Paradox

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gabriel Laymann
Invité
avatar

MessageSujet: Paradox   Dim 30 Oct - 16:00



Ce RP se situe après le retour de Gabriel et avant les rps qu'il a avec les Ministres (Emily, Alexander et Kylian).Vous comprendrez en le lisant qu'il prend place dans un espace temps particulier qu'on pourrait situer, si tant est qu'on puisse aligner les deux, peu après Hell in the slum. Je précise que ce RP ouvre une perspective que vous pourrez exploiter ou pas. D'ailleurs, il est probable que ce RP aura des prolongements avec les joueurs qui seront intéressés (me mp si c'est votre cas ou même pour me poser des questions sur le paradoxe temporel).
J'ajoute que je vais répondre à tous les rps en retard que j'ai et en ouvrir d'autres.  Bonne lecture à ceux qui auront le courage !



Allongé dans le confortable sofa de la salle de contrôle de la tour d' A.U.R.I.S, je récupérais de cet éprouvant voyage, de ces visions apocalyptiques tant redoutées. Cela avait eu lieu, j'y avais assisté. C'était la réalité. Une réalité ...


Early in the morning:
 



Cette réalité dingue qu'il m'avait bien fallu admettre sitôt que j'avais pris le risque de mettre un pied hors d' A.U.R.I.S. pour aller constater par moi-même ce qui était en train de se jouer sous les Dômes. Je n'avais d'ailleurs pas eu le choix malgré l'exposition prématurée que cela m'imposait. Les informations qui nous venaient de l'extérieur faisaient état d'une alerte maximale de la Milice et  la chaine d'info gouvernementale parlait en boucle d'un début de guerre civile à l'instigation de "terroristes". Tout cela ne disait rien qui vaille et Malkovik pouvait bien me supplier du regard de ne pas y aller, je devais savoir ce qui se passait dans "ce dehors-là". Je n'avais pas prévu de refaire surface de façon aussi abrupte et j'imaginais sans peine l'incompréhension qui serait la leur, si je croisais Scarlett, Mara, Jessica, Sélène, Zack ou toute personne me connaissant plus qu'un fan. J'avais pensé préparer mon retour. Le Destin en avait décidé autrement et ne me laissait pas davantage de temps que lors de mon départ. D'ailleurs si ce que nous avions compris du phénomène Markus et moi s'avérait, il se pouvait tout aussi bien que je sois un obscure inconnu ou même déjà mort dans ce monde-là. Pourtant, j'avais franchi le pas et étais parti en reconnaissance dans ce que nous soupçonnions d'être un avatar d'Asaria, une de ses multiples représentations parallèles... J'étais encore loin de m'imaginer alors, que j'allais assister à l'incarnation de tout ce que je voulais éviter au peuple asarien. Le film en cinémascope de mon pire cauchemar ...

Je me redressai pour m'asseoir sur le canapé et me massai les tempes comme si cela pouvait chasser ces visions de carnage aux quelles j'avais assisté quelques heures auparavant. Je n'avais pas eu le choix, non. Chacune des personnes que j'avais voulu envoyer aux nouvelles à l'extérieur s'était heurtée à un mur invisible et impénétrable. Toutes les issues d' A.U.R.I.S. semblaient condamnées comme si le bâtiment entier était sous un autre dôme, indépendant et invisible. Sans aucune issue perceptible. En rage et brûlant de savoir de quoi il retournait à l'extérieur, j'avais finalement tenté de franchir moi-même la porte principale du hall d'entrée et, comme je l'avais pressenti, je m'étais retrouvé sans aucune difficulté sur le trottoir. Il m'avait été facile également, de passer ensuite d'un dôme à l'autre pour finalement découvrir une agitation de plus en plus fébrile lorsque je survolais le Dôme humain. La situation du Bidonville était particulièrement insoutenable et quand je m'étais matérialisé sous ma nouvelle apparence pour approcher la surface du sol mon cœur s'était serré en identifiant distinctement plusieurs personnes chères dont il m'avait semblé percevoir la détresse. La suite des événements était à présent gravée dans ma mémoire en de douloureuses images comme elle l'était certainement dans celle des survivants de ce carnage monstrueux.

Quelque part dans cette "autre réalité", Mara, soutenu par l'homme de sa vie et par sa fille, pleurait les Pacificateurs tombés à terre, et tous les innocents, Scarlett découvrait sans doute un des plus précieux secrets des Terres Sauvages et assistait au rétablissement de sa petite protégée. Amaria se posait des questions sur cet être étrange dont elle avait croisé la route au cœur de la bataille. Je souris à cette pensée réconfortante. Malgré les massacres et ces heures sombres, Mara était entourée des siens, Scarlett enfin en sécurité et parmi ceux à qui je voulais la confier, parmi les miens. Amaria ... ma sœur ... combien de fois nos chemins devaient encore se croiser avant de nous réunir ?

Mon esprit vagabonda encore sur les événements dont j'avais été le témoin dans cette dimension puis les mots de l'Entité me revinrent en mémoire. Pas ceux que j'avais perçu sur le champ de bataille, mais ceux plus anciens du soir où ma nature m'avait été rendue. Malgré moi cette promesse improbable revenait régulièrement me hanter... Un fils ... Zack aurait pu en témoigner, il était fort possible que je sois père, sans le savoir, du fruit de plusieurs nuits de débauche ou d'aventures sans lendemain. Ce qui ne cadrait pas avec le possible témoignage de mon acolyte était qu'on m'annonçait un fils à naître et non déjà né. La bonne blague. J'étais tellement occupé ces derniers temps que si je n'avais pas eu des besoins d'élimination naturels, j'aurais probablement oublié que j'avais une ... Enfin une ... Mais merde! Pourquoi mon esprit ne parvenait-il pas à penser ce mot ? Une q ... une .. une. C'est quoi ce bor ..bazar ? Je résolus de prononcer le mot à voix haute.

- Que ... nouille! Put... ride rombière édentée de mauvaise vie! Mais fais chi ... suer!!


Chaque tentative de prononcer un mot ordurier se solda par un tremblement des murs vitrés et de la tour tout entière. Je levai les bras au ciel, exaspéré.

- Ok, ok! J'ai compris ! Alors quoi ? Je n'ai plus le droit de dire des gros mots ? Et en chantant ?

Je fis un essai avec un couplet de Robin Hood qui se trouva immédiatement censuré et fit trembler la tour de façon conséquente.

- Hé ben, ça va être pratique en concert !


Mais j'avais bien d'autres sujets de préoccupation, au delà de ma soi-disant paternité à venir qui, étant donné ma vie monacale, devrait certainement résulter d'une opération divine. Je savais que Mara, Amaria et Scarlett avaient échappé à la mort et étaient en sécurité dans cette "autre réalité", mais je savais également que beaucoup d'êtres innocents avaient péri. Cette vision d'une autre dimension n'était pas la première et chacune de celles que j'avais vécues portait un message, qu'il soit avertissement ou espoir d'un possible meilleur. Celle-ci ne différait en rien des autres mis à part la façon dont elle était survenue. Elle avait choisi la lance d' A.U.R.I.S pour s'imposer et se substituer à notre réalité. C'était également la première fois que deux dimensions cohabitaient, le bâtiment d' A.U.R.I.S. étant resté le seul point d'ancrage dans notre monde. Je m'efforçais de remettre de l'ordre dans mes pensées, me rememorant l'issue de ces moments dramatiques encore récents et pourtant étrangers au monde où je me trouvais à présent.



retour à la réalité:
 


Oui, dès que l'alignement était revenu à sa position initiale, j'avais voulu voir de mes propres yeux que ce monde qui était le mien, ce monde que je pensais haïr, n'avait pas basculé dans la folie la plus totale ! Pas encore! Je voulais m'assurer que je pourrais encore empêcher cette réalité là de se calquer sur celle que je venais de voir. Je voulais croire encore à l'alternative que j'avais fait découvrir à Sélène ... Celle que j'avais décrite à Jessica, celle pour laquelle je me battais depuis toujours ...

Mes forces m'avaient pourtant trahi sur le moment, et j'avais sombré dans l'inconscience. Markus, assez inquiet des symptômes de perte de repères et des troubles d'élocution que j'affichai, m'avait installé sur le canapé pour que je récupère. Mais à présent que j'avais repris pied, maintenant qu'il était plongé dans ses calculs scientifiques pour étudier le fameux pont d'Einstein-Rosen que le canon sonique avait créé, je savais qu'il était temps de revenir parmi les vivants ... parmi les miens. Pour défendre finalement ce monde que je ne haïssais pas assez pour le laisser sombrer dans le néant.
Revenir en haut Aller en bas
 
Paradox
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Paradoxe du Cygne d'Argent
» DC : FLASHPOINT
» Les jeux Paradox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of A :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: