Les derniers préparatifs [Oliver]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Héléna Carter
Pacificatrice Asarienne
avatar
Messages : 757

Localisation : Toujours à fouiner !
Côté coeur : En plein doutes

Activité/Profession : Journaliste/ Reporter de terrain au Times

MessageSujet: Les derniers préparatifs [Oliver]   Sam 15 Oct - 22:36

Janvier 2115


- Mademoiselle Carter, les photos que vous avez demandées pour votre prochain article sont arrivées.

Je me retournai en entendant la voix de l’employé derrière moi, reposant la thermos de café et mon gobelet pour récupérer l’enveloppe. Il ne me manquait plus que cela pour boucler mon prochain article. Je n’avais plus qu’à le relire et le vérifier une dernière fois. Vu l’heure assez matinale, puisqu’il n’était que 10 h00 du matin, je pourrai l’envoyer en salle de presse pour la sortie du prochain numéro du Times, à savoir demain.

- Merci bien !

Décachetant l’enveloppe, je pris les clichés et à ma grande surprise, les photos n’étaient…pas du tout à quoi je m’attendais ! Le style me surpris, m’étonna beaucoup. Grant  avait pris quelques jours de vacances et le Times se retrouvait sans photographe professionnel, avec des stagiaires dans les recoins des bureaux. Rectification : le Times avait d’autres photographes titulaires, mais je ne bossais qu’avec Grant depuis son retour parmi nous.

- C’est qui qui m’a pondu des trucs aussi…horribles ??!!

- Attendez, j’ai ma liste avec moi…Il regarda son papier cherchant à qui appartenait ces photos. C’est un de nos jeunes nouveaux : Harry Calfin.

- Bon, je suppose que je ne peux rien n’ajouter de plus à tout cela …

- Je suis navré Mademoiselle Carter.

- Je ne peux pas attendre davantage. Je prends les clichés, mais si je lui mets la main dessus, il va m’entendre ce stagiaire !

Glissant photos et enveloppe sous le bras, je récupérai mon gobelet de café fumant et je me dirigeai rapidement vers le bureau de mon futur époux, faisant claquer mes talons d’impatience et d’énervement sur le carrelage brillant de la salle de rédaction.  J’arrivai au niveau du bureau de sa secrétaire de direction qui releva à peine son visage sur moi. Je voyais bien derrière ses lunettes qu’elle m’observait avec une pointe d’ironie. Depuis le début de l’annonce de mon mariage avec Oliver, elle me détestait. C’est vrai qu’habituellement c’est toujours la secrétaire qui épouse le patron. Là, elle devrait s’y faire qu’Oliver ne serait pas à elle. Puisqu’elle faisait comme si j’étais invisible, pourtant, je ne possédais pas ce don, je dus me forcer à parler la première.

- Pouvez-vous annoncer à Monsieur Van Harper que je suis là et que j’aimerai le voir pour quelques minutes ?

Elle dédaigna enfin arrêter le travail qu’elle faisait pour me regarder avec son air coincé.

- Monsieur Van Harper a bien précisé qu’il ne voulait être dérangé sous aucun prétexte ce matin.

J’allais lui arracher les yeux si elle continuait de cette manière-là.

- D’accord … Alors écoutez-moi bien ! Je vais vous proposer deux solutions : soit vous appuyez sur le bouton de l’interphone avec votre ongle hyper manucuré et vous m’annoncez à Monsieur Van Harper … soit, j’ai mon téléphone avec moi et je lui envoie un SMS en lui indiquant que sa secrétaire de direction ne veut pas faire son job correctement et que je suis plantée là depuis plusieurs minutes. A vous de choisir la meilleure option.

Le visage de la secrétaire s’empourpra de colère et je faillis éclater de rire. Je ne savais pas où je trouvais toute ma concentration pour rester sérieuse devant ses mimiques. Elle consentit enfin à communiquer avec Oliver qui lui ordonna de me laisser entrer.

- Vous voyez que ce n’était pas aussi difficile !

J’ouvris la porte et j’entrai dans le bureau du directeur du Times. Il était assis derrière son bureau, effectuant lui aussi un dernier travail. Je fus plus rapide que lui et j’étais déjà arrivée à son niveau avant qu’il ne se redresse de son fauteuil. Je m’assis au bord de son bureau, près de lui en déposant mes dossiers et mon café encore chaud.

- Je dois passer à la boutique pour faire le dernier essayage de ma robe. C’est tout bon pour ton costume ?

J’étais une vraie pile électrique ce matin. Attendez, je vous vois arriver en me disant que je suis toujours comme çà. Non mais là, c’était très différent. Nous allions nous servir de tout le reste de notre matinée et de l’après-midi pour fignoler les derniers préparatifs de notre mariage. Même aujourd’hui, encore, le mot mariage me paraissait à la fois étrange et si intense que j’étais excitée comme une puce. Nous avions tout prévu…Du moins, je crois qu’avec Oliver nous avions assez discuté durant plusieurs mois pour tout mettre à plat, ne rien oublier, ne rien laisser au hasard. Officiellement, pour le Times, le gouvernement et les médias, nous allions faire une cérémonie privée avec nos familles et nos témoins. Officieusement, le mariage se déroulerait au QG des Pacificateurs.

- On se rejoint au fleuriste dans une petite heure puis on doit passer signer le chèque au traiteur, récupérer les alliances. Et je crois qu’on n’aura tout.

Enfin, non, j’avais un détail à m’occuper de la plus haute importance. C’était même assez pressant parce que nous allions nous marier d’ici un mois. Je n’avais toujours pas choisi mon témoin et j’avais mon idée derrière la tête. Je devais juste trouver un moment pour avoir un tête-à-tête avec lui…J’imaginais bien sa réaction devant ma demande, un peu particulière vu que nous nous n’étions pas revu depuis des mois…Je croisais mes jambes, alanguie sur le rebord du bureau.

- Nous n’avons toujours pas discuté de notre nuit de noces.

Je me penchais au creux de son oreille, joueuse et mutine, pour lui murmurer ces quelques mots :

- Tu me préfères en guêpière et porte-jarretelles ou en nuisette et string ?

Je savais qu’en attisant ses fantasmes j’allais faire réagir mon homme. Je me redressai un peu, tout en tentant de garder mon sérieux alors que son téléphone se mit à retentir dans la pièce. Oliver garda son sérieux et décrocha. Tandis qu’il conversait avec  la personne,  j’avais retiré mes talons et j’avais glissé mes pieds sur ses cuisses. Je me délectais de la situation, amusée de la façon si sérieuse qu’il prenait pour éviter de céder à mes caresses.





© Ponzu


Dernière édition par Héléna Carter le Lun 7 Nov - 20:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Les derniers préparatifs [Oliver]   Jeu 27 Oct - 0:33


Il faut soigner votre image et vous prêtez au jeu, vous ne pouvez pas continuer comme ça…

Au bout du fil un des présentateurs vedettes d’un talkshow très suivi par les asariens, sauf que pour moi son émission était plus du genre télé poubelle qu’autre chose, si d’autres aimaient s’adonner à ce genre d’exercices, de mon côté j’en avais horreur, et je savais qu’Héléna de son côté pensait la même chose. Il me présentait comme argument que j’étais un des hommes les plus puissants d’Asaria et que j’avais choisi de faire un travail qui me mettait sous le feu des projecteurs et ce fait il fallait que j’étale ma vie en public. Pourquoi avais-je accepté de lui parler ? Ah oui en effet, pour ne pas qu’on pense que le ministre de la communication avantage des journalistes et des présentateurs plus que d’autres. Cette fichue notion d’égalité qui me créait parfois plus des problèmes qu’autre chose. Et des fois, cela me faisait même demander pourquoi j’avais accepté ce travail au début.

Mais très vite je me souvenais que la maîtrise de l’information était fondamentale pour asseoir le pouvoir d’un gouvernement, et cela Alianka et les siens l’avaient très bien compris, voilà pourquoi ils avaient au tout début décidé qu’il y aurait un ministre qui aurait la main mise sur ce domaine, pourquoi cela ? Parce que les médias sont essentiels, peut-être plus encore que les autres pouvoirs. Déjà dans l’ancien monde, les dirigeants de grands médias étaient des personnes parmi les plus puissantes qui soient, et les choses n’avaient guère changé aujourd’hui, je préférais donc avoir ce poste que de savoir que quelqu'un d'autre dont les idées seraient proches de celle d'Alianka l'ait. Et si j’avais décidé de créer mon propre journal après, ce n’était pas seulement pour assouvir un rêve que j’avais depuis le plus jeune âge, mais surtout pour lutter contre une éventuelle tentative de désinformation que pourrait entreprendre le gouvernement.

Quoi qu’il en soit, je savais que je n’allais pas me débarrasser de ce type en lui disant non alors j’avais opté pour une autre tactique.

Très bien, je vais réfléchir à votre proposition, mon assistante vous contactera dans la journée...Je vous souhaite une bonne journée.

Et je raccrochais, c’était mieux que de devoir trouver des arguments que de toute façon il n’allait pas comprendre ni accepter. Je m’adossais à mon siège en regardant la pile de dossiers que ma secrétaire avait déposé en disant qu’ils étaient urgents, et j'étais assez content de moi parceque j’avais presque finit de tout étudier. A dire vrai depuis quelques jours il y avait tellement de choses à faire et auxquelles il fallait penser et tout allait si vite que j’avais l’impression que 24 heures durant la journée ce n’étaient pas suffisant, mais vraiment pas du tout.

Entre mon travail au ministère, le journal et surtout la préparation du Mariage que je voulais parfait pour Héléna, j’avais l’impression que je ne pourrai jamais tenir le rythme. Je soupirais en les regardant avant de me pencher en avant pour prendre le dernier dossier qu’il me restait, mais je n’avais pas eu le temps de voir ce qu’il contenait que l’interphone retentait m’annonçant ma future épouse qui voulait me voir. Sans perdre de temps je redéposais le dossier tout en haut de la pile avant de l’éloigner en la mettant sur le bord du bureau, ils allaient devoir attendre encore un peu. Mais à peine avais-je fini de les éloigner qu’Héléna était déjà près de moi, déposant ses affaires sur le bureau également, je souris du coin des lèvres en voyant le café, elle était déjà survoltée, si en plus elle rajoutait le café à l’équation ça allait faire un mélange explosif. Et bien sûr sans perdre de temps elle abordait le mariage.

Oui, il est prêt, d’après le tailleur, je pourrai même me marier aujourd’hui.

Je n’étais pas vraiment stressé par le mariage en lui-même mais par tous ces préparatifs, en fait j’aurai même préféré qu’Héléna se charge de tout toute seule, mais étant donné son état de surexcitation encore plus visible que d’habitude, je préférais ne pas aborder cette option.  

Tu vois chérie, je pense que nous allons y arriver finalement.

Me contentais-je de lui dire en souriant en réponse au programme de la journée qu’elle venait de m’énumérer. M’enfin tous les sujets concernant le mariage n’était pas aussi stressants, par exemple celui qu’elle venait d’aborder en croisant ses jambes sous mes yeux m’inspirait beaucoup plus, et surtout de la façon qu’elle avait d’en parler. Je fermais les yeux un instant avant de les ouvrir pour plonger mon regard dans le sien.

Hmm…Cruel dilemme ! Je dirai…Et bien sûr mon téléphone n’avait pas trouvé meilleur moment pour sonner, et en plus c’était un appel très important que j’attendais depuis ce matin, quelle plaie.Excuse-moi je dois répondre.

A l’autre bout du fil un des nombreux collaborateurs au ministère de la communication qui avait été chargé de vérifier la légalité de la diffusion d’une émission sur une des chaînes asariennes, je souhaitais prendre les devants avant que d’autres personnes décident de donner encore plus de proportions au problème.

Non, on ne demande rien, adressez leurs… Evidemment, Héléna n’avait que faire du fait que je parlais au téléphone, ni que ce soit un sujet très important, non ma future femme avait décidé qu’elle allait s’amuser un peu avec moi en glissant ses pieds nus - puisqu’elle s’était débarrassée de ses talents - sur mes cuisses, je la défiais du regard comme pour lui dire qu’elle ne perdait rien pour attendre avant d’essayer de compléter ma phrase tout en essayant de rester sérieux face à de telles avances…Adressez leurs une première et dernière mise en demeure, s’ils ne souhaitent pas se plier aux lois alors…Deux secondes de silence une nouvelle fois alors que je tentais de rester sérieux face aux avances insistantes de celle que j'aimais, et je décidais de mettre fin à la conversation...nous les obligerons tout simplement.

Je raccrochais rapidement sans rajouter quoi ce soit, de toute façon Héléna n’allait pas arrêter son petit jeu si je continuais. Je la regardais alors qu’elle avait son air triomphant sur le visage.

Ce n’est pas gentil d’avoir fait.

Je rapprochais en suite un peu ma chaise avant de laisser mes mains remonter le long de ses jambes en de douces caresses, mes doigts glissèrent en suite sous sa jupe s’aventurant avec douceur vers l’intérieur des cuisses pour enfin s’y arrêter, puis lui souriant de nouveau je répondis à sa question.  

Je veux te voir en guêpière et porte-jarretelles.
Revenir en haut Aller en bas
 
Les derniers préparatifs [Oliver]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Video : Les derniers maîtres de la Martinique
» Les derniers Vikings
» les derniers moments du president Aristide
» Oliver Green
» Oliver • I can't remember. •

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Children of A :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: