu se détourner ainsi de suivre vos traces ? A-t-elle été bernée par un de ces idéalistes dont elle serait tombée amoureuse ? Savez-vous où elle se trouve vraiment ? Si elle est encore en vie ? Et avez-vous envisagé de la capturer pour lui faire subir une reprogrammation ? Ces voies expérimentales laissent entrevoir de grands espoirs ...


Dernière édition par Tomas Van Brenner le Dim 2 Avr - 11:08, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Dim 12 Mar - 18:23



Des années à s'entraîner pour être à la hauteur. Son père lui avait tout appris. Il savait ce qu'il devait faire, pour quoi et pour qui il le faisait et surtout comment. Sa première mission avait été de faire son nom et de se démarquer dans l'armée. Maintenant qu'il était aux côtés du plus grand tacticien et protecteur d'Asaria, il allait pouvoir exprimer son art et sa doctrine complètement. Ses traîtres et d'humains devaient mourir, et de préférence dans d'atroces souffrances. Ils allaient payer la mort de son père, l'agonie de la cité et la décadence des générations asariennes. Les Anciens avaient eu raison de tout contrôler et la bride a été relâchée. Il fallait de nouveau la resserrer. Et seul le Général Van Brenner en était capable. Lui n'était que son arme pour y arriver et il ferrait tout pour être à la hauteur de sa confiance. Le Général avait un plan et il était sur le point de se concrétiser. Dallas en était sûr. Exterminer la vermine en profondeur, et claquer la vérité aux nez des dirigeants trop laxistes. Dans tout le gouvernement, le militaire n'avait confiance qu'en la sublime et froide De Nephthys et en son Général. Ils étaient les seuls à être capables de redorer l'image des Asariens. Beaucoup devraient faire une reprogrammation mais leur cité adorée ne s'en trouvera que grandie. A l'heure actuelle, ils devaient déjà nettoyer en profondeur cette dernière, éliminer la gangrène.

Ses pensées s'entrechoquaient tandis qu'il s'échauffait dans son appartement. Les lieux étaient extrêmement bien rangés, rien ne dépassait. Sa maîtrise était complète sur tout ce qui l'entourait. Son cocon était à l'image de son contrôle interne. Personne n'était jamais entrés ici. Il préservait ce lieu de tout et de tous. SI il devait voir quelqu'un, il se débrouillait pour trouver toujours un autre lieu. Rien ne devait souiller son paradis et surtout pas un humain. Au grand jamais un être de si basse condition ne pourrait toucher à ce qui lui appartenait. Il s'en était fait une promesse. Son comportement était si catégorique depuis tout jeune. Il avait fait renvoyer tous les humains (faute de pouvoir les supprimer lui même) et avait exigé de ses parents qu'ils emploient des asariens au bas de l'échelle. Maintenant, il continuait cette règle. Il sous-traitait les tâches les plus pénibles à la même jeune femme. Ce n'était pas le ménage car il voulait être sûr qu'aucune intrusion était possible chez lui. Mais il lui confiait son linge et des courses nécessaires à son train de vie.

Toujours dans ses exercices de maintien musculaire, il arrêta soudainement car son bip sonna. Depuis qu'il était dans l'escadron d'élite, il avait en permanence des outils pour être joint et décoller pour de nouvelles missions. A chaque fois, elles étaient données directement par le Général, de temps en temps complétées par le Commandant Huyana. Il se leva et regarda le code de sécurité. Tout était crypté, au cas où il serait enlevé par un des ennemis d'Asaria. Devant les numéros, le capitaine sourit de toutes ses dents. Ca y était, le grand jour était arrivé. Ils allaient passer vraiment à l'action. Il posa l'appareil et déboula dans sa chambre pour sauter dans son treillis et enfiler ses rangers. Attrapant le badge d'entrée et son bipper, il s'éclipsa de son antre et activa les alarmes dernier-cri.

Il détestait se déplacer avec un véhicule encombrant. Son truc était une moto sportive et maniable. Un tour de clé et le moteur vrombit dans la cours privée de la copropriété. Son logement était au dernier étage et il avait vu sur une bonne partie de la ville. Heureusement, ce n'était pas vers le côté du bidonville. Il aurait vomi tous les jours en apercevant ces immondes insectes mortels. Enfourchant son bolide, il démarra aussitôt faisant vibrer les vitres des logements. Il fila immédiatement entre les voitures, peu présentes à cette heure-ci. En quelques minutes, il se faufila dans les souterrains de leur QG. Leur parking était privé et l'escadron d'élite était excentré du reste de l'armée. Ses hommes avaient aussi été mis au courant et commençaient à arriver rapidement. Chacun était prêt depuis longtemps. Il rassembla tout le monde et ne mâcha pas ses mots:


    Bon les gars, on y est. J'espère que vous avez bien baisé et que vos tripes sont en place. On va recevoir les ordres au  fur et à mesure et faut pas se chier dessus. Vous savez ce qu'il se passe à celui qui foire.


Les entraînements du capitaine Marden étaient réputés comme extrêmement rudes. Chacun devait se donner à fond et si il échouait, la sentence était crescendo. Une erreur et la punition était déjà laborieuse. Deuxième erreur et c'était un châtiment avec privations et la troisième : renvoie...dans les enfers. La disparition ou l'accident arrivait systématiquement. Pas de mecs brisaient retournant dans les jupons de leur mère. Non, ces déchets-là étaient capables de réduire tous les efforts à néant. Si les gars étaient affectés à son escouade, il fallait le mériter.


    - Lieutenant Capello, montez moi le train hydromobile sur ce VBL. On peut avoir à intervenir en milieu aquatique!  Costers, équipez le canon longue portée de ce char d'une chambre pour missiles à combustion. C'est toujours utile pour faire des brochettes et ça n'endommagera pas les unités d'intervention cyborg. Waters, rapport sur armurerie ? - Toutes les armes sont en parfait état de fonctionnement. On les chouchoute depuis des mois mon Capitaine. Voici le compte rendu d'affectations des armes et des munitions. Ohh mes respects mon Général ! Acheva le Lieutenant en se mettant au garde à vous en même temps que Marden qui ordonna.- 21ième d'infanterie ! Rassemblement ! Garde à vous !


Le général Van Brenner était arrivé pendant l'organisation. Le capitaine Marden avait eu juste le temps de dicter ces instructions et de se mettre au garde à vous comme son bataillon. Il était droit comme un i faisant le salut officiel. Le Général avait toujours tendance à arriver en silence et derrière. Ainsi, Dallas n'était pas plus surpris que cela et savait que la droiture et le perfectionnisme payaient dans ses troupes. Saisissant le papier, son supérieur dicta ses consignes. Les hommes prirent immédiatement note mentalement des améliorations à apporter.


    -Humm, ajoutez des baïonnettes aux fusils d'assaut, ainsi que des couteaux de combat. On va aller au contact direct. Ça dégourdira nos gars ! Et ajoutez dix jeux de chargeurs supplémentaires aux mitrailleuses lourdes. Ça va sortir de tous les côtés quand on les aura en tenaille. Il ne faudrait pas venir à manquer de munitions quand on va tirer ces rats. Préparez aussi des véhicules légers, des jeeps double pont pour traquer ceux qui auraient réussi à se glisser entre les balles. Le terrain devient très vite montagneux dans ce coin des Terres Sauvages et c'est vers l'est qu'ils tenteront de nous filer entre les pattes. Montez des mitrailleuses légères et surtout des canons napalm dessus. Je ne vais pas faillir à ma réputation. Il y aura un barbecue outdoor aussi !- Bien Général.Nos entraînements dans les conditions les plus extrêmes vont payer. Les gars sont prêts aux combats dans les montagnes et ça va les défouler. - Finissez les préparatifs avec votre bataillon et faites leur revêtir leur tenue d'hiver Capitaine, il fera froid cette nuit. Puis envoyez vos hommes au Mess prendre une légère collation, une ration d'alcool raisonnable et rejoignez-moi au bureau d’État-major pour recevoir votre ordre de mission. Il faut s'attendre à de la résistance. Il n'y aura pas que des civils dans ces galeries. Et les Insoumis ne sont pas des gamins qui se battent à coups d'idées ou de livres. Sachez, soldats que cela n'aura rien à voir avec la guerre du Bidonville et l’assaut de l’orphelinat, que vous soyez des anciens qui étaient à mes cotés ce jour-là ou des bleus qui ont entendu parler de ce jour de gloire. Je compte sur la mobilisation de chacun. Asaria aura les yeux fixés sur vous. Vos enfants comptent sur vous, honorez-les et honorez Asaria ! Repos Soldats !


Le Général partit tandis que Dallas se retournait vers ses troupes.


    Repos. Vous avez entendu les ordres: Lieutenant Capello, vous prenez en charge les véhicules à ajouter à la liste. Costers, les armes lourdes. Jones: les armes légères. Connor: les équipements d'hiver. Les gars faut pas traîner. Vous avez une heure pour tout. Après direction la bouffe. On se rejoint ensuite pour boire le dernier verre ensemble.


A peine le temps de finir sa tirade que tous étaient en pleine effervescence. Ne perdant pas une seconde, Dallas partit dans la même direction que le Général et le rejoignit dans le bureau d'Eta-Major alors qu'il parlait avec le commandant Huyana. Il frappa à la porte et attendit l'autorisation d'entrée. Il salua immédiatement ses deux supérieurs avec un claquement de ranger dans le garde à vous.


    Général. Commandant. Je vous salue.


Quand il eut le feux vert, il se rapprocha.


    Les préparatifs finissent et les troupes sont motivées.


Son regard était principalement fixé sur Tomas Van Brenner, le plus haut gradé dans la pièce. Il entendit derrière lui, le même protocole effectué par Scott Dearden. Les deux hommes étaient venus prendre les instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Lun 13 Mar - 18:38

Le bureau de l’État-Major de la Milice était sur le qui-vive. Chaque soldat était prêt à parer à toutes les demandes sous l’œil vigilant d’Elijah qui attendait la venue du Général Van Brënner.  Les vidéos le subjuguaient. Autant d’hommes, de femmes, d’enfants. La purification des souterrains de la cité était à portée de leurs doigts et s’il venait à mettre la main sur sa fille, cela ne serait qu’encore mieux. Toutes ces bouches à nourrir qui volaient, pillaient, s’appropriaient ce qui n’était pas à elles. Elles allaient le payer et être rayées définitivement de la carte. Une épuration des galeries nette et précise, des cadavres à bruler et Asaria retrouverait sa beauté et sa tranquillité. Il jubilait et son allégresse trouva réponse aussitôt dans les paroles que le Général venait de citer lorsqu’il posa pied dans la grande salle de l’État-Major. Tous les officiers le saluèrent et Elijah se redressa et fit de même pour l’accueillir au cœur de l’excitation qui bouillonnait dans les veines de tous ces soldats et les siennes. « Mon Général ! Mes respects !  L’impatience est un moteur étudié pour une telle situation ! Le Capitaine Villeneuve vient de me mettre au courant de tout ce qui bouge sous nos pieds ! J’étais en train d’examiner les vidéos et je me disais que le nettoyage des boyaux d’Asaria sera encore plus beau ! Vous avez vu tous ces rats ? Ils ont eu assez de liberté pendant toutes ces années ! Le répit a trop duré ! »

Le Séminole suivit son Général et s’installa avec lui devant une console de contrôle avec cette intrigante valise que le Capitaine lui avait remise. Elijah écouta les instructions de son Supérieur. Il serait dorénavant son bras droit et détiendrait certaines commandes à l’absence de Van Brënner. Il connaissait l’histoire des Wolfs Hunter, aussi lointaine et peu répandue, il se souvenait de ces Loups monstrueux contre lesquels il fallait se battre pour protéger la future cité. Elijah était un jeune ministre à peine arrivé dans ses fonctions. Il avait été séduit par l’idée de ces Robots Géants  et de son créateur qui se trouvait aujourd’hui devant lui. « McStone n’a pas les couilles pour assumer l’histoire de notre évolution. On devrait le jeter dans une de ces galeries et l’envoyer se faire déchiqueter par les rats. Nous n’aurions qu’à avertir solennellement  la Grande Conseillère de la perte d’un de ses ministres durant une action qui visait à protéger la cité. »

Son rire rauque résonna dans la salle et les soldats et autres officiers se retournèrent vers les deux Anciens, en retenant leur respiration.  Le Général procéda au changement de réglage des Wolfs Hunter. « Une dégustation que j’ai hâte de gouter. Permettez-moi, mon Général de vous demander de faire quelques prisonniers ? Pourquoi tous les tuer en même temps ? Les amuse-gueules peuvent devenir des jouets pour nos soldats  et pour moi. »

La question du Lieutenant Sheppard le rendit sceptique : « Peepers a accusé réception de votre ordre. Sheppard demeure introuvable. Je lui avais confié un dossier sur l’humaine. Je n’ai aucune information à son sujet. Pour le Major Chastain, il a besoin de croire en la confiance de ses supérieurs. S’il sait que vous gardez un œil sur lui, il démontrera sa motivation et sa valeur. Il a un fort potentiel qu’il ne doit pas gâcher.  Toutes les sections de la Milice doivent s’épauler quand il est urgent de le faire, comme maintenant !»

Elijah entra le code que le Général venait de lui donner dans l’interphase de sa console de contrôle. Sur l’écran, les deux hommes pouvaient apprécier l’avancée en temps réel des Gynoïdes et des Wolfs Hunter et se régalaient de la vue de ces rats agonisants. Le Commandant suivait la remontée du drone sur son écran. L’attroupement des bestioles humaines et asariennes  étaient le plat principal. Il découvrit les Gynoïdes et leur mère, fidèles sentinelles d’Asaria. Il se pencha vers les images captées par le drone, deux groupes de trois personnes qui ne faisaient pas partis des rats … Ses doigts pianotèrent sur la commande pour renforcer le zoom de drone et capturer les visages de ces inconnus. Le rappel de la déchéance de sa société et d’avoir été manipulé devant la Grande Conseillère l’arrêta dans son analyse : « Les nappes phréatiques ne descendent pas si loin. Pensez-vous que cela va stopper des bestioles comme eux ? »

Il croisa ses bras : « Le cerveau conditionne les choix que l’on supporte. Ils endurent l’humidité, les mauvaises odeurs, la mauvaise hygiène par défi, par conviction qu’ils sont mieux là, libres à ramper dans le noir que de vivre en haut.  »

Cela lui rappela sa progéniture et Van Brënner avait fait le rapprochement très vite :  « Ma fille … Camille … Est un génie depuis toute petite. Un don inné pour monter, démonter, remonter, assembler tout ce qui était électronique. Dès sa sortie de l’Université, elle a été engagée dans les laboratoires de Wright. Il était séduit par l’intelligence de ma fille au point de la mettre sur son projet personnel : l’implant Mara. A partir de là, Camille a changé. Elle était destinée à devenir une grande chercheuse. Elle a quitté son emploi. Wright ne pouvait pas la laisser partir aussi facilement en fermant une porte derrière elle. Elle était impliquée dans un immense projet. Il la fit mettre sous surveillance avec mon accord. Pendant de longs mois, Camille était épiée, surprotégée. Elle ne le supportait pas, elle faisait des caprices. Elle n’avait pas pensé à son geste de quitter une telle société sans subir les conséquences de son choix. Je lui ai répété cela. Elle ne voulait en faire qu’à sa tête. »

Il tapa du poing sur la table, calma sa colère et se ressaisit. « Un jour lors d’une réunion du Conseil, j’ai reçu avec Wright un message nous avertissant que Camille avait pris la fuite de chez elle en essayant d’échapper à ses gardes. La traque a duré des heures dans les rues de la cité. Elle possède des dons redoutables. Les hommes de Wright aussi experts qu’ils étaient, ils n’ont pas pu lui mettre la main dessus. Elle a disparu. Elle se cache là avec ces rats ! J’en suis persuadé depuis tout ce temps ! Ils lui sont venus en aide, je ne sais pas comment. Ils la suivaient surement ! »

L’Ancien avait élevé la voix et dans cette grande salle, le silence s’imposa immédiatement. On n’entendait plus aucun souffle. Plus rien. « Une reprogrammation ? Si je l’attrape, elle servira de cobaye aux scientifiques ! Je la leur offre ! Si cela peut les aider dans leurs avancées, je ne serai pas contre non plus de retrouver ma fille et de lui vider la tête de ces infamies qu’elle a dues subir avec eux ! »

Les deux hommes échangèrent encore des avis avant que le Capitaine Marden n’entre dans la salle au bruit du claquement de ses rangers. Il se tourna vers lui et le salua à son tour : « Capitaine ! »

La bataille allait commencer. Les rats allaient payer. Elijah espérait récupérer sa fille et la ramener à la raison avec des mots ou bien pire, avec une reprogrammation comme le lui avait conseillée Van Brënner.
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Dim 2 Avr - 2:12


Homme de terrain je ne pouvais rester chez moi, les bras croisés à regarder un match à la télé tout en exprimant mon affection pour ce sport par de larges éruptions dûes à la bière. J'avais besoin de bouger, de m'entraîner continuellement et de me pousser dans mes retranchements. Être chez moi aurait été une perte de temps. Par ailleurs personne ne m'attendait dans mon appartement alors autant être au Q.G  pour me tenir près, sait on jamais... Mais même là je n'arrivais pas à me canaliser. Aussi avais-je fini par me diriger vers la salle d'entraînement des lieux enfin de m'aider à penser à autre chose. Je trouvais dans la douleur musculaire un réel plaisir. La transpiration salée coulant le long de mes tempes finissaient pour certaines dans mes yeux provoquant une réaction irritative de mes cornées. Mais malgré ça je n'avais de cesse de continuer l'exercice. Chaque perle salée me rapprochait un peu plus de cet excellence et cette force que je voulais acquérir. Me dépenser, faire hurler mes muscles me confortait dans mon statut d'homme de terrain. Je n'étais pas l'un de ces fonctionnaires qui pointaient à 9h00 pour finir à 17h00 satisfait d'une journée qu'ils imaginent bien remplies, se complaisant dans la monotonie bureaucratique. J'aimais l'imprévu et l'action, sentir la poudre sous mes doigts après avoir tiré et ressentir l'adrénaline qui s'empare de mon corps durant mes missions. C'était cela pour moi la vie! N'en déplaise aux gratte papiers...

Me saisissant d'une barre de traction je débutais à peine mon nouvel exercice qu'un bip se mit à retentir dans la pièce. Suspendu dans l'air par le bras droit j'avais aussitôt stoppé mon action pour me saisir de l'engin à ma ceinture. Ma gestuelle était rapide et dans mon regard pour pouvait lire l'impatience. Non pas celle dissimulant un énervement intérieur, mais cette impatience pleine d'espoir qu'aurait un enfant la veille de Noël. Car pour ceux possédant cet appareil, recevoir un message directement dessus signifiait qu'une mission était en préparation. Les choses allait enfin bouger!

Sur l'écran du bipper s'afficha une série de numéro qui me conforta dans ma satisfaction, à tel point que je manquais de me casser la gueule en lâchant un sonore...


-OH PUT...

Le jour de gloire était arrivé. Pas le temps de prendre une vraie douche. Un coup de chaud, un coup de froid, un séchage que l'on aurait pu catalogué comme inexistant et déjà je me retrouvais dans mes rangeos, vêtu d'un treillis et d'un t-shirt. J'en aurais presque oublié de mettre à boxer tant j'étais pressé de tout préparer. Pas de répit pour les braves, c'est d'un pas décidé et rapide que j'avais pris la direction du niveau -3. Non, malgré l'impatience croissante en moi je n'allais quand même pas me mettre à courir dans les couloirs. J'étais quand même capitaine après tout et de ce fait une image professionnelle à maintenir auprès de mes collègues. On marche vite, on perd du temps en salut militaire à chaque personne que l'on croise. L'ascenseur? Et puis quoi encore, je ne suis pas une lopette. Si j'ai des jambes; c'est pour m'en servir alors c'est 4 à 4 et sans broncher.

Entrant dans la zone, je pu constater avec satisfaction que mes gars étaient déjà en train de se préparer. L'info avait été envoyé sur plusieurs niveaux apparemment et tous les pelotons concernés par la mission étaient déjà sur le pied de guerre. Souriant face à l'efficacité dont faisait preuve mes hommes j'aurait presque été fier d'eux tiens...Mais presque, faut pas déconner non plus...


- Allez les filles, on se magne le fion et on accélère la cadence. On arrête de parler chiffon et on se magne. Je veux tout le monde prêt dans 10 minutes. Exécution!!!

Le temps de m'écouter et les voilà déjà repartis dans leurs préparatifs. Le ryhmhe s'était accéléré. Ceux qui avaient terminé filais un coup de main aux quelques retardataires et c'est en ça que je pouvais apprécier la synergie existante dans ma section. Nous étions des soldats, c'était un fait immuable mais avant tout, nous formions un groupe, une unité qui pour qu'elle puisse fonctionner aux meilleures de ses capacités devaient connaître le sens du "travail d'équipe". L'union faisait la force et dans sur ce point, on ne pouvait rien reprocher à mes hommes.

Adosser à un jeep à portée de main je vis le lieutenant Randal s'avancer vers moi en tenant dans ça main un document. Silencieux fasse à son approche je finis par me saisir de l'objet qu'il me tendit pour m'apercevoir qu'il s'agissait d'une carte d'Etat-major. Dépliée, cette dernière indiquait les différents tunnels présents dans les souterrains de la cités. Du moins en observant la date en bas du document, il s'agissait de la plus récente mis à jour. Doter d'une mémoire photographique, je pris quelques secondes pour enregistrer les informations présentes sur le papier. Chaque recoins, chaque tunnels, chaque cul-de-sacs finissaient par être enregistrer dans mon esprit qui désormais s'était forgé une version en 3D de la zone. Et ce n'était pas l'éclairage jaunâtre et artificiel de la plateforme, ni le bruit de mes hommes se préparant qui allait perturber ma concentration. Dans cet état le monde autours de moi n'existait plus. Il n'y avait plus que moi et l'objet de mon assimilation.

Puis, sortant aussi rapidement de ma torpeur que j'y étais entré, je commençais faire des plans sur la comètes en exposant à mes deux lieutenants l'ébauche d'un plan. Mais on m'ôta se plaisir lorsqu'une voix se fît entendre derrière nous s'en s'être faite annoncer. Habituellement je me serais retourné pour administrer mon poing dans la gueule du gêneur qui aurait eu l’outrecuidance de nous interrompre. Néanmoins si j'avais agis de la sorte à ce moment précis la cours martial aurait été une douce récréation comparé à ce que j'aurais pu subir. Car derrière cette interruption c'était plus qu'une voix. C'était un timbre, une puissance vocale que tout soldat avait dû entendre au moins une fois depuis le début de sa carrière. L'une de ses voix si charismatique qu'on ne pouvait l'oublier...Celle de Tomas Van Brenner.

Mes lieutenants et moi-même fîmes aussitôt volte-face pour nous tourner vers notre interlocuteur. Nos mains furent si rapides pour adresser le salut de circonstance au Général que nous aurions pu nous ouvrir l'arcade dans la violence du geste. Mais comment ne pas se sentir minuscule face à l'une des légendes de la cité d'Asaria. C'était un soldat mais surtout un Ancien. L'un de ceux qui avaient participé à la création de notre monde et que des fous et des traîtres cherchaient à détruites aux noms d'idéaux grotesques. Si Alianka était l'incarnation de la cité, Tomas Van Brenner en formait les remparts . Nulle ne pouvait ignorer le nom de cet Asarien. Et ô combien de carrières militaires avaient été débuté par la jeunesse asarienne pour lui ressembler.

Mais l'heure n'était pas à l'admiration mais à l'action. Ce que j'avais traité de robot s'avéra être plus techniques de cela. Des créatures dites Gynoïdes étaient la fusion de la machine et de la conscience asarienne. Ce n'était pas de simples machines programmées pour suivre bêtement des ordres sans réévaluer les données fluctuantes lors des missions. C'étaient des êtres à part entière. Une révélation pour le moins surprenante. Je ne pouvais dissimuler mon admiration pour les progrès effectués dans la recherche technologique et en même temps un doute traversa mon esprit. Finirions nous par être remplacé par ces machines?

Par la suite on me tapa sur les doigts en me reprochant ma facilité à n'en faire qu'à ma tête, tout en me félicitant pour l'opération Logan Hiddes. Le principe de la carotte et du baton en sommes. Apprendre que mon peloton ne s'occuperait pas de la sécurisation du Bidonville fit se hérisser les poils de mes bras. Tomas en un claquement de doigt venait de m'ôter le pain de la bouche. La frustration fût grande et j'aurais aimé monter au créneau, mais il était le Lion de Feu...Le dominant de la cité...pour le moment. Aussi me fallait-il prendre sur moi. Accepter de voir se fermer une porte pour qu'une fenêtre ne s'ouvre.
Mais de ce qui ressorti de ses paroles, le souvenir de la mission à l'orphelinat fît naître sur mon visage un sourire chargé de nostalgie. Que de souvenirs lors de cette attaque. Les cris, les pleurs, les supplications de ces petites mains tendues implorant la pitié. S'appuyant contre les murs comme s'ils avaient espéré pouvoir passer au travers ou de fondre à l'intérieur pour sauver leur misérable existence. L'attaque avait été foudroyante, nette, précise.

Notre mission: Isoler des cibles. S'en rentrer totalement dans les détails l'Ancien nous demandait de lui ramener certaines personnes vivantes dans le but de fragiliser les rébellions dans la cité. Avoir ces personne sous la coupe du Gouvernement obligerait les rats des souterrains à revoir leur stratégie. Diviser pour mieux régner... Un choix intelligent ma foi. Carte blanche pour les autres, mais pour les étiquetés interdictions de les tuer... Les ordres sont les ordres...  A défaut d'être militaire lors de cette mission nous serions d'avantage chasseur...

Ce n'était pas pour ça que j'avais signé...Toutefois une mission pareille pourrait s'avérer intéressante. Traquer, débusquer et épuiser la proie en la poussant dans ses derniers retranchements. La voir se fatigué pour sauver sa peau. Exceptionnellement j'allais mettre un mouchoir sur mes préférences et suivre les ordres. Enfin en même temps ce n'était pas comme si on me laissait le choix.

Puis, d'une conversation privée le général Van Brenner passa à un discours à tous mes hommes. Droit comme des "I", nous écoutions l'Ancien s'adresser à nous et nous donner les dernières directives. Une chose était sûre, il avait la verve facile et s'avait être clair dans ses propos. Pas de palabres, pas de fioritures. Juste ce qu'il faut pour dire ce qu'il voulait et faire mouche du premier coup. Les dernières mots me furent adressé. Je devais me rendre sans tarder au bureau d'Etat-major pour une recevoir mon ordre de mission et surtout plus de précisions.

Ce n'est qu'une fois la permission de repos donnée par le Lion de feu et sa disparition de la plateforme que je me tournais vers mes hommes qui n'avaient pas bougé. Entendant un mot de ma part.


- Vous avez entendu le Général! Ce soir c'est notre soir. Montrons nous digne de la confiance qui nous est donnée. Non pas seulement par le Général Van Brenner, mais par la cité toute entière. A nous de montrer ce que nous savons faire. Ajouter à vos packtages les éléments qui manque. Le lieutenant Randal vérifiera et vous avez intérêt à ce que tout soit nickel! Ensuite à la bouffe. Allez!Allez!Allez!!! On se sort de doigt ça ne cicatrise pas!

C'est sûr ces belles paroles que je pris le même chemin que le Général Van Brenner. Pourtant avant de quitter définitivement les lieux je ne pu m'empêcher de me retourner une dernière fois...

- Eh les gars...avait lancé dans leur direction...Pensez à boire un verre à ma santé!

Puis direction le bureau de l'Etat-major. Encore des escaliers à descendre et enfin la salle promise. A peine arriver au niveau que je vis la silhouette de Dallas Marden pénétrer dans la pièce. Je serai donc le dernier. Pour changer tiens! Retrouvant mon sérieux mes pas raisonnèrent dans le couloir avant que je n'arrive à mon tour devant les portes. Trois coups pour signaler ma présence. Une voix qui m'autorise à entrer dans le bureau et me voilà désormais face au Général Van Brenner et au Commandant Huyana.
Marder à trouver sa place, un peu sur le côté. A mon tour je me fige, fait claquer mes rangers tout en saluant les gradés du salut protocolaire.


- Mes respects. Général.Commandant. Capitaine Scott Dearden au rapport.

Aussi immobile qu'une statue dans l'encadrement de la porte, mon regard fixait les deux hommes côte à côte. Ce n'est qu'une fois l'autorisation accordée que je pénétrais réellement dans la pièce, refermant la porte derrière moi avant de poursuivre.

- Suivant vos directives mes hommes apportent les derniers ajustements à leurs paquetages mon Général.

C'était maintenant que tout allait se mettre en place. Si à l'extérieur je ne laissais rien transparaître, j'étais une véritable pile en mon fort intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Dim 2 Avr - 15:01

19h28


L'emportement d'Elijah au sujet de sa fille faisait écho en Tomas et le ramenait quelques jours en arrière lorsqu'il avait repris son activité à la Tour Gouvernementale et assisté à l'extraordinaire manifestation des pouvoirs en déroute d'Alianka  au moment où il avait osé évoquer son fils. Le pire avait été évité de justesse et s'il avait réussi à la faire reprendre le contrôle sur ses pouvoirs, Tomas était sorti changé de cette expérience. Les Anciens et leurs enfants ... Devait-il se féliciter de ne pas en avoir ? Mais, il en avait ! Ils étaient des centaines, des milliers. Admiratifs, loyaux, disciplinés, respectueux. Ses enfants à lui s'alignaient en rangs parfaits et le saluaient chaque fois qu'il les croisaient. Des enfants idéaux, obéissants et prêts à le suivre, à sacrifier leur vie pour les mêmes idéaux que lui. Tomas était un père comblé qui ne ménageait pas sa peine pour les éduquer, les former, les discipliner. Même s'il aimait qu'on oppose de temps à autre un point de vue au sien. Tomas n'était pas buté et il savait entendre et prendre en considération les idées de ses subordonnés lorsqu'elles étaient argumentées et pertinentes. Il était trop intelligent pour ne pas appréhender le fait qu'une grande armée, telle qu'il la voulait pour Asaria, ne pouvait être uniquement composée de suiveurs, de soldats disciplinés et justes capables d'obéir aux ordres. C'était bien entendu la base du soldat. Mais il en fallait qui soient plus que cela, pour que les rouages de cette grande machine de guerre fonctionnent. Tomas pouvait à présent compter sur Elijah Huyana, qui avait en commun avec lui une loyauté sans faille pour Asaria et la volonté d'effacer l'outrage dont il avait été victime. Si Alianka semblait avoir pardonné et retrouvé confiance en Tomas, lui n'oubliait pas qu'il avait été suspecté par elle de trahison. La Gloire dont il voulait auréoler son armée était à la mesure de la peine que le Lion avait ressenti à cette disgrâce injustifiée. Huyana avait la même soif de réhabilitation, la même haine sans concession de la vermine qui parasitait Asaria. Il était son second de confiance.

Les deux jeunes hommes qui se tenaient devant eux constituaient, quant à eux, le fer de lance de l'Elite. Deux Capitaines plein d'avenir dont l'envergure ne ferait que croître. Il fallait bien préparer la relève, même si Asariens, on vieillissait moins vite. Le jour viendrait où Tomas préférerait la stratégie en réunion à celle des champs de bataille, et même si ce jour était encore très loin, même si le Lion aimait l'odeur de la poudre et du sang, il lui faudrait bien déléguer lorsqu'il lancerait des opérations externes, hors des Dômes, hors du continent. Car c'était un rêve que le fauve n'avait jamais cessé de caresser. Son enfant était composé de milliers de têtes qui s'alignaient dans les rangs de son armée. Grace au dévouement de cette armée, Tomas apporterait victoire après victoire sur un plateau à sa maîtresse, puis conquête après conquête. L'éradication des Rats n'étaient qu'un début. Ces offrandes ne consolerait pas Alianka de la trahison de son  propre sang mais adoucirait sa déception. D'un geste de la main, le Général invita les deux officiers à s'asseoir autour de la grande table du Conseil d’État-major. Le seul à la présidence duquel il pouvait siéger sans la présence d'Alianka, même si elle en était le Field-Marshall. Il prit place au bout de la table tandis qu'Elijah s'asseyait naturellement à sa droite. Dearden et Marden choisirent instinctivement de se placer face à face de chaque côté de la table. Deux fauves magnifiques, deux chiens de Guerre, prêts à en découdre, à déchiqueter l'ennemi de leurs crocs et griffes. Prêts aussi, le moment venu à s'affronter pour la plus grande part de gloire. Tomas n'en doutait pas une seconde en les observant par de petits coups d'oeil à droite puis à gauche, tendus l'un et l'autre comme s'ils allaient se sauter à la gorge. Les mains à plat sur la table mais prêts à sauter de leur fauteuil pour faire front à l'autre. L'émulation, la rivalité pouvaient être de puissants ressorts pour obtenir le meilleur de chaque individu, mais aussi les pires fléaux dans les moments délicats où il fallait faire face à des choix. Un officier faisait des choix à chaque minute et il fallait qu'ils soient dictés par l'intérêt de la mission et non assujettis à la haine ou la compétition.

- Messieurs, j'ai là vos dossiers et vous avez été choisis, après une analyse minutieuse de vos état de service, profils et projets de carrière. Les missions qui vous ont été assignées sont vitales pour la réussite de l'opération dans son ensemble. Vos rôles ainsi que ceux de vos sous officiers et des soldats que vous avez sous vos ordres sont tous vitaux à leur niveau. Complémentarité et cohésion, voilà ce que nous exigeons de vous. Les ordres qui vous sont donnés par moi-même, mon QG ou le Commandant Huyana ici présent, ne souffriront pas discussion. Même si on vous ordonne de vous embrasser le cul mutuellement. Est-ce clair ?

Un silence pesant et spéculatif s'installa autour de la table, témoignant de la tension qui régnait entre les deux Capitaines. La seule marque de détente que Tomas perçut, maintenant qu'il commençait à connaître Huyana, fut le petit pli à la commissure des lèvres du Séminole. De toute évidence il devait se retenir d'éclater de rire à la face des deux officiers et de son supérieur. Il avait commué cette envie en une esquisse de sourire qui n'avait rien d'irrespectueux envers Tomas et pouvait même passer pour une menace aux yeux des deux jeunes loups. Une sorte d'attestation que, oui en signant pour la Milice, ils avaient vendu leur cul et que Van Brënner pouvait en disposer comme bon lui semblait. Tomas aimait secouer les troupes par des mots crus et cela n'avait pas lassé d'étonner la soldatesque qui l'avait pris au début pour un petit merdeux en col blanc sorti de son laboratoire mécanique qui avait la prétention de venir jouer les commandants à la petite semaine parce qu'il se tapait la Grande Conseillère. Ils avaient vite déchanté. Non seulement Tomas comprenait les soldats, leurs préoccupations, leur état d'esprit, mais il savait leur parler. Le langage direct et imagé du jeune Général avait immédiatement remporté l'adhésion des troupes et des sous officiers. Un peu moins de certains officiers sortis du gratin Asarien et dont les parents leur avait "acheté" un grade parce qu'avoir un fils dans l'armée complétait avantageusement l’attirail du parfait mondain. Ceux-ci n'avaient pas duré sous le commandement de Tomas. Non parce qu'ils étaient choqués de son verbe un peu trop vulgaire et rentre dedans, mais parce qu'ils n'avaient pas tenu le choc des nouveaux entrainements imposés par le Ministre de la Sécurité. Quand la Milice Asarienne, dirigée par un vieux Major qui avait été mis à la retraite, s'était vue placée sous les ordres d'un Ministre de la Sécurité, les soldats  avaient vu d'un œil méprisant, ce type en costume et chemise qui venait leur rendre visite pour la première fois. Mais quand il avait pris la parole, annonçant la création de cinq corps de Milice différents, énoncé leurs missions respectives d'une voix assurée, un silence attentif puis respectueux s'était fait dans la salle. Ce type comprenait les réalités du terrain, les besoins de chaque secteur, la diversité des missions pesant sur ce seul corps trop mal considéré. Le courant était passé entre Tomas et la base de ce qui deviendrait plus tard son armée. Depuis, cette confiance et ce respect mutuels n'avaient fait que croître et s'étaient mués en une véritable communion. Tomas avait cet art de savoir se mettre à la portée de tous sans pour autant descendre de sa position. L'art d'imager ses exigences ou ses ordres de façon à les rendre très clairs tout en étant colorés d'un humour pète -sec qui faisait le bonheur des soldats.

Mais là, visiblement le trait d'humour cinglant ne faisait rire qu'Huyana, les deux Capitaines affichant des mines concentrées mais ne laissant rien filtrer pour le moment. Peut-être étaient-ils en train d'essayer de se figurer la réalité de la menace. Et Tomas, plus il y réfléchissait plus il devait bien l'admettre en son for intérieur, sentait lui aussi monter l'envie de rire devant les têtes des deux officiers ruminant ses paroles hautes en couleurs. Tomas entra  cependant rapidement dans le vif du sujet car le temps leur était compté.

- Marden, vous travaillerez avec le 21ième à sécuriser les galeries du côté des Terres Sauvages. Vous serez sous les ordres directs du Commandant Huyana qui supervisera l'opération. Ces vermines vont vouloir s'échapper quand la mort sera à leurs trousses. Les Gynoïdes vont les rabattre vers vous, et vous les descendrez tous jusqu'au dernier. Elles ont dans leurs fichiers la photos des cibles à épargner et ne les laisseront pas passer jusqu'à vous, vous pourrez donc arroser copieusement tout ce qui sortira. Les Gynoïdes ne sont pas vulnérables aux mitrailleuses sauf si on désactive leur bouclier magnétique

Tomas tendit à Marden la carte d’État-major du secteur des Terres Sauvages qu'il aurait en charge .

- Vous pourrez traquer ces Rats jusqu'au bout du Continent, dans les villages abandonnés ou peuplés et les abattre. Bien entendu, vous pouvez pour cela utiliser les Wolf Hunter, mais faites-le avec parcimonie. Ce sont des armes très puissantes et destructrices. Quant aux Gynoïdes, elles sont programmées pour protéger les Asariens de toute forme d'agression. Elles fonctionnent par scan génétique. On a entré des restrictions pour les asariens recherchés pour trahison. Ceux-là, elles ont le droit de les abattre ou de les capturer, selon les cas. Elle protégeront vos arrières de façon très efficace. Je vous laisse prendre connaissance des détails de votre ordre de mission sur ce mémo. Vous vous mettrez en route sans tarder ! Je veux que vous soyez à pied d’œuvre à 22 heures. Le convoi doit partir au plus tard à 19h45."


Tomas se tourna ensuite vers Dearden, qui, il s'en doutait, aurait préféré se voir attribuer la mission de son rival.

- Capitaine Dearden, vous  et le 8ième régiment Vous devez utiliser les sas de visite d'Aquanet qui sont implantés juste après la limite du Dôme Humain afin de prendre le convoi sur le flanc gauche. Vous leur tomberez dessus par des galeries secondaires. Le contact avec les cibles devra se faire vers 21h45 afin qu'aucune ne vous échappe. Nous avons visionné les prises de vues des caméras de surveillance et des drones. Nous savons à présent que les Rats ont été rejoints par des Habitants du Dôme Humain à cet endroit là.

Le Général pointa du doigts un point qui représentait un accès aux égouts situé derrière un bâtiment populaire du Bidonville.

- Ce que nous voyons sur les captures d'images des Gynoïdes dans les galeries, c'est une fuite organisée. Ces sales bestioles ont senti le vent tourner et ont voulu se soustraire à notre purge. Et ils ont convaincu je ne sais comment, une partie de la population du Dôme de les suivre. Tandis que Marden et les Filles prendront la cohorte en tenaille, vous, vous filtrerez le flot. Votre mission sera de repérer certains visages précis et de capturer ces cibles. Les  Gynoïdes vous y aideront aussi. Elles sont programmées pour faire le tri entre les Rats de base et ces cibles particulières. Évidemment vous êtes autorisés à abattre tout ce qui ne fait pas partie de cette liste que voici. Vous aurez pour vous aider, une chasseuse redoutable : l'agent spécial et masqué qu'on nomme la Main du Diable. Mais je crois que le Capitaine Marden pourrait vous en parler, il a déjà croisé cette personne. Mais voici les cibles à capturer. Je vous laisse étudier leur dossier. Vous avez peu de temps.
Ironisa Van Brënner.


Dossier en cours d'édition:
 

Puis s'adressant aux trois hommes, il poursuivit:

- Je vais quant à moi recevoir rapidement en entretien, notre agent spécial avant qu'elle ne se joigne au convoi du Capitaine Dearden.  Elle sera affectée à une mission très particulière. Commandant Huyana, si vous avez des recommandations spéciales à transmettre au Capitaine au sujet d'une des cibles, c'est le moment où jamais.


Van Brënner se leva pour signifier la fin du Conseil et posa sa main sur l'épaule de son complice et le regarda dans les yeux.

- J'espère que chacun d'entre vous ne doute pas que j'ai choisis la meilleure affectation pour lui. Aucun sentiment personnel ne doit entraver la réussite de cette mission. Cela ne signifie pas que je ne prends pas votre implication personnelle en considération. Messieurs, faites honneur à Asaria et faites honneur à votre Escadron !


Le Général se mit au garde à vous, attendant que les ses trois officiers fassent de même.

- Qualitas potentia nostra ! Pour l'amour d'Asaria !


HRP:
 


Dernière édition par Tomas Van Brenner le Mar 11 Avr - 16:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Lun 3 Avr - 18:28

La conversation privée et personnelle entre le Général Van Brënner et le Commandant Huyana s’acheva à l’entrée du Capitaine Marden puis du Capitaine Dearden dans la salle de l’Etat-Major. Le Séminole fit un effort surhumain pour renfermer les souvenirs de sa traitresse de fille et redevenir le militaire qui était observé par ces nouveaux yeux. Le Général invita les deux Capitaines à s’approcher et à venir s’asseoir autour de la grande table de réunion. Chacun y pris sa place et tous se tournèrent vers celui qui allait offrir une nouvelle vision de leur monde, une purge parfaite : l’éradication de la vermine. Le Lion de feu se fit entendre et ses mots giflèrent l’air comme le tonnerre, le ciel un soir d’orage. Il ne souffrirait d’aucun mécontentement, d’aucun à peu près et ces deux Capitaines l’avaient compris. Ces chiens de guerres avaient été choisis pour leurs compétences et leurs états de service. Des Soldats entrainaient jusqu’à la mort et sans aucune concession devant les supplications de leurs futures victimes. La dernière phrase bien imagée du Général arracha un petit sourire au coin des lèvres d’Huyana. Ses yeux luisaient d’une intensité mauvaise. Cette nuit, les traitres pourriraient, les boyaux à l’air et les péteux finiraient leur existence comme divertissement dans les appartements privés de certains.

Van Brënner provoquait autant l’admiration que la haine, la sympathie que l’envie de le faire descendre de son piédestal. Il avait prouvé que sa place à la tête de la Milice n’était pas due à ses coups de reins qu’il offrait à la Grande Conseillère, mais bien par cette passion de l’armée et d’Asaria.  Les deux Capitaines étaient restés de marbre devant les mots vifs et édulcorés de leur Général et leur trop grand sérieux donnait une envie à Elijah de rire pour soulager toute cette adrénaline montante. Leur Supérieur, après un petit flottement amusant, redevint sérieux et expliqua en détail toute la mission pour chaque homme présent autour de cette table.

Huyana aurait comme second le Capitaine Marden pour ce 21 ème régiment, en charge à sécuriser les galeries donnant sur les Terres Sauvages. Les Gynoïdes seraient un renfort remarquables pour attirer les rats jusqu’à la sortie. Il n’y aurait aucun survivant, que des cadavres à faire bruler et des cendres qui s’éparpilleraient dans le vent  et qui feraient un très bon engrais. Seuls des cibles bien rigoureuses et collectées dans les fichiers de Gynoïdes seraient épargnées pour servir de prisonniers. Le visage de sa fille apparut devant lui, à genoux, l’implorant d’épargner ses amis ou mieux, lui demandant pardon de sa trahison.  Van Brënner lui avait vendu l’espoir d’essais scientifiques sur la reprogrammation d’individus. Camille servirait de cobaye. Elle retrouverait la raison. C’était son but en souvenir de la mémoire de sa femme pour le bienêtre de leur fille unique.

Le Commandant toujours silencieux se délesta de sa rage et observa le Capitaine Marden détailler la carte des Terres Sauvages. Il avait hâte de sortir d’ici et de commencer le nettoyage de ces impuretés qui n’avaient plus leur place en Asaria. Il allait devoir freiner sa fureur une fois qu’il serait face à sa fille et mener jusqu’au bout sa mission. « Il ne restera plus personnes … Plus rien … Asaria redeviendra pure Mon Général ! »

Le Capitaine Dearden aurait peut-être plus de chance qu’Elijah pour capturer sa fille, n’était-ce pas mieux pour le Commandant que d’être déconcentré par la vue de sa propre chaire ? La mention de l’Assassin épaulant le Capitaine Dearden était une option non négligeable. Il avait croisé cette femme mystérieuse lors de la création de l’Escadron d’Elite et son image de beauté dangereuse et inaccessible avait marqué l’esprit du Séminole. Les dossiers des cibles remis entre les mains du Capitaine, Van Brënner laissa à Elijah le soin d’apporter quelques informations supplémentaires : «  Le premier dossier que vous tenez dans les mains, Capitaine, est une humaine u nom d’Elisabeth Pearson. Elle a bossé pour la Milice pendant plusieurs années. Elle a été formée par les meilleurs. Il la faut vivante avec le moins de blessures possibles. Le type du second dossier, c’est son coéquipier, son ami, son compagnon ? Peu importe leur lien, il pourra vous servir à la faire obéir et vice versa. Utiliser l’un pour attraper l’autre et vous aurez les deux ! Quant au dernier dossier, la seconde femme : aucune blessure, rien ! Utilisez sur elle des grenades  pour neutraliser ses pouvoirs. C’est une Asarienne et ses dons sont puissants. Elle peut vous assommer par des ondes qu’elle créait ou bien manipuler votre esprit par des illusions. Il faut donc la paralyser dès le début sans perdre une seconde ! »

Il ne divulguerait aucune information sur sa fille devant ces Capitaines. La trahison était une marque abjecte qui lui brulait depuis trop longtemps les veines.  Le convoi devait se mettre en route au plus tard  à 19h45. Il se redressa de son siège. La route serait longue pour mettre en place tout le régiment et poster les hommes aux bons endroits. « A vos ordres mon Général ! Gloire à Asaria ! Qualitas potentia nostra ! Pour l'amour d'Asaria ! »

Claquement de bottes et garde à  vous respectueux, Elijah se tourna vers son nouveau second : « Capitaine Marden ! On se retrouve avec le 21ème régiment dans exactement 10 minutes ! Tous les soldats doivent être prêts ! Aucun retardataire ! »



HRP : Capitaine Marden, je vais ouvrir la suite !
Vous pouvez répondre avant de me rejoindre.
Merci Général pour ce RP Wink
Revenir en haut Aller en bas
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Mar 11 Avr - 0:30




A peine arrivé dans les bureau que la tension était palpable entre Marden et moi. Et pour cause, membre de l'Escadron d'élite chacun de nous aspirait à gravir les échelons et laissant sa trace au sein de l'histoire d'Asaria. Aussi fût cette compétitivité entre nous qui nous fît nous assoir l'un en face de l'autre lorsque le Général Van Brenner nous invita à prendre place autours de la table de réunion. Mais là encore interdiction de montrer la moindre once de mollesse devant deux personnages de renoms que sont le Lion de Feu et le commandant Hyuana. Le dos droit, le regard fixe, une respiration quasi inaudible, j'observais mon adversaire tout en sachant qu'il en faisait autant. L'heure n'était pas à la relâche mais à la prise de position mais à la démonstration de nos capacités. C'était d'ailleurs la raison pour laquelle nos dossiers avaient été retenus par le Général lui-même. Nos états de services parlaient d'eux-mêmes et je devais avouer que je n'en était pas peu fier. Et puis, ce n'est pas parce que le lion dominant savait encore montrer les crocs que les jeunes lions ne pouvaient pas se battre entre eux afin d'évincer la potentielle concurrence.

Ce probablement pour cette raison que lors de sa nouvelle prise de parole, le Général nous fit comprendre que l'individualisme n'avait plus sa place désormais pour le bien de la mission à venir. Nos égos de mâles devaient rester aux vestiaires. Nous faisions partie du même groupe, nous défendions les mêmes valeurs et notre désir de protéger la cité de la vermine était une cause commune. En rejoignant la milice ce n'était pas seulement une arme que nous avions intégré, mais une nouvelle famille. Nos corps, nos coeurs et nos âmes ne nous appartenaient plus. Ils n'étaient plus que le prolongement d'un idéal que nous pouvions créer ensemble. Nous n'étions plus de simples Asariens se complaisant dans une vie tournée vers le nombrilisme. Nous faisions partie intégrante de cette magnifique cité. Aussi un ordre était un ordre et le remettre en cause revenait à douter des idéaux pour lesquels nous nous battions avec un tel acharnement. Donc on me dit saute, je saute, on me dit butte, je butte et pire encore... On me dit embrasse le cul de l'autre là bas...et bien...enfin vous avez compris la logique du raisonnement. Un soldat ne pense pas, il obéit!

Aux premiers mots de son intervention, j'avais tourné mes pupilles sur le cerveau de l'opération. Buvant ses paroles comme un nouvel évangile, Tomas Van Brenner n'était pas connu pour faire dans la dentelle lorsqu'il y avait quelque chose à dire. Il était franc, direct voir même cru. C'était quelque chose que nous avions en commun. User d'un verbiage pompeux pour dire les choses n'était qu'une perte de temps. Etre clair et précis, voilà ce qu'il fallait pour aller droit au but. Ce dernière phrase bien qu'ironique ne me fît pas réagir extérieurement. Un ordre est un ordre. Pourtant je vis poindre au coin des lèvres du commandant un sourire. L'image devait sans doute le faire rire à l'intérieur, grand bien lui face. C'était un luxe que je ne pouvais m'offrir à l'heure actuelle. Joignant mes mains contre la table devant moi j'attendis en silence que l'un ou l'autre ne poursuive la conversation, que l'on rentre d'avantage dans le vif du sujet.

C'est donc sans surprise que je découvrais une fois de plus que le Capitaine Marden avait reçu la part belle du gâteau. C'était comme m'enfoncer un peu plus le poignard que le Général avait un peu plus tôt placé contre ma poitrine. Sauf que désormais on y ajoutait des mouvements circulaires afin que je savoure la moindre petite trace de sa présence. Marden avait le champ libre avec sa section pour ouvrir le feu sur tout ce qui bougeait dans sa direction. Faire feu sans le moindre remord, juste pour le plaisir de faire un carton plein. Les Gynoïdes étant programmés pour ne pas laissé passer les cibles de cette opération, il pouvait agir à sa guise et se faire plaisir. Un plaisir qui aurait dû être mien! Son dossier était meilleur que le mien pour qu'il puisse jouir d'une telle récréation? Cherchait on à me punir pour un écart que j'aurais pu avoir durant mes états de services? Intérieurement je cherchais à comprendre le pourquoi du comment, mais je du rapidement mettre de côté cette introspection lorsque mon cas arriva sur la table.

Nounou de cibles. Voilà en gros le rôle que l'on m'avait attribué pour cette mission. Ma section est moi devait mettre la main sur des éléments récalcitrants, des moutons noirs de la cité que nous devions ramener vers le droit chemin. Ouais enfin, on peut me le présenter sous toutes les coutures, y mettre quelques explosifs, des Gynoïdes, des armes,du sang et une agent spéciale nommée "Main du diable", je serai le baby-sitter de quelques mioches faisant leurs crise d'adolescence à l'aide de grenades et de fusils. Me tendant un dossier cartonné que je m'empressais de saisir le Général ajouta que le Commandant aurait peut être quelques recommandation concernant certaines d'entre elles. Gratifiant d'un signe de la tête respectueux envers mon supérieur j'ouvrais le dît dossier en rythme des indications que m'apportait Hyuana. A l'intérieur, des photos des sujets ainsi que quelques informations glanées.

Elisabeth Pearson, ex - agent entraînée par la milice et humaine de surcroît. Mais quelle idée avons nous eu de permettre à des humains de connaître nos techniques de combats si c'est pour qu'ils les utilisent contre nous? Il ne sont là que pour nos petits plaisirs pervers et pour les basses besognes. La milice n'a jamais eu besoin de ces créatures. C'est comme inviter un loup dans la bergerie...
Roy Cooper semble-t-il son un coéquipier. Néanmoins je comprenais parfaitement qu'ils pouvaient être une gène l'un pour l'autre. Une faille qu'il nous faudrait exploiter. Voir si de grands idéaux pouvait résister à la capture. Bizarrement je commençais à apprécier un peu plus la mission qui m'était confiée. Y entrevoir un véritable potentiel. Ce n'était de la simple boucherie ou de la chasse au canard. S'était quelque chose de plus subtile qui demandait sang-froid, précision mais surtout un grand sens de la tactique. Etudier l'adversaire pour connaître ses failles, les exploiter et ensuite les retourner contre lui. Il faudrait donc être stratège. Je n'étais pas forcément un adepte de ce procédé mais une petite chasse à l'homme me plaisait assez.

Mais la plus grosse surprise restait à venir apparemment avec le dernier dossier. Ecoutant les indications que le commandant pouvait me donner sur la cible, ce n'est qu'après avoir lu le nom du sujet que je pris pleinement conscience de qui elle était. Miss Huyana en personne. La surprise était totale en moi, pourtant que continuais de me cacher derrière un masque de mutisme. Néanmoins une lueur de plaisir carnassier se avait illuminé mon regard. Ce n'était plus de simples humains que j'avais à traquer, mais également une Asarienne. Et pas des moindres. La fille à papa avait décidé de se rebeller contre son paternel et le système. Et bien sûr papounet voulait que la fifille revienne dans le droit chemin de grès ou de force. Par la force ce n'était pas pour me déplaire, bien au contraire. Mais bien sûr je n'oubliais pas qu'ils devaient être vivant. Dommage, mais bon...

Jetant un dernier regard rapide sur les différentes photos je fermais le dossier avant d'ajouter.


- Je vous remercie pour tous ces renseignements supplémentaires mon Commandant. Soyez assuré que je mènerai ma mission à bien.

J'eu à peine le temps de terminer ma phrase que le Général Van Brenner se redressa de son siège signe que la réunion était terminée. De concert les fauteuils de Huyana, Marden et moi-même s'écartèrent à leur tour lorsque au moment de nous lever pour adresser au Lion de feu le signe de respect militaire à l'annonce de la maxime de la Milice d'Asaria que nous nous empressions de répéter après lui.

- Qualitas potentia nostra ! Pour l'amour d'Asaria !

Officiellement terminée, je saluais respectueusement mes supérieures et le capitaine avant de prendre congé d'eux et me diriger sur la plateforme ou j'avais laissé mes ordres et mes hommes dans leur préparatifs. Assurément que le plus gros seraient encore au réfectoire par ordre de Van Brenner. Mais c'était mieux comme ça. Ainsi je serais plus apte à me concentrer sur de nouvelles manoeuvres pour débusquer nos proies et les ramener aux pieds du Général. Pour la première fois depuis que j'étais rentré dans le bureau je laissais libre cours à mon excitation en exhibant un sourire sauvage sur mes lèvres. Mes sang bouillonnait dans tout mon corps et je n'avais qu'une hâte... Que l'opération commence...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte PNJ
Un visage aux multiples facettes
avatar
Messages : 95

Côté coeur : *

Activité/Profession : *

MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   Sam 6 Mai - 15:26



Si Marden s'était tû durant tout le briefing du Général Van Brënner et avait respectueusement écouté les précisions du Commandant Huyana, il bouillait intérieurement de passer à l'action et de démontrer son dévouement indéfectible à Asaria et à la vision qu'en avaient les deux hauts gradés. Il constata, non sans soulagement, que le Lion, en habile stratège, avait su éviter que ses deux bras armés se marchent sur les pieds en leur assignant des missions bien distinctes. Lui opèrerait sous les ordres du Commandant Huyana, un autre fauve tout aussi redoutable, tandis que Dearden devait faire équipe avec un agent spécial. La Main du Diable... Il l'avait croisée naguère lors d'une séance d'entraînement. Ils avaient partagé quelques joutes verbales et physiques, histoire de tuer le temps qui s'étirait comme un chat paresseux, dans l'attente du passage à l'action, du déploiement de l'Opération. La belle féline et Marden partageaient le même déplaisir de l'attente et la même soif d'action. Dallas sourit tout en gardant les yeux baissés, imaginant ce que pourrait donner une collaboration entre elle et Dearden. Lequel arracherait les yeux de l'autre le premier ?

D'autant plus qu'ils se voyaient affectés d'un travail de préposé au triage du courrier. Tandis que lui, Dallas Marden, allait vivre la part la plus exaltante de la mission. Dégommer, sous les ordres d'un Ancien légendaire, tous ces parasites écœurants qui occupaient illégalement les souterrains et une partie du Bidonville. Les Humains n'étaient à ses yeux que des étrons collés à ses rangers dont il faudrait se débarrasser par le feu, le sang et l'eau. Tous les moyens seraient bons, mais les voir souffrir et exploser en morceaux de bidoche et de tripes sitôt sortis de leurs tunnels serait jouissif. L'équipement dont étaient munis les véhicules lourds leur offrait une large gamme de moyens d'éradiquer ces merdes. Et puis rien ne valait la purification par le feu. Une fois tous ces chiens massacrés, il suffirait d'allumer un beau brasier dans  la lande au pied de cette falaise. Marden connaissait cette cascade. Il aimait parfois s'y rendre en moto pour quelques échappées nocturnes. Il y avait quelque chose d'excitant dans ces lieux, comme une présence. Cette impression d'être observé et suivi. Ça lui foutait une décharge d'adrénaline monstrueuse. C'était un coin reculé et sauvage juste au pied des premières montagnes. Le relief s'élevait très vite dès qu'on s'éloignait vers le nord-est. Il y avait des Morènes, d'anciens glaciers qui avaient modelé la géologie des lieux. Les plus hauts sommets s'élevaient tout simplement à des hauteurs vertigineuses. Personne ne s'était aventuré dans ces cimes, sauf peut-être des Anciens. Qui pouvait savoir ? En tout cas, aucun Humain n'y survivrait et même les Asariens de seconde génération n'étaient pas tous taillés pour l'aventure. A moins d'avoir, comme lui, un entrainement monstrueusement poussé. Rien que pour ça, Dallas, espérait presque qu'un de ces nuisibles arrive à s'enfuir. Comme il prendrait plaisir à le traquer et à lui laisser croire qu'il avait une chance... Le laisser s’enfoncer dans l'enfer des sommets ... Durant la saison d'hiver, même un Asarien non préparé à la survie en milieu extrême en crèverait. Ce pourrait être amusant de voir si ces Insoumis étaient aussi résistants qu'on le prétendait.

Ahh une communion avec mère Nature ! Et pendant que lui, Dallas Marden, vivrait ces moments exaltants aux côtés d'un homme fascinant tel que le Commandant Huyana, Dearden, pataugerait dans la merde des égouts tout en supportant l'arrogance de cette belle garce de Tueuse. Sa mission n'étant que de rapporter au pied, tel un toutou fidèle, les proies désignées par son Maître, le Général Van Brënner. Un chien d'arrêt, avec une chienne... Décidément l'idée lui plaisait et il dût crisper ses maxillaires pour éviter d'afficher un large sourire sur son visage au teint mat. Cependant, dans le regard vert du beau Capitaine, une lueur terriblement moqueuse se destina à Dearden. Il se ressaisit rapidement, ne laissant plus rien paraître que la concentration analytique propre au soldat. Le Général mit fin à la réunion d'Etat-Major en se levant et tous firent de même. Les voix de joignirent pour le salut et la devise de la Cité.

- Je suis infiniment honoré de servir Asaria sous vos ordres, mon Commandant, mon Général ! Je saurais me montrer digne de votre confiance ! Qualitas Potentia Nostra ! Pour l'amour d'Asaria !

Dearden avait bien donné le change et s'il était déçu, il n'en avait rien laissé paraître. Chacun partit à ses affectations et Dallas s'apprêtait à achever les derniers préparatifs selon les directives du Commandant Huyana. Il ne put cependant s'empêcher, une fois dans le couloir, d'adresser un clin d’œil arrogant à Dearden.

- Cette fois, mon vieux, c'est moi qui vais m'offrir un bon bain de sang. Ne te perds pas dans les souterrains avec la main du Diable. Fais gaffe à tes fesses !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(Terminé) [Intrigue] : Opération Catacombes phase I (Elijah Huyana, Scott Dearden, Dallas Marden et l'escadron d'élite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]
» Mission Intrigue "Le Pacte des Loups" [Livre 1 - Terminé]
» Présentation - Ichigo Kurosaki [Terminé || Phase de Relecture]
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre de Prophétie : Asaria :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps :: » RP Intrigues-
Sauter vers: