Un petit moment en famille [Mara & Héméra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Un petit moment en famille [Mara & Héméra]   Ven 30 Sep - 1:42




C’est ironique de se croire fort ou immortel quand on ne peut profiter de la nature sans être protégé par des dômes immenses, et c’est triste de devoir attendre le coucher du soleil pour pouvoir voir les personnes qu’on aime, mais c’était ainsi et il fallait faire avec. Mara me manquait, Héméra me manquait, et bien sûr nous nous étions habitués à cette situation, nous savions que nous nous ne pourrions pas vivre comme tous les autres couples mais il demeurait toujours cette envie tellement présente en moi, de pouvoir rester avec les deux trésors de ma vie sans devoir penser à repartir à un moment donné. Subir la privation de l’autre était toujours une chose difficile, mais dans certaines situations c’était un supplice, et quelques jours après l’horreur qui avait frappé le dôme de la division humaine, je ne pouvais supporter d’être loin d’elles, de ne pas être là pour elles, je savais que Mara comprenait, je savais que Héméra savait pour quelle raison je ne pouvais être avec elle autant qu’on le souhaitait, mais j’avais toujours cette crainte qu’elles puissent penser que ma présence leur faisait défaut.

J’avais quitté les bureaux du Times assez tôt pour pouvoir rejoindre les terres sauvages, ce qui s’avérait être encore plus difficile à faire que d’habitude puisque depuis quelques jours la surveillance a été intensifiée, que voulait le gouvernement exactement ? Eradiquer tous les humains ? Qu’il n’y ait plus aucun contact entre asariens et humains ? C’était insensé. J’avais passé presque tous le voyage jusqu’aux terres sauvages à penser à cela, au monde dans lequel ma fille évoluait, j’aurai souhaité tellement mieux pour elle, ils la privaient de son enfance, et jamais je ne leur pardonnerai cela.

Et alors que je m’approchais de la maison que j’avais bâti pour mes trésors, je pouvais entendre des rires et des gémissements, il ne fallait pas être un génie pour savoir qu’il s’agissait de ma fille qui jouait avec son compagnon à quatre pattes, lui aussi grandissait à vue d’œil, et j’avais quand même toujours cette appréhension qu’Héméra s’attache trop à lui, même si cela semblait être un peu tard pour cela, et au bout de quelques secondes, ma silhouette apparaissait aux yeux de ma petite fille, un sourire s’était dessiné sur mon visage, comme à chaque fois que je la voyais, comme à chaque fois que j’étais avec elle, elle était près de la maison dont la porte d’entrée était ouverte, sans doute pour que Mara puisse l’entendre. J’effaçais les quelques mètres qui nous séparaient pour aller prendre ma fille dans mes bras.

Bonsoir princesse ! Tu m’as tellement manqué.

Je caressais Snow qui venait à ma rencontre également, avant de reporter mon attention sur le petit ange qui me dévisageait avec ses grands yeux.

Tu vas bien chérie ? Et comment va maman ? Tu t’es bien occupée d’elle j’espère ?

On avait parlé la dernière fois avant que je parte, lui faisant me promettre qu’elle serait sage, non pas qu’elle ne l’était pas d’habitude, mais qu’elle fasse encore plus d’efforts pour ne pas fatiguer Mara qui devait se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un petit moment en famille [Mara & Héméra]   Ven 21 Oct - 22:45

Bien que le froid commence à se faire ressentir, j'étais au dehors en ce début de soirée, bonnet sur les oreilles, écharpe autour du cou et gants aux mains, jouant dans le jardin avec Snow qui commençait à prendre de la place, il allait bientôt avoir un an, si je comptais bien. Il n'y avait pas encore de neige mais je l'attendais avec impatience, maintenant que le loupiot blanc avait développé sa musculature et son endurance. Il pourrait certainement tirer sans effort la luge que papa m'avait offert au noël dernier, et que je n'avais pas encore essayé avec mon ami à quatre pattes, il était alors trop petit pour cela. Ce qui ne nous avait pas empêché de nous installé tous les deux sur la surface de bois, lui dans mes bras, et d'en profiter tout de même.

Après la nuit d'enfer et d'angoisse d'il y a quelques jours, l'on pourrait penser que je serais restée à l'intérieur, par peur d'un quelconque danger, mais je voulais profiter de ma liberté, de mon enfance que je sentais s'effriter à chaque malfaisance commise autour de moi. Je savais que je grandissais vite, et si mon organisme vieillissait normalement, mon esprit lui prenait les événements en compte, je me posais des questions, je comprenais des choses et tout cela me faisait prendre en maturité plus vite que ce que j'aurais dû et voulu. Je savais que mes parents le craignaient, mais je ne pouvais rien y faire. Pour survivre, il me fallait à tout prit comprendre et m'endurcir. Je ne pouvais rester cloîtrer et dans l'ignorance, Le fait que je sois entourée d'adultes, sans de jeunes avec lesquels jouer participait sans doute à cela.

Riant aux cabrioles du loups, je sentis arriver Papa, qui rentrait de son travail. Je vins à sa rencontre quand il s'approcha un peu plus près, et me blottis dans ses bras, contente de le voir de retour.

"-Tu nous as aussi manqué Papa."

Souriant, je laissais Snow venir réclamer son attention, récoltant des caresses. Pour ce que j'en savais, il était à présent une sorte d'ado, et deviendrait vraiment adulte que vers ses 3 ans. J'espérais qu'il pourrait vivre sa vie d'ici là, mais je craignais toujours les Miliciens et autres chasseurs, alors quand il partait rejoindre les siens, je le suivais... Quand je ne l'amenais de moi-même durant une balade furtive... Chose qu'il me vaudra sans doute stopper dès à présent, à moins de trouver une manière correcte pour qu'il puisse rester dans son élément et ne pas trop s'imprégner des Hommes.

"-Je vais bien, et Maman aussi. Je fais attention oui et c'est pour ça qu'on joue dehors, Snow prend un peu trop de place maintenant, dans la maison. Et comment ça se passe là-bas? C'est pas trop dangereux d'y retourner?"

Inquiète? Oui, évidemment, mais je savais aussi pour l'avoir souvent entendu que la peur n'évitait pas le danger, et que de toute manière, il fallait continuer à vivre, continuer à se battre. Seuls les humains avaient été pris pour cible lors de la nuit de terreur où Maman avait été blessée. Papa lui n'avait sans doute rien à craindre... Du moins je l'espérais.
Revenir en haut Aller en bas
Mara Jade
Leader des Pacificateurs
Humaine

avatar
Messages : 1726

Localisation : Asaria et ses plaines
Côté coeur : A tout jamais lui

Activité/Profession : Leader / Se battre pour un futur meilleur

MessageSujet: Re: Un petit moment en famille [Mara & Héméra]   Ven 28 Oct - 18:16

RETOUR DANS NOTRE REALITE




Toutes ces voix, ces cris, ces corps qui jonchaient le sol. Le bruit des détonations des armes lourdes de la Milice. Nous étions impuissants, de pauvres petits insectes comme aimaient nous le rappeler le gouvernement face au déploiement de la force de frappe de son bras armé. Je n’avais jamais vécu autant de terreur. J’avais entendu, petite, les récits qui se perpétuaient  au sujet de la pluie de feu, du massacre d’une grande partie de notre planète. Comme tous les humains et les jeunes Asariens, je n’avais pas vécu ce Chaos et je m’étais battue toutes ces années contre les erreurs du passé à ne plus commettre à nouveau. Et pourtant … Nous avions échoué. Nous n’avions pas pu empêcher la destruction du dernier berceau de vie de la Terre. Toutes ces silhouettes familières, ces inconnus aussi qui tentaient dans un dernier espoir de protéger leur famille. Ces flammes qui surgissaient du sol brisé telles l’Enfer qui ouvrait sa gueule béante sur nous. Je n’avais jamais été aussi impuissante et aussi écœurée. Mes larmes coulaient en silence sur mes joues. Je sentais la douleur me vrillaient le corps. J’avais été touchée et Grant  avait retrouvé au milieu de tout ce carnage … Et cette lumière … Non c’était beaucoup plus que cela …
Une autre explosion …
Un visage familier … C’était impossible.
Des ailes …
Et …

Je me redressai en sursaut dans mon lit, essoufflée et en sueur. Je dus cligner plusieurs fois des yeux pour m’adapter au décor de ma chambre. Ma maison au cœur de la forêt … loin de la cité, du bidonville et de cette horreur … si vraie… si épouvantable. Instinctivement je portais ma main à ma hanche. J’avais mal. Du moins c’était la sensation étrange, une sorte de lancement qui me brulait. Je relevais mon pull dans un geste précipité. Ma peau ne portait aucune marque, aucune blessure. Pourtant cette impression de malaise ne me quittait pas. Je n’arrivais pas à m’en détacher. Je basculais mes jambes hors du lit et tout ce mit à tourner au moment où je me redressai. Je m’agrippai à la table de nuit et je chassai ces nausées et ce tourbillon d’émotions qui m’étreignaient dans leur gangue sombre. Je percevais le rythme effréné des battements de mon cœur contre ma poitrine, affolé. Ce cauchemar  n’avait rien avoir avec tous ceux que j’avais pu faire tout au long de ma vie. Mes nuits pouvaient être tranquilles comme elles pouvaient être agitées d’horreurs de mon passé. Mais celui-ci était si … différent … si … monstrueux. Je parvins à m’approcher de la fenêtre et du bout des doigts, tremblante, je poussai lentement le rideau qui me cachait la vue magnifique de la nature qui s’endormait lentement. J’ouvris la fenêtre. Il faisait froid. Les températures de l’hiver se ressentaient de plus en plus et pourtant rien qu’en respirant cet air pur, mon corps et mon esprit se calmèrent. Tout me paraissait serein au cœur de cette nature.  Je m’efforçais de me répéter que ce n’était qu’un cauchemar. Mes yeux se posèrent sur mes mains qui tenaient le rebord de la fenêtre. Des traces de sang se superposèrent sur ma peau, mes vêtements étaient déchirés, tachés de sang et  une autre douleur se réveilla à ma cuisse.  Il n’y avait pourtant rien … Absolument aucune trace …

Un battement d’ailes, celui d’une chouette des neiges, la Harfang s’était posée sur une branche, en face de moi. Elle s’agitait majestueusement et une vision, une autre, s’imposa dans mon esprit … Un Ange … Ce visage que je n’avais jamais cessé d’oublié était présent dans ce Chaos. Je secouai ma tête pour chasser toute cette folie qui m’assaillait sans en comprendre l’origine. Je n’entendais aucun bruit dans la maisonnée. Ma fille ne se risquerait pas de sortir sans m‘avertir même avec Snow sur ses talons. Je refermai la fenêtre et je sortis de la chambre, non sans avoir fait un petit tour dans la salle d’eau pour me rafraichir. Mon reflet dans le miroir m’interpella. J’avais les traits tirés. La fatigue s’était dessinée sans que je sache pourquoi et comment.  Je me rendis compte que mon esprit était en pleine effervescence, que je n’avais de cesse de me poser des questions sans avoir aucune réponse. Je descendis les escaliers pour rejoindre le rez de chaussée. La porte d’entrée était ouverte et je reconnus aussitôt les voix qui discutaient entre elles et le glapissement du chien loup. Je me forçai alors à sourire aux échanges entre le père et la fille qui se tournèrent vers moi dès mon arrivée.

- Voilà donc  où vous étiez passé … Je ne t’ai pas entendu arriver Grant … J’étais … Je me suis un peu reposée …

Ce mot sonnait faux. Je n’étais pas reposée, ni sereine et encore moins détendue. J’étais épuisée. J’évitai de croiser les regards de ma fille et de mon homme. Des frissons me gagnèrent et je me frictionnai les bras.

- Si vous rentriez à l’intérieur, bien au chaud ? La nuit est tombée et les températures avec.  

Je levai les yeux vers le ciel d’encre et si clair à la fois grâce aux rayons de l’astre lunaire. Mon père ainsi que Kévin, l’homme qui avait été un second père pour moi, m’avaient appris à reconnaitre les signes de la nature.

- Il risque de neiger abondamment cette nuit.


 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un petit moment en famille [Mara & Héméra]   Sam 12 Nov - 14:41


La journée avait été longue, très longue, mais le soleil s’était couché, et j’arrivais enfin chez moi pour retrouver ma petite famille, et après la nuit que j’avais passé j’avais besoin de les voir, de m’assurer que les anges de ma vies allaient bien. C’était une sensation bizarre parce que je savais pertinemment que cette sensation que je ressentais n’avait pas lieu d’être, que tout allait bien, que je me faisais du souci pour rien, mais cette perception du monde qui m’entoure qui paraissait si étrange m’avait envahi et ne me quittait plus. La cause ? Ce scénario horrible qui s’était joué devant mes yeux durant mon sommeil la nuit d’avant, toutes ces images de haine, tous ces innocents tués ou blessés, les bidonvilles à feu et à sang et compétemment rasés, et la femme que j’aime que j’avais presque perdu…Et bien qu’à cet instant précis j’étais éveillé, j'avais toujours l'impression de rêver, je ressentais les choses exactement comme dans mon rêve, mais toutes mes pensées étaient absurdes, voire même délirantes. J’avais même du éteindre mon portable après avoir envoyé un message pour expliquer que je ne pourrai pas me rendre au travail.  

L’air frais de la forêt aurait dû me faire du bien mais visiblement il allait me falloir plus qu’une petite marche en pleine air pour oublier les images de l’enfer auquel j’avais assisté, enfin dont j’avais rêvé plutôt, et voilà encore cette confusion. En tout cas ma fille était bien réelle et elle venait se blottir dans mes bras, mon petit joyau, ce que je pouvais aimer de l’avoir près de moi, je lui souriais avant de caresser Snow qui se sentait un peu à l’écart visiblement, mais il allait avoir son petit moment d’attention également.

Je sais que tu veux jouer avec Snow et que tu ne veux pas déranger maman mais là il fait froid, alors on devrait …

Ma phrase était restée inachevée, je n’avais pas le temps de la finir que Mara avait franchi le pas de la porte à son tour pour nous sourire mais elle avait l’air fatiguée, je la connaissais assez bien pour le voir, ou alors peut-être que c’était mon esprit qui me jouait encore des tours. Bon sang, j’étais en train de devenir fou sans aucune raison apparente. « Allez Grant ressaisis-toi » me criait une voix au plus profond de moi. Je m’efforçais quand même de ne rien laisser paraitre.

Oh, en fait je viens à peine d’arriver.

Je souris en regardant ma femme qui venait de dire ce que je n’avais pas eu le temps de finir, alors je me retourner vers Héméra d’un air résolu.

Bon et bien tu as entendu le chef ? On va rentrer, et tu pourras te régaler des bonbons que je t’ai apportés, et me raconter ce que tu as fait de beau…

Elle n’avait pas vraiment besoin de ça pour rentrer, mais un petit coup de pouce n’allait pas faire de mal. Je l’avais alors prise dans mes bras avant de m’avancer vers Mara qui fixait du regard le ciel.

Tu grandis vite tu sais, bientôt je ne vais plus pouvoir te porter…

Arrivés à la hauteur de sa maman, je faisais une petite halte pour déposer un baiser sur ses lèvres.

Tu vas bien mon cœur ?

C’était vrai que le temps s’était rafraîchit, et je scrutais le ciel à mon tour, avant de nous diriger vers la maison, je n’y pensais plus mais c’était vrai que j’avais un peu froid et de rentrer au chaud me ferait du bien.

Il n’y a rien de mieux que de rentrer chez soi.

J'avais prononcé cette phrase à voix basse, c'était plus pour moi que je le disais, et je le pensais réellement, ça me coutait de ne pas pouvoir rentrer tous les soirs, de ne pas pouvoir vivre une vraie vie de famille. Ici loin de tout, loin du tumulte de la vie dans la cité. Je déposais alors Héméra pour pouvoir retirer mon blouson et de le suspendre dans l’entrée. Avant de l’aider à se débarrasser elle aussi de ce qui l’encombrait et contribuait à la rendre un peu plus lourde.

Tu te sens plus légère je suppose ? Puis je lui donnais la sacoche en cuir ou se trouvait ses bonbons. Attends au moins d’avoir dîner avant de commencer.

Je me retournais enfin vers Mara, qui été restée silencieuse tout ce temps. Elle m’avait manqué également, à dire vrai, elle me manquait dès que je n’étais pas avec elle.

Comment s’est passé ta journée ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Un petit moment en famille [Mara & Héméra]   Lun 13 Mar - 23:16

La nuit avait été agitée, des cauchemars, ou du moins, c'est ce qu'il me semblait que c'était, m'avaient réveillés comme cela ne m'était plus vraiment arrivé depuis quelques temps. J'avais été nerveuse, inquiète, le temps de bien me réveiller et me retrouver dans ma chambre. Des visages familiers, des blessés, des cris et de la douleur.... C'était confus, et net à la fois. Des images me revenaient quand d'autres étaient floues. Etait-ce mon rêve? Ou celui de Maman? Parfois, la passerelle que j'avais posé entre nos deux esprits - me servant de ce lien que j'avais avec elle depuis avant ma naissance - me permettait de voir ce qu'elle voyait, de lui envoyer des ondes de réconfort et d'amour.

Alors quand j'avais senti Maman se reposait, je m'étais emmitouflée dans mon manteau, mis mes gants et un bonnet, une écharpe autour du cou, et j'étais allé jouée dehors avec Snow qui grandissait bien. Voilà près d'un an qu'il était avec nous, à présent, et devenait un beau loup, encore adolescent. Jouant avec la luge, c'est en plein partie de glissade et de chahut que Papa nous découvrit, demandant comment Maman allait.. J'eus tout juste le temps de lui répondre qu'elle arrivait aussi, nous invitant à revenir à l'intérieur, les températures commençant à baisser.

Heureuse de les savoir réunis pour cette soirée, je me laissais volontiers emporter dans les bras de mon père qui me ramena au chaud, m'aidant ensuite à me débarrasser de mes affaires de dehors et de la luge, alors que Snow s'ébroua dehors avant de venir s'allonger près du feu, évitant ainsi de mouiller le sol...

"-Plus légère oui. Promis, j'attendrais après le repas."

Souriant, je pris le sac à la main, promettant d'attendre, mais rien ne m'empêcher de regarder ce qu'il y avait à l'intérieur, non? Appliquée, j'ouvris les attaches du sac, curieuse, et voulant laisser mes parents discuter entre eux, quand touchant une partie métallique, je me pris comme une décharge électrique, toute petite certes, mais suffisante pour que je retire vivement mes doigts du sac et ne presse mon doigts douloureux à mes lèvres, fronçant les sourcils.

"-Aïe. Désolée, ça m'arrive de temps en temps depuis..."

Déglutissant, je jetais un oeil à Snow. Il était des choses dont je n'avais encore pas parlé à personne, pas même mes parents. Que ce soit ce qui avait conclu mon escapade d'avec Aaron et la rencontre d'avec Snow, ou bien mon exploration nocturne près d'un lac, et d'un jeune musicien, là-bas... Jeune homme qu'il me semblait avoir vu dans cet étrange rêve ou cauchemars, mais son attitude ne collait vraiment pas à ce dont je me souvenais, et je doutais de ce que je pouvais avoir vu cette nuit...

"-.. Depuis qu'Aaron m'a fait rencontré son amie louve. Notre balade s'est mal terminée, et... Des miliciens, deux patrouilleurs venaient vers nous, alors qu'on était encore dans une clairière. Au début, Aaron m'a demandé de devenir invisible, et de prendre Snow avec moi, car trop visible. C'est ce que j'ai fait, et lui s'est transformé en loup, pour pouvoir se défendre envers les miliciens. A un moment, Kantara la mère louve, après avoir tué le premier, un humain, je crois, s'est jeté sur le second, bien plus fort, mais a été mise à terre, Aaron aussi, ils se faisaient taper dessus par le milicien, sans doute Asarien, vu sa force. Alors en colère, j'ai appelé l'électricité à moi, et j'ai frappé son arme, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de mouvements. Je suis redevenue visible pour rejoindre Aaron, et nous rendre invisible à nouveau, avec Snow, et par voie mentale, j'ai appelé les nôtre à l'aide, ce qui a été entendu, vu que je me suis réveillée dans nos quartiers là-bas, le louveteau blanc à mes côtés... Mais depuis, il m'arrive de recevoir des coup de jus, quand je suis distraite, ou quand je ne contrôle pas très bien mes émotions...."

Je jouais nerveusement avec les lanières du sac, un peu agité, un peu inquiète de leur réaction, alors que je savais que j'aurais dû en parler plus tôt. Mais je n'avais pas osé, pensant que cela me passerait ... Mais ces débordements persistaient, et je ne voulais pas que cela ne devienne trop dangereux. Et avec l'étrange rêve que j'avais fait, il était peut-être temps que certaines choses soient mises au grand jour... Devais-je leur parler du Lac? Ou bien encore de cette excursion avec Snow, et la rencontre d'une étrange femme? Ou de cette nuit... J'avais vu des images similaires dans l'esprit de Maman, tout à l'heure, en jouant... Avais-je vraiment fait ce rêve, ou bien était-ce elle seule, et en avais-je eu un aperçu par notre lien? Prudente, j'avais fermé la porte de ce pont, le faisant devenir plus affaibli, pour ne pas la dérange, ou voir des choses que je n'étais pas sensée voir. Je la sentais inquiète et fatiguée, et ne voulais pas que notre passerelle la dérange en ce moment.

"-Je ne voulais pas vous inquiéter, d'où mon silence là-dessus, et je ne savais pas trop comment le dire... Vous avez assez de soucis comme ça.... Et je pensais que cela passerait..."
Revenir en haut Aller en bas
Mara Jade
Leader des Pacificateurs
Humaine

avatar
Messages : 1726

Localisation : Asaria et ses plaines
Côté coeur : A tout jamais lui

Activité/Profession : Leader / Se battre pour un futur meilleur

MessageSujet: Re: Un petit moment en famille [Mara & Héméra]   Ven 17 Mar - 19:59

L’apparence pouvait être trompeuse, c’était le mieux que je pouvais faire. Je ne désirai pas inquiéter ma fille qui possédait maintenant un lien très étroit avec mes pensées, plus précisément nommé : lien psychique grâce à son don de télépathie. Elle était si jeune. On lui avait déjà tant pris à son jeune âge que mon rôle de Maman, c’était aussi la préserver des soucis des adultes. J’avais encore beaucoup de mal à émerger de ce cauchemar et le froid hivernal que s’engouffrait dans la maison avec la porte d’entrée grande ouverte n’arrangeait pas ma situation. J’avais vite reconnu les deux voix qui se trouvaient au rez de chaussée et j’avais rejoint Grant et Héméra qui échangeaient des mots heureux et plein de taquinerie. En haut des marches, je les avais observés un instant. Je savais que Grant souffrait de ne pas toujours être là pour elle, pour nous deux. En nous aimant, nous savions que nous nous opposerions à la société et au monde dans lequel nous vivions et qui n’était pour le moment pas prêt pour voir les Asariens et les Humains vivre ensemble harmonieusement. Cela fut encore plus complexe avec la venue d’Héméra qu’il fallait protéger de sa nature particulière et unique. J’espérai parfois que d’autres enfants issus des deux races existaient quelque part à l’abri de la folie destructrice du gouvernement.

Grant prit sa fille dans ses bras et il s’avança avec elle jusqu’à moi. Je les attendais sur le pas de la porte. Snow effleura ma cuisse et je laissai ma main caresser son doux pelage froid. Le louveteau avait bien grandi depuis ces derniers mois et il était devenu un allié incomparable pour ma fille. Il se coucha devant le feu de cheminée et cala son museau entre ses pattes. Il était magnifique et il me rappelait que l’ami qui avait offert ce précieux cadeau à Héméra était dorénavant entre les mains de la Milice. Pour le moment aucune piste n’avait pu abouti à le faire sortir de sa prison. Je soupirai tristement. J’avais horreur d’être impuissante. J’avais ce gout d’abandon terrible et amer dans la bouche qui ne me plaisait pas et je me demandais ce que pouvait penser Aaron. Peut-être croyait-il qu’il était abonné de nous tous… La voix de Grant me détourna de ma méditation et je lui rendis son baiser.

- Je vais bien.

Je les laissai entrer tous les deux et je refermais la porte en évitant une grosse rafale de vent et de neige. Le ciel d’encre et ses étoiles annonçaient une tempête de neige pour la nuit. On m’avait appris toute petite à écouter la nature, à la comprendre, à la deviner.

- Ma journée a été fatigante … d’une certaine façon …

Héméra, curieuse et gourmande, découvrait le contenu du sac à bonbons. Je me dirigeai vers le coin cuisine quand le son aigu de ma fille résonna dans la maison.  Je fronçai les sourcils et je m’approchai d’elle. Snow s’était levé lui aussi et l’avait rejoint. Je n’avais pas besoin de lui dire quoi que ce soit, elle avait deviné rien qu’à mon regard qu’il allait devoir tout nous expliquer. Des Miliciens ? Voilà qu’elle nous racontait une de ses balades nocturnes avec Aaron. Mon cœur fit un bond dans ma poitrine à la peur de ce qui aurait pu leur arriver à tous les deux. Cela me renvoyait à la nuit où la Milice m’avait traquée avec Héméra toute petite et avait réussi à la capturer. Je n’en voulais pas à Aaron de lui avoir fait découvrir les paysages des terres sauvages, ni ses amis loups. Je m’accroupis devant elle, posant mes mains sur ses épaules.

- Tes pouvoirs servent à te défendre ainsi que les personnes qui te sont chères. C’est ce que tu as fait en venant en aide à Aaron ainsi qu’à ses amis les loups et à Snow. La colère, la tristesse, la peur, toutes ces émotions aussi différentes que puissantes sont des facteurs potentiels qui peuvent faire augmenter ta puissance.

Grant avait lui aussi toujours eu des problèmes à maitriser parfaitement son électrokinésie. Son don se manifestait lorsqu’il était trop nerveux ou dans une situation de danger. J’avais pu en être témoin plusieurs fois.

- Héméra, tu ne dois rien garder pour toi. Nous sommes tes parents, nous sommes là pour t’aider et te guider. Tu n’as pas avoir peur de nous dire quoi que ce soit. Tous les pouvoirs se calquent sur les émotions de chacun. Ta Marraine a du te l’expliquer. Certains pouvoirs sont peut-être plus faciles à maitriser que d’autres. Ton père le sait tout aussi bien Nous nous sommes rencontrés à cause, non grâce à son électrokinésie. La radio de sa voiture ne fonctionnait plus à cause de son pouvoir qui brouillait les ondes et au lieu de regarder la route, il était focalisé sur la radio. Il a failli m’écraser. J’ai roulé sur le capot.

Je levai des yeux mutins vers Grant. Mais au-delà de la scène qui se voulait amusante, Héméra ne savait pas tout. J’étais poursuivie cette nuit-là par des Miliciens. Grant avait freiné au moment où j’avais percuté sa voiture et il m’avait aidée. Il s’était servi de son invisibilité pour nous mettre à l’abri et disparaitre sous le nez des soldats. C’est comme cela que notre histoire avait commencé.

- Ecoute-moi bien, tu passes avant tous les soucis que l’on peut avoir. Tu es notre fille, tu es ce qui est le plus cher à notre cœur. Tes pouvoirs sont puissants, ils vont te demander de plus en plus de concentration en grandissant. Mais tu ne dois pas avoir peur de cela, ils font partie de toi.

Je caressai doucement son front et mes doigts se perdirent dans sa longue chevelure.

- Il n’y a pas que cela ? Ce n’est pas seulement les souvenirs de cette  nuit avec Aaron. Il y a autre chose. Dis-nous tout Héméra. La meilleure façon de chasser ce qui nous chagrine, nous inquiète, c’est d’en parler. Viens avec nous sur le canapé.

Je la pris par la main et je l’entrainai avec moi. Elle s’installa entre moi et son père. Snow se coucha à ses pieds et émis un petit soupir.


 

~~ Maman d'une petite Héméra ~~





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un petit moment en famille [Mara & Héméra]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit moment en famille [Mara & Héméra]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit moment de réconfort
» Petit moment de détente || Libre
» La cafét'?Un petit moment de détente.
» Petit moment de détente en bonne compagnie [PV: Taylor Davis]
» Petit moment de détente [PV Daniel]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terre de Prophétie : Asaria :: Le Dernier Soupir :: Les Archives Rps-
Sauter vers: